News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Pourquoi faut - il resister à Ali Bongo et au Bongoisme ?

Le site de la Liberté - Ben Moubamba le Vendredi 30 Avril 2010 à 18:40 | Lu 2027 fois

"Une nouvelle constitution est possible et vitale", la création d'un Etat de droit...Resistons à ce systeme en perte de vitesse...



Gabon : Pourquoi faut - il resister à Ali Bongo et au Bongoisme ?
En tant que candidat aux présidentielles gabonaises de 2009, j’ai eu l’honneur d’inaugurer la grève de la faim à caractère politique. Voici les raisons institutionnelles qui m’ont conduit à camper pendant deux semaines devant l’Assemblée Nationale à Libreville et face au Sénat de la République Gabonaise.

Grève de la faim du 15 au 30 août 2009

Très rapidement, je me suis rendu compte en août 2009 que le problème gabonais était une constitution écrite pour Omar BONGO le président défunt et que face à la défaillance de nos institutions il fallait que le Peuple Gabonais résiste. Faire la grève de la faim devant le Parlement était hautement symbolique. Ceux qui n’ont du Gabon qu’une vision restrictive, n’ont pas compris. L’heure est venue de m’expliquer.

Tout pouvoir politique est institué par une communauté en vue de son propre bien ; là où ceux qui sont chargés du gouvernement trahissent cette mission et utilisent le pouvoir qui leur est confié pour opprimer le peuple, ce dernier tient du droit international, la possibilité de s’opposer aux gouvernants, de tenir leurs actes pour nuls, de leur résister (au besoin par la force), de les déposer et les juger pour leurs méfaits. Ainsi conçu, le « droit de résistance » à l'oppression figure - avec la liberté, la propriété et la sécurité - au nombre des « droits naturels imprescriptibles » de l'article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789: sans lui, les autres droits resteraient lettre morte, car leur réalité ne pourrait être garantie.

La fonction de la société politique est de préserver les droits des citoyens. Il n y a pas de meilleur juge de ce bien que le Peuple lui-même. Lorsque la justice dont le peuple a besoin est violée, nous devons en obtenir réparation par nos propres moyens, et sans attendre « la vengeance divine » qui s'exercera de toutes les manières immanquable­ment sur celui qui emploie son pouvoir «pour détruire et non pour édifier».

Grâce au refus du coup de force électoral d’Ali BONGO, nous avons vu qu’il existe désormais un « Peuple Gabonais » (certes en devenir mais un peuple quand même ) capable de juger et d'agir d'une seule voix au-delà de la multiplicité des ethnies pour faire exister le Peuple comme sujet de droit indépendant de la personne de ses représentants (députés où sénateurs). Ces derniers ayant brillé par leur absence du débat présidentiel.

La trahison de la « présidence intérimaire » et de la cour constitutionnelle appelle une évolution institutionnelle, qui passe par la formula­tion d’un nouveau concept de contrat d'association entre les Gabonais , après la présidentielle gabonaise ratée le 30 août 2009. L’urgence d’une nouvelle constitution, aboutit à l'idée que le nouveau Peuple Gabonais qui naîtrait du démantèlement du « pouvoir privé » de la vie politique au profit d’une nation normalisée va exercer pleinement un pouvoir constituant et définir juridiquement les pouvoirs que détiendront les futurs gouvernants au Gabon.

C'est au terme de cette évolution que la résis­tance deviendra authentiquement un droit constitutionnel qui s'exercera non plus en vertu de la loi du plus fort comme lors du coup d’état électoral de septembre 2009, mais des lois que les Gabonais se seront données pour leur propre sauvegarde.

Le Peuple Gabonais doit pouvoir grâce à une vraie constitution se donner un Président pour la satisfaction de ses besoins de paix et de protection ; le pouvoir privé et bongoïste doit être rem­placé par un contrat simple entre le peuple et les chefs qu'il se choisit, cette constitution confèrera des pouvoirs réels mais rationnels au président de la république, à condition qu'il serve et conserve les intérêts du Peuple Gabonais.

Dès lors le Président gabonais du XXIe siècle se comportera comme un super-ministre au service de la communauté nationale et non un dieu vivant. A défaut de cela, ce serait un tyran à éliminer au nom du droit de résistance. Lorsque le peuple résiste à un prince tyrannique, il défend ses propres droits naturels et moraux, et non la monarchie insupportable de droit divin.

C'est parce que le président sera devenu un simple ministre au service des Gabonais et plus guère un chef de village psychopathe et tyrannique que notre Nation conservera toujours l'entière souveraineté sur elle-même et que le bien-fondé du droit de résistance apparaîtra comme une évidence toutes les fois que ce « ministre » faillira à sa mission et utilisera à la destruction des Gabonais un pouvoir qui ne lui a été confié que pour les protéger.

Certains pensent que Le Parti-Etat (PDG) et son président vont nous rendre la liberté qui a été confisquée malgré la mort d’Omar Bongo lors des « Législatives de 2011 » et que la cohabitation (à vrai dire le Gouvernement d’Union Nationale) vaut mieux que le droit de résistance par tous les moyens. Il paraît que le futur parlement de 2011 sera suffisamment représentatif ! pourquoi en appeler à la résistance ? C’est vrai que la « théorie de la résistance » est déséquilibrée par plusieurs facteurs : où résiderait l'existence juridique de la communauté nationale gabonaise lorsque le gouver­nement agit conformément à sa mission ? Dans le Par­lement (Sénat et Assemblée nationale), qui n'est qu'un des organes du gouvernement, et auquel on ne peut confier la fonction de matérialiser l'existence incorporée du Peuple Gabonais sans détruire l'équilibre de la constitution taillée sur mesure pour les Bongo Ondimba ?

le veuille ou non, le Peuple Gabonais existe en tant que corps capable de décider souverainement de ce qui est nécessaire à la défense des droits de ses membres : c'est ce corps qui est habilité à juger que le gouvernement constitué outrepasse sa mission ou la trahit, et à lui résister par la force des armes lorsque c'est nécessaire. Le Peuple Gabonais a surtout besoin d'une nouvelle constitution pour se constituer comme unité. Il en a aussi besoin, pour exercer l'indispensable surveillance par exemple des magistrats qu'il institue, pour se donner des instruments juridiques capables de matérialiser sa propre existence.

Grâce à une nouvelle constitution, les Gabonais pourront alors définir l'étendue et les limites des pouvoirs qu'ils confieront au gouvernement chargé de les diriger, et prévoir les conditions de la déchéance juridique de ce dernier au cas où il abuserait des pouvoirs que la loi fondamentale lui confère ; seule une constitution peut doter le peuple d'un instrument de ce genre, et lui permettre d'agir juridiquement au lieu de recourir à la force des armes pour prévenir et combattre l'oppression.

CONCLUSION :

A tous égards, le concept de droit de résistance appa­raît donc comme un concept de transition : il signale l'avènement d'une théorie politique qui fait de l'autorité civile un instrument que le peuple se donne pour la sau­vegarde de ses droits civils et temporels ; si la commu­nauté des citoyens ne possédait pas le pouvoir de résister par la force aux entreprises tyranniques de ses gouvernants, son propre instrument lui échapperait et serait l’occasion de la perte des droits et non de leur sauvegarde.

Bruno Ben MOUBAMBA

Vice-président de l’UNION NATIONALE

bruno@moubamba.com


Vendredi 30 Avril 2010
Ben Moubamba
Vu (s) 2027 fois




1.Posté par Lesaintpere le 30/04/2010 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
i[Merci, M. Bruno Ben MOUBAMBA pour votre analyse de la situation politique que traverse en ce moment notre pays.
Merci également pour ta proposition de sortie de crise: "la création d'une nouvelle constitution".]iVotre engagement et votre détermination au service de la nation n'est plus à démontrer.
Seulement à mon avis je pense que suprimer le poste de "président" pour avoir un "tout puissant premier Ministre", reviendrai au même, il faut par contre réviser la constitution dans son intégralité et limité par contre le pouvoir du président de la république.

En ce moment, je pense que le combat qu'il faut mener c'est celui d'enlever le président proclamer Ali Bongo, ensuite on fera asseoir une véritable politique au service de la nation. Le pouvoir Bongo retarde la démocratie au Gabon, on ne peut rien construire sans d'abord au préalable les détruire.

Ceci est mon point de vue.

2.Posté par St.Michael le 01/05/2010 03:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellent article de cet eminent VP comme d'abitude....Great Stuff my VP.

Je supporte l'analyse de Lesaintpere.

Je réitère les priorités selon leur séquence importante et chronologique :

1-Libérer d’abord le Gabon des mains des étrangers Alibenbogo/PDG-francafrique PAR TOUS LES MOYENS.

2-Organiser des élections Libres Démocratiques et Transparentes sur tous les plans (Présidentielles, Législatives, Sénatoriales et Locales). En ce moment peu sont des élus du peuple au Gabon car OBO avant de mourir avait fait d’un chien ministre et vice versa, il avait aussi nomme un singe Députe (Alibet par exemple) ou Sénateur (et vice versa). Son fils adoptif a continué les mêmes œuvres où les nominations ne reposent pas sur la base du mérite et des compétences mais sur des critères déshonorables, en commençant par lui-même jusqu’aux Angelique Ngoma, JF Mouloungui / Dana/Mba Abessolo ou le minable inconscient Simeon Ekogha.

3-Revoir la constitution pour rendre le Vrai Pouvoir au peuple Gabonais qui devrait faire et défaire ses gouvernants: en inserant une Close d’IMPEACHMEN dans la constitution qui permettrait de se débarrasser d’un Illettré incompétent comme Omar Bongo et d’envoyer en enfer des Anticonstitutionnels Non Productifs comme Alibet et les Rogombe Mborantsuo, Assele.
Ce n’est que dans cet ordre qu’on pourra instaurer un Etat de Droit qui ouvrira les portes à un Développement Fiable de la Nation Gabonaise.

Comment voulez vous qu’un usurpateur ou un ministre qu’il a nommé performent quand l’un comme l’autre n’a de compte à rendre au peuple qu’il sait ne l’a pas choisi et compte sur les bérets rouges pour s’asseoir sur les institutions et sur tous les appareils judicaires du pays ?

Comment voulez vous qu’il y ait de la sécurité quand un usurpateur peut massacrer 1000 gabonais pour s’imposer et être couvert par la mafia francafrique devant le TPI et l’ONU ? Le Rapport si authentique du Professeur Kombila sur les massacres de POG 904/09/09) n’a jamais traverse l’Atlantique car il a été intercepte aux côtes de la méditerranée par le mafieux Kouchner.

Commençons les constructions de la maison Gabon d’Abord par les fondations et non par la toiture.

Please do correct me if I am wrong.

TGIS: Thanks God It’s Saturday.


Amen.

3.Posté par MBA ASSOUME le 01/05/2010 04:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un coup d'état militaire est plus que souhaitable dans l'immédiat, pour aller vite au but. Après, on pourra appliquer tout ce qui a été proposer par Bruno, St.Michael et Lesaintpere. C'est urgent, le Gabon meurt à grand feu! Un coup de feu s'impose.

4.Posté par Mon oeil le 01/05/2010 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ET QUI FERA CE COUP D'ETAT MILITAIRE ? ET QUE SONT CES MILITAIRE ? MON CUL OUI ..... ARRETEZ DE REVÉ JE NE VOIS AUCUN MILITAIRE AU GABON CAPABLE DE FAIRE UN COUP D'ETAT ABRUITI QUE VS ETES.

5.Posté par MBA ASSOUME le 01/05/2010 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
André Mba Obame, ton "frère" Ali Bongo t'a arraché, par la force, le pouvoir que le peuple gabonais t'a donné. Il n' y a que la force pour le récupérer. Aujourd'hui, la voie démocratique est vaine et sans issue dans un pays comme Gabon. AMO, tu le sais bien que les méthodes mafieuses que tu as mises en place quand tu étais au PDG sont encore appliquées à la lettre. Ce n'est donc pas la voie démocratique qui est la meilleure solution si tu veux prendre le pouvoir au Gabon. Tu as été ministre de l'Intérieur pendant plusieurs années, n'as-tu pas prévu un plan B militaire? Pourtant, tu savais bien que tu ne pouvais pas prendre le pouvoir face à l'armée "altogovéenne" en place. Arrêtons de parler de démocratie alors que ceux ont usurpé le pouvoir n'ont pour seule arme que l'armée et la force. Opposons la force bête du PDG à la force de ceux qui veulent un retour rapide du pouvoir au peuple gabonais.

6.Posté par afirikara le 02/05/2010 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est plus illusoire de parler de la démocratie dans ce pays où le système PDG a montré et démontrer qu'aucun changement n'est opérable au Gabon :
- 1991 : le Gabon se taille d'une des meilleures constitutions au monde : mandat présidentiel de 5 ans une seule fois renouvelable, durée maximale de 10 ans; des élections à 2 tours; limitation du nombre de ministres (17 au gouvernement de Oye Mba)
- 1991 : la cours constitutionnelle est mise en place (9 membres)
- 1993 : election présidentielle avec la plus forte participation, Mba Abessole est élu, mais bongo battu s'impose et se maintient au pouvoir grâce à l'armée et la complicités de la main blanche;
-1998 : élection présidentielle, Mambundu est élu, mais bongo battu s'impose et se maintient au pouvoir grâce à l'armée et la complicités de la main blanche;
- 2003 : modification de la constitution, le mandat présidentiel est de 7 ans au lieu de 5 ans, le nombre de mandat présidentiel est illimité au lieu de 10 ans maximum, les élections se font à un seul tour au lieu de 2
C'est la régression brusque et brutale des acquis consensuels de la conférence nationale qui avait econcilier tous les Gabonais
- 2005 : élection présidentielle, Mambundu est élu, mais bongo battu s'impose et se maintient au pouvoir grâce à l'armée et la complicités de la main blanche;
- 2009 :élection présidentielle, l'opposition remporte, élection présidentielle, Mambundu est élu, mais Bongo battu s'impose et se maintient au pouvoir grâce à l'armée et la complicités de la main blanche;
- 2010 : Mburantsuo est toujours illégalement et par la loi du plus fort, présidente de la cour constitutionnelle 19 ans plus tard au lieu de 14 ans.

Au regard de ces évènements du passé, nous sommes en mesure de conclure que la démocratie ne sera jamais mise en place par le club des amis et sympatisants de Bongo et du PDG;
Le seul changement possible est le coup de force. comment en arriver là sachant que c'est le pouvoir qui détient tout et que l'armée est à son service?
Il faut savoir que c'est la minorité consituée par le club des amis et sympatisants de Bongo et du PDG. Il est n'est pas exclu que cette domination arrange tout le monde au sein du club, nous voyons que certains ont quitté le navir à tord ou à raison, chose qu'on ne pouvait penser hier. Ces départs consituent une force de résistance face à l'oppression. Par ailleurs, il ya dans le pays une grande partie des gens qui refléchissent pour trouver la voie violente pour se déparrasser des forces d'inertie de notre pays, ces personnes sont dans toutes les instances de pouvoir : Armée, société civile, entreprises, villages. Mba Obame bien que contre l'idée de coup d'état devrait tout faire pour récupérer son vote en s'appuyant sur son carnet d'adresse, ses compatriotes et ses anciens camarades. Mba Obame sait pertinnement que le changement n'est possible au Gabon que par la violence qui n'est d'ailleurs pas une violence envers le peuple gabonais qui en a tellement subi, mais vers le groupe de 20 personnes qui retardent le Gabon. A monsieur Mba Obame, vous savez que seuls les hommes ambitieux et sincères ont pu changer le cours de l'histoire de leur pays : Lumumba, Mandela, Barack Obama, Ghandi, Sankara, Jean Hilaire Obame, Mombo, etc. Je sais que vous êtes ambitieux que vous êtes orguilleux et vous savez que le pouvoir en place ne cèdera jamais par la voix des urnes. Nul doute que vous êtes aujourd'hui, par votre intelligence, votre carure, votre carisme, la seule et unique personne capable de porter le projet d'un Gabon pour tous. Si vous pensez que vous n'avez pas les moyens d'utiliser cette voix royale violente, merci de dire la vérité aux Gabonais et vous gagnerez en crédibilité rapidement.

Si on veut encore faire l'illusion d'espérer voir une démocratie avec le système en place, voici le la potion magique de réforme constitutionnelle :

- Etablissement d'un fichier électoral propre pour le bien de tous les Gabonais; faire un vrai ressencement de la population pendant 9 mois
- Dissolution de la commission électorale permanente et la transformation en commission électorale avec une représentation de toutes les couches de la société : PDG, oppostion, société civile. Dans chaque mairie, chaque quartier, chaque village ou regroupement de villages, il faudra une commission paritaire
- Suppression du senat;
- renouvellement de la cours constitutionnelle, actuellement anticonstitutionnellement imposé au peuple
- dissolution de l'assemblée nationale, élections législatives d'une nouvelle assemble de 63 membres dans 12 mois;
- réformes constitutionnelles avec la nouvelle assemblée : mandat du président ramené à 5 ans et renouvelable une seule fois, soit 10 ans maximum de mandature applicable au mandat actuel; toutes les élections à 2 tours; limitation des membres du gouvernement à 16 maximum; renforcement des libertés individuelles et collectives;
Toutes ces réforment se feront dans l'intérêt d'un Gabon pour tous, mais personne n'est dupe d'imaginer la dictature en place le faire!

-

7.Posté par Nseghe Mbiere le 03/05/2010 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Moubamba, c'est la prmière fois que je viens sur votre site. J'ai parcouru toutes vos analyses avec la plus grande attention. Et je n'y réagirai pas car tout se résume à une simple juxtaposition de critiques et de propositions évasives.
Juxtaposition derrière laquelle on ne voit aucune stratégie de prise de pouvoir, d'exercice de pouvoir, de conservation de pouvoir et de transmission de pouvoir. Bref, j'ai l'impression d'avoir lu un candidat à la présidentielle de 2009 et non un vice-président d'un parti voulant accéder au pouvoir. Ce "jejisme" (de la doctrine du "Je") politique est d'un individualisme qui me pousse à ne pas réagir.
Par contre, j'aimerai savoir la position de l'Union nationale sur l'affaire Mbanié. Précisément si vous partagez, en tant que Gabonais, la position du blog "gabonervant", qu'animent les fans de M. André Mba Obame?

8.Posté par Nyangue malalou le 03/05/2010 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TU'AS TOUT TRACER LA RÉALITÉ DES FAITS, ET JE TE DIS BRAVO AFRIKARA

9.Posté par EVOUNG le 03/05/2010 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi faut - il resister à Ali Bongo et au Bongoisme ?
Pourquoi faut - il resister à Ali Bongo? cette question est bien posée.Mais pas au Bongoisme, car resister au bongoisme c'est aussi resister a AMO, pour ma part c'est bongo purrrrr et il la tj clamé.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...