News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Politique «Je n’ai peur de personne», dixit Jean Ping qui casse la baraque

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 2 Février 2014 à 13:11 | Lu 2650 fois

Après plus d’un an de silence sur lui-même et sur l’action politique des autorités gabonaises, Jean Ping, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, a surfé sur le séminaire atelier des «Souverainistes», le 1er février 2014, pour sortir de sa réserve et dire les choses telles qu’il les pense, mettant en déroute aussi bien ses détracteurs que sa traditionnelle famille politique



Invité à livrer une communication sur «l’Union africaine et les droits de l’homme» au séminaire atelier du mouvement dit des «Souverainistes» – courant né au sein de l’Union nationale, le célèbre parti d’opposition prohibé au Gabon -, Jean Ping, néo homme d’affaires, ancien ministre Gabonais des Affaires étrangères, ancien président de la Commission de l’Union africain, s’est montré plutôt expansif face aux questions et aux inquiétudes de l’assistance qui l’attendait sur des sujets relatifs à l’actualité nationale et à sa position politique.


Également invités à l’atelier de «Souverainistes», les Professeurs Pierre-André Kombila Koumba et Albert Ondo Ossa aux côtés de Jean Ping, le 1er février à Libreville.

«C’est la première fois que je m’exprime depuis que je suis au Gabon. Vous m’avez invité pour parler d’un sujet. Mais j’entends vos critiques, vos craintes et vos doutes des deux côtés de la barrière. Je vous dirai d’une manière très claire, très simple : je n’ai absolument plus rien à voir avec les autorités en place», a déclaré Jean Ping, longtemps considéré comme un membre de la coterie des Bongo pour avoir notamment été le compagnon de Pascaline Mferri Bongo Ondimba avec laquelle il a eu deux enfants.

Revenu de l’Union africaine qu’il a supervisé après un seul mandat de quatre ans, Jean Ping explique : «Je suis rentré après ma défaite à l’Union africaine en disant, malgré le fait qu’ils ont comploté pour que je parte, je m’en vais tranquillement au village. Je ne fais plus de politique. J’estimais avoir donné beaucoup à mon pays, mon continent et même au monde ; que, peut-être qu’il était temps d’aller profiter un peu de la vie. Mais est-ce-que vous savez ce qui s’est passé au plan simplement économique ?»

Et l’ancien ministre d’Omar Bongo de laisser entendre que des traquenards lui ont été tendus pour l’empêcher de travailler : «J’ai créé un bureau de consulting et on m’a dit qu’on a tout fait pour que je ne travaille pas avec le Gabon. On a même demandé à mes enfants de s’exiler. Je me suis dit qu’il est mieux que je n’aie plus à faire avec des gens comme ça. Donc, je travaille partout ailleurs, sauf au Gabon, où je gagne assez bien ma vie et où je peux estimer que je suis à l’abri du pétrole et je n’irai gratter la tête chez personne pour lui demander quoi que ce soit. C’est irréversible», a souligné Jean Ping pour bien marquer sa démarcation, son divorce les autorités de Libreville.

«Eux, ils se disent, Ping est un peureux, jamais il n’osera franchir le Rubicon. Vous également vous dites la même chose. Pour une fois vous vous entendez. Mes chers frères et sœurs, j’aurai peur de quoi ? De qui et pourquoi ? J’ai pris des risques dans ma vie et pour d’autres pays. Si vous voulez me tuer, tuez-moi. Je n’ai peur de personne. Je suis un homme modeste, à la limite timide, mais il ne faut pas confondre la timidité avec la peur», a clarifié Jean Ping non sans rappeler qu’il appartient à une fratrie ayant marqué l’histoire du pays pour son engagement politique.

Et l’on pense à Pierre-Louis Agondjo Okawé, défunt leader du Parti gabonais du progrès (PGP), l’une des locomotives de l’opposition dans les années 90, ou encore à Joseph Rendjambé Issani, assassiné en mai 1990 après avoir été l’un des principaux artisans du multipartisme au Gabon lors de la conférence nationale de 1990. Jean Ping n’a également pas manqué de rassurer l’assistance sur sa nouvelle posture qu’il estime être claire et connue des autorités gabonaises.

Abordant sa prétendue ambition de briguer le poste de secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, qui serait mal vue par le pouvoir en place, l’ex-président de la Commission de l’Union Africain a rassuré sur son indifférence à ce sujet. «Il y a un point avec lequel je suis en accord total avec nos dirigeants : ils ne veulent pas que j’aille à la Francophonie et moi-même je ne veux pas aller à la Francophonie. Donc je n’irai pas à la Francophonie. Je reste ici. Je n’irai nulle part. On m’a même proposé d’être au comité des sages de l’Union africaine, j’ai dit je suis ici et je reste là», a-t-il dit.

Si d’aucuns estiment qu’il est tout de même tard pour M. Ping de jouer au donneur de conseils ou de demander aujourd’hui des comptes, le désormais consultant international, contraint professionnellement au silence pendant une bonne période, a jugé utile de clarifier les choses comme pour dire qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, surtout lorsque l’opinion ne sait rien du lobbying ou des actions entreprises en couloir qui ont été bloquées par les institutions locales ou anéanties par l’inaction de la rue ou des acteurs politiques. «Pour les morts de Port-Gentil, qu’avez-vous fait ? Vous avez saisi qui ?

Le représentant de l’UPG à Bruxelles a saisi la cour Européenne des droits de l’homme et je peux vous rassurer que ça fait beaucoup de mal. Qu’est-ce que vous attendez ? Croyez-vous que ça tombera du ciel ? Les cours n’ont pas le droit de s’autosaisir. Il faut les saisir. Elles ne peuvent pas aller chercher les affaires. Donc à partir de ce moment-là, il faut faire ce qu’on doit faire. Il n’est jamais trop tard», a indiqué Ping, avant d’ouvrir, en guise de conclusion, une fenêtre qui pourrait raviver des plaies : «qui a gagné les élections présidentielles anticipées d’aout 2009 ? Vous avez encore des doutes ?».

Pour son tout prochain bruit, le diplomate a annoncé la sortie d’un livre de sa plume intitulé «Éclipse sur l’Afrique, fallait-il tuer Kadhafi ?». On peut être assuré que Jean Ping vient d’ouvrir un front qui va l’exposer, dans les jours qui suivent, au feu nourri de la presse gabonaise proche du pouvoir. Il ne serait donc pas étonnant d’apprendre que l’homme est un lâche, un ingrat, un incapable, quelqu’un qui s’est nourri à la mamelle du Bongoïsme et qui aujourd’hui mord ce sein. En tout cas, on peut s’attendre à de belles proses… en lettres de feu. L’homme l’aura cherché.

Gabonreview

Dimanche 2 Février 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2650 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par Ebôn mvoo le biaffrais le 13/02/2014 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense très sincèrement que notre pays n'avait plus connu, depuis des mois et singulièrement à la suite de Pierrot de Ndendé un meneur d'homme dans le camp de l'opposition. Cela s'explique par l'orgueil, l'arrogance et le mépris que nous ont servi les émergents tout ce temps. Je voudrais dire à mon grand frère Jean Ping de tenir bon la barque car, ces émergents sont aguerris dans des méthodes rétrogrades, archaiques et lâches. Ils n'hésiteront pas de programmer ton élimination (AMO, Mamboundou, PC Zeng et les autres). Prends garde désormais mon grand et le peuple a tout simplement besoin d'un Moise, car il a trop souffert. Jusqu'à quand devra t-il encore attendre?

11.Posté par NGOLENE OSSOUKA le 03/02/2014 21:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL A ÉCHOUÉ A L'UNION EUROPÉENNE C'EST PAS A LA TÊTE DE LA REP GABONAISE QU'IL POURRA , NE NOUS VOILLONS PAS LA FACE PARCE QUE C'EST PING, POURQUOI N'A TIL PAS CONDAMNER ALI ODJUKU LORSQU'IL A FAIT UN COUP D’ÉTAT ? ALORS MÉFIONS NOUS, N OUBLIONS PAS LE RÊVE , PARCEQUE LA NUIT A ÉTÉ LONGUE.
VIVRA VERRA

10.Posté par dimani é dou labi le 03/02/2014 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ping ,Pierre a été éliminé et on le sait tous de quelle manière.Et le gabon mon beau pays n'avait qu'un discours redondant digne des pays communistes.Le Gabon mon beau pays cherche un dibale capable d'écraser la verminenpour nous restaurer les valeurs démocratiques ,des élections biometriquues vrais avec serveur central et authentification,avec un scrutin à deux tours et un mandat renouvelable une seule fois.Jures que tu ne vas pas comme les autres trhir les volontés du peuple Gabonais meurtri par cinquante ans de dictature ,des assassinats ,des détournements immenssissimes à l'infini qui ont été n-uplé en l'espace de cinq ans.Je m'adresse à toi aujourd'hui parceque tu as été le président de tout un continent et que me dire que tu viens chercher encore l'argent pour te remplir les poches,serait pour moi un grand étonnement.Car de l'argent t'en a plein.Alors sort tes griffes et montre à ce petit que tu es un grand.Et que malgré leur arme assassine qu'est le poison ou autre canevas pour éliminer ceux qui ont pour seule arme leur intelect,tu peux faire souffler un temps soit peu les gabonais .Et que tes anciens compagnons nvont pour une fois trembler de tout leur membre comme leur victime Pierre leur faisait. Courage Onero

9.Posté par marie rita taissi le 03/02/2014 19:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi jean ping après pierre manboundou est le president qui nous faut au GABON!!!!!!!!!!bien qu''etant ancien membre du PDG

8.Posté par Bouka Rabenkogo le 03/02/2014 13:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean Ping est un gabonais comme tant d'autres et a droit comme tout le monde à l'expression libre de ses opinions. Démocratie oblige.

Fraternellement

7.Posté par Bouka Rabenkogo le 03/02/2014 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Germain Mbina,
C'est le principe même de l'information, elle est relayée.
Salutations

6.Posté par Germain Mbina le 03/02/2014 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabonlibre devra apprendre à payer les droits d'auteur à Gabon Review.... Vous reprenez sans gêne tous leurs articles sans dire clairement où vous les piquez... C'est ainsi que vous voulez changer le Gabon ? quelle différence entre vous le PDG, si votre site est entretenu par la tricherie ?

5.Posté par Germain Mbina le 03/02/2014 08:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêter un peu dd reprtendre Gabon Review sans le mentionner clairement..... Honte à vous !!!!

4.Posté par mathy tkm le 03/02/2014 04:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que la politique est dynamique elle n est pas statique. Il faut juste éviter un esprit revanchard, la démocratie devrait rester un combat d idée, vu sous cet angle, entre les vieux compagnons il faut rester courtois,, le respect mutuel.Q. L

3.Posté par Mambiga le 03/02/2014 03:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bienvenu dans le panier à crabes!

En 2016, on verra si l'opposition aura la clairvoyance de te choisir, car certains pensent que le pouvoir du Gabon devrait leur revenir, car c'est le Gâteau que le France leur avait donné. Si tu te démarques du vampirisme des actuels opposants, que tu reconnaisses et assumes ton héritage pédégiste, peut-être auront nous enfin un opposant élégant, intelligent, faisant valoir ses idées et non la fibre ethnique.
Mais entre nous, quelles sont tes motivations? Tu es un produit entièrement construit et nourrit du pédégisme, tu es le père des neveux d'ALI, tu étais consentant avec ALI quand le pouvoir actuel te soutenait à l'UA (alors que les tchadiens, centrafricains etc...te trahissaient ), aujourd'hui peux-tu nous donner les raisons véritables de ton départ ?
Le pouvoir Bongo père était-il meilleur que celui de Bongo fils?

Espérant avoir un jour des réponses véridiques à ces interrogations que beaucoup de Gabonais ne manqueront pas de se poser, je dois avouer qu'Ali n'avait plus d'opposant sérieux. Tu es malgré tout le bien venu pour ranimer la démocratie qui s'étiolait faute de protagonistes de qualité. Avec toi,enfin les neveux d'Ali auront à choisir entre celui de l'oncle ou du père aura la meilleure chance de conduire le Gabon à bon port, à moins que qu'entre temps votre brouille familiale ne trouve un épilogue consensuel, pour votre intérêt ou celui du Gabon!
Bon courage, et vive la démocratie.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...