News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Philibert Andzembé campe au "gouvernorat" de la BEAC, bras de fer avec le nouveau pouvoir

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 28 Octobre 2009 à 09:00 | Lu 2282 fois

Alors que le communiqué officiel du tout premier conseil des ministres présidé par Ali Bongo Ondimba a indiqué le rappel à Libreville de Philibert Andzembé, gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), en vue de son remplacement, cette mesure semble n’avoir pas été entendue par l’intéressé qui campe au poste de gouverneur l'institution financière sous régionale. En cette qualité, il a présidé, le 26 octobre dernier à Douala, une réunion de l’institut d’émission monétaire de l'Afrique Centrale, comme si de rien n’était !



Gabon : Philibert Andzembé campe au "gouvernorat" de la BEAC, bras de fer avec le nouveau pouvoir
Le 19 octobre dernier à Libreville, le cabinet présidentiel a annoncé que Philibert Andzembé, gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), était rappelé «en vue de son remplacement». Dans le même communiqué, la présidence de la République gabonaise faisait état de «l’arrestation des fonctionnaires gabonais présumés impliqués et résidant sur le territoire national après les malversations financières provisoirement évaluées à 19 milliards de francs CFA au bureau extérieur à Paris de BEAC».

La décision du gouvernement gabonais de «rappeler» à Libreville Philibert Andzembé en raison de l’enquête liée à ces malversations financières, semble être restée à ce stade décisionnel et prend les allures d’un effet d’annonce.

Selon l’agence de presse camerounaise AGA MEDIAS, Philibert Andzembé a présidé, le 26 octobre dernier à Douala, en sa qualité de Gouverneur de la BEAC, une réunion de l’institut d’émission monétaire de l'Afrique Centrale en lieu et place du vice-gouverneur d’origine congolaise, Rigobert Andely, qui assumait déjà l’intérim du gouverneur au siège de l’institution monétaire sous-régionale à Yaoundé.

Selon la même agence de presse, M. Andzembé affirmerait que le Gabon, son pays d’origine, n’est pas habilité à le démettre de ses fonctions. S’appuyant sur le "consensus de Fort-Lamy", il soutiendrait que son pays n’a que le pouvoir statutaire de proposer le nom du Gouverneur. Seule la conférence des Chefs d’Etat, l’ayant nommé, aurait le pouvoir de le démettre.

Selon "Mutations", un autre journal camerounais, «Philibert Andzembé est présenté comme complice passif dans l’affaire, pour n’avoir commencé à prendre les mesures conservatoires contre les suspects que plusieurs mois après sa prise de fonction en juillet 2007, alors que les faits remontent à 2004, sous le règne de Jean Félix Mamalépot dont la complicité dans ce scandale n’est pas exclue».

Le même journal poursuit : «Dans les habitudes de la Banque, aucun cas de figure ne prévoit le rappel du gouverneur par son pays. Dans la diplomatie, ce terme revêt une mesure conservatoire dans une situation de crise entre des Etats. Visiblement, le gouvernement gabonais a voulu anticiper sur d’éventuelles poursuites judiciaires contre Philibert Andzembé, qui désormais ne jouit d’aucune immunité et peut de ce fait se mettre à la disposition de la justice. En attendant que son limogeage soit entériné par le sommet des chefs d’Etat de la CEMAC annoncé pour le mois de novembre à Bangui, en République centrafricaine».

D’un point de vue purement juridique et du parallélisme des formes, Philibert Andzembé aurait quelques raisons d’attendre le sommet de Bangui, vu qu’il avait été proposé par le défunt président Omar Bongo Ondimba dont le choix avait été entériné par le sommet des chefs d’Etat. Mais, du point de vue de la politique interne du Gabon, ce scandale financier et son traitement «expose Ali Bongo à sa première bourde politico-diplomatique», selon l’expression de l’agence AGA MEDIAS qui poursuit que cela «apparaît d’évidence comme au moins une défiance à l’autorité gouvernementale de son pays d’origine, qui pourtant lui avait sauvé la mise en début d’année après l’éclatement de l’autre gros scandale des placements douteux, passé par pertes et profits alors que sa responsabilité personnelle était bel et bien engagée. Non plus par simple passivité puisqu’on apprend que le gouverneur avait géré ces opérations de placements uniquement avec son directeur chargé des placements, n’informant ni les administrateurs, ni le gouvernement de la BEAC encore moins les Etats-membres actionnaires.»

La presse camerounaise commence donc à s’interroger sur «la valeur des autres mesures dites fortes annoncées sur cette affaire par le Conseil des ministres gabonais». Pourtant, deux cadres de la BEAC ont effectivement été mis aux arrêts, du moins entendus, à Libreville : Armand Brice Ndzamba et Maurice Moutsinga, respectivement comptable du bureau parisien de la BEAC entre février 1994 et début 2009 et directeur central de comptabilité au siège de Yaoundé de 2000 à 2007. Ils sont accusés d’avoir occasionné des tripatouillages relatifs aux détournements survenus au bureau extérieur de la BEAC à Paris.

Le Gabon invite les autres pays membres de la BEAC à «participer activement à la recherche des solutions pour restaurer la sérénité et la crédibilité de la BEAC». Philibert Andzembé, 52 ans, est en poste à Yaoundé depuis le 6 juillet 2007.

Source : Gaboneco

Mercredi 28 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2282 fois




1.Posté par Eboulou le 28/10/2009 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi l' usurpateur OBI JEFFREY OJUKWU ne veut pas recoonaitre que son pouvoir n'est pas légal donc ne peut être respecté par PERSONNE . Il n'est pas et ne sera jamais le président des Gabonais . Comment encore le lui faire comprendre , il est trop abominable pour être notre Président .
Le nigérian est vomi par le peuple Gabonais . Pourquoi ne veut-il pas aller voir ailleurs si nous y sommes ? Avec tout "son héritage familial ", qu'il s'en aille , l'ingrat .

2.Posté par St.Michael le 28/10/2009 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OJukwu a tête dure et ne peut pas comprendre car il tient ça de ses deux pères peres adoptif et biologique.
Son caractère frauduleux aussi vient de sa mère adoptive qui a dévalisé une institution bancaire et a eu l’audace de venir montrer une fausse cicatrice au ventre pour un accouchement à la césarienne alors qu’elle n’a jamais conçu de sa vie et qu’elle était encore la petite sœur de la femme de Albert Bernard Bongo en 1959.
Voilà ce qui arrive quand on est né d’une famille maudite et élevé par une autre famille maudite.
More surprises are still to come.
May God bless Gabon.

3.Posté par Mi-homme- Mi-femme le 28/10/2009 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali Ondimba dit a Andzembe de se casser et Andzembe lui repond en disant: Moi? me casser? Jamais!!! Tous des voleurs et ils se connaissent ! En tout cas j'aimerai savoire la fin de l'episode. A voleur en voici Deux!!!!!

Hehe, hehe, hehe A Niembe, Andzembe ossouuuuuu!!!

4.Posté par Mezzah le 28/10/2009 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est palpitant ce qui se passe au Gabon en ce moment. Pour une fois, moi qui prends les choses au sérieux, j'en rigole.

Croyez-moi, personne ne sait aujourd'hui d'où viendra la chute d'Ali. Parmi les pistes évoquées on parle dans certains milieux de sa femme (qui n'est pas une bonne altogovéenn). On perle aussi de jeunes militaires en quête de soutiens au sommet de la hiérarchie.

Les jours sont comptés.

5.Posté par Ali7 le 28/10/2009 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Andzembe a raison de persister. C'est la conférence des Chefs d'Etat qui doit le remercier et non un seul chef d'Etat. Voici la réalité. Si le Gabon veut le remplacer, il doit attendre la dite conférence et là encore il faudrait que tous les chefs d'Etat acceptent aussi.

Et si Obiang Nguema, le plus grand contributeur de la Béac soutenait Andzembe. Car n'est-il pas le seul à pouvoir démonter le système de fraude qu'il a dévoilé lui-même aussi; et ce après avoir commis quelques gaffes de gestion sur les placements qui ont tournés au vinaigre.

Et pour ce placement, pourquoi le Société Générale ne pourrait pas rembourser la Béac ? Tout comme d'ailleurs les américains ont débourser de l'argent aux banques françaises.

Il n'est pas acceptable aussi que la Béac laisse cette affaire sans suite, sans réclamer à la SG des remboursements.


6.Posté par lili le 29/10/2009 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avant de donner nos argumentaires , il faut bien lire ce qui est écrit et dit.

La maladresse vient de la présidence es la posture de ce monsieur est conforme au règlement et mode de fonctionnement interne entre les états membres.

Pourquoi qu'il soit déchu, Ali doit attendre la prochaine réunion des états membres.il faut bien lire les accords de Fort Lamy et la présidence de cette Banque revient de droit au Gabon.

Tout le monde sait qu'Ali s'active en coulisses pour la candidature de Jean Massima

7.Posté par CHE2 le 29/10/2009 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais vous pensez que Ali connait quoi!? Il fait les choses sans savoir ce qu'il en est réellement, c'est un idiot.
Et vous allez voir, il ira d'erreurs en erreurs, tout simplement parce que ce n'était pas son destin d'être président d'une république. On peut changer son destin, mais on ne le force pas... Il voulait juste réaliser son ultime rêve....

8.Posté par YA ! oteck bilouma a na vé le 29/10/2009 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Andzembé a fait honte au gabonais, les placements dont fait allusion, ont fait en sorte que Andzembé saute à la tête de la BEAC. Etant donné que ce dernier ne connaît pas le fonctionnement du système monaitaire, à oser faire des placements inopinés. Alors, là aussi il a volé beaucoup d'argent qui ont fait en sorte qu'il construise un immeuble de 12 étages au centre ville en face de rénovation, voilà ce qui arriva arriva! Arrêter de voler comme ça Monsieur Andzembé......
Bien fait pour le gouvernement gabonais, en plus les autres gaboanias ont occupé cette place sans qu'il y ait détournement de fond (OYE MBA et j'en passe....) N'ait pas honte revient au pays, le gabon n'a plus de côte au sein de la BEAC, c'est maintenent la guinéé équatoriale.
Wait and see Mr Andzembé!!!!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...