News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Paul Gondjout: De l'Union Nationale (Echos du Nord)

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 19 Mars 2013 à 10:53 | Lu 1268 fois



Gabon: Paul Gondjout: De l'Union Nationale (Echos du Nord)
Vincent de Paul Nyonda a laissé à la postérité un ouvrage intitulé : « Autobiographie d’un Gabonais » paru aux Editions l’Harmattan en 1994. Il évoque dans cet ouvrage une visite que Paul Gondjout lui avait faite à Mouila à la mi-juin 1956. Il rappelle : « (…) J’eus le grand honneur d’accueillir sous mon toit notre sénateur. Il revenait au Gabon pour créer des sections du BDG à l’intérieur du pays et présenter l’Union gabonaise, le journal du parti. » L’Union gabonaise, un titre qui en dit long.

Ce père fondateur de la République gabonaise que raconte Marc Louis Ropivia dans une œuvre consacrée à ce pionnier, et préfacée par Jean-Marc Ekoh, ancien sénateur de l’AEF et ancien président de l’Assemblée nationale, mettra au centre de sa vie politique l’Union comme valeur fondamentale. La volonté nihiliste de feu Omar Bongo Ondimba réduira cette valeur fondamentale à un simple slogan. Aujourd’hui, le PDG, artisan de la division, le démontre dans toutes les strates de la République où la promotion se fait au gré de la proximité culturelle et de la parenté. Sa petite majesté, l’homme pressé, poursuit la construction de feu Omar Bongo Ondimba en fabriquant le Gabon des potes. Loin des valeurs que véhiculait Paul Gondjout. Dans le journal du BDG, « L’Union gabonaise », paru en Mai 1956, un article intitulé : « De l’union au service du pays », il en donnait les contours. Nous le mettons à votre appréciation.

« Nous nous sommes engagés à travailler pour réaliser une large union chez nous afin que les discussions mesquines, les généralisations procédant d’une vexation bien déterminée et limitée, les prises de position systématiques qui en découlent, s’éliminent peu à peu et que les gens de bonne volonté et de bonne foi se retrouvent côte à côte pour l’étude des grands problèmes économiques, sociaux et politiques qui se posent à notre pays. C’est donc à dégager une véritable élite dont les composants ne sont atteints d’aucun complexe (d’infériorité ou de supériorité) que nous devons travailler.

Nous disions dans notre lettre manifeste que les plus dynamiques d’entre nous, tous ceux qui sentaient qu’il fallait faire quelque chose, depuis 1945 ont basé leur action politico-sociale sur l’union. Il eut peut-être été plus exact de dire qu’ils ont voulu recréer un climat moral que cinq années de guerre mondiale avaient sérieusement ébranlé. Ce retour en arrière basé la plupart du temps sur un sentimentalisme respectable devait être voué à l’échec parce que le monde avait terriblement souffert, que les échanges d’idées, et les voyages d’hommes de tous les continents, de toutes les races (les nôtres y compris) avaient bouleversé l’échelle des valeurs. Nous aurions dû, non pas essayer de recréer une fraternité sentimentale et quelque peu paternaliste dépassée par les événements, mais tout en conservant notre idéal, le colorer sérieusement de réalisme.

Pour mieux ébranler ces tendances qui se faisaient jour chez nous vers la fin de l’année 1945, la politique submergea le pays et fit naître avec des ambitions, des luttes fratricides dont les effets sont encore vivaces aujourd’hui. Une propagande viciée et répandue de bouche à bouche (si elle ne figurait pas sur les déclarations des candidats) contribua fortement à diviser des hommes qui cinq ans auparavant étaient les meilleurs amis. Il y eut des élus. A notre avis, leur tâche est de dépasser leurs électeurs et de ramener la concorde. Même si cela doit coûter une réélection, le travail ainsi réalisé pour l’union gabonaise ne peut être que profitable au pays. Eliminer un complexe néfaste chez certains électeurs, leur faire prendre conscience d’une solidarité indissoluble dans les bons comme dans les mauvais jours, placer l’entité du Gabon parmi nos préoccupations majeures, c’est œuvrer avec la certitude absolue de forcer l’estime, l’amitié et le soutien de ceux qui au-delà et au-dessus des personnes veulent juger sur des idées et des faits. Ils commencent à devenir nombreux au Gabon.

D’aucuns s’imaginent que le problème de base est l’union des sangs, alors que pour rendre ce genre d’union harmonieuse, il faut la faire précéder de celle des esprits. Lorsque des Gabonais conscients de cette union préalable se mettront sérieusement au travail, feront entendre leur voix pondérée, mais ferme, proposeront des solutions rationnelles et convaincantes pour l’avancement des populations de leur pays, la voie aux unions accessoires sera tracée et elles se feront d’elles-mêmes sans grands discours d’après-boire, parce que les esprits dans le travail en commun et au milieu de soucis communs auront été préparés.

Lorsque la fortune politique d’un homme tient entre les mains de compatriotes conscients et honnêtes, méprisant les prébendes et les promesses d’un avenir personnel meilleur, elle peut devenir prodigieuse et efficiente ou très tôt brisée, selon que l’homme est de la trempe de ceux qui le soutiennent, ou selon qu’il joue le jeu qui tend de plus en plus à discréditer certains élus du peuple : « les intérêts généraux après mes intérêts électoraux et financiers ».

La véritable élite, unie et convaincue que les problèmes urgents qui se posent à elle ne doivent plus être « passés sous la jambe » doit être vigilante et savoir choisir judicieusement ses représentants pour qu’à l’extérieur l’on ne se fasse pas une fausse idée du Gabon. »

S’il était donné à Paul Gondjout de revenir parmi les vivants, c’est avec grande amertume qu’il constatera que le rêve d’une union nationale, celle des esprits, celle des Gabonais mus par le seul intérêt de servir leur pays a été désagrégé. Bongo père a personnalisé et familialisé les institutions, et l’administration avec. Son successeur et fils poursuit la même œuvre. Les roitelets, nouveaux comme anciens, ont décuplé leur voracité et vélocité à l’enrichissement. La voie qu’il décommandait à ses contemporains, à savoir « les intérêts généraux après mes intérêts électoraux et financiers » est la norme aujourd’hui. La construction de l’Union, a été supplantée par un discours sur la division dont les chantres sont les membres du Parti démocratique gabonais émanation du Bloc démocratique Gabonais que Paul Gondjout avait, à son époque, ancré dans tous les terroirs du pays. Que d’années perdues !


Il reste à caresser le rêve en redécouvrant « Paul Gondjout », de Marc Louis Ropivia, nouveau recteur de l’Université Omar bongo qui, du reste, gagnerait à être rebaptisée.

Mardi 19 Mars 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1268 fois




1.Posté par Babokianu. le 13/05/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ L'Histoire n'a pas de tombe...Il faut reecrire l'histoire du Gabon que des esprits s'efforcent de tordre pour des raisons ethniques.beaucoup de Gabonais ignorent les acteurs fondateurs de notre republique/Notre bien aime Leon Mba fut le Premier President du Gabon,mais pas le fondateur Oui Paul GONDJOUT l'Enenga du Moyen-Ogooue suite a des virulentes pressions et des menaces de mort, s'est refuse d'assumer les responsabilites de chef d'etat ,Il a tot fait de designer Leon Mba qui n'etait meme pas au Gabon,mais pour des raisons pas claires il se retrouvait a Fort-Lamy..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...