News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Paris relativement satisfait de l'élection au Gabon, la "Françafrique" pointée du doigt

Le site de la Liberté - LA REVOLUTION LVDPG le Vendredi 4 Septembre 2009 à 22:21 | Lu 404 fois



La France a déclaré vendredi n'avoir pas grand chose à redire sur le processus électoral contesté qui, au Gabon, a porté Ali Bongo Ondimba à la succession de son père, Omar Bongo, au risque de s'attirer les accusations de perpétuer les vieux usages de la "Françafrique".

Le Gabon, riche en pétrole et en minerai, est un pays clé de l'influence française en Afrique. Il est aussi l'un des derniers symboles de cette "Françafrique", terme qui recouvre un ensemble de relations opaques, politiques, d'affaires, voire d'affairisme, nouées par la France avec ses anciennes colonies.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a réaffirmé vendredi la position officielle de neutralité de Paris dans ce scrutin.

Mais il a en même temps rendu un hommage appuyé aux autorités gabonaises pour l'organisation de ce scrutin qui, après 41 ans de règne d'Omar Bongo et de relations étroites avec la classe politique française, consacre le contrôle d'une famille sur le pays.

"Il y a eu très peu de retard dans la préparation et le déroulé des élections, tout ça s'est fait au grand jour, la France n'est pas intervenue, la France n'avait pas de candidat, la France n'a pas de candidat", a-t-il souligné sur la radio RTL.

"La France acceptera le résultat des élections les plus contrôlées possible", a-t-il ajouté, se référant aux missions d'observation du scrutin qui "se sont déclarées satisfaites".

La mission de l'Union africaine a jugé que les opérations électorales s'étaient déroulées "conformément aux dispositions légales", mais elle a relevé des "irrégularités" et des "faiblesses".

Les adversaires d'Ali Bongo ont dénoncé des fraudes massives. "C'est un coup d'Etat électoral", a lancé l'ex-ministre André Mba Obame, arrivé deuxième du scrutin, selon les résultats officiels qui donnent à Ali Bongo 41,73% des suffrages.

La France ne s'est pas prononcée sur les allégations de fraude. "S'il doit y avoir des contestations, il faut que ça se fasse devant les institutions qui sont prévues pour ça", c'est-à-dire la Cour constitutionnelle gabonaise, a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet.

L'Association Survie, qui milite pour "l'assainissement des relations franco-africaines", a dénoncé vendredi "un coup de force qui vise à prolonger la mainmise du clan Bongo sur le pays, avec la bénédiction de la France".

"A force de vouloir figer le pouvoir gabonais aux mains d'un clan (...), la France s'aliène la majorité du peuple gabonais", estime-t-elle, en rappelant la promesse du président Nicolas Sarkozy de "rupture" avec la Françafrique.

A Paris, les Gabonais de la diaspora se sont aussi indignés, dans un communiqué, des réactions françaises au scrutin, "légères, conservatrices, françafricaines, et sans fondement". En France, l'opposition socialiste a fait part de son "étonnement".

Un homme concentre les critiques. Il s'agit de l'avocat franco-libanais Robert Bourgi, souvent qualifié de gardien des secrets de la "Françafrique". Il se présentait récemment lui-même, dans le journal Le Monde, comme "un ami très écouté" de Nicolas Sarkozy et ajoutait qu'Ali Bongo était "le meilleur défenseur des intérêts français dans tous les domaines".

Les autorités françaises jugent par ailleurs assez limitées pour l'instant les contestations violentes qui ont suivi la proclamation des résultats et qui ont visé des intérêts français.

A la présidence française, on se disait vendredi "pas du tout inquiet" et on confirmait que Paris attendrait "la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle" pour adresser un message de félicitations.

La France dispose d'un millier de militaires au Gabon, et environ 10.000 Français y sont établ

Vendredi 4 Septembre 2009
LA REVOLUTION LVDPG
Vu (s) 404 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...