News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - PME : «la question du financement est quand même essentielle», dixit Alain Rempanot

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 11 Avril 2014 à 08:08 | Lu 557 fois

Conscient des difficultés permanentes qu’éprouvent les PME gabonaises, les dirigeants de la Chambre de Commerce du Gabon (CCG) ne désarment pas dans la recherche de solutions pérennes axées sur la professionnalisation, le financement et l’accompagnement de ces structures économiques. Esquisses de projets en cours par Alain Rempanot Mepiat, directeur de la CCG.



Les Alsaciens viennent scruter un marché sur lequel les locaux éprouvent tout le mal du monde à se mouvoir. Une telle initiative n’est-elle pas défavorable pour les PME gabonaises?

Il y a une chose qu’il faut que nous comprenions dans tous les domaines, c’est forcément en côtoyant, en étant avec les plus forts que vous, que l’on apprend. Quand les PME étrangères viennent s’installer chez nous, au fond, elles viennent s’installer dans les domaines en théorie que, nous, n’avions pas encore pu explorer ou sur lesquels nous ne sommes pas encore véritablement assis. C’est très bien pour le pays ainsi que pour les affaires. Ça c’est la première dimension.

La seconde chose est qu’au fond, il ne faut pas qu’on ait peur de ça. Tout dépend de la façon dont nous nous préparons. Au niveau de la Chambre de commerce, nous sommes très clairs là-dessus : il ne faut absolument pas que l’on pense que c’est parce que, nous allons nous enfermer et être entre nous, que nous allons pouvoir en réalité nous en sortir. Il y a énormément des secteurs et des domaines où nous n’avons pas encore la compétence. Dans ce genre de rencontre, il y a, à la fois des questions de compétence et de formation qui sont mis en exergue. Mais ce n’est certainement pas en se repliant sur nous-mêmes et en estimant que nous avons des capacités aujourd’hui pour couvrir tous les secteurs de notre économie.

Quelles sont les aubaines qu’offre ce type de rencontre aux PME gabonaises si l’on prend en compte l’absence d’accompagnement relevé par ces acteurs, par rapport à leurs homologues alsaciens pétris d’expérience ?

Au niveau du Gabon nous devons tout faire pour que lorsque nous avons à faire venir les investisseurs dans notre pays, qu’il y ait un transfert de compétence qui s’opère. C’est important et cela relève de la responsabilité de l’État et du secteur privé. C’est vrai que dans ce domaine-là, les PME, les hommes d’affaires ont besoin de l’assistance et du soutien du gouvernement. Là aussi il y a une stratégie d’accompagnement qu’il faudra mettre en place en faveur des PME gabonaises pour qu’elles puissent être en compétition avec les PME étrangères.

Au niveau de la Chambre de Commerce du Gabon, nous sommes en train de monter et finaliser la mise en place des projets qui vont être très utiles. Même si, comme vous l’entendez souvent, le premier élément qui est souvent mis en avant par les PME pour évoquer leur difficulté c’est le financement, eux-mêmes savent qu’au fond le financement quelquefois n’est que le résultat de quelque chose qui n’est autre que cet accompagnement. Le chemin qui les mène vers l’accès au financement c’est ce que nous, la chambre de commerce et l’État, tentons de mettre en place.

De quoi s’agit-il plus concrètement ?

Il s’agit d’un projet qui renferme en lui seul plusieurs instruments et mécanismes financiers adaptés au développement des PME gabonaises. Nous sommes en train de finaliser la mise en place d’un centre de gestion agrée, avec pour objectif d’accompagner les PME au quotidien pour leurs éléments de comptabilité-fiscalité.

Nous sommes en train de préparer la mise en place également d’une bourse de la sous-traitance parce que grâce à cet outil les PME auront la possibilité de pouvoir accéder à la commande publique ou privée. Nous aurons la possibilité de catégoriser les entreprises. Par exemple si nous avons un marché de nettoyage des abords des routes, réservé aux PME locales, il sera interdit à une entreprise qui ne soit pas une PME locale d’accéder à ce type de marché. Lorsque vous êtes demandeur d’un financement, vous vous présentez dans une banque avec votre business plan et le label qui atteste que, vous avez été accompagné par un centre qui est agréé par l’État et qui comprend lui-même des professionnels qui sont agréés Cemac pour certains, est un élément de confiance.

On peut accéder au financement simplement par le biais de la bourse du simple fait que vous soyez, désormais agréé comme un sous-traitant. Si vous avez à faire face demain à un marché important et que vous avez besoin de soutenir vos investissements, vous allez au près du banquier qui sait que vous aviez une institution qui est une bourse et qui est reconnue et qui estime que vous avez les capacités pour mener à bien un marché.

Nous aurons également un centre de médiation et d’arbitrage. Comme vous le savez dans les affaires, l’élément clé c’est la confiance. Le fait qu’un opérateur économique soit en conflit avec un autre opérateur économique ou avec l’État, l’instance qui est l’arbitrage – avec une réactivité plus facile avec des professionnels parce que la justice civile ne comprend pas toujours les problématiques des affaires- fera en sorte que les opérateurs économiques obtiennent plus de confiance dans le règlement de leurs différends.

Et le dernier grand projet est la réouverture de l’école consulaire. Parce que l’un des problèmes majeurs dans notre pays est celui de la formation, de renforcement de capacités. Il faut former les jeunes qui sortent des écoles, des établissements universitaires, qui veulent être recrutés et qui quelques fois ont un déficit dans telle ou telle compétence, la chambre de commerce par le réseau de son école consulaire qui est animé par les professionnels, peut accompagner le développement des compétences de ces personnes-là, dans le cadre de la formation continue et cela quel que soit le domaine.

Dans notre pays, lorsque nous parlons des difficultés des PME, nous ne mettons en avant que le financement. Et il y a beaucoup d’entreprises qui vous disent, écoutez, nous avons du mal à obtenir du financement, alors qu’on nous dit qu’il y a des lignes de crédit qui existent. Mais c’est tout simplement parce qu’au fond, les dossiers ne présentent pas toutes les conditions requises pour être banquable. Une situation qui trouve ses sources dans le manque de formation et d’information sur les techniques d’élaboration de projet, de demande de financement.

Quel seront les caractéristiques de la future bourse de la sous-traitance ? Sera-t-elle accessible à tous les PME ?

La bourse de la sous-traitance est d’abord le résultat d’une association entre les entreprises. Ce n’est pas un établissement public. Donc l’adhésion est libre. Ce qui sera demandé est que toutes les PME adhèrent. La bourse appartiendra aux opérateurs économiques, ce sont eux qui font la bourse. La bourse pourra organiser des séminaires de formation, des salons et des rencontres BtoB, pour permettre aux grandes entreprises de pouvoir échanger avec des sous-traitants. Nous allons tout faire pour associer les établissements bancaires parce qu’après tout, la question du financement est quand même essentielle. Mais le financement, n’est pas tout.

Gabonreview

Vendredi 11 Avril 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 557 fois




1.Posté par Bouka Rabenkogo le 11/04/2014 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Conscient de quels difficultés des PME? Il faut d'abord qu'elles existent. J'appel ça du verbiage quotidien de bureau-médiocrates. Médiocratie quand tu nous tiens. Je suis depuis plus de 25 ans gérant fondateur d'une PME et je sais de quoi je parles. Existe t'il une volonté de structuration de la PME? Si oui, quel est le process?
Salutations

2.Posté par LE PANAFRICAIN le 11/04/2014 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A PEINE QUE J'AI COMMENCE A LIRE CET ARTICLE QUE JE ME SUIS MIS A VOMIR. ON EST VRAIMENT DIRIGE PAR DES INCOMPETENTS.
RAMPANOT N'A PAS ENCORE COMPRIS QUE DESORMAIS LES FAMEUX ALSACIENS QUI VIENNENT SOIT-DISANT AIDER L'ECONOMIE GABONAISE, SONT EN REALITE DES FUTURS MERCENAIRES POUR LES GENERATIONS FUTURES. IL FAUT QUE CE MONSIEUR LISE UN PEU POUGALA ET LA GEO-STRATEGIE EN AFRIQUE.
L'AFRIQUE EST SERIEUSE MENACEE PAR LES "TOUBABOUS". QUAND LEURS AFFAIRES VONT COMMENCER A FLEURIR AU GABON, ILS VONT IMPOSER DES PRESIDENTS AU GENERATIONS FUTURES.
ALORS QUE CERTAINS PAYS COMME LA GUINEE EQUATORIALE, ONT MIS DES GARDE-FOUS FACE A CETTE INVASION DES TOUBABOUS, LE GABON COMME TOUTE "BONNE PROSTITUEE" SE LAISSE PENETRER PAR DES INCONNUS DANGEREUX.

CHEZ EUX, LES TOUBABOUS PROTEGENT LEURS ENTREPRISES CONTRE LA CONCURRENCE FEROCE DES ENTREPRISES ASIATIQUES. EN MATIERE DE PROTECTIONNISME ILS SONT CHAMPION.
POURQUOI RAMPANOT ET SES AMIS EMERGENTS NE VEULENT PAS QUE LE GABONAIS PROTEGE D'ABORD SA PROPRE PME. QUAND IL Y AURA UN PROBLEME DEMAIN AU GABON, CES GENS VONT REPARTIR CHEZ EUX AVEC LES POCHES PLEINES DE FRIC. MAIS LES GABONAIS N'AURONT PAS D'AUTRES ENDROITS OU ALLER PUISQUE LES VISAS FRANCAIS LEUR SERONT REFUSES D'OFFICE.
DONC IL FAUT D'ABORD PRIVILEGER L'ECLOSION DES PME / PMI GABONAISES. PROTEGER NOS PME D'ABORD ET NOTRE MARCHE ET NE S'OUVRIR QUE LORSQUE CES DERNIERES AURONT UN STADE DE DEVELOPPEMENT FAVORABLE.
COMPTONS D'ABORD SUR NOUS-MEMES ! CE N'EST PAS DANS L'INTERET DES AUTRES , QUE LE GABON SE DEVELOPPE.
DONC LES EMERGENTS CULTIVEZ-VOUS UN PEU ! VOUS ETES PIRES QUE LES COLONS !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...