News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Nouveau drible du gouvernement aux centrales syndicales, l’absence sur le territoire Paul Biyoghe Mba

Le site de la Liberté - Source : Koaci et LVDPG le Samedi 21 Août 2010 à 18:44 | Lu 771 fois



Gabon : Nouveau drible du gouvernement  aux centrales syndicales,  l’absence sur le territoire Paul Biyoghe Mba
Le gouvernement gabonais à brillé par une absence criarde vendredi dernier à Libreville, date qui était prévue pour la signature d’une convention sociale avec les centrales syndicales du pays, en vue de la réduction des prix de certains produits de première nécessité, à l’exemple du ciment, de l’eau et de l’électricité notamment.

La rencontre de vendredi dernier, faisait déjà suite à un premier report d’une semaine de la signature de cet accord, officiellement motivé en son temps, par l’absence sur le territoire nationale du premier ministre, Paul Biyoghe Mba, coordonnateur de l’action gouvernemental.

Cette fois, les centrales syndicales disent soupçonner une manœuvre d’entourloupe, qui est justifiée par la volonté des techniciens du ministère des finances de mieux apprécier l’incidence de cette baisse des prix sur la masse budgétaire.

Fuite en avant, clament les représentants des travailleurs, qui ne cachent pas leur étonnement de l’utilisation de cet alibi d’apprécier l’incidence de cette baisse des prix sur la masse budgétaire, alors que les propositions côtés gouvernement ont été faites par ces même techniciens du ministère des finances, qui ont pourtant été en amont et en aval de l’ensemble des mesures prises d’accord partie, sans curieusement n’avoir rien dit sur des éventuels difficultés techniques auxquelles pourrait être confronté le document paraphé par les deux parties.

Des nombreuses voies disent y voir, une méthode gouvernementale visant à jouer les prolongations, et à retarder de façon illimitée l’application effective de cette mesure de réduction des prix de produits de première nécessité. Sans visibilité aucune, le gouvernement se contente d’inviter les partenaires sociaux à la patience, jusqu’à la définition consensuelle d’une nouvelle date, ce, sans qu’aucun délai ne vienne borner le temps imparti.

Les représentants des centrales syndicales devraient dans les prochains jours, élaborer un plan de riposte à la manœuvre gouvernementale, qui pourrait se traduire par des paralysies du tissu économique, avec l’entrée en scène de l’arme fatale qu’est la trêve, souvent utilisée comme dernier recours, à la suite de l’échec des négociations et autre pourparlers avec la partie d’en face. Les soldats de l’émergence montreraient ils leurs limites à traduire en actes les fondamentaux du programme politique socle de leur présence au sein de l’exécutif ?

Déduction dans laquelle n’hésitent pas à verser de nombreux gabonais, à moins pour le gouvernement poursuivent ils, de se complaire dans la misère qui engloutie la majorité de la population de ce pays pétrolier, où les retombés de l’or noir ne profitent en vérité d’au clan au pouvoir, au détriment de plus de 80% de la population qui flirte avec la pauvreté.

Pas d’efforts extra budgétaire pour l’heure côté gouvernement, en raison de l’exécution en cours du budget 2010 qui n’intègre pas cette donne. C’est dire, dans un langage subtile, que le gouvernement se veut inviter les leaders syndicaux à essayer d’attendre la confection de la prochaine loi budgétaire, promesse avec toute fois, le risque d’accoucher d’une nouvelle souris, tant, les méthodes de feinte, sont légion chez nous amis de l’exécutif. Qui vivra, verra.



Samedi 21 Août 2010
Source : Koaci et LVDPG
Vu (s) 771 fois




1.Posté par MEKENG le 22/08/2010 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les syndicalistes se feintent eux même si l'on peut s'exprimer de la sorte. Même un gamin de 7 ans à qui on promettrait moult fois une sucette se rendrait compte qu'on le tourne en bourrique et ne se ferait pas berner une ultime fois. Que les syndicats s'abstiennent vainement d'occuper la scéne avec leur valse à x temps et leur farandole en accordéon.Ou ils ont des revendications à faire valoir et c'est une évidence , qu'ils négocient âprement et avec responsabilité.Mais de grâce brandir à tout bout de champ la grève générale illimitée arme suprême du syndicalisme est tout simplement ridicule, surtout si on ne passe pas à l'acte. " Le gouvernement" le comprend aisément et en joue avec délectation. Peut etre attendent-ils une prébende comme le faisait OBO et qui tarde à venir dans ce cas qu'ils le disent. Si c'est vraiment pour le ciment, l'électricité et l'eau il ya fort longtemps qu'ils auraient compris qu'on se fout de leur gueule. Mais franchement en arriver là pour ces seules revendications qui n'ont d'ailleurs rien à voir avec leurs revendications essentielles ayant attrait à leur outil de travail , les conditions d'exercice, les rémunérations et autres est tristement lamentable. Heureusement qu'ils ont en face d'eux des incompétents qui avec un peu de jugeote leur auraient refilé ces maigres compensations et tout irait bien dans le meilleur des mondes. Pauvre Gabon ; qu'as-tu fait au bon Dieu pour mériter ça. J'aimerai savoir le montant de la dette qu'on a contractée auprés du Seigneur et qu'on n'arrive pas à solder depuis la nuit des temps et ainsi endurer en guise de châtiment le systéme Bongo.La Cosatu en AFS est en gréve sans sommations infinies comme au Gabongo. Sobrement triste.

2.Posté par Schtroumpf Promesses. le 22/08/2010 03:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si vous ne passez à l'acte ( une bonne grève général rien rien ne se fera un blocus est indispensable pour changer les choses camarades syndicalistes.

3.Posté par Elijah Moses le 22/08/2010 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l’absence sur le territoire nationale du premier ministre, Paul Biyoghe Mba
Donc quand le chef n'est pas là le village ne tourne pas? Personne ne peut assumer l'intérim? Quel pays!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...