News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ngbwa Mintsa privé de salaire et interdit de sortir du pays

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Lundi 26 Octobre 2009 à 22:15 | Lu 3207 fois

L'intellectuel et militant de la démocratie, Grégory Ngbwa Mintsa a dénoncé, dans un communiqué de presse rendu public le 20 octobre dernier, la privation par les autorités gabonaises de sa liberté de circulation. Ce, par le refus de lui délivrer son passeport biométrique en raison d'une interdiction de sortir du territoire décidée en janvier dernier par l'ancien ministre de l'Intérieur. Privé de salaire depuis 10 mois, l'intellectuel gabonais, qui s'était porté partie civile de la plainte déposée en France contre les «Biens mal acquis», dénonce un État policier et une atteinte aux libertés fondamentales des citoyens.



Gabon : Ngbwa Mintsa privé de salaire et interdit de sortir du pays
Dix mois après son séjour dans les geôles de Libreville pour avoir été accusé de «tentative de déstabilisation de l'Etat», et après la transition politique qui a vu l'installation d'un nouveau président, l'intellectuel gabonais et activiste politique Grégory Ngbwa Mintsa continue de dénoncer un «acharnement» des autorités à son égard.

Dans un communiqué publié le 20 octobre dernier, il fustige la confiscation de son passeport en raison d'une interdiction de quitter le territoire national datant de l'incarcération des leaders d'ONG en janvier dernier.

Alors que son nouveau passeport biométrique devait lui être délivré le 21 septembre dernier, «après sept rendez-vous sans suite, l’administration, en présence de mon avocat, m’a informé que ce document, pourtant établi, ne pouvait m’être délivré, car le fichier des services de renseignements mentionne mon interdiction de sortir du territoire, sur instruction de l’ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame», explique-t-il.


A l'époque, le ministre de l’Intérieur avait affirmé que les cinq leaders d'ONG incarcérés, Georges Mpaga, Gaston Asseko, Jean-Bernard Poaty, Marc Ona Essangui et lui-même, étaient au cœur d’un vaste complot visant à déstabiliser le chef de l’Etat, et faisant état de ramifications en
Afrique du Sud et au Canada.

Mais «André Mba Obame n’a jamais apporté le moindre élément pouvant étayer ces accusations qui ne figurent même pas dans le dossier», dénonce Grégory Ngbwa Mintsa, affirmant qu'«aucune preuve n’a donc été transmise ni au Parquet, ni au Secrétaire général de la Sécurité nationale, ni au ministre de la Justice, ni à la Cour de Sûreté de l’Etat, ni au président de la République, ni même à son successeur, au ministère de l’Intérieur».


Alors que «les salaires de l’adjudant Poaty et le mien sont suspendus depuis maintenant dix mois», Ngbwa Mintsa estime qu'«il est inexplicable que le rédacteur de la lettre ouverte [Bruno Ben Moubamba - ndlr] pour laquelle nous sommes poursuivis, est sorti du territoire avant notre incarcération, sans être inquiété. Il est rentré au Gabon au mois de juillet, a fait venir sa lettre ouverte interceptée par les services de renseignements à l’aéroport qui l’ont laissé passer et qui a été distribuée. Il a enregistré sa candidature à l’élection présidentielle qui a été acceptée».

«Enfin, alors que les candidats de l’opposition sont interdits de sortie du territoire suite aux troubles relatifs au contentieux électoral, Bruno Ben Moubamba a regagné la France, sans être inquiété par la police des frontières» , a-t-il encore ajouté.

Ayant décidé de se rendre chez le nouveau ministre de l'Intérieur, Jean François Ndongou, pour s'enquérir de la situation, Grégory Ngbwa Mintsa s'est vu exiger une garantie de ne pas aller «à l’étranger pour parler de "ce qui vient de se passer ici", sous-entendu, le contentieux électoral», rapporte-t-il.

«Le droit au passeport découle de la liberté de circulation de tout citoyen. Sa délivrance ne saurait être subordonnée à un engagement à renoncer à mes libertés d’opinion et d’expression. Elle ne saurait non plus dépendre du bon vouloir subjectif d’un individu», rappelle enfin le militant gabonais de la démocratie.

Grégory Ngbwa Mintsa s'était porté partie civile, le 2 décembre 2007, dans une plainte pour «recel de détournements de fonds publics» déposée devant la justice française par les associations Transparency International et Sherpa contre les Présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale). Ce qui lui a valu et lui vaut encore bien de problèmes avec le pouvoir gabonais.

Lundi 26 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 3207 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par sebdepog le 01/11/2009 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soutien Gregory. Ne baisse surtout pas les bras.

20.Posté par espoir le 28/10/2009 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment les gabonais vous êtes décevant alors voila klke choz kii est écrit noir sur blanc mais vous trouvez le moyen de dire k c a coz d"ALI k ce monsier et ses amis se sont fait arreter tsouoooooooooooooooooo vous etes grave vous soutenez AMO c bien mais today voici ces oeuvres 10 mois k se monsieur n'a pa de salaire et vous pensez kil n'a pa de famille a sa charge comment font ils .vraiment c triste

19.Posté par Möng yâ Ndzäl le 28/10/2009 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Greg mon frère,

Saches que je te soutiens dans cette épreuve. La force de ton esprit est largement, et de très loin, au dessus de la brutale sauvagerie et de l'usurpation du pouvoir dont les bongo ont usé et usent; réduisant avec la complicité des vendus comme paul biyoghe, mborantsouo, boukoubi, le centrafricain zouba ndama et tous les autres tonneaux vides, notre pays et son peuple à une misère indescriptible. Mais qu'ils sachent que toute chose a une fin. Le père bongo est parti en enfer, son biaffrais de fils partira lui aussi et plus tôt qu'on ne le croit.

18.Posté par VILLA le 27/10/2009 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'action de AMO au sein du PDG et auprès des BONGO entrainera encore bien des souffrances.C'est loin d'être fini. N'oubliez pas que même l'idée d'un Ali BONGO président et d'un AMO second(en tant que 1er ministre ou autre) a longtemps circulé au Gabon dans les têtes de plusieurs personnes car AMO l'a longtemps promu auprès de ses proches.
Ce scenario a été changé sans que le scénariste(AMO) et son producteur(ABO) n'aient donné les vrais raisons au peuple; d'autant que le parrain(OBO) s'en est allé emportant avec lui les milliards de secrets sur tout ce cirque. Mais les conséquences sont là Bongo fils s'est imposé comme dans le scenario!
AMO a été un serviteur "zélé" du "Diablomar"jusqu'à sa mort récente et c'est son véritable handicap.Il s'est autoproclamé "Héritier politique" et plus probablement de son mentor. A ce titre, il mène donc un combat d'égo. Combat dans lequel il s'est enfin souvenu qu'au Gabon existe d'abord un peuple. Aussi tente t-il de l'instrumentaliser par des "on volera pas la victoire du peuple". Sauf que en face, ils n'ont rien à foutre du peuple. Mais ça il le sait bien pour l'avoir pratiqué.Bien malin qui pourra désigner le vainqueur de ce match d'égo! car au Gabon le perdant est connu depuis belle lurette à savoir le peuple .

17.Posté par Ali7 le 27/10/2009 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est pas AMo le responsable mais bien le système PDG. AMo n'était qu'un element de ce système et aujourd'hui il s'est détaché et demandé le Grand Pardon. D'ailleurs AMo n'a pas fourni les raisons de culpabilité de ce refus de sortie du territoire.

Ndongou pense que le Gabon est un pays extra-terrestre. On parle du gabon à l'étranger et il doit le savoir maintenant. je peux lui en aporter la preuve.

16.Posté par Mado07 le 27/10/2009 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le compatriote J.B.M.
comprendra meiux pourqoui notre cher Ben Bruno Moubamba n'a pas un rôle clair dans ses activités politiques ....ses gesticulations politiciennes ne sont que de la poudre aux yeux pour ceux qui n'ont pas de maturité politique...voila un opposant qui se demande comment Moubamba fait des va-et-viens au Gabon sans s'en inquieter ???
Cher compatriote J.B.M.
reflechissez un peu sur les mots de Ngbwa pour comprendre que Ben Bruno Moubamba a un rôle suspect dans ses demarches....
Faisons en sorte que les paroles proferées par Leopold Sedar Senghor ancien president du Senegal ne soient aujourd'hui plus qu'un souvenir et non une realité...il a dit ä l'epoque je cite...l'emotion est negre et la raison est helene...pour ce qui de l'Afrik en general et du Gabon en particulier nous Afrikains devrions apprendre ä etre tres empiriques dans nos analyses...!!!

UNE BANTU

15.Posté par Leblagueur le 27/10/2009 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moubamba, valeureux opposant? Il y en a qui s'amusent ici hein.

Alors que «les salaires de l’adjudant Poaty et le mien sont suspendus depuis maintenant dix mois», Ngbwa Mintsa estime qu'«il est inexplicable que le rédacteur de la lettre ouverte [Bruno Ben Moubamba - ndlr] pour laquelle nous sommes poursuivis, est sorti du territoire avant notre incarcération, sans être inquiété.

«Enfin, alors que les candidats de l’opposition sont interdits de sortie du territoire suite aux troubles relatifs au contentieux électoral, Bruno Ben Moubamba a regagné la France, sans être inquiété par la police des frontières» , a-t-il encore ajouté.

Faut apprendre à lire !

14.Posté par GABOND'ABORD le 27/10/2009 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous parlez d'intellectuel? cet ignoble individu qui brille par son discours séparatiste, tribaliste et "fangocentriste"?? Pour ma part monsieur l'intellectuel de façade est un danger pour l'unité de peuple gabonais. Pour avoir lu des articles de lui sur la toile, je puis vous affirmer qu'il ne mérite pas votre sympathie.
Patriotiquement.
i[

13.Posté par Eboulou le 27/10/2009 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali est le véritable coupable.Il s'est autoproclamé monarque du Gabon en s' accaparant tous les pouvoirs . De qui et de quoi a-t-il donc encore peur pour pouvoir réhabiliter le simple journaliste qui est Grégory et son comppagnon POATY ? Pourquoi ne veut-il pas que Grégory sorte du pays ? Ce n' est pas un homme politique .Pourquoi cette angoisse à l' idée d'aller parler du coup d'état électoral hors du Gabon ?

12.Posté par Eboulou le 27/10/2009 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali est le coupable .Il s'est accaparé tous les pouvoirs .De Pourquoi quoi a-t-il encore peur pour pouvoir réhabiliter Grégory et son compagnon ? Pourquoi ne veut-il que le journaliste Grégory , qui n' est pas un homme politique , sorte du pays ? OJUKWU fils est coupable.
Pourquoi cette angoisse à l' idée de parler du coup électoral hors du Gabon ? S'il a bien gagné l'élection , pourquoi un pouvoir du tout répressif au Gabon ? Pourquoi cette armée deplus en plus brutale ? Ali est est le seul et l'unique coupable.

1 2 3

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...