News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Mort en prison, à la suite de rudes séances de sodomisation.

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 3 Octobre 2012 à 01:01 | Lu 3037 fois



Gabon  : Mort en prison, à la suite de rudes séances de sodomisation.
La pratique de la sodomisation, s’invite comme activité Roi à la prison centrale de Libreville, ou de nombreux détenus avouent ce sont fait perforer ‘’l’arrière’’, le temps d’un bref ou long séjour dans ce milieu carcéral, familièrement appelé, ‘’sans famille’’.

Ces derniers jours, la polémique enfle de plus belle, sur les circonstances atroces de la mort d’un mineur, selon des informations recueillies par des défenseurs des droits de l’homme, faisant état de du décès récemment à l’infirmerie de cette maison d’arrêt, d’un mineur, dont l’anus a été tenu à rude épreuve des nuits durant, par un trio d’adultes. Les informations concordantes parlent d’un ressortissant gabonais et de deux équato-quineens ou camerounais, qui auraient déversé avec fougue, leur lobido sur le jeune homme, au point de ne lui accorder aucun répit. La nature des déchirures et du traumatisme qui ont suivis, résulteraient des séances répétées de sodomisation, de jours et de nuits durant.

Le jeune homme, physiquement assommé par ces coups de ‘’queues d’adultes’’, aurait été conduit à l’infirmerie de la prison centrale, ou il aurait rendu l’âme. Des sources dignes de foi, font même état de son inhumation qui serait intervenu dans la plus grande discrétion, au regard de l’infamie entourant les circonstances de ce décès.

Quelques jours seulement avant le décès de ce jeune homme, le procureur de la république promettait d’ouvrir une enquête à la suite des dénonciations de la même nature, d’un autre mineur, qui, à l’issue du procès s’étant prononcé pour sa condamnation, pour vol aggravé, pleurait en vain de toutes les larmes de son corps, en suppliant les hommes de loi de ne pas le renvoyer en prison, de peur d’être à nouveau la proie facile de ces friands de culs d’hommes.

Voici donc qui vient relancer le chantier du respect des droits de l’homme en milieu carcéral, mieux, de la séparation des quartiers, entre mineurs et adultes. Dans tous les cas, les membres de la société civile gabonaise évoluant dans le registre, droits de l’homme, promettent d’animer dans les tous prochains jours, une conférence de presse à Libreville, afin de davantage éclairer la lanterne de l’opinion.

Copyright: www.mazleck.info


Mercredi 3 Octobre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3037 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par ktalyzeur le 14/10/2012 02:33 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C VRMT DEZOLANT PU LE GABON HEIN! DETRE ENCO A CE NIVO D BTIZ...

13.Posté par Mulumbu le 06/10/2012 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand le chef incarne la pédérastie que font les subalternes?
Ce n'est pas normal que les mineurs et adultes cohabitent dans les cellules. Que cet incident permette une réflexion. Mais avec quel argent? L'acquisition de château est primordial et vital!

12.Posté par Oréma le 04/10/2012 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
VOYOUS OU PAS ET SANS ENCOURAGER CES JEUNES, IL EST DOULOUREUX POUR DES PARENTS DE PERDRE LEUR FILS À CAUSE DE LA SODOMIE EN PRISON. C'EST UN LIEU DE CORRECTION OÙ ON ESPÈRE QUE LES JEUNES ET D'AUTRES DÉTENUS VONT COGITER SUR LEURS ACTES ODIEUX ET LES REGRETTER, C'EST PAS POUR Y PERDRE LA VIE. AH ALI BONGO ET LES SIENS, VOUS FAITES BEAUCOUP DE MAL AUX GABONAIS HEIN!!! C'EST PAS NORMAL, CES MESSIEURS AFFAMÉS DE SEXE SOIT DISANT DOIVENT ÊTRE CONDAMNÉS À VIE.

11.Posté par Mojola Essono le 04/10/2012 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un Homme qui a faim n'a de respect ni pour la loi, ni pour l'autorité, ni pour la Vie Humaine ! Marcus Garvey.

10.Posté par AMOUR le 04/10/2012 01:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SANS OUBLIER QUE CES SOIENT DISANT JEUNES TRIPOTENT LES SEINS DES FEMMES POUR CHERCHER L'ARGENT DANS LEURS SOUTIENS GORGES.

9.Posté par Larévolte le 04/10/2012 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En matière de banditisme et de criminalité au Gabon et dans le monde, il n' y a ni mineur, ni majeur, tous sont émancipés, audacieux, téméraires et cruels lorsqu'ils sévissent. Dans les rues de Libreville, ces petits enfants (mineurs) sont de vrais prédateurs, de vrais fauves. Ils n'hésitent pas à blesser lorsqu'ils vous braque et ce, même lorsqu'il s'agit des femmes qui peuvent avoir l'âge de leur mère ou grand-mère. Mais les rares fois qu'ils se font avoir, qu'ils sont arrêtés et incarcérés, ils deviennent subitement des mineurs fragiles et impuissants face aux autres bandits. En vacances au Gabon en 2010, j'ai été victime d'un braquage avec violence. Un jeune qui devait certainement être encore mineur m'avait arraché mon sac à main au niveau de Cosmopark. Il était à peine 21 heures. Ces gosses sont rapides, violents et l'effet de surprise vous destabilise au point de perdre un moment la réalité. Au départ, je n'avais pas réalisé ce qui m'arrivait. Ce jeune avait sûrement un complice chargé de répérer les passants de loin, puisque celui qui m'avait arraché le sac avait surgi comme un éclair d'entre deux maisons lorsque je suis arrivée à son niveau. J'en ai déduit après le braquage que son complice lui avait donné le signal. Et puis, il y avait un jeune sur le lieu où se passait la scène qui n'avait même pas daigné voler à mon secours et pourtant il assistait à la scène avec une indifférence surprenante. Pire encore, il feignait de ne rien voir. En tout cas, quand ces jeunes opèrent, ils comptent sur la rapidité, la violence et l'effet de surprise. La suprise était tellement grande que j'ai tout de suite perdu toute logique et toute intelligence. J'ai dans un premier temps essayé de résister au lieu de sauver ma peau. Comme j'avais essayé de résister, il s'est mis à tirer encore plus fort et moi avec. Sa force était herculéenne, je ne voyais que du flou. Et au fur à mesure qu'il tirait, il traînait entre deux maisons dans la pénombre. Je vous signale qu'il était venu me cueillir sur le trottoir sans se gêner ou s'inquiéter pour d'éventuels autres passants. Une fois dans noir, un peu loin du trottoir, il m'a mordu et j'ai lâché mon sac à main. On m'a même dit que j'ai eu la chance, il pouvait me poignarder parce qu'ils ont souvent des armes blanches sur eux. Une chose est certaine, je ne pouvais même pas me permettre de signaler le vol à la police (et pourtant c'était un sac à main de grande valeur) puisque je n'étais pas capable de le reconnaître dix minutes plus tard ni même de décrire ses vêtements. La scène a été très brutale et trop rapide. D'autres jeunes ont braqué mon frère aîné à Kinguélé, deux semaines plus tard. Il était allé venu nous rendre visite ma soeur aînée et moi. Et malgré nos mises en garde, il avait eu l'audace de vouloir retourner chez lui alors qu'il était 23 heures passées. Ces gosses l'ont dépouillé jusqu'à reclamer les chaussures qu'il portait. Il est rentré chez lui pieds nus et sans un sou parce qu'ils avaient tout pris. Peu de temps avant, des jeunes avaient giflé mon oncle, un papy, la même période parce qu'ils n'avaient pas d'argent sur lui. Ils lui ont dit: " comment un vieux comme toi peut-il sortir sans argent, on te laisse partir, mais à l'avenir, ne t'hasarde plus à sortir la nuit sans sous, sinon on va te faire la peau" Ils l'ont giflé violemment et lui ont encore dit: " dégage tout de suite, sinon, on change d'avis". C'est pour vous dire que ces petits enfants sont redoutables la nuit dans les rues de Libreville. Ceci étant, je ne cautionne pas les actes cruels et barbares que cet enfant a subis en prison par des adultes. Tous les délits et crimes doivent être sanctionnés même si la victime est un repris de justice.

8.Posté par MBOUKOUEEEEEEEE le 03/10/2012 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ET COMMENT PEUT ON MÉLANGER LES ENFANTS ET LES VIEUX DANS UNE MÊME CELLULE?

MBOUKOUEEEEEEEEEEEE

7.Posté par Sidonie le 03/10/2012 21:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On espère qu''un jour : les enfants des gens du pouvoir seront violés aussi.

6.Posté par Sidonie le 03/10/2012 21:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On espère qu'un jour : les enfants des gens du pouvoir seront violés aussi.

5.Posté par Petit Mabouela le 03/10/2012 21:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Y en a vraiment assez des mœurs du Gabon : comment peut-on laisser des enfants dans des prisons ? Quel est ce pays de chiens ? Bêtes comme des Gabonais : il est urgent de tuer tous les pedegistes

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...