News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon / Médias : La Revue de presse hedomadaire

Le site de la Liberté - Source : Infosgabon le Mercredi 15 Septembre 2010 à 01:31 | Lu 538 fois



Plusieurs sujets d’actualité sont exploités par les journaux parus la semaine écoulée.
Le Premier Ministre santoméen se félicite de l’excellence des relations bilatérales

Le Premier Ministre de Sao Tomé-Principe, Emery Patrice Trovoada en visite d’amitié et de travail à Libreville mercredi dernier, annoncent « L’Union » et « Gabon Matin » du 9 et 10 septembre 2010, a été reçu par Ali Bongo Ondimba. Les deux hommes ont fait le point de la coopération entre nos deux pays, où ils ont reconnu le caractère indispensable de l’intégration sous-régionale. Ils n’ont pas plus manqué de noter l’urgence de renforcer les liens économiques. Ce qui devrait passer par l’identification des produits à exporter de part et d’autre, les investissements croisés…

Gabon-Rwanda : Des échanges interuniversitaires en perspective

A en croire « Gabon Matin » et « L’Union » dans leur édition du 8 septembre 2010, l Ali Bongo Ondimba qui revenait de Djedda, en Arabie Saoudite, a honoré lundi dernier, à Kigali, à l’instar de plus d’une dizaine de Chefs d’Etat et Gouvernement africains son homologue rwandais, Paul Kagamé, investi pour un nouveau mandat de sept ans

Il répondait ainsi, expliquent les deux quotidiens, à une invitation du Président rwandais, avec lequel il avait échangé préalablement à Addis-Abeba (Ethiopie) et Kampala (Ouganda), lors des deux derniers sommets de l’Union africaine.

En marge de cette investiture, Ali Bongo Ondimba et Paul Kagamé ont, au cours de leur tête-à-tête de lundi soir, après avoir fait le tour de la coopération entre leurs deux pays, souhaité que celle-ci connaisse une nouvelle dynamique. Le Gabon et le Rwanda entretiennent des relations de coopération assez vieilles qui méritent d’être intensifiées.

Les officiers supérieurs de Police reçus par ABO

Dans la perspective de la CAN 2012, indique « L’Union » du 12 septembre 2010, le Commandant en chef des forces de sécurité, le Général Antoine Embinga et ses collaborateurs ont présenté au Président de la République, jeudi dernier, les dispositions sécuritaires relatives à ce projet. Ils étaient introduits par le Ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Cette rencontre intervient quelques jours après l’inspection des experts de la CAF. Une inspection sanctionnée par un satisfecit accordé à notre pays quant à l’évolution des préparatifs de ce rendez-vous sportif. Il a été convenu, ajoute la consoeur, de l’augmentation des effectifs dans ce corps d’ici à 2012.

Le fait majoritaire ne doit pas être un élément anesthésiant

Après le discours du Président de l’Assemblée Nationale, Guy Nzouba Ndama à l’occasion de l’ouverture de la deuxième session ordinaire du Parlement, écrit « Gabon Matin » du 8 septembre 2010, les hommes politiques ont réagi. Pour Jean Eyeghé Ndong, ancien Premier Ministre et vice président de l’Union Nationale (UN), l’opposition est nécessaire. Selon Alain Claude Bilié By Nzé, Député membre de la Majorité Républicaine, le fait majoritaire ne doit pas être un élément anesthésiant. Pour Luc Chéri Gahila, du PGCI, la concertation au sein de la majorité est nécessaire.

Gestion opaque du Gabon : L’amer constat de ces braves compatriotes…

Titre ainsi, à la une, « La Nation » du 6 septembre 2010 qui note que les responsables de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR) et l’Union Nationale (UN) condamnent avec la plus grande énergie la gestion opaque des dirigeants actuels de ce petit pays d’Afrique Centrale d’à peine un million trois cent mille habitants. Leur constat est très amer…Le Big-Boss qui est intelligent, poursuit le bimensuel, doit se méfier du « père de l’ethnisme au Gabon » qui veut son échec. Il faut qu’il forme un vrai Gouvernement avec des hommes compétents, non pas seulement avec les pédégistes. Certains inamovibles présidents des institutions ne l’aident pas également. Et de conclure qu’il est temps qu’il les change !

Ali seul contre tous

« La Nouvelle République » du 6 septembre 2010 qui va dans le même sens que le journal précité, rappelle que le Président s’est adressé à la Nation, la veille de la célébration de l’indépendance. Il a la conviction d’avoir été compris et que ses compatriotes consentiront les efforts nécessaires pour conduire le pays vers l’émergence. Pour y parvenir, le premier préalable est de mettre un terme aux détournements, la gangrène qui annihile tout développement. Le Gabon étant classé premier pays de la zone CEMAC le plus corrompu, le défi consiste à le déclasser.

La succession de Pierre Mamboundou au centre du débat

La première personnalité de l’opposition gabonaise, écrit « Gabaon » du 9 septembre 2010 », n’est pas visible à Libreville depuis de longs mois. Alors que les élections législatives avancent à grands pas, une rumeur sur l’éventualité de sa succession court, mais personne n’ose en parler. Pour les fans de l’UPG, ce parti doit changer ses pratiques, sinon ce serait sa mort politique assurée. Le Gabon ne se limite pas à Ndendé pour obtenir des avantages ou des nominations ou encore pour prendre le contrôle de ce parti après la sortie programmée ou envisagée de la scène politique de son leader.

Cérémonies du Cinquantenaire de l’Indépendance du Gabon : Les ratés du protocole !

Affiche à la une le journal précité qui souligne que ces cérémonies ont été entachées d’une série d’irrégularités protocolaires. Le drapeau a été peint en lignes verticales sur les artères de la voûte de la tribune officielle et non horizontalement. Voici quelques bavures protocolaires : l’arrivée « en catastrophe » de Jean Ping, Président de la Commission de l’UA n’a pas été annoncée.

La Première Dame s’est, à la demande du protocole, levée à la suite de son époux qui, pourtant, est le seul Chef Suprême des Armées pour saluer le passage des troupes. Les enfants du couple présidentiel ajoute-t-il, étaient installés au premier rang de la tribune, devant les membres du Gouvernement et autres corps diplomatique et les représentants des organismes internationaux. Autant d’irrégularités inimaginables. Conclut le confrère.

A contrario, « Croissance+ » de septembre-octobre 2010 dans une rubrique intitulée « Un focus sur le cinquantenaire », fait l’inventaire au-delà des festivités. Au Gabon, écrit le mensuel, les progrès aux plans politique, social et économique ont suivi la trajectoire tracée et voulue par le colonisateur et bien plus par les dirigeants nationaux ayant occupé des fonctions de décision. L’inventaire est fait sur les 5 acteurs politiques des 50 dernières années, sur les 50 grandes réalisations sous Léon Mba et Omar Bongo Ondimba, sur l’avenir sous Ali Bongo Ondimba « en confiance ou en méfiance ? » et sur le combat de l’opposition, « à continuer ou à réadapter ? »

Sécurité Pénitentiaire : Un volcan en éruption

Alors que l’ensemble des Gabonais vivaient dans l’allégresse, les temps forts des festivités de la commémoration de l’accession du pays à l’Indépendance, révèlent « La Nouvelle République » du 6 septembre 2010 et « AZ » du 10 du mois en cours, le corps de la Sécurité Pénitentiaire a brillé par son absence remarquée et remarquable lors de la grande parade militaire du 17 août dernier sur le boulevard du bord de mer. Les raisons évoquées sont multiples : retrait du corps de la tutelle du ministère de l’Intérieur, le manque d’uniformes, les menaces de la troupe de boycotter le défilé, des affectations arbitraires, les blocages aux tableaux d’avancement…Autant de maux qui ont amené l’actuel Commandant en chef de ce corps de ne pas le laisser prendre part au grand défilé.

Alors que les troupes auraient même perçu des fonds (prime pour le défilé). Il est donc nécessaire qu’au moment où l’on parle de culture de bonne gouvernance, que les pouvoirs publics prennent les dispositions. Afin que ces sommes perçues indument reviennent dans les caisses de l’Etat. Car dans le cas contraire pour non participation au défilé, il y a détournement de dénier public qui ne dit pas son nom. Ce corps paramilitaire ne mérite pas ce genre d’humiliation et surtout que ses éléments soient écartés de la grande parade historique. Le Ministre et la Cochef vont-ils continuer à violer impunément les lois et provoquer l’ire des agents tous grades confondus ? S’interroge « La Nouvelle République » qui conclut : « Wait and see ».

La Maison de la Femme a été inaugurée

En prélude à l’ouverture de la Maison de la Femme, le déléguée nationale de l’Union des Femmes du Parti Démocratique Gabonais (UFPDG), Paulette Koho, a évoqué, écrit « L’Union » du 11 et 12 septembre 2010, les objectifs de cette structure : donner aux militantes toutes les aptitudes pour répondre au vœu du Président du parti qui s’est engagé à placer le Gabon dans le concert des pays émergents. Pour atteindre cet objectif, renchérit « Gabon Matin » paru le même jour, il a vivement besoin du soutien de tout le monde. Toutes les femmes doivent avoir des éléments qui vont leur permettre d’être des catalyseurs du développement de notre pays.

Notons que c’est le samedi 12 septembre 2010 que la Maison de la Femme a été inaugurée par le Secrétaire Général du PDG, Faustin Boukoubi, ainsi que le lancement du site web de l’UFPDG.
Le duel des héritiers

Titre ainsi « Le Témoin » du 9 septembre 2010, images à l’appui, parlant de Zacharie Myboto, président de l’Union Nationale (UN) et Faustin Boukoubi, secrétaire général du PDG. L’un, explique le journal, est musulman ; l’autre est baptisé catholique. Le premier est du sud. Le second vient du nord. Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame ont été de tous les derniers combats du père fondateur du Parti Démocratique Gabonais (PDG), jusqu’à sa disparition le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne. Ali entre au Gouvernement en 1989, André en 1990. Ils ont été chargés, chacun en ce qui le concerne, des forces de sécurité, notamment la défense et l’intérieur, deux portefeuilles de souveraineté.

La BAD invite le Gouvernement à revoir la formule de passation des marchés publics

la présentation de la Revue du portefeuille des opérations de la BAD au Gabon, écrivent « Gabon Matin » du 7 septembre 2010 et « L’Union » du 9 et 10 du même mois, a permis au Représentant résident, Boubacar Sidibé Traoré, d’attirer l’attention du Gouvernement sur le dysfonctionnement observé dans l’exécution des projets financés par la banque panafricaine.

Longs délais de ratification et de satisfaction des conditions de mise en œuvre des projets, non-respect des procédures comptables et financières de la banque, mobilité des membres d’encadrement et des cellules d’exécution des projets, absence d’auditeurs externes qualifiés, indépendants et régulièrement inscrits au registre des experts comptables du Gabon constituent les principaux écueils.

Dès 2011, la BAD et le Gouvernement vont ouvrir un nouveau cycle de coopération financière. Tirant les leçons de dix ans de financements de projets au Gabon, la BAD invite les autorités à poursuivre les réformes de bonne gouvernance engagées. Notamment, la passation des marchés publics qui, dans sa forme actuelle, nuit au développement et à l’émergence d’une véritable économie.
La question des transports de nouveau épluchée

Selon « Gabon Matin » et « L’Union » du 8 septembre 2010, la deuxième session du Conseil Economique et Social (CES) qui s’est ouverte mardi en présence du Premier Ministre, Paul Biyoghé Mba, est consacrée à la question des transports au Gabon, dont la réflexion avait commencé lors du dernier conclave des conseillers économiques et sociaux, en février 2010. Le président de l’institution, Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou, dans son allocution circonstancielle, a exhorté les conseillers à faire un diagnostic sans complaisance de cette problématique, en vue d’une politique des transports adaptée aux exigences actuelles et futures de notre pays.

Factures impayés d’eau et d’électricité à la SEEG : L’Etat mauvais payeur ?

C’est le morceau choisi par « L’Union » du 9 et 10 septembre 2010. Des informations de la direction générale de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG), révèle la consœur, font état d’arriérés cumulés de l’Etat au titre des consommations courantes de 2009 et 2010 et des mesures de gratuité d’eau et d’électricité qui s’élèveraient aujourd’hui à 15,5 milliards de FCFA. Selon le DGA, Bruno Collard, aucun paiement n’a été effectué depuis le début de l’année, au titre de la mesure de prise en charge par l’Etat des consommations d’eau et d’électricité des Gabonais Economiquement Faibles, soit 5,4 milliards de FCFA. D’où une lettre de mise en demeure aurait été adressée par l’entreprise au ministère de l’Economie, le 23 juillet dernier. Sans résultats, selon M. Collard. Avec toutes les conséquences qui en découlent.

Un autre son de cloche vient de « Gabon Matin » du 9 et 10 septembre 2010 qui titre : « L’Etat s’engage à régler 6,5milliards ». A en croire le confrère, l’Etat reconnait devoir à la SEEG une somme de 8,4 milliards de nos francs, dont 6,5 exigibles au lieu de 15,5 annoncés. Toutefois, dans les dettes déclarées, la SEEG intègre un montant de 5,5 milliards, au titre de d’un dépassement probable des consommations courantes, lesquelles n’ont pas encore fait l’objet de vérification par les services techniques du ministère du Budget, et qui sont régulièrement traitées en fin d’année.

Attribution des bourses : Rien ne sera plus comme avant

Pour la première fois depuis son existence, note « Le Témoin » du 9 septembre 2010, la Direction Générale des Bourses et Stages (DGBS) veut rompre avec l’opacité qui entoure, non seulement les critères de choix d’attribution des bourses et allocations d’études, mais aussi et surtout la préférence pour tel ou tel étudiant, fils d’un tel pour les prestigieuses universités de la planète. En tous cas, pour Etienne Massard Makaga, le nouveau président de la commission d’attribution et d’allocation des bourses, « l’heure est à la transparence, afin de donner toutes les chances à tout le monde, sans distinction aucune. »

GABTEL bradée par trois mousquetaires

Dans une entreprise, martèle « La Nouvelle République » du 6 septembre 2010, des actionnaires se lèvent un beau matin et décident de tuer la poule aux œufs d’or parce qu’ils prétendent qu’ils auront une autre convention. C’est le cas à l’ARTEL. Il est difficile de comprendre les manipulations ayant cours à GABTEL. Un actionnaire, quoique réservé, ne songe qu’à l’argent. La bonne marche de l’entreprise est son dernier souci.

Un PCA sans vision aucune, héritier de son père, des vieux baroudeurs bombardés actionnaires. Le journal se pose toute une batterie des questions : Que faut-il en attendre ? Que le personnel porte plainte contre Alias Alfredo le « cow-boy » qui est le PCA ? C’est une honte pour la Nation ! De quelle émergence va-t-on se prévaloir ? Est-ce de cette manière que la dissolution et la liquidation des sociétés privées se font dans notre chère Nation ? Si le patrimoine de la société GABTEL appartenait au PCA ou à ses acolytes, l’auraient-ils bradé aussi cavalièrement ?

Sachets oxo biodégradables : La guerre a commencé

La décision prise lors d’un conseil des Ministres tenu à Port-Gentil, d’interdire l’utilisation des sachets plastiques, écrit le journal précité, participe de la recherche de la protection de l’environnement. Ainsi, dès le premier juillet officiellement, les sachets jusqu’ici utilisés et qui mettent quatre cents, voire six cents ans avant d’être détruits par les micros organismes de la nature, ne devraient plus être utilisés au Gabon. Aujourd’hui même, le constat est amer. Les sachets blâmés envahissent à nouveau les marchés. L’impression que l’on a de cette course à l’enrichissement par sachet interposé, soupire le confrère, c’est que la gangrène de la recherche effrénée à l’enrichissement coûte que coûte, a pris de telles proportions que nul autrement dit personne ne peut réellement mesurer l’étendue des dégâts que cela a occasionné à l’économie du pays.

Signalons que la première conférence panafricaine sur la biodiversité a démarré lundi à Libreville, sur le thème : « Biodiversité et lutte contre la pauvreté : Quelles opportunités pour l’Afrique ? ».

Aid-El-Fitr célébrée avec faste

Après un mois de dévotion, d’ascèse et de retraite spirituelle, note « L’Union » du 11 et 12 septembre 2010, titrant « Fin du jeûne du Ramadan : Aspirer à la perfection », les musulmans ont célébré, vendredi la fin du jeûne du Ramadan. A la mosquée Hassan II où s’est rendu, le Rais de la communauté musulmane du Gabon, le Président de la République Ali Bongo Ondimba, pour la grande prière, les disciples de Mahomet sont venus nombreux écouter la prédication du maître de céans, l’Imam Ismaël Oceni Ossa, qui a exhorté ses coreligionnaires à davantage de piété. De ce fait, souligne pour sa part « Gabon Matin » paru le même jour, le président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon (CSAIG) a invité ses frères à se pourvoir de la fierté de la détermination.

Eglise Evangélique du Gabon : Le spectre de la dissidence s’éloigne

Totalement autonome depuis le 30 juin 1961, rapporte « Gabon Matin » du 6 septembre 2010, l’Eglise Evangélique du Gabon (EEG) connait épisodiquement des crises internes, plus ou moins longues, qui minent son fonctionnement régulier, menacent son unité, altèrent son rayonnement et hypothèquent gravement son expansion.

Une expérience originale instituant une période transitoire de 16 ans au cours de laquelle la présidence de l’EEG, objet de convoitises acharnées, est assurée alternativement par un ressortissant de chacune des quatre régions synodales de l’institution, semble pouvoir conduire, depuis juillet 1997, à la restauration définitive de la cohésion au sein de cette Eglise. Dernier à assumer cette présidence »tournante », le Révérend Pasteur Gliçant Assoumou Edzang (Ntem) réunit de nombreux atouts pour conclure cette expérience sur une note de satisfaction générale. Ce qui éloignerait à jamais le spectre du schisme qui a longtemps plané au dessus de l’institution.

Négociations entre le Gouvernement et les syndicats de la communication : un accord enfin trouvé !

Le Ministre de la Communication, des Postes et de l’Economie Numérique, Laure Oolga Gondjout, annonce « Gabon Matin » du 11 et 12 septembre 2010, a rencontré la coalition regroupant le Syndicat de la Première Chaîne (SPC) et le Syndicat des Professionnels de la Communication Indépendant et Démocratique (SYPROCOMID) jeudi dernier, dans la salle de réunion dudit ministère. Cette entrevue qui s’est tenue dans un climat serein a été sanctionnée par la lecture et la signature du procès verbal des négociations de la plate-forme revendicative examinée lors des travaux de la commission interministérielle.

Journée Internationale d’Alphabétisation : Pour une politique nationale de promotion des langues nationales

Ce message est celui des responsables de l’UNESCO en collaboration avec le ministère en charge de l’Education Populaire dans le cadre de la célébration de cette journée commémorée chaque 8 septembre avec pour thème « le pouvoir de l’alphabétisation des femmes » « Le paradoxe des résultats », écrit « Gabon Matin » du 9 et 10 septembre 2010 « ». Selon le quotidien, en faisant l’inventaire des outils de développement utiles à une Nation, l’alphabétisation figure naturellement en bonne place. C’est un instrument sûr, universellement reconnu qui participe avec force à l’édification des fondations d’un pays émergents.

De Gabon d’abord à la République au village

En huit chapitres, cet essai explique « Gabaon » du 9 septembre 2010 qui intitule : « Alfred Nguia Banda dans son ouvrage », n’est pas un procès intenté contre l’oligarchie politique gabonaise. Il doit être considéré comme une sonnette d’alarme tirée à l’attention de certains acteurs politiques dont les relents tribalistes dans la gestion de la chose publique pourraient, si l’on ne prend garde, non seulement mettre en mal la cohésion nationale mais également freiner le développement économique et social, et partant, saper le prestige de la République.

Elle échappe des serres d’un aigle

Elle revient de loin, dame Philomène Lengoualama. Partie tôt dans sa plantation, relate « L’Union » du 8 septembre 2010 », cette cultivatrice de Moanda a failli être la proie d’un aigle, qu’elle a finalement réussi, par miracle, à tuer avec sa machette. Après avoir reçu des soins à l’hôpital, la victime raconte qu’elle récoltait des aubergines lorsqu’elle a entendu un bruit étrange provenant de la forêt.

Effrayée, elle n’a pas le temps de réaliser ce qui se passe, se voyant subitement plongée dans la pénombre consécutive au déploiement des grandes ailes du rapace qui venait de se poser sur son dos. Parce qu’elle était étreinte de douleurs et de panique, il lui a fallu beaucoup de courage pour saisir son agresseur par le cou et lui asséner des coups mortels. Sortie de cette grosse frayeur, Philomène Lengoualama a emporté le rapace chez elle, où elle l’a conservé pendant quelques jours au frais. Grâce à sa bravoure, elle a échappé à une mort certaine.

Un immeuble s’effondre

« Habitat/construction anarchique : »

A l’image d’un château de cartes, racontent « L’Union » et « Gabon Matin » du 7 septembre 2010, un immeuble de quatre niveaux, qui devait abriter une dizaine d’habitations, s’est écroulé dans la nuit de dimanche à lundi au quartier Derrière-la-prison, dans la zone dite « Ecole Normale », dans le premier arrondissement de Libreville.

Heureusement sans faire des victimes. Le bâtiment s’étant écroulé en pleine nuit (aux environs de 2 heures du matin), en l’absence des enfants qui jouent souvent à proximité et des ouvriers visibles dans la journée pour des travaux de crépissage et de peinture. Selon un ingénieur en bâtiment rencontré sur les lieux, l’état marécageux du terrain serait la principale cause de l’effondrement de cet immeuble. Ce qui remet sur le tapis la question des constructions anarchiques dans la Capitale.

La Confédération Africaine de Football (CAF) satisfaite

Après avoir visité, les 4 et 5 septembre 2010 les différents chantiers de la CAN 2012 que le Gabon co-organisera avec la Guinée Equatoriale, affirme « L’Union » du 6 septembre 2010, le vice président de la CAF, le Général Seyi Mèmène, s’est dit satisfait de l’avancement des travaux de construction des infrastructures dont certaines « seront même livrées avant l’échéance ». De Franceville à Libreville, en passant par Moanda, Ngouoni et Bongoville, tout se déroule normalement. Les experts de la CAF ont promis de revenir en décembre prochain pour l’inspection de l’ensemble des chantiers.

La « petite reine » à la croisée des chemins

La Fédération Gabonaise de Cyclisme (FEGACY), notent « Gabon Matin » et « L’Union » du 11 et 12 septembre 2010, sera en assemblée générale ce dimanche 12 septembre 2010 au Méridien Ré-Ndama pour élire son nouveau bureau exécutif. Deux candidats ambitieux, Mathieu Ngougoulou et Alexandre Assoumou, veulent déboulonner le président sortant, Thomas Franck Eya’a, candidat à sa propre succession qui dit se représenter pour poursuivre l’œuvre entamée. Il reste que le collège électoral est au centre d’une polémique. Sa composition diffère d’une partie à l’autre (commission ad hoc chargée de l’élection du bureau, président sortant et secrétaire général de la FEGACY).

Signalons qu’après une assemblée générale qui s’est terminée en queue de poisson, la Fédération Gabonaise de Cyclisme (FEGACY) a été mise sous tutelle du ministère des sports pour une durée de deux mois.

Football/CAN U-18 : Les jeunes Fennecs d’Algérie face aux Panthéreaux du Gabon

Au terme du match qui oppose ce samedi, note « L’Union » du 12 septembre 2010, les Panthéreaux du Gabon aux jeunes Fennecs d’Algérie, l’on saura qui de notre pays ou de son adversaire sera qualifiée pour le dernier tour éliminatoire de la CAN des moins de 18 ans. Lors du match aller joué il y a deux semaines à Libreville, les Panthéreaux s’étaient imposés par 2 buts à 1.

Il faut noter que les Panthéreaux du Gabon qui se sont qualifiés pour le dernier tour, en tenant en échec les Fennecs d’Algérie à Alger (1-1), rencontreront l’équipe Nigériane de la catégorie.

Mercredi 15 Septembre 2010
Source : Infosgabon
Vu (s) 538 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...