News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon / Médias : La Revue de la presse gabonaise de la semaine du 25 au 31 janvier 2010

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Lundi 1 Février 2010 à 13:45 | Lu 1535 fois



Gabon / Médias : La Revue de la presse gabonaise de la semaine du 25 au 31 janvier 2010
Le sujet dominant d’actualité exploité par les journaux parus la semaine écoulée à Libreville a trait encore une fois, aux cent jours du septennat du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.


« Ali Bongo Ondimba, 100 jours déjà : l’espoir », titre « Gabon Matin » du 25 janvier 2010. Cent jours après son investiture à la présidence de la république, quelle perception se font les gabonais de leur Président ? S’interroge le quotidien qui livre dans ce numéro, un exercice critique sur cette période. A la suite des mesures courageuses prises par le tout nouveau président, rapporte-il, le Gabon émergent qu’il propose aux gabonais a commencé à prendre corps dans les esprits et dans l’appareil administratif gabonais.

Les gabonais ont une image positive de leur Président et de son action à la tête du pays. Il a maintenu le rayonnement diplomatique de son pays, entamé la restauration de l’autorité de l’Etat, engagé la rupture souhaitée, et il doit poursuivre son action en réalisant son programme, poursuit le confrère. Résultat : en 100 jours, le Chef de l’Etat gabonais jouit d’une image positive. Il suscite tous les espoirs, conclut-il.

Dans le même registre, « Oret’y » dans sa parution du 29 janvier 2010, note à travers sa manchette : « Un bilan élogieux » que les 100 jours d’Ali Bongo Ondimba élu au soir du 30 août 2009 et investi à la magistrature suprême le 16 octobre dernier, constituent un bilan plutôt encourageant. Le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, écrit le bimensuel, a célébré samedi 23 janvier, son 100e jour à la tête de la République Gabonaise. Bien de gabonais noteront plusieurs réformes réalisées dans ces cent jours. Et ceci pour la mise en orbite d’un programme futuriste : « le Gabon émergent »


Même son de cloche pour « La Loupe » du 30 janvier 2010 qui consacre deux pages aux « 100 jours du septennat du nouveau Chef de l’Etat. » « Allez-y M. le Président, vous êtes en phase avec les 99% des Gabonais qui broient du noir ! » ; « Ali Bongo Ondimba, un Chef de l’Etat qui surprend agréablement. » ; « Vous tenez le bon bout. Ne reculez pas. » ; « Ton regard perçant est en phase avec le bas peuple pour lequel tu te bats. » ; « La pègre locale devra écraser le peuple avant d’anéantir ta profession de foi. », sont quelques morceaux choisis par notre consœur.


Pour leur part, « L’Union » et « Gabon Matin » du 30 janvier 2010 reviennent largement sur l’Agenda politique en titrant « La semaine du Président. » Pour les deux quotidiens, c’est une innovation de plus. Le secrétaire général adjoint et porte parole de la présidence de la République, Guy-Betrand Mapangou, rapportent-ils, a donné vendredi un point de presse détaillant les activités du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba au cours de la semaine qui s’est achevée.

Un rendez-vous qui sera hebdomadaire. Domine ainsi l’agenda particulièrement chargé du numéro un gabonais « une importante réunion sur l’état d’avancement de l’action du gouvernement sur le terrain qu’il juge un peu timide même s’il reconnaît à juste titre des efforts » de la part de ce même cabinet Biyoghé Mba. Cette réunion, qui peut servir de piqûre de rappel, poursuivent les deux journaux, se renouvellera tous les mois. A noter, dans le domaine économique, une mesure dérogatoire à la décision d’interdiction d’exportation des grumes de bois. Celles qui ont été stockées avant la fin de l’année dernière peuvent ainsi, sous certaines conditions, être écoulées à l’étranger, soulignent-ils.


La même édition de « Gabon Matin » titre à la une : « Ali Bongo Ondimba au 14e Sommet de l’UA à Addis-Abeba : le défi des TIC. » Le quotidien note qu’il a quitté Libreville samedi matin pour débattre avec les autres dirigeants du continent, du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, des crises qui secouent l’Afrique et de la réforme de l’UA. Et de rappeler qu’il était à Abuja au Nigeria lors du Sommet du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA, le 29 octobre dernier.


Sous le titre « L’épiscopat de l’Afrique centrale au Palais », « Gabon Matin » du 27 janvier 2010 revient également sur l’activité présidentielle. Réunis au sein de la conférence des évêques d’Afrique centrale, indique le confrère, les hommes d’église ont saisi l’occasion pour faire au Chef de l’Etat le compte rendu de leurs activités menées courant janvier, non sans poser la problématique de développement de leurs différentes composantes.


Le même quotidien dans sa parution du 26 janvier 2010 fait état encore une fois, des audiences présidentielles. « Coopération, paix et sport au menu. » Tels ont été les centres d’intérêt des audiences accordées lundi à un émissaire burundais, Joseph Ntakarutimana, à une délégation du groupe Samsung et aux organisateurs de la dernière édition de la course cycliste Amissa Bongo, indique le journal.


Dans la même optique, « L’Union » du 25 janvier 2010 réserve plusieurs pages intérieures à la 5e Tropicale Amissa Bongo, à travers cet intitulé : « Affaire de Pro.» Comme les 4 précédentes éditions, enlevées par des coureurs de la Française des jeux, écrit la consœur, cette édition a été remportée dimanche par un coureur professionnel, Anthony Chartreau, sous le regard du Président de la République Ali Bongo Ondimba. Le coureur de Bouygues Télécom, poursuit-elle, a ainsi réussi à conserver sur ses épaules le maillot jaune qu’il avait conquis à l’issue de la 4e étape. Un nouveau succès qui met en lumière l’écart entre les formations européennes et les équipes africaines. Fréderic Obiang, 33e sur la dernière étape, se classe meilleur gabonais, conclut le quotidien.


Dans un articulé intitulé « Recensement général des Agents de l’Etat : c’est fini », « L’Union » du 30 janvier 2010 comme son confrère « Gabon Matin » paru le même jour, rapporte que le ministère du Budget, des Comptes, de la Fonction publique, chargé de la Réforme de l’Etat a annoncé vendredi par la voix de son Secrétaire général, Yolande Nyonda, la fin de l’opération de recensement général des agents de l’Etat engagée le 23 novembre dernier. Il s’agit désormais estime le quotidien, de confronter les informations recueillies tout au long de ces 2 derniers mois avec les données contenues dans le fichier de la Solde. Ainsi connaitra-t-on le nombre réel d’agents émargeant au budget de l’Etat, ainsi que la masse salariale correspondante. S’interroge-t-il. Selon le journal, le chiffre actuel de 58 813 fonctionnaires pourrait de ce fait être ramené à des proportions plus justes.


« Les épouses des ministres chez la Première Dame. » Ce titre barre la manchette de « Gabon Matin » du 30 janvier 2010. L’Epouse du président de la République, Mme Sylvia Bongo Ondimba, indique le quotidien, a reçu une délégation des épouses des membres du gouvernement, conduite par Mme Bernadette Biyoghé Mba. Il a été question pour ses hôtes, souligne le confrère, de lui apporter leur soutien dans son action aux côtés de son époux. Laquelle devrait contribuer à la réalisation de la politique d’émergence chère au Président Ali Bongo Ondimba.


« L’Union » et « Gabon Matin » du 30 janvier 2010 réservent la manchette du jour à la Rentrée politique du RPG « Les femmes réclament plus de postes de responsabilité. » C’est le refrain du premier journal cité. Au cours de leur rencontre avec les responsables du parti, rapporte-il, les militantes du RPG ont voulu, par cette invite, fustiger les disparités qui ont cours au sein de leur formation politique. Revenant sur la conférence de presse, vendredi, animée par Alain-Claude Bilié-By-Nzé, le deuxième journal cité a choisi cette citation pour titrer : « Mon exclusion est le résultat d’un règlement de comptes. » pour notre confrère, le député du canton Ntang Louli (Makokou) qui s’estime victime d’une cabale, a toutefois affirmé n’entretenir aucun différend avec le leader du RPG.


« Gabon Matin » du 29 janvier 2010 abonde dans le même sens, à travers la manchette : « Après les sanctions prises au RPG, le collectif des Ogivins apporte son soutien à Alain-Claude Bilié Bi-Nzé. » Les ressortissants de la Province de l’Ogooué-Ivindo qui tenaient, mercredi dernier, une assemblée générale, ont, écrit le quotidien, clamé haut et fort leur soutien au député exclu récemment de son parti politique. « Le RPG ira-t-il jusqu’à se saborder ? » S’interroge le confrère, qui selon lui, depuis le décès du président Omar Bongo Ondimba, chef de la majorité présidentielle, plus rien ne semble fonctionner dans les rangs de ce parti. « Tout se passe comme si on tenait à le liquider. »


Pour sa part, « L’Union » se penche dans son édition du 29 janvier 2010 sur le Conseil des Ministres en intitulant : « La grève et le service minimum. » Présidé jeudi par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba et marqué par une importante série de nominations au sein de l’Exécutif, rapporte la consœur, il a adopté un projet de décret relatif à l’obligation d’un service minimum en cas de grève dans certaines entreprises.

A travers ce texte, souligne-t-elle, l’Etat voudrait éviter toute déstabilisation de l’économie et limiter les effets néfastes que de tels arrêts de travail sont susceptibles de produire sur la population. Ce sont donc les entreprises « dont l’utilité sociale de leur activité présente un caractère vital » qui sont concernées par ce projet de décret. A noter les condoléances adressées aux familles des 11 ressortissants libanais vivant dans notre pays, dont 8 avaient acquis la nationalité gabonaise, qui ont péri dans le crash aux larges des côtes libanaises d’un avion d’Ethiopian Airlines, ajoute-t-elle.


A propos du procès en appel du directeur général d’ADDAX GABON, le même quotidien titre : « Justice : Prison avec sursis pour le Patron d’ADDAX GABON » Selon le journal, le délibéré dans le procès en appel du directeur général Gérard Hautavoine a été enfin vidé mercredi par la Cour d’appel du tribunal de Port-Gentil. Ce dernier, qui était jugé pour diffamation envers son adjoint Armand Tchiembo Da Graca et pour outrage à magistrat, a vu sa condamnation allégée, celle-ci passant à 3 mois de prison avec sursis après appel au lieu de 3 mois ferme, donc. En revanche, ajoute-t-il, le tribunal a confirmé la condamnation du patron d’ADDAX GABON à payer 25 millions de francs de dommages et intérêts et 300 000 francs d’amende. Ses avocats n’excluent pas de se pourvoir en cassation.


La session du conseil municipal de Libreville est à la une de « L’Union » et « Gabon Matin » du 28 janvier 2010. « Mairie de Libreville : 350 millions en moins. » Cette session a été ouverte indiquent les quotidiens, mercredi avec à l’ordre du jour l’examen du projet de budget primitif pour l’année 2010. Celui-ci, arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 16 milliards 125 millions 900 mille 963 francs, enregistre une diminution de 2, 13 %, soit quelque 350 millions de francs par rapport à l’exercice précédent. De quoi inciter l’Hôtel de ville, toujours confronté à une masse salariale importante, à rechercher des économies. Parmi les mesures envisagées, précisent les journaux, la suppression de la prime d’astreinte. Des postes, notamment de conseillers, pourraient également être supprimés et les émoluments de certains revus à la baisse. Montant des économies ainsi réalisées : plus de 2 milliards de francs.


Dans la même optique, « Nku’u le messager » révèle qu’il y a « grogne à la Commune d’Owendo » et « met en cause les autorités municipales. » Selon le bimensuel, les populations du carrefour SNI d’Owendo fulminent de colère. La pomme de discorde entre elles et les autorités municipales, la vente du site sur lequel elles vivent et où elles développent un certain nombre d’activités commerciales de survie. « Pour que s’y installent des prédateurs de l’économie nationale, à l’instar de ce Syro-libanais que la Mairesse tient à imposer sur ce site », martèle-t-il.


« Gabon Matin » du 26 janvier 2010 qui revient sur la Journée Nationale du Civisme, titre : « La 1e journée nationale du civisme célébrée sous le signe du patriotisme. » Inaugurée sous le thème : « patriotisme et émergence », précise le confrère, cette journée a été marquée par le discours du Secrétaire général du ministère de l’Education nationale (…) annonçant l’introduction de la morale sociale et sociétale, la sauvegarde de l’environnement et le renforcement du civisme dans les enseignements. Pour « L’Union » parue le même jour, cette journée qui est pour l’émergence d’un nouveau type de citoyen, nécessite l’implication de toutes les couches sociales.


S’agissant du budget 2010, « La Lowé » du 1e février 2010 mais paru le 30 janvier, titre : « La coalition des calomniateurs se perd en conjectures ! » D’après la coalition des groupes et des partis politiques pour l’alternance, écrit le bimensuel, le chiffre annoncé par les autorités actuelles est loin de refléter la réalité. Après un long silence qu’ils sont les seuls à expliquer, estime la consœur, cette fameuse coalition s’est décidée à rencontrer la presse pour une mise au point sur les sujets qui les préoccupent. Ils sont là pour donner l’impression que le groupe est compact. La coalition est tout ce qu’il y a de sérieux, attention ! Droit devant, pourvu qu’on ne percute pas un mur et que tout s’effondre.


« Loi de finances 2010 : Zones d’ombre et boulimie financière.» C’est le principal titre qui s’est retrouvé dans la vitrine du journal « Le Temps » du 27 janvier 2010. Pour le bimensuel, c’est une perplexité liée non seulement aux nombreuses zones d’ombre qu’on y décèle, mais aussi, perplexité quant à son contenu insipide et indigeste. Lorsqu’à cela s’ajoute le non respect de la loi fondamentale gabonaise, n’y a-t-il pas là de quoi s’en émouvoir ? Conclut-il.


« La Calotte » dans son tout premier numéro du 27 janvier 2010 se demande à travers ce titre : « Opposants, agrégés ès vertu ? » mais voilà, écrit-elle, depuis 1990 que ce folklore a été imposé par les hommes politiques ou les intégristes de la pensée en rupture de ban avec leur ancien camp, le peuple qui s’abreuve sans commune mesure des homélies teintées de démagogie, redevient une préoccupation première, pour des gens qui ont participé de très près en entretenant le « système Bongo » pour paraphraser l’irréductible Jean Eyeghé Ndong par le népotisme, le copinage, la gabegie, le clientélisme politique à leur précarisation du temps où ils étaient aux affaires.


Sur un tout autre registre, « Le Mbandja » du 28 janvier 2010 titre « BEAC : Hold-up à Bangui » et souhaite la « Bienvenu au cœur du grand braquage de l’Oubangui ! » à ses fidèles lecteurs pour ce bimensuel, c’est une campagne de présentation bâclée. Une diplomatie de valises de billets pour humilier le Gabon. Un double-langage qui a montré le vrai visage de nos frères de la Sous-région. Mais nous avons bien retenu la leçon, estime-t-il. Reste maintenant à rendre les comptes de ce véritable cambriolage d’Etat, conclut le confrère.


« BEAC : le Gabon rentre bredouille de Bangui », annonce « Missamu » du 27 janvier 2010. Malgré l’implication personnelle d’Ali Bongo Ondimba, rapporte le journal, le Gabon a perdu le poste de gouverneur de la BEAC qu’il occupait depuis 39 ans. Un échec à mettre au compte de la gestion opaque de l’argent de toute une communauté monétaire, mais surtout, des rivalités sous-régionales, ajoute-t-il.



L’autre grand sujet ayant sollicité la manchette des journaux parus la semaine qui s’est achevée à Libreville, concerne la CAN 2010. « L’Union » à l’instar de « Gabon Matin » du 30 janvier 2010, en parlant de la finale Ghana-Egypte dimanche, titre : « ça peut voler haut ! » Ghana (4 titres continentaux) et Egypte (6), écrit le quotidien, s’affrontent à Luanda dans une finale de la 27e CAN de football riche de promesses. Quoique privés de leurs meilleurs joueurs (Essien, Muntari, Appiah, Mensah et Painsil), les Black Stars se sont montrés solides et ultra-réalistes. En face, double tenant du trophée, l’Egypte est apparue impressionnante. En cas de succès, elle serait la seule Nation à ce jour à remporter 3 fois de suite la CAN. L’Algérie et le Nigeria, avec peut-être la tête au Mondial auquel ils sont qualifiés tous deux, tenteront de se consoler avec la 3e place sur le podium.

AMO AU CENTRE DES POLEMIQUES

André Mba Obame (AMO, pour les intimes), candidat indépendant malheureux à la dernière présidentielle, n’arrête de braquer les projecteurs sur lui. Cette fois, « Le Nganga », l’hebdomadaire satyrique, ne l’a pas « ménagé ». Dans son édition du 21 janvier, le journal titre : « Chantage et trahison, marque de fabrique d’AMO », non sans étayer son assertion d’arguments piqués dans la gibecière du mis-en-cause: « André Mba Obame, alias Moïse, continue de ruer sur les brancards au motif qu’on lui a volé sa terre promise ».

S’appuyant sur une interview accordée par le dissident « Pédégiste » à la Radio France Internationale (RFI), l’hebdomadaire rapporte qu’AMO continue allègrement de scander que « Le pouvoir en place est illégitime ».

« Le Nganga » de s’indigner : « Mais diantre ! Comment suivre un démagogue aussi déroutant que le Politologue de Medouneu ? Lui tout seul dit ne pas reconnaître un pouvoir que toutes les Nations libres de la Terre ont reconnu et légitimé, que le peuple gabonais apprécie de jour en jour ».

Enfonçant le clou à la suite du Père Paul Mba Abessole - (Ndlr : le 31décembre dernier, à la faveur d’une interview exclusive du leader du RPG (Rassemblement Pour le Gabon) à nos confrères de « Gabon Matin », Paul Mba Abessole a crié haro sur la coalitio ‘’Mba Obame et consorts’’) – l’alliance formée par les candidats malheureux à la dernière élection présidentielle, notre confrère conclut : « L’histoire retiendra fort bien le nom d’AMO… Il préfère ruiner le Gabon par ses propos haineux… »

AMO qui n’en finit plus de défrayer la chronique, cette fois, c’est une histoire de biens mal acquis. Le journal le « Nganga » lance : «L’appartement et la Lexus d’AMO découverts par des curieux ». Arguments géographiques en mains, notre confrère nous envoie « Dans le très select quartier de Neuilly sur Seine ». C’est en France, et pour les curieux, le journal livre une adresse complète : « 71173 Rue de Chezy ». Un duplex, une Lexus et tout le confort semble-t-il sont à ce lieu pour accueillir « Moïse, le saint des Saints » pendant ses séjours en France.

Le paysage politique gabonais s’éclaircit en un schéma à quatre tons et « Nku’u le messager » encadre cette dynamique dans son titre «De la recomposition du paysage politique national ». Il y a d’un côté « les conservateurs » ou le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) qui « s’est vidé de sa substance ». Plus loin le journal dénombre, « Les apôtres de l’alternance » qui se seraient détachés du Parti Démocratique Gabonais, « ils s’opposent au régime actuel » souligne le journal. Pour s’acheminer vers la fin de ce chapitre, une catégorie à part dite : « Les flottants, les indécis », dont la caractéristique est leur provenance ; « Ils viennent de la galaxie présidentielle ». Notre confrère ferme ce listing par une autre trouvaille : « Les opposants professionnels » qui seraient ni plus ni moins que « les leaders de l’opposition ».


ALAIN CLAUDE BILIE NZE ROMPT LE SILENCE


« Mon exclusion est le résultat d’un règlement de compte », c’est ainsi que « L’Union », le quotidien, dans sa publication de samedi, a bâti sa titraille sur cette levée de voile du député RPG (Rassemblement Pour le Gabon), Alain Claude Bilié-By-Nzé.

Ce dernier a décidé de briser le silence dans lequel il s’était mué. Le quotidien rapporte « son incompréhension à être le seul puni, le seul exclu, alors que la même faute est reprochée à l’ensemble des députés RPG ». Au demeurant l’exclu « déclare n’avoir aucun problème personnel avec le Père Paul Mba Abessole, qu’il considère toujours comme son mentor », conclut « L’Union ».

Et, la coalition des partis politiques pour l’alternance, dans sa tentative de jouer la partition d’une opposition éclairée et éveillée se surprend à se perdre « en conjectures ». « La Lowé », très critique vis-à-vis de ces anciens gestionnaires de la chose publique, refuse de se laisser séduire par leurs bonnes intentions. N’y allant pas du dos de la cuillère, il énumère nommément les péchés de chacun ; Zacharie Myboto qui fait partie de « ceux qui ont le plus pillé ce pays sans état d’âme », est là.

Casimir Ange Oyé Mba soulève l’indignation du journal qui se temporise pour ne pas crier au scandale. C’est « un grand homme… il ne devrait pas se banaliser au milieu de tant d’à peu près ». André Mba Obame, l’AMO national, pour notre confrère, « est un être ordinaire perdu dans ses rêveries, ses ambitions… de tout bouleverser dans ce Gabon qui est nôtre ». D’autres aux dires du journal ne valent pas la peine d’être cités parce qu’ «inconnus ».

Réunis à la faveur d’un point de presse « ils… sont là pour donner l’impression aux journalistes que le groupe est compact, la coalition est tout ce qu’il ya de sérieux »


FIN DU RECENSEMENT DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE ET LES GREVES


Quittons toutes ces polémiques soulevées par l’opposition gabonaise et intéressons-nous au recensement des agents de l’Etat arrivé à son terme. « Gabon Matin » qui relaie l’information, nous renvoie, pour plus d’amples informations sur les premiers résultats, à lundi 1er février, date à laquelle le ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique chargé de la Modernisation de l’Etat animera une conférence de presse.

Le droit de grève est désormais réglementé : « Plus de grèves sans service minimum », alerte « Gabon Matin », citant lui-même le Communiqué final du dernier Conseil des ministres. Une mesure qui vise « les entreprises dont l’activité comporte un aspect vital avec une incidence directe sur la vie des populations ». Au-delà du moyen de défense des intérêts des travailleurs, « la grève peut être porteuse de germes de déstabilisation de l’économie », argumente le quotidien.


COUAC AU CONSULAT DU GABON A PEKIN


Une histoire de délivrance de visas fait grincer la machine sino-gabonaise et provoque ce que « La Lowé » qualifie de « Couac au consulat du Gabon à Pékin ». Le journal rapporte que des hommes d’affaires chinois auraient eu maille à partie avec des formalités qui n’en finissaient pas pour entrer au Gabon, rien que pour une dizaine de jours. Et qu’il aurait fallu un contournement de procédure. Précisément «un simple coup de fil » écrit le journal, du « ministre délégué aux Affaires étrangères, qui a enjoint le fonctionnaire récalcitrant de délivrer les visas ».

Et « La Lowé » de s’écrier : « Un seul fonctionnaire ne peut bloquer d’éventuels investisseurs étrangers par appréhensions justifiées ou par simple fantaisie ». Au risque de mettre en mal le changement voulu par tous.

En France un jeune franco-gabonais de 17ans, Jonathan Lavignasse, trépasse d’une balle d’un fusil de chasse. Et, une kyrielle d’interrogations s’en suit : « Légitime défense ou homicide raciste » ? Les faits rapportés par l’hebdomadaire satyrique, « Le Nganga », retracent une tentative d’effraction de deux adolescents, avortée par « une salve de cartouche de fusil de chasse, tirée par le propriétaire des lieux, qui a ôté la vie au jeune homme ».

Le propriétaire des lieux, Luc Fournier, un « homme paisible, très calme. Une douce personne », a été relaxé après que son avocat ait plaidé la « légitime défense » pour le déculpabiliser. Mais c’est dur à admettre, martèle le journal, pour qui « aucun élément ne laisse présager que les jeunes gens étaient armés ». La justice suit son cours. Et la famille a confiance que la vérité se saura.


QUI EN VEUT AU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ?

La presse privée « Nku’u le messager en particulier fait des insinuations qui présagent de son manque d’informations fiables. Il attaque, sans façon, Madame le ministre de la Communication, d’être prometteur de GABONEWS et d’avoir mis au chômage technique ses employés, non sans claironner que cet organe se taillerait « la part du lion » dans la subvention allouée à la presse privée nationale.

Nous n’avons ni la prétention, ni la culture, encore moins la mission d’encenser une quelconque personne publique via une polémique d’auto-flagellation médiatique. Mais, trois fois hélas ! Nous sommes tout de même fiers de tintinnabuler que GABONEWS, qui ne s’est jamais arrêté de tourner, est bel et bien fonctionnel et son fil alimenté quotidiennement, à la satisfaction de ses visiteurs. Un simple clic sur le lien (www.gabonews.ga) est suffisant pour se rendre à l’évidence.

Aussi, force est-elle de reconnaître qu’autant il est vrai que des employés du Label de l’Ogoouée dont relève GABONEWS ont été récemment remerciés, pour des raisons économiques, autant les accusations de nos confrères à l’encontre de Madame le ministre sont erronées, tendancieuses et calomnieuses, travestissant du coup l’éthique et la déontologie de leur noble métier.

Il n’est un secret pour personne que les difficultés économiques peuvent s’inviter aux portes de n’importe quelle entreprise. Et, en la matière, la Loi autorise l’employeur à procéder ainsi qu’a fait l’instance faîtière du Label de l’Ogooué.

A l’évidence et en la matière, la grosse interrogation qui s’impose, dès lors, est donc de savoir comment est-ce que GABONEWS peut-il se tailler « la part du lion » dans la subvention et enregistrer en même temps des problèmes de trésorerie ayant entraîné des départs non souhaités par sa hiérarchie ? Aller savoir !

Toujours est-il que, nonobstant tout ce qui précède, jamais le personnel de GABONEWS, contrairement aux affirmations mensongères et avilissantes véhiculées dans certains médias pour des raisons de nuisance, n’a souffert d’une quelconque cessation de paiement ou de cumul d’arriérés de salaires. A ce jour, la Direction générale du Label de l’Ogooué ne reste devoir aucun kopeck à un quelconque de ses anciens et/ou actuels employés.

A beau mentir celui qui vient de loin, dit l’adage. Les pièces comptables justifiant la régularité des émoluments sont heureusement disponibles auprès des services compétents de l’Entreprise et accessibles à tous ceux qui voudraient s’abreuver à la bonne source. Quelle ‘’Gabonitude’’ !


ECHOS DE LA CAN ET LA SUSPENSION DU TOGO


Avant de boucler ce raccourci des nouvelles du pays, traité par la presse locale, faisons un tour en Angola où la fête du football africain comptant pour la 27ème édition de la CAN prend fin aujourd’hui avec la finale qui opposera l’Afrique magrébine (les Pharaons d’Egypte) à celle occidentale (les Blacks Stars du Ghana).

D’abord, un flashback sur la participation des Panthères du Gabon qui ont joué contre les Lions Indomptables et l’ont remporté majestueusement (1-0), avant de concéder un nul à la Tunisie et une défaite (2-1) à la Zambie, totalisant quatre points, tout comme le Cameroun et la Zambie, à l’arrivée du premier tour.

Mais, la calculette de la CAF en a décidé autrement, en les obligeant de rentrer au bercail plus tôt que prévu par les pronostics du douzième homme. A l’heure des bilans, « Nku’u le messager » décèle une présence de talents, mais un manque d’expérience. « La Loupe » veut savoir comment l’argent a été géré ? Mais au-delà, notre confrère multiplie les interrogations pour expliquer ce qui s’est passé à Benguela : «Après avoir terrassé avec vigueur le Lion Eto’o, osé garder la tête haute devant l’Aigle Hagui, dites-moi Panthères ce qui s’est passé avec les Chipolopolos des frères Katounga» ?

Et, toujours dans sa succession de question, le journal glisse : « Dites-moi si Ndémézo’o n’a pas financièrement poli vos crocs et Engandzas matériellement acéré vos griffes » ? La manœuvre serait de tenter de comprendre. Pour ajuster le tir ? « La Lowé » de son côté, parle plutôt de « désillusion » et de « désolation », jetant son « venin» en entier sur les joueurs. Pas de quartier !

La fin c’est pour aujourd’hui. Les rideaux se referment sur la CAN à Luanda dans la capitale angolaise. Mais avant, il faudra résoudre une équation à deux inconnues. Les Pharaons vont-ils momifier les Blacks Stars et être sacrés pour la troisième fois consécutive ? Ou alors la détermination des Blacks Stars va-telle venir à bout des Egyptiens dont la fréquence à la CAN a semblé leur servir de socle tout au long de la compétition ?

Pour « L’Union », dans sa parution de samedi, « Des pharaons grandissimes favoris » et son argumentation vient de « certains observateurs avisés de la scène footballistique africaine », le journal concédant tout de même, « quelques atouts non négligeables » à la sélection ghanéenne dont la jeunesse.

« Gabon Matin », au risque de reste en marge de l’évènement, fait la part belle aux deux adversaires qui « ont chacune sa chance de l’emporter ». Que le spectacle soit au rendez-vous et que la compétition se termine sur une note de sortie plus belle que celle de l’entrée, laquelle fut gâchée par l’attaque rebelle perpétrée contre la délégation togolaise, avec un triste bilan de deux morts.

Mais, que dire alors de la décision de la Confédération Africaine de Football (CAF), tombée samedi, tel un couperet sur la tête du Togo qui se voit privé des deux prochaines éditions de la CAN, pour « interférence gouvernementale togolaise » dans les affaires de la CAF, avec une amende de 50 000 dollars infligée à la Fédération Togolaise de Football. La suite des plaintes introduites auprès de la Justice de Grande Instance de Paris par le gouvernement du Togo et les parents des victimes nous édifiera.


Lundi 1 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1535 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...