News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Mba Obame crée l’euphorie dans le Woleu-Ntem

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 9 Décembre 2009 à 11:50 | Lu 3115 fois

André Mba Obame, Arrivé 3è à la présidentielle d’août dernier, a poursuivi le 5 décembre dans la province du Woleu-Ntem la tournée de remerciement et d’explication qu’il avait débuté à Lambaréné une semaine avant. Si l’étape de la province septentrionale confirme que l’homme est dans son bastion électoral, elle ne révèle pas moins les résistances du système que combat désormais l’ancien ministre de l’Intérieur.



Gabon : Mba Obame crée l’euphorie dans le Woleu-Ntem
La tournée nationale commencée par André Mba Obame le 28 novembre dernier à Lambaréné s’est poursuivie durant le week-end dernier dans la province du Woleu-Ntem. Les principales étapes de ce périple étaient les villes d’Oyem, Bitam et Minvoul, mais les haltes se sont multipliées du fait que chaque bourgade située sur le trajet tenait absolument à communiquer avec le «fils de la province» qui est arrivé 3è à la présidentielle d’août dernier selon l'Etat PDG.

Le Woleu-Ntem, qui avait fortement plébiscité Mba Obame lors de la dernière présidentielle, lui a accordé un accueil tout en jubilation. De l’avis d’un journaliste ayant suivi cette caravane, «c’est une tournée qui a attiré pas mal de monde et qui a tenu tout le Woleu-Ntem en ébullition durant tout le week-end. A Mitzic c’était l’euphorie, à Oyem c’était hallucinant, à Bitam le raz-de-marée…»

Le principe retenu au départ, en vue d’éviter l’interdiction de cette tournée, a donc été bien difficile à tenir. Il avait en effet été annoncé que ces rencontres ne se tiendraient pas dans des lieux publics et qu’elles consisteraient en des causeries dans des lieux privés (concessions individuelles, enceintes familiales, cours de maisons personnelles ou terrains privés). Ainsi, dans la ville de Bitam, la foule était si nombreuse qu’elle a largement débordé le terrain de football privé emprunté à une famille pour la circonstance. Les partisans de Mba Obame se retrouvant sur le trottoir, les autorités ont été tentées d’intervenir.

Selon un membre de l’Etat-major d’André Mba Obame, «les rencontres ne se sont tenues que dans les lieux privés. Mais, à Oyem on a envoyé des militaires investir la ville. A Minvoul, les bérets rouges poursuivaient des gens. A Bitam, on a interdit la première place qui avait été retenue. Avec le recours à l’armée, les autorités administratives locales ont interdit tous les espaces publics. (…) La population se demande si l’armée est là pour leur protection ou pour imposer au peuple une famille ou un clan, si l’armée est là pour défendre le pays ou pour défendre le PDG et la famille Bongo. En fait, le rôle de l’armée commence à poser un problème : On se demande si elle a vocation à défendre le Gabon ou à défendre un individu. Les populations ne croient plus en cette armée. Elles pensent qu’elle n'est là que pour deux ou trois personnes ou pour une famille.»

Le journaliste sus cité a conclu que cette tournée révèle une crise politique profonde au niveau des populations : «Crise de confiance envers les institutions que les populations croient être aux ordres d’une famille ; crise de confiance envers l’armée que les populations ne perçoivent plus comme leur armée, comme une armée sensée les protéger, mais plutôt comme une armée tournée contre elles pour les intérêts d’une seule personne, et crise de confiance envers la démocratie qui n’a jamais permis l’alternance au Gabon, au point qu’on va assister, lors des prochaines consultations électorales, à une montée sans précédent de l’abstention».

Contrairement au scénario déroulé durant les étapes du Moyen-Ogooué, André Mba Obame n’a pas lu de discours dans le Woleu-Ntem. Selon le membre d’Etat-major sus cité, le synopsis était le suivant : «Les populations viennent et parlent par l’intermédiaire de leur représentant (représentant des jeunes, des femmes, des notables, etc.) Et, en fonction de ce qui est dit et des questions posées, Mba Obame répond.»

Cette tournée qui devrait se poursuivre la semaine prochaine par la province de l’Ogooué-Maritime, permet à Mba Obame de prospecter les bases pour la création d’une grande formation politique. Le 22 octobre dernier, il confiait déjà à l’AFP qu’il travaillait à la création d’un parti politique. «J'ai obtenu 90. 000 voix, pourquoi ne le ferais-je pas ?», s’était-il interrogé.

Auteur : gaboneco - LVDPG

Mercredi 9 Décembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 3115 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

35.Posté par ADN le 12/12/2009 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher ADN,

Je note dans tes propos deux choses:

1. Nous n'avons pas la même vision de l'oppostion.
2. Je n'ai jamais dit que les chefs de l'oppostion gabonaise n'ont jamais rien fait. Mais ils n'ont pas été vigilants sur certains actes posé par Ali Bongo Ondimba.

Je suis également conscient, tout comme toi ou n'importe qui, que le peuple Gabonais souffre. il n'y a pas d'hopitaux, etc. Donc, ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit.

Comme tu voudrais interrompre ce débat politique, je ne suis pas contre.

A-

34.Posté par ADN le 12/12/2009 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OK

33.Posté par St. Michael le 12/12/2009 03:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher ADN,

Je salue le courage et les actes posés par tous les anciens candidats du 30/08/09 (AMO, BBM, PMM, JEN, Ogoulinguende, Bengone Nsi, Mybotto….etc) sans rien leur reprocher aussi longtemps qu’ils restent et respectent la charte du FR.....

Je comprends tes points de vue, mais ils sont différents, pour ne pas dire en opposition avec l’idée que j’ai de l’axe du mal Bongo/pdg-francafrique (incarné par ALiben) sur la misère et le massacre qu'il inflige à mon peuple opprimé au Gabon et en Afrique.

Je ne peux que vous renvoyer au dernier paragraphe de mon post #29 qui met un terme fin sur cette conversation (as far as I am concerned).

32.Posté par Larévolte le 12/12/2009 03:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Je suis du même avis que ceux qui pensent que le changement ne viendra pas des urnes. Le peuple gabonais ne possède pas d' armes à feu ni une armée comme Ali Ben pour combattre le phénomène Bongo et affiliés. Pour ma part, je pense que nous le pauvre peuple gabonais n'avons que les grêves et l'insurrection comme outils de combat pour essayer de venir à bout de la famille Bongo et sa redoutable machine PDG. De grâce, ne parlez pas de cohabitation, de lois à l'assemblée nationale ou toutes ces bonnes dispositions qu'on rencontre dans les vraies démocraties car ces choses ne s'appliquent pas à nous au Gabon. Nous sommes dans un régime dictatorial, nous vivons dans un état qui viole sans scrupule sa propre constitution, donc ces choses telles que élections, cohabitation, discipline, lois, respect de la constitution ne trouvent pas leur place au sein de l'état PDG-Gabon. En fait, je veux dire simplement qu'avant de vouloir nous projeter ou nous hisser au niveau de ces pays démocratiques au vrai sens qui acceptent le principe de la cohabitation et qui respectent son fonctionnement, Il faudrait d'abord que l'Etat gabonais respecte les lois qui sont déjà votées, qu'il respecte sa propre constitution. Je crois que l'état "PDG" doit d'abord piger la notion de démocratie, qu'il l'applique et c'est seulement en ce moment que le peuple gabonais pourra parler de cohabitation, du rôle du député etc... C'est seulement en ce moment là que le peuple gabonais pourra goûter aux douces saveurs des fruits de la démocratie. Pour le moment, le peuple gabonais doit agir avec une certaine anarchie comme le PDG-Françafrique fait. Pour cela, nous devons commencer par refuser l'importation de la démocratie à sens unique qu'on nous impose comme actuellement. Nous devons rejeter cette démocratie qui consiste à dire: " attention gabonais, n'envisagez pas ou n'essayez pas de prendre le pouvoir par la force sinon les bérêts rouges et les militaires français vont vous montrer de quel bois ils se chauffent. Acceptez plutôt des simulacres d'élections pour faire bonne figure sur le plan international et légitimer le pouvoir des usurpateurs et des imposteurs." Et comme en démocratie, la règle dit qu' il faut organiser des élections pour élire les chefs d'états, pour élire certains responsables politiques, pour élire des responsables d'entreprises etc...... Au Gabon, la famille Bongo-PDG-Françafrique se sert de la démocratie pour s'installer au pouvoir et instaurer la dictature, en somme tout le contraire de la définition même du mot DEMOCRATIE. Ah Pauvre Grèce!!! Toi qui a introduis cette notion dans le monde, si tu avais su que certaines nations utiliseraient la belle démocratie pour assujettir leur peuple....
Non chers gabonais et chères gabonaises on ne peut plus compter sur les élections législatives pour changer les choses au Gabon en ce moment. Cependant , nous devons aller voter massivement pour continuer à prouver à M. Ali Ben Bongo qu'on ne veut pas de lui. Je pense que malgré son arrogance (et celle du PDG aussi d'ailleurs), il aurait voulu être plebiscité par le peuple, c'est une question d'égo. M. Ali Ben quoiqu'il soit reste avant tout un être humain qui a des désirs tels que celui de vouloir être aimé. Je crois qu'il connaît les vrais résultats et sait que le peuple ne veut pas de lui, ça doit être un vrai calvaire pour lui de vivre avec ce sentiment. C'est toujours dur de se sentir mal aimé. C'est pour cela que nous devons toujours aller voter contre lui et ses sbires pour continuer à saper son moral, vous me direz que c'est peu de choses par rapport au "orgueillueux " Ali mais vous savez aussi que les petites rivières conduisent aux grands fleuves et que les pierres qu'on jette en l'air tuent quand même parfois des oiseaux. Je continue à croire par dessus tout que le changement viendra de nos grêves, de notre insurrection et notre capacité à résister aux intimidations de l'état PDG sans oublier l'UNITE NATIONALE c'est-à-dire GABON D'ABORD.

31.Posté par ADN le 12/12/2009 02:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La France est responsable. Cela veut dire que nous, Gabonais, n'avons de personnalité. Ce sont les Français qui prennent les décisions à notre place ADN. C'est très grave comme affirmation.

30.Posté par ADN le 12/12/2009 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Michaël,
Loin de moi l'idée de jouer à l'avocat du Diable. Mais je voudrais au passage te dire que tu le reconnaisse ou non. Ali Bongo Ondimba est le Président du Gabon. S'il ne l'était pas, il ne devait pas diriger le Gabon.

On parle de la nationalité d'Ali Ben Bongo Ondimba. Vous oubliez que son père n'était pas un Gabonais d'origine (les gens disaient qu'il est BATEKE du Congo Brazzaville. D'autres affirmaient qu'il étaient Centrafricain. Je peux te confirmer qu'il parlait très bien le Sango. La langue nationale en Centrafrique. Mais bizzarement, personnes ne parlaient des origines douteuses de Bongo père. pourquoi? Alors que l'article 10 de la constitution a toujours été à cette place depuis kala kala. Ce qui veut dire que ce sont ceux qui disent que c'est un biaffrait qui doivent apporter la preuve de leur affirmation. Et quand bien même ce serait vrai, la cours constitutionnelle gabonaise à rendu une décision qui ne peut pas être contredit. La preuve, aucun opposant n'a fait appel de la décision de la Cours Constitutionnelle.Ce qui implique par conséquent qu'il y a désormais une jurisprudence, faisant ainsi de l'article 10 de la constitution un article caduc puisse que c'est un biaffrait du nigéria qui nous commande au Gabon. Je crois, à mon sens que les opposants devaient s'unir pour demander de ne pas se présenter aux présidentielles pour origine douteuse. Apporter les preuves de leurs affirmations. Mais cela n'a pas été fait. D'où ma question, les opposants ne trompent pas en définitive le peuple Gabonais dans sont ensemble? L'avenir nous le dira très certainement.

Cher St Michaël, quoiqu'opposant, je ne suis pas géné qu'il soit le Président du Gabon. Je vais peut-être te paraître insensé, mais c'est la vérité. Je te rassure qu'Ali Ben ne me connais même pas. Donc il n'y a pas de risque que je sois un opposant alimentaire comme les autres. La position que j'ai toujours eu depuis que j'apporte ma contribution aux débats politiques sur LVDPG est de combattre les idées politiques d'Ali Bongo Ondimba et trouver les voies et moyens intelligentes pour prendre le pouvoir qui est entre les mains de la famille Bongo Ondimba. Car, si les chefs des opposants faisaient correctement leur travail, ils devaient par exemple rebondir sur l'interview que le candidat Ali Ben Bongo avait donné aux journalistes sur ses origines. Car, il avait même dit qu'il était français. Or, une personne ayant la double nationalité ne peut prétendre à la magistrature suprême. Et ce fut malheuresement son cas. Mais aucun chef de l'opposition n'avait sauter sur cette occasion pour dire Ali Ben Bongo de prouver qu'il était vraiment le fils du Père ou pourquoi doit-il se présenter à la magistrature suprême alorsqu'il a la double nationalité. Les opposants se sontsimplement contenté de demander à la Président Rose Francine Rogombé, Président par intérim, de l'enlever à la défense pour plus d'équité entre les candidats à la présidentiels. C'est ce qu'elle fit à quelques jours du lancement de la campagne électorale au Gabon. A ce niveau, je ne vois aucune faute de la majorité présidentielle.

Au sujet des lois qui sont votées à l'Assemblée Nationale du Gabon, je voudrais que tu me confirmes que toutes les lois sont dictées par la France. Moi, j'ai une autre version des lois qui sont votées à l'Assemblée nationale du Gabon. Et me le confirmant, je voudrai que tu me donnes des preuves des propos que tu avances. Car, parler de cette manière, cela revient à dire que le Gabon une colonie Française. Quand bien même les lois sont "décidées" en France, il reste à l'opposition le REFERENDUM. Demander un référendun implique que ce soit le peuple qui se prononce sur telle ou telle situation. Et c'est une arme que les hommes politiques au Gabon n'ont usée qu'une seule fois depuis que la démocratie existe au Gabon.

Travaillons pour libérer le Gabon avec André Mba Obame. Je crois qu'il a de bonnes idées qu'il mettra en pratique pour détrôner Ali Bongo Ondimba et sa clic.

A+ mon ami

29.Posté par St. Michael le 12/12/2009 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dear ADN,

Let’s agree where we disagree:

1-Tu parles des élections au Gabon et de la cohabitation ?? Moi je parle d’un pays pris en otage dont aucune élection ne peut amener le changement car AliBen/Pdg-francafrique passeront avec les bérets rouges appuyés par la CC et quelques minables avocats da paris.
2-Tu dis qu’AliBen est le président du Gabon ??? Moi je ne le reconnais pas comme président dans la mesure où il a du massacrer et terroriser les gabonais pour être au bord de mer.
3-Tu dis ‘’ Cher Michaël, lorsque les députés sont entrain de voter les lois à l'Assemblée nationale, ce n'est pas la France qui vote les lois au Gabon’’ ! C’est tellement trivial....Mais qui est à l’origine de cette prise d’otage du Gabon de toutes les institutions??? Te rappelles tu comment Rogombe, Mbourantsuo et Aliben ont séjourné en catimini à Paris en Octobre 2009 alors que la CC devait statuer sur les recours accablants émis par PMM, AMO, Bengone Nsi et d’autres ??? La France est responsable selon moi.
4-Tu dis 'je te cite: Comme Maintenant qu'il est président, cela revient à dire qu'il est Gabonais, puisse que la Cours Constitutionnelle a validé son élection (voir ton poste #41 sur la rubrique : Andre Mba Obame : « Ca ne fait que commencer ») ??? Je te désapprouve en moins que ADN que tu es tu nous apportes l’ADN de Aliben et Me Nkama.

Dear ADN, I have come to the point to acknowledge that you and I have nothing in common except for both of us claiming to be Gabonese. Therefore, I may have to dismiss your inconsistent and breathtaking posts in the future since I have more to deal with.
Take care my friend.

28.Posté par sebdepog le 11/12/2009 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Le Gaboma, suite à ton poste N°16,
sans pour autant justifier notre faiblesse et notre lâcheté comme tu le dis à juste titre, j'aimerais te faire remarquer qu'il y a une grande différence avec ce qui s'est passé en Côte d'Ivoire contre les Français.
Là-bas, le gouvernement (celui de Gbagbo) était avec le peuple qui combattait la Françafrique; ce qui ne fut pas le cas au Gabon en septembre dernier. Nous avons tous vu Dame Mezui (Chienne de garde du Biafrais) sur les médias menacer tout Gabonais qui oserait toucher à un cheveu d'un Français vivant au Gabon, notamment à Port-Gentil. C'est d'ailleurs parce que POG s'en est pris aux intérêts des Français qu'il y a eu autant de morts dans notre ville.
Pour le Biafrais et sa bande d'assassins une vie gabonaise est moins importante qu'une vie française.
Pour le reste, nous partageons le même point de vue.

27.Posté par ADN le 11/12/2009 19:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Michaël, à mon entendant, je ne pense pas que nous ayons usé de toutes les options conventionnelles. Si effectivement "Le Gaboma" et moi faisons des propositions pour battre Ali Bongo à la régulièrevoir le n°14), c'est tout simplement parce que nous estimons que toutes les options conventionnelles n'ont pas été épuisées.

Toutefois, la question personnelle que je me pose est la suivante: "est-ce que l'oppostion gabonaise ont vraiment les mêmes idées que nous avons ou pilote-t-elle en vue?

Cher Michaël, lorsque les députés sont entraîns de voter les lois à l'Assemblée nationale, ce n'est pas la France qui vote les lois au Gabon. Ce sont les Gabonais qui le font. Or, si nous avons lors des prochaines élections législatives au Gabon la majorité parlémentaire, Ali Bongo Ondimba n'a pas d'autres choix que d'accepter la coabitation avec l'opposition. Ce sera un pas énorme parce que l'opposition pourra voter les lois qui sanctionneront le pouvoir en place.

En outre, dans le cas les opposants n'avaient pas la majorité parlementaire, ils ont toujours une arme qu'ils peuvent utiliser: le REFERENDUM. Si les opposants veulent faire passer une loi qui soit défavorable au Président de la République (par exemple la limitation du mandat résidentiel), ces derniers n'ont qu'à faire signé au peuple gabonais qui est constitué, selon les derniers sondages,de 59 % d'opposants (si on regroupe les suffrages recueillis par tous les opposants lors de la dernière présidentielle) une pétitions qui devrais normalement enmener le chef de l'Etat à organiser un Référendum.

Mais est-ce que les opposants pensent à cela? Est-ce que les opposants parfois ne font pas la politique de nos chefs d'Etat en exercice? Ce sont des questions que je pose très sérieusement.

Si l'opposition ne s'appuie pas sur les lois pour existantes pour arriver au pouvoir, nous n'arriverons pas au pouvoir. C'est la famille Bongo qui restera encore au pouvoir pendant plusieurs années.

26.Posté par ADN le 11/12/2009 19:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je partage le raisonnement de "Le Gaboma". C'est un raisonnement juste et politique solide.

1 2 3 4

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...