Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Mayila et l’ACR disent oui à la conférence nationale souveraine

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Samedi 1 Septembre 2012 à 08:07 | Lu 3128 fois



Gabon : Mayila et l’ACR disent oui à la conférence nationale souveraine
Le président de l’Union pour la nouvelle république (UPNR), Louis Gaston Mayila par ailleurs président en exercice de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), un groupement de 7 partis de l’opposition, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse à Libreville, être pour la conférence nationale souveraine.


« Cette conférence nationale et inévitable. Tôt ou tard ça se fera. La sortie de crise passe par celle-ci ou par un large dialogue auquel prendra part aussi la société civile », a déclaré Me. Mayila qui a invité le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba à accepter une exigence de l’opposition devenue une évidence.

La conférence nationale souveraine est une réclamation émise il y’a plusieurs mois par une frange de l’opposition incarnée par l’ancien hiérarque du parti au pouvoir, André Mba Obame.

Dans son propos liminaire, le porte parole de l’ACR a fait un bilan de la démocratie gabonaise qui se porterait mal depuis son instauration en 1990. Il a ensuite interpelé les autorités sur la nécessité de sauvegarder la paix et la stabilité qui caractérisent le pays.

« Est-ce qu’on peut nier la crise, quand les ministères entiers font grève et transforment le centre ville en théâtre d’opérations ? Et que 50% des effectifs de notre fonction publique se tournent les pouces à la maison », s’est questionné, le président de l’UPNR qu’entouraient ses collègues de l’ACR à savoir : Maitre Séraphin Ndaot Rembogo (PDS), Mathieu Mboumba Nziengui (UPG), le Pr André Pierre Kombila (RNB) et le Dr Davin Akouré (ANG).

« Nous allons prendre part à ce débat pour faire avancer le dossier sur la biométrie », a indiqué pour sa part, Mathieu Mboumba Nziengui, secrétaire exécutif de l’UPG. L’Union du peuple gabonais est un parti créé par feu Pierre Mamboundou, initiateur de la loi sur la biométrie. La biométrie, un mécanisme qui devrait garantir la transparence électorale au Gabon.

D’autres figures emblématiques de l’opposition étaient présentes à cet échange avec la presse à l’instar de Richard Moulomba (ARENA), le Pr Mbou Yembi (FAR), M. Moro (MORENA) et autres.

La conférence de presse qui s’est tenue à la Chambre de commerce de Libreville a eu les allures d’un meeting politique. Plusieurs centaines des militants et sympathisants de ce bloc de l’opposition ont effectué le déplacement.


Source : Gabonactu

Samedi 1 Septembre 2012
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 3128 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par alain bongo le 03/09/2012 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alain Bongo dit :
3 septembre 2012 à 3 h 02 min
Les sujets suivants sont a debattre a la conference nationale souveraine:
1/Franc Maconnerie: Les gabonais de maniere souveraine vont decider de ce qu’il faut faire de la franc maconnerie au gabon cette association pilote le pays il faut la bannir pendant 1 siecle au Gabon
2/ Les francais : il faudra passer en revue les accords avec les francais et definir de maniere souveraine notre relation avec les francais au vu de ce que savons de la franceafrique car nous sommes pilotes par les francais ce pays est le leur les gabonais ne sont que des locataires au gabon
3/ Bien mal acquis et enrichissement illicite: quitte a mettre en place une commission verite et re conciliation ou tous les gabonais viendront faire un etat de leur fortune et se faire pardonner quitte
A restituer une partie des fortunes detourne
4/ Fortune des bongos au Gabon et a l’exterieur: Les gabonais devront decider de maniere souveraine s’il faut laisser au bongo le control de toutes les entreprises au gabon ou leur demander de restituer une partie et pardonner les bongos
5/ la revision de la constitution, du fonctionnement des institutions, la biometrie,la limitation des mandats des elus et du presidents.
6/refaire des elections transparentes après la conference organise par un gouvernement de transition mis en place par la conference

Cette liste de questions de fond seront a discute a la conference nationale

Mais il faut arreter d’etre naif et de croire que la conf va changer le gabon s’il faut faire une conference nationale pour venir parler du chomage, du cout de la vie, des maisons non construites, des mensonges de l’emergence, de la legion etrangere d’ali bongo etc
Tant que le pays sera toujours pilotes par la france, la francmaconnerie et l’immense fortune mal acquis des bongos. C’est du temps perdus. J’attend de voir le contenu de la conf qui sera decide a mouila par l’opposition si les questions de fonds ne sont
Pas sur l’agenda j’n'verrai pas la necessite de cette conf nat et souv

Vos avis sur le contenu ? De quoi doit on parler a cette conf ?



Article original : http://gabonreview.com/blog/conference-nationale-souveraine-vous-avez-dit-souveraine/#ixzz25OjZjLD9

19.Posté par St.Michael le 02/09/2012 18:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que teke, nous ne nous sentons pas hais a cause des bongo mais plustot a cause de notre allegiance aux criminels bongo/pdg qui ont assassine et les Medang et les Mandza de maniere indiscriminee.
En tant que fang, nous ne nous sentons pas hais a cause de Mba Obame mais plustot a cause des fangs traitres comme ndemezo, ebou, ondo metoghe, mba abessolo, ella ekogha, byogu mba qui ont contribue aux massacres des fangs et non fang a POG de maniere indiscriminee.

Ne tentons pas de faire des correlations stupides.

Les tekes se haissent entre eux memes tout comme les fangs se haissent entre eux memes.
Le plus grand ennemi des fangs ce sont des fangs et le plus grand ennemi des tekes ce sont des tekes eux memes.

La n'est pas le probleme. Le probleme est comment concevoir qu'un etre humain en possession d'un cerveau sur les epaules puisse faire allegiance aux etrangers Aliben/Accrombessi au detriment des interets de la Nation?

Can someone help me to comprehend this intelligence stupidity.

Amen!

18.Posté par LIBERTE DEMOCRATIQUE le 02/09/2012 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
DE LA A LA POSE LE NIVEAU A BULLE D'AIR SA VA ALLEZ VITE
LE FOISONNEMENT C'EST BON


17.Posté par DBD le 02/09/2012 11:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le tribalisme au Gabon n'est pas seulement anti-fang. Ne faisons pas la fuite en avant. Le tribalisme anti-fang c'est chez les Bongo pour une simple raison: son plus grand cauchemar c'est son opposant farouche Mba Obame, un Fang. Comme pour une personne c'est une seule mauvaise dent qui fait sentir toute la bouche, il suffit d'un seul homme pour hair toute une ethnie. Il a suffit d'un Bongo pour hair tous les tekes et obamba comme il suffit d'un seul Fang (AMO) pour que tous les Bongo haissent cette ethnie Fang. Arretez de distraire les vrais Gabonais. Ce tribalisme anti-fang des Bongo ne marche plus tout comme cette campagne de victimisation ne marche plus. Le PDG n'est pas anti-Fang, le PDG est anti-Gabonais.
Lorsque vous parlez du tribalisme anti-Fang dennoncer les Bongo directement. C'est tres incoherent de parler du PDG comme etant anti-Fang.C'est hypocrite et mensonger! Il y'a bien des Fang dans le petit monde du pouvoir en place tous aussi assassins, voleurs que tribalistes anti-lamda.
C'est Bongo et Bongo seul qui est anti-Fang. Si Nzouba Ndama est anti-Fang cela fait de Ndemezo Obiang anti-what? Question a 20 points.

"Les attitudes sont bien contagieuses..."

16.Posté par dolo l'amour le 02/09/2012 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le tribalisme anti-fang ne marche plus.
Le PDG doit réfléchir pour proposer autre chose au peuple et surtout se préparer au partage du pouvoir

15.Posté par aboubadaigne le 02/09/2012 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est logique que le pouvoir se sent de plus isolé.
C'est cet isolement qui fera réagir ABO car se sentant de plus en plus seul sur la scène nationale et internationale et comme il aime aussi le Gabon à sa façon, c'est la raison qui l'obligera de composer.
En tout cas il n'aura pas d'autre choix.

14.Posté par La nation depuis kinguélé le 02/09/2012 00:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le pouvoir en place se sent de plus en plus isolée dans leur petit monde bourer de tribalistes anti fang, de dictateurs , de voleurs

13.Posté par Mackossocabrimort le 01/09/2012 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que les gens se positionnent avec toute franchise car l'ACR a toujours été versatile. La preuve Mayila avec son PUP disait être de l'opposition quelques temps après de la majorité présidentielle, les dernières législatives en sont un cas patent. Nous opprimés ne voulons plus de ces gens dans nos rangs car ayant trop subi cette dictature.Que ceux qui déclarent vouloir nous aider le dise à haute et intelligible voix et non sous cape. L'intérêt général doit primer avant l'intérêt particulier. N'est ce pas AMO et fais très attention à NGO NGO NGO (Mayila) car très versatile comme Mba des bois? Je le connais très bien car ayant milité dans ma jeunesse dans son fameux PUP. Je parle en connaissance de cause et non en tant aigri comme pourrait le penser certains. Mon intervention n'est pas de le nuire mais d'attirer notre 'attention nous membres de l'UN. Nous avons déjà assez souffert de cette tyranie. On peut pas tromper les gens tout le temps.

12.Posté par Moubamba l escroc politique le 01/09/2012 23:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
St. Michel, basseeee... Mais je me demande ce que Kombil fout ds ce machin de mayila, lui qui a tjrs été proche du peuple et radical. Mayila a faim et joue le même role qu avec le moribond pup. Il faut dissoudre ça et faire un bloc uni avec l UN

11.Posté par St.Michael le 01/09/2012 20:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est jamais trop tard pour se prononcer sur la CNS.
Ppurquoi Kombila n'est pas le President de l'ACR?
Un professeur est plus souhaitable a la tete de l'ACR qu_n maitre.


10.Posté par Donal le 01/09/2012 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 5, vous commencez bien en proposant des mesures réalistes, après ce sont des propositions purement utopiques. Enfin, un Gabon chimérique, quoi.

9.Posté par Dora le 01/09/2012 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est pas une mauvaise idée dans un pays où certaines personnes en mal d'arguments convaincants pour défendre le bilan désastreux du PDG ou le leur propre, utilisent lâchement l'argument non argument ethnique pour "passer". L'initiative de notre compatriote du Cameroun peut permettre en effet de poser le problème non problème ethnique, et en même temps de décomplexer les rapports entre les communautés du Nord et Nud.

8.Posté par Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou le 01/09/2012 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L’INTERNATIONALE DEMOCRATE
Union-Démocratie-Paix Sociale
------------------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué de presse
Le fondateur de l’Internationale démocrate, Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, a l’honneur d’informer le public qu’il a encore sollicité qu’il plaise à Monsieur André Mba Obame, leader politique gabonais, de bien vouloir signer la charte de l’Alliance politique Nord-Sud, le 15 septembre 2012, Journée internationale de la démocratie, et ce, en sa qualité (comme le souhaite l’initiateur de cette alliance) de coordinateur de la promotion de cette alliance politique, qui n’est pas une association, mais un élan patriotique pour l’unité nationale et l’alternance au pouvoir.
Il a adressé un courrier électronique au Président André Mba Obame via les plus proches collaborateurs de ce leader politique qui incarne le changement.
Il rappelle que l’Alliance politique Nord-Sud est une initiative proposée au peuple gabonais, le 17 août 2011, dans le cadre de « la campagne permanente contre le mensonge et pour la vérité pour les nations ».
Le fondateur de l’Internationale démocrate croit profondément que « Dieu nous voit » et que l’heure de vérité a sonné.
Il tient à souligner, comme c’est écrit dans la charte (article 18 nouveau) que « Chaque peuple a son histoire. Le Nord et le Sud, au Gabon, sont une réalité géographique et politique (ce n’est pas le cas pour l’Ouest et l’Est) et le Nord comprend « le Nord, le Nord-Ouest et le Nord-Est » ; le Sud comprend « le Sud, le Sud-Ouest et le Sud-Est », et le Centre, au Gabon, conforte « l’Alliance politique Nord-Sud » parce que « le Centre est un « carrefour » ou un lieu de rencontre du Nord et du Sud ».
L’Alliance politique Nord-Sud n’est pas une association, mais un élan patriotique pour l’unité nationale et l’alternance au pouvoir ».
Il tient également à souligner que l’Alliance politique Nord-Sud ne remplace pas l’Union Nationale ni l’Union du peuple gabonais ou tout autre parti politique. Et « Qui peut le plus peut le moins ».
Il dénonce et condamne :
- le tribalisme, la jalousie, les égoïsmes et le banditisme politique, syndical ou religieux ;
- le discours politique « Tout sauf les Fangs », « Les Punus ne sont bons qu’à la Vice-présidence de la République... », « Nzébis et Tékés (...), dans la « République du Haut-Ogooué Lolo », même combat » (…) ;
- l’organisation des prières, contre de l’argent, par de faux prophètes et faux marabouts, les ennemis du Gabon, contre le combat politique et pour la confiscation du pouvoir par un clan ;
- le silence de certains leaders d’opinion devant la détresse du peuple gabonais ;
- les connivences et les arrangements entre certains leaders politiques de l’opposition, membres ou non des sociétés secrètes, et le pouvoir en place, contre le peuple qui refuse que le Gabon demeure une vache à lait et un pays sans une véritable économie.
Comment croire qu'un pays (le Gabon), qui n'a pas la base de l'économie (l'agriculture), et qui est obligé, pour nourrir sa population, d'importer des produits vivriers principalement du Cameroun voisin, puisse être un « pays émergent » en 2025? Avant le Cameroun qui lui aussi voudrait être un « pays émergent », mais en 2035 !
Les Gabonais ont besoin des partis politiques, mais ils ont aussi besoin d’un élan patriotique pour construire une nation forte.
Toute campagne contre l’Alliance politique Nord-Sud est un crime, un de plus, contre :
- l’Afrique, continent meurtri par les conflits territoriaux, après sa balkanisation ; les ingérences étrangères dans ses affaires ; les divisions ethniques ou religieuses, les conflits fratricides ;
- et le monde, le village planétaire, et donc contre les peuples, la liberté et la justice, la paix sociale.
Par ailleurs, Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou a annoncé qu’il rentrera au Gabon après la publication de ses 5 livres. Si Dieu le veut.
Le fondateur de l’Internationale démocrate, qui rend hommage au Président André Mba Obame, pour son courage politique, ne doute pas que ce leader politique transcendera les considérations de tous ordres et acceptera de signer la charte de l’Alliance politique Nord-Sud, devant Dieu et devant l’histoire.
Enfin, le temps de l’action est venu, après le temps des discours, pour le bien du peuple gabonais souverain.

Fait à Yaoundé, le 27 août 2012

Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de la Police de secours, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King
Tél : (237) 70 14 37 55 / E-mail : internationale_democrate@yahoo.fr

--------------------------------
Charte de
L’Alliance politique Nord-Sud
PREAMBULE


Dans le cadre de la campagne permanente contre le mensonge et pour la vérité (« Non au mensonge et OUI à la vérité pour les nations », avec un accent particulier sur le Gabon), ouverte à Yaoundé, au Cameroun, le 30 janvier 2011, par l’initiateur de cette campagne, Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de la Police de secours, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King ; et après la publication de la lettre ouverte aux députés français, en date du 07 février 2011, dans laquelle Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou soutient, entre autres, la promotion de « L’Alliance politique Nord-Sud » ou toute autre alliance politique, dans les nations fragilisées par les divisions ethniques ou religieuses ; et dans le souci d’œuvrer à la consolidation de l’unité nationale, par la création des conditions de l’alternance au pouvoir, entre le Nord et le Sud du Gabon, et la lutte (permanente) contre ces divisions, il est suscité un élan patriotique dénommé « Alliance politique Nord-Sud ».

CHAPITRE 1 : DU BUT

Article 1 : L’Alliance politique Nord-Sud a pour but de consolider l’unité nationale, par la création des conditions de l’alternance au pouvoir, entre le Nord et le Sud, et la lutte (permanente) contre les divisions ethniques ou religieuses.

Article 2 : Au-delà des entités et des stratégies politiques, le but qu’il importe d’atteindre est la consolidation de l’unité nationale. Et l’alternance au pouvoir est un gage d’unité nationale.

CHAPITRE 2 : DES MOYENS

Article 3 : Pour la consolidation de l’unité nationale, l’Alliance politique Nord-Sud, qui est un élan patriotique, s’appuie sur les Gabonaises et les Gabonais, désormais investis, individuellement, du pouvoir d’aider à :
- la réalisation de l’alternance au pouvoir, tous les 5 ans, entre le Nord et le Sud du Gabon ;
- l’anéantissement des divisions ethniques (ou religieuses) entretenues par le discours politique, « Tout sauf les Fangs », « Les Punus ne sont bons qu’à la Vice-présidence de la République... », « Nzébis et Tékés (...), dans la « République du Haut-Ogooué Lolo », même combat »…

Article 4 : Il est dans l’intérêt du peuple que les leaders de partis ou groupements politiques, dans l’opposition ou la majorité, donnent l’exemple, dans la lutte pacifique pour l’alternance au pouvoir, avec la possibilité, pour un candidat à une élection présidentielle, de prendre l’engagement (dans un écrit signé en public) de choisir le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, parmi les cadres issus de la partie du pays (le Nord ou le Sud) dont ce candidat n’est pas originaire.

Article 5 : Il peut être réalisé des vêtements, par un leader politique, à distribuer avec ou sans frais, et des affiches et banderoles (…), avant, pendant et après une campagne électorale, avec l’inscription « Alliance politique Nord-Sud », son effigie et les signes distinctifs de son parti politique.

CHAPITRE 3 : DE LA PARTICIPATION

Article 6 : La participation des Gabonaises et des Gabonais à l’action, pour l’Alliance politique Nord-Sud, est volontaire.
Il est question simplement de partager un idéal, d’œuvrer à la consolidation de l’unité nationale.


Article 7 : La vérité s’impose d’elle-même. Les individus qui sont contre la vérité s’excluent d’eux-mêmes.

Article 8 : Les Gabonaises et les Gabonais sont individuellement interpellés pour la promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud ».

CHAPITRE 4 : DE LA COORDINATION

Article 9 : L’action entreprise, pour l’Alliance politique Nord-Sud, est coordonnée par un leader politique.

Article 10 : Le leader politique, désireux de coordonner l’action, pour l’Alliance politique Nord-Sud, ne convoque pas de réunion, mais informe simplement le public des orientations de nature à promouvoir cet élan patriotique.


CHAPITRE 5 : DE L’ENGAGEMENT DU CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE
DEVANT DIEU ET DEVANT L’HISTOIRE

Article 11 : Tout candidat (originaire du Nord ou du Sud) à l’élection présidentielle, qui le désire, appose sa signature, après les lieu et date de signature et avant ses prénom (s) et nom (s), sur un papier, à joindre à la présente charte, et ce, devant un public, avec la mention suivante (si la révision constitutionnelle souhaitée n’est pas encore opérée) : « A la tête du pays, je m’emploierai à faire modifier la Constitution dans le sens voulu par la charte de l’Alliance politique Nord-Sud et, dans tous les cas, au bout de mon mandat, de 5 ans, je quitterai le pouvoir ».

Article 12 : Après cette signature et cette mention, le candidat à l’élection présidentielle pose la main droite sur un Livre révélé (la Thora, l’Evangile ou le Coran), selon sa religion et, cette main levée, il dit : « Je souscris à la charte de l’Alliance politique Nord-Sud et je jure, devant Dieu et devant l’histoire, de respecter mes engagements ».


CHAPITRE 6 : DE LA MODIFICATION DE LA CONSTITUTION, POUR LAQUELLE
L’ENGAGEMENT DU CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE EST PRIS

Article 13 : La modification de la Constitution, dans le sens voulu par la présente charte, est opérée dans les termes suivants : « Le mandat du Président de la République est de 5 ans. Tous les 5 ans se tiennent des élections présidentielles, à deux tours, pour une alternance au pouvoir.

Le nouveau Président de la République n’est issu ni de la même partie du pays (le Nord ou le Sud) ni de la même communauté ethnique ou ethnolinguistique que son prédécesseur.

Il choisit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, parmi les cadres, qui ne sont pas originaires ou issus de la même partie du pays (le Nord ou le Sud) ou de la même communauté ethnique ou ethnolinguistique que lui.

Il est tenu de respecter ses engagements, y compris ceux relatifs au choix du Premier Ministre, Chef du Gouvernement ; au recrutement du même nombre de jeunes gabonais, par province, dans les Forces de défense et de sécurité, avec le souci de renforcer la sécurité collective ; au développement équilibré de toutes les provinces et au respect des droits humains et donc de la vie humaine.

En cas de décès ou d’empêchement définitif du Président de la République, le mandat de 5 ans, dont il est investi, court jusqu’à la fin, sous l’autorité (et avec les pouvoirs de Chef de l’Etat) d’un cadre, membre du Parlement, élu par ses pairs, à la majorité relative ; un cadre originaire de la même partie du pays que le Président décédé ou empêché, et issu de son parti politique.

La révision éventuelle des présentes dispositions ne peut intervenir avant la fin des divisions ethniques (ou religieuses) entretenues par le discours politique, et qui doivent être combattues jusqu’au bout ».

CHAPITRE 7 : DU NORD ET DU SUD

Article 14 : On parle du Nord et du Sud comme on parlerait de l’Est et de l’Ouest ou du Centre : c’est un fait de la géographie et de l’histoire.

Lorsqu’on parle du Nord et du Sud du Gabon, on parle des deux parties principales du territoire national, au-dessus et au-dessous de la partie centrale ou du centre du pays : l’alternance au pouvoir, tous les 5 ans, entre le Nord et le Sud, est de nature à anéantir les divisions ethniques et la capacité d’un pouvoir établi (dans une République) à conserver le pouvoir, par la force, à instituer une « succession monarchique » ou à constituer des groupes de personnes (des civils et des militaires) acquis à sa cause contre les autres citoyens qui ne seraient bons, pas pour choisir librement leurs dirigeants, mais pour applaudir et subir la volonté du pouvoir.

CHAPITRE 8 : DU MANDAT DE 5 ANS DE L’ELU DU PEUPLE, LE PRESIDENT DE LA
REPUBLIQUE

Article 15 : Comme les deux mains de l’être humain, chacune avec 5 doigts, le Nord et le Sud sont ensemble pour bâtir le Gabon : 5 ans pour le Nord et 5 ans pour le Sud.

Une main ne peut pas se considérer comme la première et l’autre la deuxième ou la dernière. L’une peut, de temps à autre, apporter plus de forces que l’autre (c’est cela aussi le partage du pouvoir), mais l’édifice commun à bâtir est le résultat du travail des deux mains : une main se joint toujours à l’autre pour construire.

CHAPITRE 9 : DISPOSITIONS FINALES

Article 16 : L’Alliance politique Nord-Sud n’est pas une association, mais un élan patriotique. Elle n’est donc pas soumise, pour son existence, à une quelconque procédure de légalisation.

A cet égard, la participation à l’action démocratique, pour la consolidation de l’unité nationale, dans le cadre de l’Alliance politique Nord-Sud, est et reste l’expression d’un engagement individuel.

Article 17 : Le vote utile devrait faire réfléchir les acteurs politiques, originaires du Nord et du Sud. La démocratie permet la compétition pour prendre le pouvoir, mais n’oblige pas tous les acteurs politiques à participer à cette compétition : le vote utile permet au peuple de décider de son destin, par le choix d’un et un seul candidat à une élection présidentielle.

Le développement du pays est l’objectif à atteindre par tous. Et le pouvoir est institué pour la construction de la nation, par toutes ses filles et tous ses fils, dans le respect du droit à la différence. Nul ne peut donc prétendre, dans l’opposition ou dans la majorité, être né pour diriger la nation ; et donc être contre l’alternance au pouvoir et donc contre l’Alliance politique Nord-Sud, qui annonce « une aurore », pour « notre essor vers la félicité ».

Article 18 : Chaque peuple a son histoire. Le Nord et le Sud, au Gabon, sont une réalité géographique et politique (ce n’est pas le cas pour l’Ouest et l’Est) et le Nord comprend « le Nord, le Nord-Ouest et le Nord-Est » ; le Sud comprend « le Sud, le Sud-Ouest et le Sud-Est », et le Centre, au Gabon, conforte « l’Alliance politique Nord-Sud » parce que « le Centre est un « carrefour » ou un lieu de rencontre du Nord et du Sud ».

L’Alliance politique Nord-Sud n’est pas une association, mais un élan patriotique pour l’unité nationale et l’alternance au pouvoir.

Article 19 : Toute campagne contre l’Alliance politique Nord-Sud est un crime, un de plus, contre :
- l’Afrique, continent meurtri par les conflits territoriaux, après sa balkanisation ; les ingérences étrangères dans ses affaires ; les divisions ethniques ou religieuses, les conflits fratricides ;
- et le monde, le village planétaire, et donc contre les peuples, la liberté et la justice, la paix sociale.

Article 20 : Les Gabonaises et les Gabonais, au service de l’Alliance politique Nord-Sud, dans le pays de nos ancêtres, le Gabon, ne parlent pas au nom des communautés ethniques ou religieuses, mais pour le peuple souverain.

Article 21 : La présente charte entre en vigueur le jour de sa signature, à Libreville, par le coordinateur de la promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud ».


Signée à Libreville, le…….septembre 2012



André Mba Obame
Leader politique gabonais, coordinateur de la promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud»

-----------------
La présente charte a été élaborée par Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de la Police de secours, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King.

7.Posté par bigou le 01/09/2012 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne analyse de la situation.
C'est à ABO de faire actuellement très très attention, il a la pression nationale et internationale.

On comprend très bien depuis le départ de AMO du PDG que c'est devenu un titanic.
Où les faiseurs de roi que sont : Boukoubi, Guy Nzouba, Mborantso, Mboumbou Miyakou, Lemboumba.
Pourquoi ils ne montent pas au créneau pour le défendre et pourtant ça doit être de bonne guerre pour eux ????

En dehors de Coniquet et Ndemezo du PDG qui ont fait un sérieux diagnostique des tensions politiques et sociales actuellement ressentis au Gabon, les faiseurs de roi sont là tout simplement pour bien enfoncer ABO et tirer tranquillement des ficelles, ils étaient forts pour l'encourager de s'imposer avec force comme candidat en 2009 en violant les règles et statuts du PDG de son père ce qui a entrainé le départ de certaines têtes pensantes et la suite nous la connaissons.

Sans s’arrêter là, il a encore fait faux et usage de faux récemment à l'université d'été de la Rochelle en France, par Bilé Bi Zé un repris de justice qui n'est pas un bon exemple au Gabon connaissant son casier judiciaire.

Les mêmes cause produisant les mêmes effets, aujourd'hui la France n'a plus besoin de preuves pour comprendre que le PDG et son candidat imposé avait trafiqué les procès verbaux pour faire son coup d'Etat électoral.

ABO n'a que la pièce de sa monnaie.
Si vous écoutez bien les paroles de la chanson de sa mère adoptive P.Dabany "L'AMOUR D'UNE MÈRE", connaissant son fils adoptif, elle a bien ressenti ce qui se passe aujourd'hui parce que ABO n'a pas la carrure de son père adoptif Feu OBO. En plus l'arme fatale anti-fang ne marche plus donc il est très coincé actuellement.

Mayila qui n'est pas considéré aux yeux des gabonais comme un opposant mais un opportuniste vient d'emboiter le pas de la vraie opposition et celui de Coniquet + Ndemezo du PDG qui pensent que pour sortir pacifiquement de cette situation, il faut une conférence nationale souveraine.

ABO, après avoir fait un passage en force pour être candidat du PDG de son père, ajouter à cela son arme fatal qu'est le tribalisme anti-fang entretenu par ses vouvouzéleurs et qui ne fonctionne plus d'ailleurs même si les gens comme AYENOUE en utilise encore, la seule solution pacifique n'est autre chose que de négocier la sortie de crise.

En tout cas, ABO n'aura pas de choix si non son sors sera comme ceux cité par TON et c'est ce que nous ne souhaitons pas pour lui malgré son amour pour des étrangers très étranges qui l'entourent et qui se servent tranquillement dans les caisses de l’État gabonais.

A bon entendeur....

6.Posté par arsène lessy le 01/09/2012 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Après la mise en place du fichier électoral biométrique non contestable, ABO devra accepter de dissoudre son parlement monocolore qui ne ressemble à rien en terme de démocratie (on dirait un parlement Russe ou Chinois) et nommé un nouveau gouvernement, refaire également les élections municipales et renouveler l'assemblée territoriale.

Est ce que ABO va accepter tout si il aime le Gabon son pays adoptif ????
Parce que il sait qu'il va perdre le pouvoir vue qu'il sera minoritaire et donc obligé de composer avec une nouvelle majorité issu véritablement du peuple.

ABO va sans doute rediscuter avec AMO à ce moment là, vous verrez , raison pour laquelle ABO ne peut pas donner l'ordre d’arrêter AMO malgré les sorties des certains zélés qui ne comprennent rien dans le fond de la crise politique actuelle.

En tout cas c'est une hypothèse non envisageable (arrêter AMO) quand bien même son entourage le pousse à le faire mais lui même sait qu'au fond il ne le fera pas.
Il pense aussi au revers de la médaille d’où la chanson de sa mère adoptive P.Dabany "L'AMOUR D'UNE MÈRE".
Écouter bien les paroles de cette chanson, elle avait déjà prévu l'hypothèse de ce qui se passe aujourd'hui pour son fils adoptif

P.Dabany en chantant cette chanson a su avant tout le monde que son fils adoptif aura des soucis parce que il n'a pas la carrure de son père adoptif feu OBO et qu'il est surtout rejeté sur le plan national et également en France.

Même si il utilise les même armes dont le tribalisme anti-fang, Ali n'est pas soutenu par le peuple, il est vomis de partout et fait en ce moment du grand n'importe quoi en faisant du faux et usage de faux des documents en France avec BILE BI ZE en tête dont tous les gabonais connaissent bien son casier judiciaire qui ne surprend plus personne aujourd'hui quand il est mélangé dans une affaire ou il y a du faux, ça devient normal de croiser un certain Bilé Bi Zé : un habitué des démêles judiciaires.

Et si il fait incarcérer AMO son principal opposant, une tempête médiatique et judiciaire international va s'abattre sur lui sans oublier bien sur l'affaire des BMA en France avec transparency.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 04:32 Gabon - Jeûne national : L’appel de Ben Moubamba

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Art Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame


Flash Info
20/11/2017 07:51

Flash info : Notre version mobile, plus rapide

Nous venons de rendre notre version mobile et tablette plus rapide, après plusieurs mois de travail, en vous informons aussi que votre site est rentré dans le club des meilleurs sites francophones...
Info juste & Utile : News 7J/7









Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée

Incroyable !