News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Martin Edzodzomo-Ela : Tu honoras tes parents

Le site de la Liberté - Martin Edzodzomo-Ela le Dimanche 3 Avril 2016 à 07:26 | Lu 1396 fois



Ahmed Ben Bella, homme politique algérien, l'un des dirigeants de l'insurrection de 1954, il fut le premier président de  la République algérienne
Ahmed Ben Bella, homme politique algérien, l'un des dirigeants de l'insurrection de 1954, il fut le premier président de la République algérienne
La Bible appelle à honorer son père et sa mère.

Dans nos sociétés traditionnelles gabonaises, la mémoire était une valeur. De nos jours, quelle place pour les anciens ?
Pour les Chrétiens, le Premier Testament encadre la relation aux parents entre le verset qui dit : « Honore ton père et ta mère.

Le verbe honorer veut dire en hébreu glorifier, mais aussi donner du poids. Honorer ses parents, c’est les glorifier en accordant de l’importance à ce qu’ils ont été ou qu’ils sont, aux combats qu’ils mènent ou qu’ils ont menés, aux fidélités qui ont été les leurs.

Il faut donner de l’importance au temps, aux rythmes de la vie, alors que de nos jours, prévaut la considération de l’immédiat. Le temps renvois aux notions de patience, de construction et de fidélité, alors que l’immédiateté suscite ce qu’on appelle en anglais la megeneration ; moi d’abord,, rien avant, rien après, tout, tout de suite. Ce qui est devenu le concept de vie dans notre société gabonaise à l’heure actuelle.
La société gabonaise et le syndrome des Lotophages de l’Odyssée.

Une image de notre société gabonaise actuelle est évoquée dans une épopée grecque antique, l’Odyssée , attribuée à Homère, qui l'aurait composée après l’Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature et, avec l’Iliade, comme l'un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

L’Odyssée relate le retour chez lui du héros Ulysse, qui, après la guerre de Troie dans laquelle il a joué un rôle déterminant, met dix ans à revenir dans son île d'Ithaque, pour y retrouver son épouse Pénélope, qu'il délivre des prétendants, et son fils Télémaque. Au cours de son voyage sur mer, rendu périlleux par le courroux du dieu Poséidon, Ulysse rencontre de nombreux personnages mythologiques, comme la nymphe Calypso, la princesse Nausicaa, les Cyclopes, la magicienne Circé et les sirènes. L'épopée contient aussi un certain nombre d'épisodes qui complètent le récit de la guerre de Troie, par exemple la construction du cheval de Troie et la chute de la ville, qui ne sont pas évoquées dans l’Iliade.

Lorsque, après une tempête, Ulysse ancre son bateau sur les rivages d’une île inconnue. Il envoie des marins pour prendre contact avec les habitants du pays. Ceux-ci les accueillent très gentiment et leur proposent de partager leur nourriture ordinaire. Malheureusement, ce sont des Lotophages, les mangeurs de lotos. Quand un humain ingurgite cette nourriture délicieuse, il oublie tout, il ne se souvient plus de son passé, il perd toute notion de qui il est, d’où il vient, et où il va. Il baigne dans une douce quiétude, la vie n’est plus autre chose qu’une succession de petits plaisirs. Quand Ulysse retrouve ses compagnons, ils sont anesthésiés dans une espèce de bonheur qui paralyse toute mémoire. Ulysse les prend par la peau du cou et les force à quitter cette île paradisiaque qui est un piège pour les humains. Le but de son voyage n’est pas de s’enivrer de lotos, mais de retourner à Ithaque.

La lotophagie ambiante de notre société gabonaise d’aujourd’hui, qui aligne la valeur d’un individu sur sa capacité à jouir et à procurer la jouissance de la société de consommation imposée par l’argent roi, induit une approche particulière des anciens. On dira que le vieux est formidable s’il est adapté, souriant, en bonne forme plein aux as, et qui jouit et fait participer à la jouissance des biens matériels acquis n’importe comment du point de vue éthique son monde… En revanche, s’il manque d’abondance matérielle, s’il ne s’est pas enrichie comme les autres en refusant par dignité d’aller à la mangeoire, il n’a aucune valeur auprès des siens, et même de la société ; personne ne louera, on ne l’honorera plus.

Pour les sociétés de grande culture, respectueuses des valeurs traditionnelles, la mémoire est synonyme d’expérience, c’est pourquoi, les anciens sont écoutés. Au Sénat romain et dans les grandes académies grecques, c’était le vieillard qui se faisait entendre. Il inspirait respect et reconnaissance, admiration et gratitude, car son savoir était plus riche, sa mémoire plus vaste, sa génération plus près de la source.

De nos jours, dans notre société gabonaise, les anciens sont honorés à la mesure de leurs capacités à se comporter en jeunes, selon la règle de l’époque ; c’est-à-dire à ne pas être vieux, ce qui est exactement l’inverse de ce que dit le commandement biblique.

SUR LES EPAULES DES ANCIENS.

Dans le livre d’Ésaïe, Dieu annonce son jugement sur Jérusalem. Pour cela, il écarte toute sagesse, il écarte le juge et le prophète, le devin et l’ancien. La conséquence de ce retrait : « Je leur donnerai des jeunes gens pour chefs et des gamins domineront sur eux. Parmi le peuple, l’un opprimera l’autre et chacun son prochain ; le jeune homme attaquera le vieillard et le vulgaire celui qui est honoré » (Esaïe 3,1-5).

L a malédiction d’une société, c’est quand ce ne sont pas les anciens mais les jeunes qui sont au pouvoir. Dans la même parole qu’Esaïe, Platon disait la même chose dans cette célèbre citation qui récapitule une page de La République : « Quand les pères tremblent devant leurs fils, quand les maîtres n’enseignent plus les élèves mais préfèrent les flatter, quand finalement les jeunes ne respectent plus les lois parce que qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni ou de personne, alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie »
La rupture radicale avec le passé c’est l’origine de tous les totalitarismes.

Le Gabon qui s’enorgueillira, quatre ans à peine après son accession au statut d’État, d’avoir à sa tête le plus jeune Chef d’État en la personne d’un certain Albert Bernard Bongo, à la mort du vieux Léon Mba son premier Président n’entre t-il pas dans cette malédiction, d’avoir des jeunes comme chefs ?

Quand elle appelle à honorer les anciens, et à cultiver la mémoire et à relire son histoire, la Bible fait œuvre de civilisation.
Chaque génération est invitée à ne pas partir de zéro, à ne pas tout réinventer, mais à se hisser sur les épaules de la précédente.

LA MALADIE DU JEUNISME.

L’exaltation de la jeunesse est une maladie appelée jeunisme. Le jeunisme est un refus de la mémoire au profit de la nouveauté, de l’immédiateté, de l’éphémère ; elle cultive l’engouement plus que de l’engagement. Elle tourne le dos à cette idée toute simple qu’il faut de la patience et du temps, de la mémoire et de la culture, du récit et de l’expérience pour faire un homme civilisé. Hans Urs von Balthasar (12 août 1905), un prêtre catholique suisse théologien de grand renom, a affirmé, sous forme de paradoxe, que le fait de considérer la jeunesse comme une valeur en soi témoigne d’une hiérarchie ruinée des valeurs : « Un culte voué à la jeunesse est toujours un signe de vieillissement d’une culture. »
Certes, en cet instant critique de notre histoire comme nation, nous sommes appelés à lancer nos branches vers le ciel, à imaginer et défricher de nouvelles pistes, mais sans jamais oublier la sève qui vient de nos racines. Nous sommes invités à trouver le juste équilibre entre la mémoire et la création, l’honneur dû aux anciens et l’exploration de notre chemin singulier.


ps: image; l'auteur avec un ancien à Porte Alegre au Brésil en 2003: Ahmed Ben Bella, homme politique algérien, l'un des dirigeants de l'insurrection de 1954, il fut le premier président de la République algérienne


Dimanche 3 Avril 2016
Martin Edzodzomo-Ela
Vu (s) 1396 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...