News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Marche contre le crime rituel : qu’attendent les autorités ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 9 Avril 2013 à 10:16 | Lu 835 fois

Après une campagne médiatique réussie, lancée à travers les différents réseaux sociaux, le 20 mars 2013 pour dire, d’une seule voix, non aux crimes dits rituels au Gabon, la population gabonaise acquise à cette initiative se pose des questions sur le silence accablant des autorités du pays quant à la délivrance de l’autorisation de marche sollicitée par les différentes associations qui militent pour la fin de ces pratiques macabres.



Gabon : Marche contre le crime rituel : qu’attendent les autorités ?
Vivre au Gabon devient de plus en plus inquiétant, la population est désormais sur le qui vif, car, il ne se passe plus une semaine sans que l’on ne découvre des cadavres présentant des signes d’ablation d’organes : les yeux, les parties génitales, la langue, le cœur… Les enfants ou des jeunes filles, sont les potentielles cibles de cette ignoble pratique qui se produit dans l’impunité totale.

Les Gabonais s’indignent de plus en plus et pensent qu’il est temps d’appeler le monde entier à mettre la pression sur les autorités locales qui ne font pas grand chose pour que ces crimes dits rituels s’arrêtent. «Je suis, comme tout le peuple gabonais, révoltée par la violence des crimes commis sur les enfants et les jeunes filles, qu’on pense être des crimes rituels. J’espère sincèrement que les pouvoirs publics, avec l’aide des associations, vont pouvoir investiguer pour en savoir plus sur la cause et les coupables de ces crimes», déclarait Sylvia Bongo Ondimba sur sa page facebook.

Voici déjà deux semaines que les «Gabonais du net» et l’Association de lutte contre le crime rituel (ALCR) de Jean Elvis Ebang Ondo attendent l’autorisation du ministre de l’Intérieur, Jean François Ndoungou, pour l’organisation d’une marche pacifique visant à protester contre les crimes dits rituels et pour honorer les victimes. Ce silence dont on ignore les raisons, laisserait cours à plusieurs interprétations qui indiquent notamment que le pouvoir refuserait au peuple la dénonciation de ces crimes, vu que ces actes barbares seraient commandités et entretenus par ces dirigeants pour assurer ou garantir leur position politique et financière.

Comme pour se démarquer de la lenteur qui caractérise les autorités gabonaises quant à l’autorisation à la population d’organiser ladite marche de protestation, les Gabonais de Lyon en France ont pris le devant de la scène, le 6 avril 2013, pour dire «Stop aux crimes rituels au Gabon !», à travers l’organisation d’une marche.

«L’autorisation pour la marche à Libreville n’a toujours pas été accordée ! D’où l’énième report de la date choisie qui est aujourd’hui fixée au 13 avril prochain. Nous rappelons à tous que sans autorisation, la marche ne pourra avoir lieu ! Nous devons tous nous élever contre ces crimes rituels et ne pas laisser la tiédeur nous envahir car ces meurtriers n’arrêterons pas leur sale besogne !», peut-on lire sur la page facebook d’un Gabonais du net.

Dans l’attente d’une réponse favorable du locataire de l’avenue de Cointé, siège du ministère de l’Intérieur, d’autres actions sont menées ici et là par la population gabonaise pour faire entendre son désarroi face à ce phénomène sur le plan international, à l’exemple des pétitions en anglais et en français lancée sur Avaaz.

Gabonreview

Mardi 9 Avril 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 835 fois




1.Posté par coudou le 09/04/2013 12:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si les autorités refusent la marche, c''est un signal qu''elle lance au monde entier en disant que:faire la politique=crimes rituels au Gabon.

2.Posté par coudou le 09/04/2013 12:53 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si les autorités refusent la marche, c''''est un signal qu''''elle lance au monde entier en disant que:faire la politique=crimes rituels au Gabon.

3.Posté par Tchougoudja Le Fils le 09/04/2013 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo à nos frères et soeurs de Lyon! Dénoncer, dénoncer et encore dénoncer!

4.Posté par tarchidime le 09/04/2013 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le retard, sinon les hésitations manifestes des autorités du ministère de l'intérieur d'accorder l'autorisation de l'organisation d'une marche pacifique de protestation contre les crimes rituels au Gabon à une Association dénonçant et luttant contre ce fléau, ne sauraient être interprétés autrement que la volonté clairement affichée par ces dernières de museler des voix qui les empêchent de dormir. Au lieu de favoriser le statu quo et le pourrissement de la situation,les autorités gabonaises auraient plus à gagner en soutenant de telles initiatives ce qui aurait l'avantage peut-être de les mettre à l'abri de tout soupçon.

5.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 09/04/2013 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment Jean-François Ndoungou peut-il signer une autorisation pour une marche contre les crimes rituels, puisque ce ministre de l'Intérieur est lui-même géniteur de l'enfant de sa propre nièce mineure au moment des faits pédophiles et donc criminels ?

6.Posté par Priscilla le 10/04/2013 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si les gabonais attendent que les auteurs des crimes rituels les donne l'autorisation de faire une marche contre ces derniers, et bien il n'yaura jamais de marche donc a moins q'il y'ait une pression exterieure. C'est comme si vous demandez a odjukwu via son bulldog, F. Ndongou, d'autoriser une marche des partisans d'AMO.
Le senateur ekomie ne sera jamais condamne... comme disait Dibakou 'qui pouvé redjimber' ?
Si cette attitude dus autorites gabonaises fait jaser dans les medias occidentaux cela activera leschoses.

7.Posté par math le 10/04/2013 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les emergents ont mieux a faire que de donné une autorisation d abord le congret du parti du royaume gabon maintenant que le congret est fini on va un peu respirer car les nominés du pedge ont tellement sacrifié les gens que pour le moment ça va aller et va reprendre au prochain remaniement mais franchement ce gouvernement a reellement peur de qui pour tout refusé meme une marche pour tous les gabonais qui est normal ils ne veulent rien savoir on donne une autorisation à mayila pour une marche de soutiens et ses partis gazelles dont on a rien a foutre et pour une noble cause les enervants ne veulent rien savoir sachez qu un jour arrivera vous ne saurez d ou partir vra verra

8.Posté par King le 12/04/2013 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On passe du temps à blaguer dans ce pays!
le Biafra et ces frères popo s'en foutent!

9.Posté par Anti-Benjaminson le 13/04/2013 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Demander aux autorités gabonaises, en tête desquelles se trouve ali bongo, de mettre un terme à la pratique des crimes rituels au Gabon, revient à lui demander de laisser le pouvoir. Car les crimes rituels sont une composante à part entière de ce qui fait la raison d’être du pouvoir pdgiste au Gabon.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...