News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Marc Ona où Ali Bongo va-t-il trouver l'argent pour assurer les indemnisations qu'il a promises ?

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 25 Novembre 2009 à 14:42 | Lu 1264 fois

Le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona, président de l'ONG environnementale Brainforest et représentant local de Publiez ce que vous payez (PWYP), a vivement dénoncé le caractère «irréaliste et inapplicable» de l'interdiction de l'exportation des grumes à compter de 2010. Mettant en avant l'incapacité pour les entreprises gabonaises de transformer le bois localement à l'heure actuelle, Marc Ona a estimé que le gouvernement d'Ali Bongo serait contraint de revenir sur sa décision face aux réalités de son application sur le terrain.



Gabon : Marc Ona où Ali Bongo va-t-il trouver l'argent pour assurer les indemnisations qu'il a promises ?
La décision du gouvernement d'Ali Bongo d'interdire l'exportation des grumes à compter de 2010 suscite une réelle levée de boucliers parmi les industriels du secteur, mais également au sein de la société civile. Le président de l'ONG environnementale Brainforest et représentant local du réseau pour la transparence Publiez ce que vous payez (PWYP), Marc Ona, a dénoncé à son tour une mesure «irréaliste et inapplicable».

«Il s'agit ni plus ni moins d'une manoeuvre politicienne liée à Copenhague [sommet mondial sur le climat]. Cette mesure est irréaliste et inapplicable», a affirmé Marc Ona, lors d'une récente réunion du réseau PWYP à Paris.

«Le gouvernement d'Ali Bongo n'a consulté ni la Société civile ni les industriels de la filière-bois. Il a pris unilatéralement cette mesure. Le plus grave, c'est qu'il n'y a aucune entreprise capable aujourd'hui de transformer le bois au Gabon», a-t-il poursuivi.

A Port-Gentil, le directeur provincial de la Société d'exploitation des parcs à bois du Gabon (SEPBG) explique en effet qu'«il est indéniable qu'il y ait véritablement un risque de dépôt de bilan pour la SEPBG si nous restons dans la forme actuelle de nos activités, puisque notre activité est tournée vers l'exportation des grumes», précisant que «toutes les grandes entreprise d'exploitation forestière installées au Gabon sont concernées».

Les industriels français de la filière bois avaient déjà averti que cette mesure «va perturber le trafic des ports et du chemin de fer au Gabon, des scieries en France (…) parce qu'il faut un an à deux ans pour construire les usines nécessaires».

Cette décision s'inscrit pourtant dans la logique du Code forestier qui prévoyait que 75% du bois coupé soit transformé sur place à partir de 2012. Plusieurs sociétés européennes se targuaient d’ailleurs d’avoir déjà atteint ce quota mais demandaient néanmoins du temps, voire des aides, pour parvenir au nouvel objectif fixé. Une requête exhaussée par Ali Bongo qui a annoncé l'indemnisation des industriels du secteur lors d'une récente visite à l'Élysée.

Mais pour Marc Ona, «envisager d'indemniser les industriels est déjà un premier recul», s'interrogeant de savoir «où Ali Bongo va-t-il trouver l'argent pour assurer les indemnisations qu'il a promises ? Au Trésor public ? Sur son argent personnel ? La mesure d'interdiction est boiteuse. Je suis sûr que son gouvernement va finir par reculer», a-t-il affirmé.

60% du bois étant actuellement exporté après transformation, pour passer à 100% il faudrait effectivement doubler les capacités industrielles, prévoir un meilleur approvisionnement en énergie, revoir le transport et former du personnel. Un changement de modèle qui ne peut pas se faire en un mois, mais qui doit prendra un à deux ans.

Le contexte économique non plus n’est propice à la mise en œuvre dans l’immédiat de cette mesure puisque la filière bois souffre encore des effets néfastes de la crise économique qui a fait chuter les exportations de bois.

La seule demande qui résiste demeure celle des pays asiatiques pour le bois brut, principalement la Chine qui représente aujourd'hui 80% des grumes exportés par le Gabon. Mais le Gabon ne fournit par contre que 4% des grumes importés par la Chine. Un schéma qui pourrait bien pousser les industriels chinois à préférer un autre fournisseur que le Gabon plutôt que d’investir dans un outil industriel.

Après le pétrole, les 22 millions d'hectares de forêts gabonaises représentent le deuxième pourvoyeur des caisses de l'Etat et le second employeur du pays, après la Fonction publique.

Mercredi 25 Novembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1264 fois




1.Posté par delaudasse le 25/11/2009 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il pourrait les trouver dans l'argent du pétrole mais il ne le fera pas. Faut pas rêver !

2.Posté par egong le 25/11/2009 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
aucunemen, ce n'est qu'un reve meme ci l'idée est louable

3.Posté par bross le 25/11/2009 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi mettre la charrue avant les boeufs au GABON et en AFRIQUE ???? l éducation , la santé , l 'habitat les routes augmentation des salaires les plus faibles voila des priorités !!!!!!

4.Posté par Le vigile le 26/11/2009 02:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention Marc ONA!

Il n'y a jamais un sans deux!

Bongo est mort c'est lui qui avait quelques scrupules...

Tu as compris.

5.Posté par Ali7 le 26/11/2009 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne s'agit pas forcément de donner de l'argent. Mais cela peut se faire aussi par un autre mécanisme: allègements fiscaux pendant un ou deux ans. Les chinois ont anticipé par la construction d'une usine ultra-moderne et pourquoi les entreprises françaises ne peuvent pas le faire.

J'aurais voulu bien défendre Marc Ona mais ce qu'on demande au gouvernement d'Ali9 que je n'ai pas voté parce que je n'ai pas voté c'est de la volonté politique. S'ils l'ont cette volonté, c'est une bonne chose. L'idée en elle-même est très bonne. il ne faut pas laisser ces entrepreneurs français nous faire rouler dans la farine.

Même si on a pas voté pour ce gouvernement de pédé zozo, il faut reconnaître quand ils vont dans le bon sens.

6.Posté par espoir le 06/12/2009 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il ne suffit pas d'avoir un bon sens mais plutot de mettre ts cela en pratique .et je suis d'accord avec toi pour les allègement fiscaux car il faut le dire la fiscalité au gabon est assez élevé se ki entraine le désistement des investisseurs

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...