News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Marc Ona Essangui soumet un mémorandum à François Hollande

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 23 Février 2015 à 07:07 | Lu 1610 fois

Reçu le 19 février dernier par le conseiller aux Affaires africaines du président français, le secrétaire exécutif de Brainforest a fait transmettre au président français un condensé de la situation du Gabon vue par la société civile.



Pour Marc Ona Essangui, le constat est sans équivoque : «Le Gabon se porte objectivement très mal et la crise multiscalaire qui le secoue en est le symptôme évident». Il a tenu à faire part de son sentiment au président de la République française, à travers un mémorandum daté du 18 février 2015 et remis au conseiller Afrique, Hélène Le Gal. Depuis le 30 octobre 2014, une date «fatidique», rapporte-t-il, «la vie politique gabonaise est en ébullition». Pis, «le Gabon s’est embrasé avec les évènements du 20 décembre 2014 qui ont caractérisé une crispation du climat sociopolitique».

Si le secrétaire exécutif de l’ONG Brainforest s’est voulu poignant au risque de tomber dans une forme d’alarmisme, s’est, semble-t-il, pour inciter François Hollande à s’intéresser davantage à la situation de ce pays où «les grands chantiers du gouvernement sont presque tous à l’arrêt pour absence de financement», où «les revendications sociales se sont accentuées et les différentes grèves syndicales paralysent l’administration publique» et où «le secteur privé s’essouffle chaque jour car l’activité économique tourne au ralenti et commande aux licenciements». Des réalités qui rendent envisageables divers scénarii pour la suite.

Que la France agisse sinon…

Redoutant de voir la crise sociopolitique actuelle déboucher sur des évènements regrettables, l’acteur de la société civile gabonaise évoque plusieurs hypothèses, notamment un «coup d’Etat militaire» et une «insurrection populaire», non sans faire remarquer la détermination affichée par le pouvoir en place de se succéder au terme de la présidentielle de 2016, malgré le fort ressentiment d’une partie de la population.

Selon Marc Ona Essangui, si «l’arrivée au pouvoir des militaires qui justifieraient leur action par la chienlit installée au Gabon et l’absence d’autorité manifeste des politiques à conduire le destin de la nation», et la probabilité d’«une violente éruption populaire» peuvent apparaître, pour certains, comme la réponse à la situation actuelle, c’est parce que la présidentielle de 2016 n’augure rien de bon, si l’on s’en tient à l’adage d’Omar Bongo : «On n’organise pas une élection pour la perdre», qui reste à ce jour le crédo du parti politique auquel appartient Ali Bongo.

Quelques pistes

Pour tenter de casser les habitudes électorales de la majorité et donner toutes ses chances à la démocratie, la société civile propose des mesures drastiques : la mise en place d’une commission quadripartite composée de représentants du pouvoir, de l’opposition, de la société civile et de la communauté internationale, ainsi que le départ de Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle, de René Aboghe Ella, président de la commission électorale nationale autonome et permanente et de Guy-Bertrand Mapangou, ministre de l’Intérieur.

Ce n’est donc qu’après satisfaction de ces préalables que l’élection présidentielle de 2016 pourrait être envisagée, après un retour au scrutin à deux tours et l’instauration d’une véritable biométrie. Des recommandations que la France, qui a intérêt à voir le climat s’apaiser au Gabon, pourrait être amenée à faire au président de la République.

L’intérêt de la France

Si cet appel à l’immixtion de l’ex-puissance coloniale dans les affaires intérieures d’une ancienne colonie peut être mal perçu, pour la société civile, il n’en demeure pas moins que «l’intérêt de la France dans ce qui relève bien des affaires intérieures du Gabon, se trouve dans la stabilité sociopolitique de ce pays, gage d’un meilleur climat des affaires réclamé par de nombreuses entreprises françaises implantées au Gabon». En clair, François Hollande gagnerait à protéger les intérêts de ses compatriotes en activité dans le pays. D’autant qu’«un nouveau foyer de tension à l’image de la République sœur de Centrafrique, estime Marc Ona Essangui, imposerait quand même à la France de prendre ses responsabilités pour sauvegarder les biens et les personnes de nationalité française vivant au Gabon».

Gabonreview

Lundi 23 Février 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1610 fois




1.Posté par Bea le 23/02/2015 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tres bonne initiative Monsieur Ona , il faudra continuer et le martelé sans cesse afin qu'ils comprennent que le Gabon va mal et que cela ne s’améliorera pas tant qu'on sera gouverné par des incapables et des institutions malades . 2016 doit être l'année du changement au Gabon car nous n'en pouvons plus, au risque d'une insurrection . Ce genre d’initiative est à saluer .

2.Posté par Norbert Pierre mousavou ngnama le 24/02/2015 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Capitaine Omer Elingui , du B2 Gabon avec sa grosse tete Balafrée a l' arriere de sa tete , region Occipitale qui merite une explosion Totale , donné l'ordre à ses soldats du B2 pour violer et de sodomiser les etudiants Gabonais Mr , tu rendras compte un jour aux gabonais que je suis .

3.Posté par Norbert Pierre mousavou ngnama le 24/02/2015 01:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://koaci.com/gabon-etudiant-sodomise-policiers-pendant-detention--98381.html

http://www.africahotnews.com/articles/?viewarticle=yes&idnews=794522

http://echosdunord.com/viol-dun-etudiant-dans-une-cellule-du-b2/

4.Posté par Norbert Pierre mousavou ngnama le 24/02/2015 01:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne connais pas chez lui à LBv moi etant aux Usa un Mr. Gueulard impoli qui ne craint pas Dieu , mais je sais qu ' il est du Haut Ogouer d' une tete Balafrée .
je vous demande de se referer aux liens ci-joint dessus qui parlent de cette affaire .

5.Posté par Adams groov le 24/02/2015 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais jusqu’à présent les gabonais reste stupide et ne comprennent pas que tout ceux qui arrivent dans ce pays , la France est toujours derrière quelle changement la France va apportée au Gabon si se n'est pas de mettre au pouvoir une fois de plus un de leur PANTIN pour toujours avoir la main mise sur nos richesses il faut un divorce avec la France pour avoir une véritable démocratie et une autonomie de gestion des nos richesse sinon que ce soit ALI ou un AUTRES se serra du pareil au même donc Mr ONA de l'UN et non de la société civile vous le savez tres bien mais malgré sa vous continuez à vendre le Gabon à la France simplement par ce que votre objectif n'est pas que les Gabonais soient libre mais que ALI parte du pouvoir le reste pour vous basta. C'EST HONTEUX DE VOTRE PART!

6.Posté par Thomas le 25/02/2015 20:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La France est un GARDE-FOU pour le Gabon , sans cela les Bongo auraient humilié , massacré les Gabonais bien plus que ça . Sans les limites mis par la France , les Bongo sont des assassins en puissance . La France ne laissera jamais ALI Bon Con , massacrer ouvertement le peuple Gabonais même si celui ci venait à se soulever . La France est un GARDE-FOU face à ces gens sans foi ni loi croyez moi bien qu'on ait d'autres choses à les reprocher .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...