News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Libreville : une ville sans identité aux âmes perdues

Le site de la Liberté - http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com le Mercredi 23 Mars 2011 à 18:31 | Lu 1280 fois



Gabon : Libreville : une ville sans identité aux âmes perdues
La capitale d’un pays est le reflet de ce qui se fait, se vit dans le pays. Le plan de la ville, son allure, ses immeubles, la répartition des fonctions, le paysage et les ambitions économiques, les centres des arts, de la culture et des sports constituent une sorte de carte d’identité de la ville et la porte d’entrée dans le pays.

Lorsqu’ils voulurent inscrire leur pays dans la modernité, les autorités politiques brésiliennes avaient opté de se donner une capitale qui allait être captivante, le reflet de leur identité et de leurs ambitions dans le monde. Brasilia, capitale d’un pays du tiers monde en 1989, est avec son urbanisme, ses centres touristiques, culturels et sportif, ses structures économiques et sociales est la capitale d’un pays émergent. Le Plan d'urbanisme, fruit d’une démarche de planification et de concertation nationale affirme les ambitions que des hommes et des femmes brésiliens ont voulu faire de leur du Brésil: un pays émergent.

Pour savoir ce que le Parti démocratique Gabonais (PDG) a fait et fait du Gabon, il faut simplement regarder Libreville. Une cité sans identité, la preuve du peu d’ambition que les autorités gabonaises ont eu et ont pour le Gabon. Le touriste, le promeneur économique, l’historien, qui désire arpenter ou s’installer dans cette ville serait incapable d’identifier l’histoire de la ville, son économie, son centre des affaires, son évolution, ses attraits. La chambre de commerce est le reflet d’un manque d’entreprenariat du pays. L’absence de centres culturels, de salle de théâtres, des bibliothèques publiques, des salles de conférence montre la pauvreté de la capitale et de la créativité de ses habitants.

Dans le processus d'évolution du pays, la ville de Libreville est comme restée figée depuis la fin des années soixante-dix. Encore que, les tracés des routes existantes à Libreville ont été faits durant à la colonisation et aux premières heures de l’indépendance du pays. Depuis le décès de Léon Mba, premier président du Gabon, il ne s’est construit qu’une seule route à Libreville, le fameux boulevard Triomphale. À peine 2 kilomètres et quelque trois bicoques en guise bâtisses modernes. On ne sait pas en quoi il est triomphal. Sans doute de la hauteur d’esprit de ceux qui gouvernent ce pays depuis les indépendances.

Les égouts à ciel ouvert où se développent moustiques et vermines, les routes aux tracés d’une époque révolue présentent une vision d’aménagement et de développement de Libreville faits aux hasards des rapports de forces et du désordre politique et économique qui ordonne la vie des Gabonais. Les mesures servant à mettre en œuvre les orientations et les objectifs de l’administration illustrent les insuffisances de la vision pour la construction d'une ville moderne.

Le portrait de la ville est le signe d’un abandon, un désintéressement pour bâtir une collectivité vivante. Libreville est l’expression d’une cacophonie d'urbanisation avec une forte extension de lotissements dont le découpage semble se perdre dans la confusion des constructions qui font de la salle à manger des uns le passage obligé pour parvenir à la demeure des autres.

La croissance démographique entraîne un étouffement et une insalubrité à peine dissimulée par les quelques éboueurs qui suffoquent sous le poids du soleil ardant par des moyens rudimentaires en vue de la besogne de propreté aux apparences de supplice. Si vous avez un ami qui vit en dehors des quartiers de ces femmes et hommes politique du pouvoir, il faut faire de l’exercice avant d’envisager votre odyssée. En effet, il faut des sauts en longueur, des sauts en hauteur, des sauts de gymnastique et des mouvements du corps aux rythmes de «limbo» pour affranchir les obstacles.

Le parcours que vous emprunterez s'est formé au gré des inondations qui ensevelissent les quartiers à la moindre pluie. Vous ne manquerez pas de croiser des lacs, des ruisseaux, des barrières faites de branches d'arbres posés là par les vents et qui se sont accumulés avec les saisons de plus. Vous croiserez également des déchets, des poubelles anonymes et autres désordres fruits d'une ville non administrée adéquatement. La vie dans ces quartiers est une prison, un enfermement dans la pauvreté qui risque de vous rendre malade.

J’ai parcouru plusieurs grandes villes de l’Amérique du Nord et du Sud, de l’Europe, de l’Asie, de l’Océanie et de l’Afrique. Quand j’arrive à Libreville, une tristesse envahit mon corps. Tellement la ville est pauvre. Tellement pauvre qu'on a le sentiment qu'elle est en dehors du temps moderne. Les infrastructures essentielles sont absentes ou en partie déficiente. On est hors du temps à Libreville. C'est Un peu comme si je quittais Libreville pour aller dans un campement au cœur de la forêt des abeilles, la modernité n'apparaît que par un vague souvenir par la présence des objets égarés par les routiers. Le danger accompagne chacun des pas que l'on fait en pareille circonstance. La ville se caractérise par une insécurité quotidienne.

Dans cette ville, au détour du coin des rues, les hommes et les femmes marchent comme des somnambules, des automates politiques. Ils marchent en troupeaux d’imbéciles, tantôt stupidement patient et tantôt férocement révoltés dans l’anonymat de leurs pensées.

Pourtant on leur dit : « Suivez tel homme politique... Ils suivent. On leur dit : « Allez applaudir un tel ils font applaudissent. On leur dit : « Vote pour celui-là, ils font voter. Puis, on leur dit soutenez l’action du président et ils soutiennent l’action du président. Ceux qui font ces commandes sont aussi sots ; car au lieu d’obéir et de suivre les valeurs politiques et morales qui élèvent la communauté, ils obéissent à des discours politiques creux, lesquels ne peuvent être que stériles et faux, par cela même qu’ils sont des tromperies, en ce monde où l’égoïsme et la cupidité sont pourtant le fait des marchants d’illusions politiques.

Assurément, Libreville n’est une ville que de son nom.

Ah!... qui peut comprendra ma honte, ma colère?

Qui comprendra l’émotion d’un homme plein de raison et qui regarde épouvanté ce qu’on a fait de la ville natale de ses ancêtres!

Joël Mbiamany-N’tchoreret

Mercredi 23 Mars 2011
http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com
Vu (s) 1280 fois




1.Posté par NDONG MINKO le 24/03/2011 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ce malheur est la résultante du fait des PEDE ZOZO qui n'ont en tête rien le déguerpisse ment des populations sans autre alternative. Incapables de définir un plan d'urbanisation de la ville capitale d'un pays. Et c'est la raison pour laquelle ils ne veulent jamais que les citoyens gabonais voyagent de peur qu'ils n'observent ce qui se passe ailleurs. PAUVRES MALHEUREUX.

2.Posté par Larévolte le 24/03/2011 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Joël Mbaman-N'tchoreret,

Vous vous écriez de la manière suivante :
" Ah!... qui peut comprendra ma honte, ma colère? " dans une des dernières phrases de votre message.

A ce cri de détresse, je vous réponds: Moi.

Vous savez, il faut vivre de façon permanente à Libreville pour que les yeux s'accoutument au paysage désatreux de la ville de Libreville.

En effet, le touriste ou le gabonais qui réside de façon permanente à l'étranger est ahuri dès sa sortie de l'aéroport de Libreville par le visage ingrat qu'il découvre de la ville de Libreville.

Puis au fur et à mesure qu'il sillonne les rues de la Capitale du Gabon, il est scandalisé par le spectacle chaotique qui défile dans ses yeux.

Entre:

les bouchons interminables causés par le manque de routes, les masses humaines, les longues files d'attendre pour emprunter un taxi car la ville manque de transports en commun modernes, le bruit, les bars et les bistrots, l'alcool, l'ivresse publique, le soleil, les constructions anarchiques, le désordre, le désordre.... les bidonvilles qui arborent les quelques grandes artères comme la "voie express" oh ooooooooooooooooooo! la misère qui se lit sur les visages....et pourtant seule l'insécurité digne des villes modernes nous rappelle que nous sommes dans une capitale.
C'est quoi cette ville archaïque? C'est quoi cette ville digne du début du siècle dernier où la population refuse de s'adapter à son époque?

Et:

La propagande et les éloges pour le compte du nouveau roi Ali Bongo ne tarissent pas tout comme les slogans du genre " émergence" "l'avenir en confiance" etc...ainsi que les véhicules de type 4 x 4, hummers et autres voitures de luxe contrastent avec ce décor d'après-guerre. Mon dieu!!!!

Tout ça pour vous dire que j'admire le cynisme des gabonais et gabonaises qui résident à l'étranger ou ceux qui ont eu le privilège de voyager et qui affirment que tout va bien au Gabon et qui sont près à lutter pour que le système politique actuel résiste et perdure.

J'admire l'égoïsme d'une partie de privilégiés qui n'ont aucun sentiment ni aucune compassion pour les oubliés de la nation.

J'admire l'effronterie de ceux qui gouvernent et qui passent leur temps à voyager à traves le monde mais qui sont incapables de copier toutes les bonnes choses qu'ils admirent chez les autres.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...