News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Lettre à Monsieur H.P.O. Hervé Patrick Opiangah chef des missions du Président Ali Bongo

Le site de la Liberté - Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme le Dimanche 14 Août 2016 à 09:18 | Lu 2043 fois





Du haut de votre piédestal, vous allez sans nul doute vous étonner de lire cette lettre venant de moi, Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme et, par cette présente, vous dire que le monde a changé et finalement dans ce changement du monde, l'on parle si souvent de la mondialisation sur toutes ses facettes, sur tous les plans, une manière louable de reconnaître que finalement le monde se rapproche tout en étant distant géographiquement, mais, curieusement les facilités apportées aux humains par la science et la technologie, font qu'en un laps de temps relativement court, les communications qui . naguère étaient chiantes, permettez-moi l'expression, entre l'Afrique et l'occident, aujourd'hui, on est si souriant qu'en quelques secondes Libreville soit branchée avec Paris, New-york avec Mounana sans anicroche...


Eh bien, monsieur H.P.O, cela est votre célèbre sigle patronymique , c'est à dire Hervé Patrick Opiangah, grande personnalité du Gabon, au vu et au su de vos charges si importantes de chef de missions d'un chef d'État et non des moindres, fils adoptif du feu Président Omar Bongo, et ce rang vous rend si fier, comme on le sait en Afrique, ça fait fric....

Trêve de blague, monsieur Hervé Patrick Opiangah, votre nom laisse un écho géant dans un grand nombre de chancelleries occidentales accréditées dans les pays de l'UA, et dans les pays occidentaux, précisément en France, en Angleterre, au Canada et aux État-Unis. Ne pas croire un seul instant que si votre nom tonne et résonne aussi fort que la force dans de nombreux milieux en tant que chargé des missions auprès de monsieur Ali Bongo président tout puissant du Gabon, cela ne serait point indubitable.

Cependant , monsieur Hervé Patrick Opiangah il sied de vous faire savoir que le même nom à vous retentissant comme un tonnerre, a déjà produit un autre écho mi-figue, mi-raisin, plus négatif que jamais contre vos agissements reconnus, interprétés et jugés comme étant des agissements non-conformes à la déontologie qui coulerait dans les veines et dans le cerveau d'un homme d'État qui est un homme public au service de sa nation, mais rempli de réserve, curieusement, l'on vient de comprendre que c'est en Afrique où des hommes d'État exerçant à la présidence de la République qui piétinent les règles élémentaires de bienséances, et surtout lorsqu'on est chargé de missions d'un chef d'État.

Dois-je vous avouer également que nombreux de vos compatriotes gabonais vous surnomment Rambo! Est-ce parce que vous êtes le chargé des missions du président Ali Bongo, le fils adoptif du feu président Bongo Ondimba? Nous ne le savons pas. Est-ce un nom de jeunesse? Là aussi, nous n'avons aucun indice...

Monsieur Hervé Opiangah, comme vous pouvez vous imaginez, les militants des droits de l'homme sont des petites oreilles, des petits yeux des citoyens du monde, Ils n'ont autre chose à faire que de veiller à leur façon que les hommes du pouvoir n'abusent pas avec leurs concitoyens qui deviennent ipso-facto comme des marches pieds ou des individus rendus à leur simple expression parfois avec la complicité des jurés qui ont des toges noires enchevêtrées dans les magouillent qui ne leur permet plus de dire le droit.

Nous avons simplement à mener une enquête au Gabon, au Congo-Brazzaville, au Tchad et en Côte d'Ivoire sur des questions d'abus d'autorité sur des citoyens. Pour cette précision qui doit vous étonner, eh bien, vous ne le savez peut-être pas. avant, pendant, et après l'élection présidentielle, des nombreuses missions peuvent ou ne pas arriver au Gabon, c'est à dire sur le territoire gabonais, Néanmoins, ils y resteront en repérage dans les frontières afin de suivre les mouvements électifs, c'est à dire, à la façon d'un vieillard assis voyant loin qu'un jeune homme debout.
Personne ne vous accuse de quoi que ce soit, néanmoins, et sans blague, je viens de le vous le dire de manière claire et sans détour que votre nom laisse des échos, dois-je ajouté, de très mauvais échos dans certains milieux, dans certaines places occidentales.

Je suis africain comme vous, si une telle alerte sonne au rouge sur votre cas, ne pensez pas que c'est du théâtre ou un canular,

Tenez! je vais vous éclairer la lanterne sur des propos circulant dans certaines chancelleries. Dans un monde où l'on parle de plus en plus du terrorisme, et que l'Afrique demeure un continent poreux, Il serait fatal pour nos populations de vivre des affres nouvelles, si et seulement si la sécurité du personnel des Nations -Unis, nouveau comme ancien ait été sous les poches des terroristes.

Par ailleurs, si des opposants dans votre pays le Gabon sont soumis à des tracasseries, tel l'emprisonnement farfelu au motif qu'ils auraient dit la vérité sur tel ou tel autre dossier compromettant clairement la présidence de la République, il est de bon aloi de ne pas mettre le feu au poudre. Le monde est si petit avec nos antennes qui transmettent une information à chaud, même mal cuisinée, peut importe l'identité de l'individu, le grappin est facilement et rapidement mis sur des proches ou sur un allié dont la position semble cruellement être taxée de complice ou d'un entremetteur en collusion avec untel ou untel autre individu pour des faits avérés.

Voilà! Africain, je le suis, j'ai donc reçu mission de vous rédiger cette lettre pour des raisons évidentes, sans nous immiscer dans les problèmes internes des gabonais, cependant le Gabon ne vit pas dans l'autarcie, et que le même Gabon a ratifié un certain nombre de conventions, cela est une responsabilité pour un État faisant partie de la communauté internationale et jouissant de tous les droits inaliénables,a aussi des devoirs sur le respect des règles du droit international tel la charte sur les droits de l'homme .

Nous vous remercions infiniment et vous souhaitions bonne fête de l'indépendance du Gabon en sa 56e édition exactement le 17 aout 2016.


Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme

Dimanche 14 Août 2016
Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme
Vu (s) 2043 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 00:00 Gabon : Lettre ouverte à Ben Moubamba

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...