News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les syndicats et les mesures partisanes du gouvernement d'Ali Bongo

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 22 Octobre 2009 à 19:35 | Lu 2592 fois



Gabon : Les syndicats et les mesures partisanes du gouvernement d'Ali Bongo
Nul n’est sans ignorer que le front social gabonais est l’un des plus chauds de l’Afrique Centrale.

La multitude des centrales et confédérations syndicales du Gabon font que se pays ne traverse pas un trimestre sans que l’une d’elles ne monte au créneau. L’année 2009 sur le plan de l’éducation et de la santé n’a pas été l’une des plus belles pour l’Etat gabonais tant les syndicats auraient été d’une fermeté, qui à vue sur le plan de l’éducation une presque année blanche et sur celui de la santé, la fermeture du centre hospitalier de Libreville, le plus grand hôpital de la capitale gabonaise.

Cette rentrée scolaire, n’est pas resté en marge de l’humeur des syndiqués, qui depuis la date du 5 octobre 2009, retenue pour la rentrée, n’ont pas encore regagné les salles de classes, au motif que des 11 priorités contenues dans le cahier de charge, 2 seulement ont été prises en compte. Malgré les appels au brin de patriotisme lancé par celle qui a assurée l’intérim depuis la mort du président bongo, Mme Rose Rogombe, aucun enseignant membre de la Conasysed, n’a fait geste. Résultat des courses la rentrée académique au Gabon n’est réellement pas effective.

Fort de ce constat, le nouveau président gabonais Ali Bongo Ondimba, vraisemblablement agacé par cette situation, a décidé lors de son premier conseil de ministre le lundi 19 octobre 2009, de mettre en œuvre « la législation relative à l’exercice du droit syndicale telle qu’elle est édictée, notamment par le statut générale de la fonction publique, par le statut général des fonctionnaires, par le code du travail et par les textes déontologiques y relatifs.

De ce qui suit les jours de grèves ne seront plus payés. Les membres du bureau exécutif d’un syndicat seront payés par le syndicat, car l’exercice d’un emploi de la fonction publique et les fonctions de membre d’un bureau directeur ou exécutif d’un syndicat est incompatible au regard de la loi n°1/2005 du 04 février 2005 portant statut général de la fonction publique.

D’autres parts, les syndicats devront délivrer aux membres, une carte et un numéro matricule, ne devront plus tenir des réunions sur la voie publique, les membres syndiqué ne devront pas empêcher les non syndiqués de faire leur travail etc.. Un nombre incalculable que l’exécutif gabonais vient de mettre en place à l’endroit du syndicalisme au Gabon.

Les syndicats gabonais n’en comptent pas rester spectateurs de cette grosse atteinte à leur droit qui d’ailleurs découle de la constitution de la république. Ils dénoncent ces mesures de l’exécutif et les qualifient de « mesures partisanes ». Ainsi au cours d’une assemblée générale qu’elles ont tenues hier au salon d’honneur du stade de Libreville, les centrales syndicales et syndicats autonomes du secteur public er parapublic ( USAP, SYNAPS, SENA, SYNAFOPRA, USEG..) ont condamné ces ferments ces « mesure partisanes » du gouvernement gabonais qui selon eux, viseraient à « museler et dissoudre les syndicats » au Gabon.

Car ces acteurs sociaux ne comprennent pas que l’article 64 de la loi susmentionnée que le gouvernement met en exergue aujourd’hui, pour restreindre les libertés syndicales, ne soit appliqué qu’aux seuls responsables des syndicats qui défendent les droits des travailleurs.
Ainsi, pour plus d’équité dans les sanctions, les leaders syndicaux ont souhaité que ces décisions puissent aussi s’étendre aux bureaux des fédérations sportives et des partis politiques, dont la plupart des membres sont aussi des agents du public et du parapublique, au même titres que les responsables syndicaux.

Pourquoi alors cette politique de deux poids deux mesures, ont-ils martelé ? Selon eux, ces responsables politiques et de fédérations sportives ne sont nullement mis en détachement malgré leur double fonction. Et pourtant l’article 64 stipule que : « l’exercice d’un emploi de la fonction publique est incompatible avec les fonctions de : … membre de cabinet politique ou particulier ; membre permanent du bureau directeur ou exécutif d’un parti politique, d’un syndicat ou d’une fédération sportive ;….. de l’agent concerné ».

Aussi les syndicats ont-ils estimé qu’à travers ces décisions « l’action syndicale vient de faire l’objet d’un lourde répression au Gabon ». Car en décidant de suspendre les salaires des agents public en grève, le gouvernement gabonais fait une lecture partisane de l’article de l’article 71 du statut général de la fonction publique qui dit : « sans préjudice des prestations familiales ou suppléments pour charges des familles, les journées de grève ne sont pas rémunérées sauf lorsque la grève résulte du non paiement de la rémunération due ». Or, les partisans sociaux ont redit que les rappels réclamés par les agents de l’Etat aujourd’hui, constituent des arriérés de salaires dus, alors que l’Etat employeur utiles ces agents durant de nombreuses années sans qu’ils soient payés en contre partie.

Toutefois face à ce qu’ils considèrent comme une dérive autoritaire du gouvernement visant à faire taire les forces vives du pays, ces responsables syndicaux ont attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale, des lourdes conséquences qui pourraient en découler en appliquant lesdites mesures aux seuls agents sociaux, dont les actions ne visent que l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.
« Le mal vivre dont souffre le travailleur gabonais ne se trouve point au sein des bureaux exécutifs des syndicats, mais dans la mauvaise gouvernance, gabegie, l’injustice sociale, la pauvreté et la précarité longtemps entretenues » , ont conclus les syndicats.

Source : Koaci

Jeudi 22 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2592 fois




1.Posté par Leon le 22/10/2009 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La situation sociale devrait interpeller tous ceux et celle qui se reconnaissent Gabonais et Gabonaises, ce n'est pas seulement une affaire des centrales syndicales de l'administration publiques...Je voudrais donc interpeller la solidarite des syndicats comme l'ONEP (enfin de ce qu'il en reste encore) pour remettre ce gouvernment sur les rails des textes reglementaires...Enfin comment peut-on avoir des ministres au gouvernement qui ne connaissent pas ce minimum?

2.Posté par acounamatata le 23/10/2009 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne voudrais pas revenir sur ce que les syndicats dénoncent, il faut dire qu'ALI et sa bande de malfrats de ministres ont décidé d'inscrire l'histoire en reculant. la dérive totalitaire qui est entrain de s'instaurer dans notre est inacceptable. les résultats que marie mado a donné et l'annonce du gouvernement qui s'en est suivi prouvent à suffisance que tout était préparé davance. comme cela ne suffit pas il faut faire taire toute revendication pour donner l'impression à l'opinion nationale et internationale que tout se passe pour le mieux au gabon. que la bande composée d'ALI, ndama, marie mado, boukoubi, rogombé, assélé et autres que le gabon est un pays de droit. et si, ces derniers ont décidé de lire ce droit que dans un seul sens, qu'ils sache qu'ils répondront de leurs actes et que si c'est eux, leurs enfants seront poursuivis.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...