News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les syndicats contre-attaquent

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 22 Octobre 2009 à 16:55 | Lu 1032 fois

Suite au nouveau cadre légal de l'exercice du droit syndical édicté par le gouvernement le 19 octobre dernier, les principaux syndicats des secteurs publics et parapublics se sont réunis le 21 octobre dernier pour dénoncer des «dérives autoritaires» du gouvernement. Pour que ces mesures ne s'apparentent pas à un «musèlement» des syndicats, le collectif a notamment demandé que le gouvernement étende ces nouvelles règles aux bureaux des fédérations sportives et des partis politiques conformément aux dispositions des articles de loi invoqués.



Gabon : Les syndicats contre-attaquent
La muselière ne passe pas pour les syndicats des secteurs publics et parapublics du pays, qui se sont réunis le 21 octobre dernier pour faire le point sur le durcissement du cadre légal de l'exercice du droit syndical au Gabon mise en vigueur par le Conseil des ministres du 19 octobre dernier.

Réunis au salon d'honneur du stade Omnisports de Libreville, les principales centrales syndicales publics et parapublics du pays, notamment l'Union syndicale de l'administration publique (USAP), le Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS), le Syndicat nationale de la Fonction publique et de la Réforme administrative (SYNAFOPRA), le Syndicat de l'Education nationale (SENA) ou encore l'Union syndicale des enseignants du Gabon (USEG), ont fustigé ces nouvelles dispositions jugées «partisanes».

«Nous remarquons d'ores et déjà qu'il y a une grave violation des textes nationaux et internationaux sur les libertés syndicales», a affirmé le président de l'USAP, centrale syndicale qui avait paralysé l'administration publique gabonaise pendant 6 mois en 1998, menant à la chute du Premier ministre de l'époque, Paulin Obame Nguéma.

Concernant la mise en détachement salarial des agents de l'Etat membres des bureaux des syndicats, le collectif a notamment dénoncé une application «partisane» de la loi visant à «museler et dissoudre les syndicats», en raison de l'application de cette disposition aux seuls responsables des syndicats qui défendent les droits des travailleurs.

Selon l'article 64 invoqué par le gouvernement, ces dispositions sont également applicables aux «membre permanent du bureau directeur ou exécutif d'un parti politique, d'un syndicat ou d'une fédération sportive». Aussi, l'application de la "mise en détachement" aux seuls responsables de syndicats est «une lourde répression», selon l'expression d'Emmanuel Mvé Mba, président de l'USEG.

Même constat pour l'article 71 décrétant le non-paiement des jours de grève. Le collectif rappelle que la loi stipule que les jours de grève ne sont pas rémunérés «sauf lorsque la grève résulte du non paiement de la rémunération due». Or les arriérés de salaires réclamés par la plupart des grévistes de la fonction publique entrent dans le cadre de cette exception.

Emmanuel Mvé Mba a enfin dénoncé une «dérive autoritaire du gouvernement visant à faire taire toutes les forces vives du pays», ajoutant que «le mal de vivre dont souffre les travailleurs gabonais ne se trouve point au sein des bureaux exécutifs des syndicats, mais dans la mauvaise gouvernance, la gabegie, l'injustice sociale, la pauvreté et la précarité longtemps entretenues».

Au demeurant, pour espérer un réel apaisement du front social, le nouveau gouvernement ne devra pas oublier de porter un gant de velours sur sa main de fer et tenter de trouver des compromis et des solutions globales pour harmoniser la situation des fonctionnaires du pays.

Source : Gaboneco

Jeudi 22 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1032 fois




1.Posté par Eboulou le 22/10/2009 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un grand BRAVO et beacoup de COURAGE à l' ensemble des principales centrales syndicales Gabonaises.
Pour l' usurpateur qui squatte le palais du bord de mer , les Gabonais n' ont aucun droits . A beau lui dire qu' il vit dans l' illegalté , qu' il viole ostentatoirement tous les textes nationaux et universels sur les libertés syndicales et les droits humains , la seule référence qu'il possède en matière de loi , c'est le droit de MBORANTSOUA , celle qui a été humiliée par OBO pour une autre .

2.Posté par delaudasse le 22/10/2009 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo, ....l'avenir d'Ali est là.... va t il museler les travailleurs gabonais ou va t il être débordé ? a mon avis il ne prends pas la bonne méthode....Le "monde" attends de voir quelle sera la mobilisation des masses gabonaises pour voir si oui ou non il a une légitimité.....C'est moin point de vue sur le "monde" mais ne me faites pas un procès d'intention...pour moi il n'en a aucune.

3.Posté par St. Michael le 23/10/2009 03:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on sait qu'une fraction du millième de l'argent du peuple qui est bloque dans des banques étrangères pouvaient régler ce problème de ces arriérés.
Pourquoi le gabonais travaille trois fois plus pour gagner trois fois moins?
Pourquoi le gabonais travaille des heures de nuit et ne perçoit pas l’indemnité des heures supplémentaires.
Pourquoi le gabonais qui travaille au port d’Owendo (par exemple) fait plus de 12 hrs et gagne une bourse minable qui lui permet juste de prendre du lait caille au Fameux ‘’Sous le Manguier’ des Togolaises, alors que d’autres imposteurs arrivent dans des grosses cylindrées à 13.00 et repartent avant 15.00, juste pour vérifier les caisses et signer des bordereaux (D3) aux libanais avant de verser la grande partie dans la poche de Pascaline Bongo ???
Voilà le vrai débat que je veux voir sur ce site. Voilà l’esclavage dont est soumis le peuple gabonais. Voilà pourquoi nous devons tous unis nous engager dans cette lutte pour libérer le pays et épargner nos enfants de ce que nous avons traverse.
May God grant us the true justice.

4.Posté par hella le 23/10/2009 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est un gouvernement qui ne connait pas bien les textes qu'ils ont voté eux-mêmes:
- la situation d'Ali9 qui ne devait pas se présenter aux présidendentielles
- les articles qui régissent la vie associative, syndicale et partis politiques au gabon.

Que tous les responsables des partis politiques comme les Ali9 et autres bazaz choisisent égelement entre leurs partis politiques et leurs fonctions officielles.

En plus comment on ppeut être Secretaire Général à la présidence et occupé le poste de PCA d'une entreprise publique ?

Tot est à revoir dans ce pays.

VIVE LA REPLIQUE DES SYNDICATS.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...