News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Les réalités du pays : Bienvenue au Bongoland

Le site de la Liberté - gabonreview le Lundi 16 Novembre 2015 à 07:14 | Lu 1961 fois

Par Ika Rosira, la «Charliette Hebdo» de Gabonreview : petite carte postale d’un pays que les satiristes gabonais ont surnommé Bongoland. Sommaire situation géographique, économique et sociale mais aussi petite phénoménologie des problèmes existentiels, sociétaux et politiques de ses dirigeants, sans oublier l’engourdissement général, physique et moral de son peuple.



Il était une fois Bongoland, une république bananière située sous l’Équateur, en Afrique centrale, délimitée par l’atlantique, le Congo-Brazza, le Cameroun et la Guinée Équatoriale. Avec un climat tropical humide, des forêts d’Okoumé, du pétrole à pas la peine, des mégas minerais, de magnifiques plages de sable blanc, d’huiles et de vins de palme, d’eaux de coco, de mangues assaisonnées de sel et de piments forts.

Une terre où les papayers poussent même dans des bennes de camions garés, parcourue par un long fleuve tranquille bourré de carpes. Un des rares lieux au monde où les éléphants effectuent un véritable pèlerinage pour aller se jeter dans la mer et s’y baigner avec tout le bonheur du monde. Rites ancestraux, danses transcendantales, épopées fabuleuses, coutumes et chants éclectiques, on auraient aisément pu faire de ce pays une destination touristique exceptionnelle, en plus de son statut de pays producteur et exportateur de bois, de pétrole et de manganèse… et de bien des richesses affriolantes.

Seulement, Bongoland est né du fait que la destinée du Gabon a été corrompue, que son développement a été un leurre, que la liberté y a été confisquée et que la population est prisonnière du plus sournois des États policiers d’Afrique. Par peur de représailles et pour conserver leurs infimes avantages, les langues ont du mal à se délier, les gens ont du mal à condamner les malversations, les persécutions, les abus de pouvoir exercés depuis le sommet de l’État, jusqu’à une police intérieure moribonde, qui reflète l’une des institutions les plus médiocres qui puisse exister de par le monde.

On a ôté au peuple le droit de protester, le droit de s’indigner, le droit d’exiger la vérité, des performances, de meilleures conditions de vie, ou du moins des conditions de vie qui reflètent les finances d’un pays producteur et exportateur de bois, de pétrole et de manganèse depuis plus de 50 ans. À l’heure où les images du jeune compatriote qui a choisi de s’immoler avec sa marchandise selon la police, et qui a été jeté au feu selon certains, défilent sur la toile, c’est triste de voir et de savoir à quel point la grande majorité du peuple gabonais vit de manière égocentrique, à quel point la misère des uns indiffère l’existence des autres.

À la tête de ce pays, règne un président dont l’illégalité n’est plus à démontrer. Ailleurs dans le monde, l’usage de faux document est un motif de destitution non-négociable, mais à Bongoland, c’est monnaie courante, on falsifie les actes de naissance, les permis de conduire, de construire, les actes de propriétés ; on falsifie les diplômes, les bulletins de note, les testaments ; on détourne les biens sociaux sans jamais être traduits en justice, alors pourquoi s’étonne-t-on encore que celui qui nous sert de Président de la République se soit porté candidat aux présidentielles 2009 avec un faux acte de naissance. Ce qui est frustrant c’est qu’il puisse l’avouer aux médias français sans en être inquiété.

Assis sur le trône, enrobé de mensonges éhontés, de sourires niais, de fausses promesses, d’insolentes hypocrisies, d’arrogance malsaine et de narcissisme pervers, le jeune roi excelle dans l’art de la manipulation. Son présumé géniteur avant lui, se désolait publiquement en voyant l’œuvre de sa vie, mais malgré son triste aveu d’échec et donc d’incompétence en matière de gestion, de promotion, de protection du patrimoine humain, économique et culturel, la misère au Gabon a atteint des proportions si alarmantes qu’il devient de plus en plus impossible de la camoufler sous les strass et les paillettes. Seigneur !

Des gens sont encore privés d’eau potable et d’électricité, des gens vivent dans des bicoques et défèquent dans des fausses communes, des femmes sont réduites à l’exhibition pour déclamer le racket de la police, des gens n’ont pas les moyens de se nourrir, des enfants sont privés d’une éducation à la hauteur des exigences du nouveau millénaire. Bref, le peuple est soumis a un régime arriéré et voleur depuis plus de 50 ans. Une seule famille, une seule, a corrompu 9 provinces, en façonnant des dignitaires à la grande gueule, aux ventres pleins, aux comptes bancaires garnis au point de négliger leurs villes et leurs villages pour avoir le privilège de faire partie de cette cour de grands ganaches égoïstes et heureux.

On peut avoir du mal à prouver que les dernières élections présidentielles ont été falsifiées, mais en ce qui concerne l’usage de faux… en définitive, on pourrait brandir son ADN aujourd’hui, prouvant que ni Omar Bongo, ni Joséphine Nkama ne sont les géniteurs de celui qui nous sert de président, que ceux qui bénéficient de certains privilèges trouveront le moyen de légitimer encore le resquilleur national. Le fait est qu’ils ont écrit et voté des lois qui protègent nos tyrans. Par exemple, au pays, aucun ministre ni président en fonction ne peut être traduit en justice pour ses crimes, même si une plainte en bonne et due forme est déposée à la Cour Suprême.

C’est au gouvernement de donner le mandat aux députés pour la mise en place d’une sorte de commission spéciale en vue de traduire en justice nos bourreaux. Avec une Assemblée nationale majoritaire, le PDG est assuré que quelque soit les actes perpétrés par Ali et ses gens, quelques soient les preuves apportées contre eux, jamais ils ne comparaîtront tant qu’ils auront la main. À Bongoland, seul le pouvoir de l’argent dicte sa Loi, dicte la Foi, dicte le Droit et ne le destine qu’aux âmes bien nées ou bien adoptées.

On ne saurait attribuer à Ali, le fait que le Gabon se soit métamorphosé graduellement ou subitement en Bongoland, son prédécesseur a mis 42 ans pour asseoir sa dynastie à toutes les caisses de l’État. Pendant que le peuple souffre, que le peuple souffre vraiment, de cette souffrance qu’on isole, qu’on fait semblant de ne pas voir, de ne pas remarquer, de cette souffrance à laquelle l’œil du gabonais lambda semble s’être accoutumée.

Taudis, inondations, érosions, vandales déguisés en policiers, monstres déguisés en humains, ces juges dont le cœur ne penche que vers les plus offrants ; ces milices de l’État, ces parodies institutionnalisées, ces actes manqués, ces arnaques effrontés, ces bavures, ces multiples injures à nos intelligences, ces œillères qui nous empêchent de voir à quels points nous sommes dénués et ces caches-oreilles qui nous défendent d’entendre les cris de nos mères, de nos pères, de nos frères, de nos sœurs et de nos enfants ; toutes ces souffrances, toutes nos souffrances se multiplient entre elles et procréent une déchéance à laquelle personne ne s’attend réellement, quand on voit les femmes se dénuder, les femmes emprisonnées, les jeunes sodomisés dans les prisons pour avoir réclamé des reformes universitaires, un jeune homme brûlé vif et qu’aucune cloche en nous ne sonne le glas de la désolation et de la protestation, il est vraiment temps de s’inquiéter.

Si seulement Ali avait réellement le droit de se représenter, on pourrait enfin écrire fièrement : Il était une fois, le Gabon. Mais au lieu de ça, on se contente d’écrire : Bienvenue à Bongoland !

Lundi 16 Novembre 2015
gabonreview
Vu (s) 1961 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...