News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les pompes funèbres, une affaire qui marche

Le site de la Liberté - LVDPG Auditeur Libre le Jeudi 5 Août 2010 à 00:39 | Lu 1703 fois

L'industrie de la mort a le vent en poupe ces dernières années au Gabon. Des obsèques au retrait de deuil, les familles débourseraient des sommes colossales



Gabon : Les pompes funèbres, une affaire qui marche
Les maisons des pompes funèbres ne se désemplirent pas toute l’année. A l’image des hypermarchés MBOLO et de Géant CKDO, le temps d’attente devient de plus en plus longue pour sortir un corps de GABOSEP ou de CASEPGA tant la file d’attente est importante.

Des frais de morgue, traitement du corps, location des tentes et des chaises, veillées mortuaires le transfert du corps dans le village natal pour les provinciaux, et l’enterrement, les familles sont amener à s’endetter auprès des usuriers pour des sommes atteignant parfois près de cinq millions de francs CFA.

A l’opposé du décès, le mariage. Il y en a un pour cent décès au courant de l’année à Libreville selon les statistiques de l‘Hôtel de Ville. « le nombre de décès enregistré par jour devient inquiétant » nous a confié un agent municipale. Nous sommes déborder par les usagers qui souhaitent établir les actes de décès. « Les livrets se vident plus rapidement que ceux des naissances encore moins des mariages » a-t-il ajouté.

Les données ci-dessous tirées du bulletin annuel du PNUD-Gabon confirment alors cette tendance.

Mortalité au Gabon
Taux brut de mortalité 12,25 ‰
Taux de mortalité infantile (population totale)
- Hommes
- Femmes 54,51 ‰
63,65 ‰
45,10 ‰
Espérance de vie à la naissance (population totale)
- Hommes
- Femmes 54,49 ans
53,21 ans
55,81 ans
Source: The World Factbook, CIA[1]


. Et, avec les différentes occupations des uns et des autres, l’éloignement des familles qui s’installent de plus en plus à la périphérie de Libreville et la raréfaction des mariages et d’autres évènements heureux, les veillées mortuaires sont devenues les seules occasions de retrouvailles.

Quelles explications à ce taux de mortalité élevé ? D’abord la pauvreté et ensuite le manque des infrastructures viables pouvant contenir un nombre considérable des malades. Le Centre Hospitalier de Libreville, l'un des plus grands centres hospitaliers au niveau national, affiche un déficit en matière de lits. Simple détour au niveau des urgences laisse transparaître la réalité. Les maladies infectieuses, le paludisme et le sida emportent les gens tous les jours. Concernant le VIH/Sida le niveau de séroprévalence est particulièrement élevé au Gabon.
La séroprévalence est passée de 1,8% en 1986 à 2,6 en 1991 pour approcher les 8% en 2000 et dépasse sensiblement les 10%.

Les grandes villes comme Libreville, Port-Gentil et Franceville sont les plus touchées. L'analyse approfondie des données d'enquête montre que le pic se situe dans la tranche d'âge des 15 - 49 ans. Le paludisme, lui, reste endémique et constitue la principale cause d'hospitalisation, tout en étant au premier rang des origines de la mortalité au Gabon.

De l'autre côté, La mortalité maternelle demeure préoccupante au Gabon même si des progrès notables sont comptabilisés : la couverture en soins prénataux est passée de 78 à 85% (donnée du rapport 2003) et la mortalité elle-même est passée de 600 pour 100 000 naissances vivantes en 1988 à 519 en 2000. Les principales causes de cette mortalité maternelle sont les hémorragies, les avortements provoqués, les MST, etc. Jusqu'en 2003, les niveaux des taux de mortalité des enfants n'ont que timidement évolué ; la mortalité infantile reste encore élevée au Gabon, même si la tendance est baissière sur une longue période, passant de 95 pour mille en 1992 à 61,1 pour mille en 2003.

En effet, les taux élevés de mortalité et de morbidité relèvent la forte prévalence des maladies respiratoires, diarrhéiques, les anémies, la malnutrition, la rougeole, les convulsions et surtout le paludisme. Toute chose qui réduit la capacité motrice de la population active. Un bilan de Bongo père et le fils ! Qui vivra, verra.

D’AKOK.


Jeudi 5 Août 2010
LVDPG Auditeur Libre
Vu (s) 1703 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...