News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les fous dictent leur loi

l'info réelle 7J/7 - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Vendredi 10 Septembre 2010 à 18:18 | Lu 1350 fois



Gabon : Les fous dictent leur loi
Le prénommé Thomas est passé de vie à trépas. Son tort, avoir eu la malchance de rencontrer, dans la rue, un fou. Très connu à Port-Gentil pour son caractère belliqueux, Eric Aliwa, a asséné un gourdin à la tête de Thomas, occasionnant des traumatismes ayant entraîné la mort. Le malade mental s’est, du reste, installé sur le boulevard du bord de mer, en face de la tribune officielle. Est-il normal d’avoir laissé s’installer Eric Aliwa à cet endroit ?

Cet accident relance le débat sur le sort des malades mentaux au Gabon. Avec la mort de Thomas, les hautes autorités sont pointées du doigt. Particulièrement, la ministre chargée de la Santé publique qui gère également les Affaires sociales, la Solidarité et la Famille. Mme Alphonsine Mbié N’na doit quatriplement s’expliquer ou expliquer la politique menée par le gouvernement en la matière. Car depuis des années, la récurrence du sujet jette une suspicion de plus en plus grandissante plongeant la classe politique dans l’embarras.

La capitale est devenue coutumière d’un spectacle aussi étrange que particulièrement gênant. En effet, des hommes et des femmes déambulent sur les grandes artères dans le plus parfait appareil. D’autres constituent une menace pour les passants. Pourquoi les fous sont-ils en divagation ? Pourquoi l’hôpital pédiatrique de Melen, dans la banlieue sud de Libreville, n’est-il pas sécurisé ? Autant de questions sans réponse ! Pour le personnel d’encadrement, les moyens sont insuffisants. Du reste, le personnel spécialisé serait en nombre insuffisant.

Le pavillon des malades mentaux, transféré du Centre hospitalier de Libreville à Melen, répondait au souci de prendre en charge une population de malades mentaux en nette croissance. Mais, la réalité est le désenchantement. Les malades, une fois internés, sont abandonnés par leurs familles. De sorte que, une fois la cure arrivée à terme, les malades se retrouvent dans la nature, livrés à eux-mêmes. Les choses sont restées en l’état et la ville est infestée de ces personnes nues ou à demi-nues. Le plus étonnant est l’impuissance des autorités sanitaires.

Combien de fois n’a-t-on pas vu de jeunes femmes devenues l’objet des regards cupides ? La pénible impression est que la vue des parties génitales offertes en spectacle comble d’aise certaines personnes. Est-il bien difficile de dépêcher une ambulance afin de mettre un terme à ce qui fait la honte des bonnes gens ? Sur ce plan, il faut également relever l’indolence des autorités face à un autre phénomène : les cadavres à l’abandon sur la voie publique. Comment ne pas se sentir choquer lorsqu’un mort passe une matinée sans que la dépouille ne soit enlevée ?

Comme d’habitude, la responsabilité est rejetée en cascade. Les ambulanciers de l’hôpital central, appelés à intervenir, se déchargent sur les sapeurs pompiers, lesquels, à leur tour, rejettent la responsabilité sur la mairie et ainsi de suite. Parfois celui qui veut faire œuvre charitable ne sait plus à quel saint se vouer.


Vendredi 10 Septembre 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 1350 fois


Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Vide1 | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...