News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les enseignants grévistes ne passeront pas à la caisse

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Lundi 26 Octobre 2009 à 22:18 | Lu 1170 fois

Le gouvernement a mis à exécution sa sanction pour les enseignants qui n'ont pas retrouvé leurs postes de travail depuis le 12 octobre dernier, en procédant au paiement de leur solde par bons de caisse du trésor public. Seuls ceux qui ont assuré les cours dans leurs établissements respectifs pourront être payés sur la base des listes de présence élaborées par les inspecteurs délégués d'académie mandatés par la tutelle.



Gabon : Les enseignants grévistes ne passeront pas à la caisse
Si la première rencontre du nouveau patron de l'Education nationale avait semblé apaiser le climat entre les enseignants et la tutelle, la mise en œuvre des sanctions promises par le gouvernement devrait encore échauffer l'humeur des grévistes, toujours pas décidés à reprendre le chemin des classes avant la satisfaction totale de leurs revendications.

Les enseignants qui se sont rendus à la banque ce 25 octobre ont du être déçus. La mesure promise par le gouvernement a été mise en œuvre dès ce mois d'octobre : Tous les enseignants ont été mis sur bons de caisse.

Les enseignants qui ont consenti à reprendre le chemin des classes depuis le 12 octobre dernier pourront toucher leur salaire au Trésor public, après vérification sur la base des listes de présence élaborées par les inspecteurs déléguées d’académie mandatés par la tutelle.

La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a estimé que cette mesure était «une dérive gouvernementale» qui vient altérer le climat de confiance qui commençait à s’installer entre les deux parties suite au travail abattu avec le nouveau ministre Séraphin Moundounga.

Ils soutiennent également que cette décision viole les articles 79 et 82 de l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) qui stipulent entres autres que «les traitements et les conditions de travail des enseignants devraient être déterminées par la voie de négociations entre les organisations d’enseignants et les employeurs».

La modératrice de la CONASYSED, Léa-Isabelle Ozoumey, affirme que le premier ministre Paul Biyoghe Mba avait assuré que cette mesure ne serait pas effective. «Nous sommes désagréablement surpris aujourd’hui que lesdits salaires soient mis sur des bons de caisse», a-t-elle lancé.

A l'issue de l'assemblée générale du 17 octobre, la CONASYSED avait décidé de la poursuite du mouvement de grève malgré la décision de la tutelle de suspendre les salaires des enseignants grévistes, après la reprise du mouvement de grève depuis la rentrée des classes le 5 octobre dernier.

Alors que tous les regards sont tournés vers le nouveau gouvernement pour la résolution de la crise de l'Education nationale qui paralyse le système scolaire depuis plus d'un an, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) avait également vivement indexé le durcissement du cadre juridique de l'exercice du droit syndical décrété par le Conseil des ministres du 19 octobre dernier.

Lundi 26 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1170 fois




1.Posté par Mong y'adzè le 27/10/2009 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le moment est venu pour les forces du changement, de lancer une journée (une semaine, un mois) ville morte. En justifiant ce mot d'ordre par un soutien à nos enseignants que le gouvernement dévalorise.
Il faut que le front du refus demande à nouveau aux gabonais de refuser cette situation. Tous les mouvements sociaux et revendicatifs en attente, exploseront, si l'opposition appelle à la désobéissance civile.
OPERATIONS VILLES MORTES MAINTENANT!

2.Posté par St. Michael le 27/10/2009 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi attendre un mot du FR alors que nous sommes en guerre depuis le 30/08/09?
Pourquoi le peuple assiste passivement à ce combat dont nos braves enseignants ont pris le lead?
Pourquoi la Santé se pose des questions comme s'il y avait un camp intermédiaire entre le camp du Satan bongo/pdg-francafrique et le camp du peuple opprimé pour la liberte et le democratie? Soit on est avec le diable , soit on est avec le Peuple Gabonais opprimé.
Pourquoi cette REVOLUTION fait des calculs pendant que tout le pays est aux mains des étrangers?
TOUTES LES CONDITIONS SONT BIEN REUNIES POUR PARALYSER LE PAYS ET PRECIPITER l'usurpateur biafrais dans l'enfer.
May God protect us in this battle against Satan bongo/pdg-francafrique.

3.Posté par BALA le 27/10/2009 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A St. Michael. Mong y'adzè a raison. Le peuple a et aura toujours besoin d'un leader pour agir. Les hommes pour agir en groupe ont besoin d'une tête de file. C'est comme ça même dans le reigne animal d'ailleurs.

4.Posté par Mong y'adzè le 27/10/2009 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
St. Michael et BALA, fusionnons nos propositions respectives et nous aurons la solution pour l(es) action(s) à méner pour nous sortir de la situation actuelle. En d'autres termes, le mot d'ordre des leaders peut soit déclencher le mouvement, soit l'amplifier si les gabonais eux-mêmes prennent les choses en main. Un soulèvement doit pouvoir venir de n'importe quel recoin du Gabon quelque soit l'initiateur. Fidèle Castro a commencé sa marche depuis un village réculé de Cuba, avec des fusils de chasse et au fil de sa progression vers la havane, des populations se sont rejointes à lui pour former une armée qui lui a permi de renverser le pouvoir en place.
Les révolutions peuvent venir de partout comme de nulle part, d'un grand feu, comme d'une étincelle, etc. En afrique du sud c'est des collégiens (même si l'ANC de mandela a récupéré le mouvement) qui ont initié le mouvement de libération des noirs. Alors, au Gabon d'où viendra l'étincelle?

5.Posté par mapanza le 27/10/2009 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toi par exemple, Mong y'adzè.

6.Posté par swingcaïman le 27/10/2009 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://www.dailymotion.com/black_chemist

7.Posté par Mong y'adzè le 27/10/2009 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mapanza, si je pouvais je le ferai volontier et pour le bien de tous. Pour te dire, bien avant l'élection, j'ai mené des actions avec le soutien des quelques gabonais qui ont bien voulu se mouiller et penser aux frères et soeurs qui souffrent au pays. C'est ainsi qu'à Rennes (france) nous avons organisé déjà des manifestations allant de la "demande de transparence" avant l'élection, à la non reconnaissance du "hold-up électoral"; afin de faire pression sur l'opinion française et internationale sur cette élection... Evidemment, au delà des actions pacifiques menées un peu partout par des vrais gabonais altruistes et qui aiment leur pays, il faut organiser un soulèvement. Pas comme dans le passé évidemment où on allait au combat sans arme, sans préparation face aux milices d'ali. cette fois-ci tous les manifestants doivent se dire qu'au retour d'une manif, ils seront vivants au pire, ils tuent tous un milicien avant de mourir. Les combats à sens uniques c'est fini. Les miliciens doivent savoir qu'en s'opposant aux gabonais, ils risquent leurs vies AUSSI. Alors, pourquoi pas moi? d'une part je ne suis pas au Gabon et franchemment comme je n'y vie plus depuis un bon moment, j'ignore tout des réalités sur le terrain et si je me connais; je dois être sûr de gagner pour me lancer. De plus, seul un militaire ou une personne ayant des liens dans ce milieu d'arme peut organiser une telle mobilisation. Je connais des Gabonais qui sont rentrés au Gabon et qui pourraient monter une insurrection. Mais que feront-ils si le peuple semble endormi? Je crois qu'il faut un mouvement de masse, un soulèvement simultané dans chaque coin du Gabon; pas de pacifisme, ni de cible désarmée; il faut que les Gabonais eux-mêmes prennent les armes et se libèrent leur pays. Et je peux vous dire que beaucoup de compatriotes vivant à l'étranger (dont moi) n'attendent que ça pour rentrer et se battre. Certains y sont déjà.
LE PEUPLE DOIT REPRENDRE SON POUVOIR!

8.Posté par St.Michael le 27/10/2009 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mong Y'adzè,
I fully agree with you. No further comments.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...