News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les choses du pays : Le PDG et Bruno Ben Moubamba à la rescousse de la famille Bongo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 15 Février 2013 à 07:10 | Lu 4211 fois

Le secrétariat exécutif du parti démocratique gabonais (PDG), au cours de son tour d’horizon sur l’actualité politique du pays le 14 février 2013, s’est arrêté sur l’affaire relative à la perquisition des deux villas perchées sur la colline de Cimiez à Nice susceptibles d’appartenir à feu le président gabonais Omar Bongo Ondimba.



Gabon : Les choses du pays : Le PDG et Bruno Ben Moubamba à la rescousse de la famille Bongo
Vingt quatre heures après l’annonce de la perquisition par les limiers de l’Office central de la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), de deux villas situées à Nice sur la côte d’Azur, susceptibles d’appartenir à l’ancien homme fort du Gabon, en l’occurrence, Omar Bongo Ondimba, les militants et militantes du Parti démocratique gabonais n’ont pas tardé à manifester par la voix de leurs porte parole, Charles Mve Ellah, leur mécontentement par rapport à ce qu’ils qualifient de «dérapages médiatique à l’encontre d’un mort».

En effet, l’intérêt accordé par les médias nationaux et internationaux à cette affaire de détournement de fonds publics africains, blanchis en France sous la forme d’acquisitions immobilières, par trois dirigeants, feu Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée-Equatoriale) ne semble pas du goût de fratrie PDG, qui aurait souhaité plutôt une reconnaissance, à l’endroit du feu président Omar Bongo Ondimba qu’ils créditent d’«un rôle non négligeable dans le développement de la coopération franco-africaine, ainsi que la contribution au rayonnement de son pays et même de la France».

«Le secrétariat exécutif du PDG s’est indigné de l’acharnement orchestré contre la mémoire du feu président Omar Bongo Ondimba (…). Pour des questions d’éthique et de respect des valeurs cardinales de notre société, nous dénonçons les dérapages médiatiques à l’encontre d’un mort, dont l’œuvre reste gravée dans les mémoires», a fustigé le secrétaire général adjoint du PDG, Charles Mve Ellah, avant de rassurer que, cette énième tentative de bafouer l’image et la mémoire du bâtisseur de «l’unité nationale» par effet d’entrainement celle du régime, «ne saurait ébranler encore moins ralentir la détermination du président de la République Ali Bongo Ondimba, qui s’est résolument engagé à faire du Gabon un pays émergent».

Bruno Ben Moubamba, candidat à la présidence en 2009, mais aussi un temps à la succession de Pierre Mamboundou à la tête de l’UPG, opposant donc à priori à Ali Bongo et au PDG, tient à peu près le même discours dans une interview sur le site infogabon.com, mais avec des arguments : «Le débat des BMA [Biens mal acquis - ndrl] devrait être abordé sous un angle juridique, sous un angle diplomatique, sous un angle historique et encore plus sous un angle géostratégique ou économique. Puisqu’il s’agit d’Afrique, on fait tout pour installer une cacophonie médiatique troublante dans laquelle on saupoudre un peu de tous ces ingrédients agrémentés de l’indispensable piment paternaliste : la morale. Mais à y regarder de près, les donneurs de leçon de morale ne sont pas si propres que cela !

«Tout le monde ne peut pas tranquillement disposer d’un compte bancaire bien garni et non déclaré au Japon ou au Qatar comme certains chefs d’état européens. Tout le monde ne peut pas non plus créer un fond d’investissement de plus d’1 milliard d’euros après un mandat présidentiel en occident !»

«Finalement, cette affaire des Biens Mal Acquis est devenue bizarre, en général, parce que les plaignants ne sont pas des acteurs économiques, ni des africains eux-mêmes.

Rappelant qu’un un plaignant gabonais, Grégory Ngbwa Mintsa, avait été écarté de la procédure au motif qu’il n’avait pas «d’intérêt à agir» en France, il met en doute la volonté de la justice française de faire réellement toute la justice sur cette affaire : «Comment mieux vous expliquer, chers compatriotes, que la gestion de votre pays, la maîtrise de vos fonds publics, l’exploitation de vos ressources énergétiques (On vous renvoie aux accords de certains ONG avec certaines multinationales liées à l’uranium), en réalité, votre bien-être, n’est pas votre affaire ? Ne vous mêlez surtout pas de ce qui vous regarde. (…) Chacun doit comprendre que le fameux intitulé “Biens mal acquis” provient du rapport d’enquête du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) pour l’année 2007.

Dans la relation des faits et l’analyse faite par les “spécialistes” et pseudo “amis” de l’Afrique, les gens ignorent tout de la moitié du sous-titre du rapport 2007 du CCFD. Parce que, ceux qui se sont inscrits dans une démarche sincère et différente des “règlements de compte personnels” doivent informer l’opinion publique que l’étude du CCFD de 2007 avait pour titre, et ce n’est pas un détail “La fortune des dictateurs et des complaisances occidentales”. (…) Les Africains sont peut-être des grands enfants mais nous avons assez grandi pour nous souvenir que le rapport 2007 du CCFD est accablant pour les bailleurs de fonds internationaux, pour les entreprises occidentales, pour leur recours aux paradis fiscaux, leur violation des règles de l’OMC et l’opacité de leur comptabilité afférente aux ressources énergétiques. Le rapport parle de “pillage occidental organisé” et stigmatise le fait que l’argent récupéré chez les dictateurs n’est jamais rendu aux africains.»

«Comprenons-nous bien : il ne s’agit pas de justifier l’injustifiable mais de stopper l’hypocrisie du dossier des “Biens mal acquis” qui consiste à “émasculer” les leaders africains et cela ne peut plus être accepté, car le leadership africain ne s’arrête pas avec ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui. Tout chef d’état doit disposer d’une marge de manœuvre suffisante pour ne pas se transformer en mendiant. (…) C’est aux Africains eux-mêmes de régler certains problèmes car on ne demande pas aux Émirs du Qatar comment ils ont fait pour acheter le Paris Saint-Germain (PSG), club de football. Et si le PSG était un Bien Mal Acquis ?»

Ces deux villas qui viennent d’être perquisitionné, et pour lesquelles les deux juges parisiens qui enquêtent dans le cadre de l’affaire dite des «biens mal acquis» tentent de déterminer si l’argent qui a servi à l’acquisition de ces dernières appartenait à l’État gabonais, viennent s’ajouter à la longue liste d’adresses de la famille Bongo qui se chiffrait en 2007 à 39, rien que pour la France dont une dizaine de résidences à Nice mais aussi à Villeneuve-Loubet.

Ce patrimoine azuréen estimé à l’époque par Sherpa à plus de 21 millions d’euros n’était manifestement pas exhaustif ! Les deux villas visitées, le 13 février, par les policiers, rue Flirey sur la colline de Cimiez, ne figuraient pas dans l’inventaire de 2007. «C’est plutôt une bonne nouvelle. Cela démontre que l’enquête se poursuit et qu’elle permet de découvrir de nouveaux éléments», s’est réjoui Maud Perdriel-Vaissière de l’association Sherpa.

Gabonreview

Vendredi 15 Février 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 4211 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

58.Posté par Larévolte le 18/02/2013 04:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ 53.Posté par Ngone le 17/02/2013 17:04 ,

Ma chère soeur,

Ce que tu dois savoir, c'est que personne ne s'exile pour le plaisir, mais plutôt par pur intérêt, plus encore l'homme africain parce qu'il est très attaché à sa terre natale. Prenons l'exemple de nos frères africains "les étrangers" qui viennent au Gabon pour chercher fortune. Prenons d'abord l'exemple des maliens. On nous dit que le Mali est un pays pauvre, pour le moment. De nombreux immigrants maliens à travers le monde vivaient certainement dans une extrême pauvreté avant de quitter leur pays. Ces derniers pouvaient bien profiter de leurs petites économies amassées dans le pays hôte pour s'y installer définitivement. Au contraire, ils se privent pour pouvoir expédier chez eux ce qu'ils gagnent parce qu'ils aiment leur pays plus que tout et y sont donc très attachés. Regarde les équato-guinéens. Au temps de la dictature de Macias Nguéma et des vaches maigres, les ressortissants et ressortissantes équato-guinéens(nes) qui avaient fui le régime dictatorial et tyrannique de ce dernier, ainsi que la misère du pays avant le boum pétrolier rêvaient toujours de leur pays et espéraient toujours y retourner, et ce y compris les femmes qui avaient pu épouser des gabonais riches et avaient une vie aisée. Et pour ce qui concerne nous les gabonais, je me vois obligée de te dire qu'il y a une catégorie de gabonais et gabonaises (comme moi par exemple) qui doivent tout aux pays occidentaux. Bourses d'études; activité salariale avec une rémunération qu'ils ou qu'elles n'auraient eu aucune chance de percevoir au Gabon parce que n'ayant ni parent, ni amis dans le système PDG; bon système éducatif pour les enfants et j'en passe...
Alors ma soeur, pourquoi ne pas reconnaître que certains africains un peu chanceux profitent, même de façon infime et indirecte des richesses que les grandes puissances pillent à l'Afrique. C'est déjà ça ma soeur. Si 1% de gabonais se partagent avec leurs amis( occidentaux, asiatiques et quelques amis africains) près de 99% des richesses du Gabon, pourquoi 1% de gabonais vivant dans les pays qui exploitent nos richesses n'espéreraient-ils pas profiter à l'étranger (même par une infime partie et de façon indirecte) de l'exploitation des richesses de notre pays. C'est triste de l'avouer mais que veux-tu ma soeur?

Tout ça, pour te dire que "c'est la faim qui fait sortir le loup des bois" Regarde la misère dans laquelle sont plongés les trois quart de la population africaine. Avoue ma soeur que si beaucoup d'africains vivant hors de l'Afrique n'étaient pas amoureux de notre Afrique, aucun ne songerait même à y retourner. Mais comme dit-on: "on est heureux que chez soi" Cela veut dire que même si on croit vivre heureux chez les autres, un jour, notre "esprit" voudra rentrer au bercail et on se rendra compte qu'au final, on n'était pas si heureux que ça chez les autres malgré le confort.

Il fut un moment où j'avais réellement pensé que mon pays le Gabon allait changer dans le bon sens, mais maintenant, je n'y crois plus. Alors, à quoi bon rêver? Du régime PDG et la famille Bongo, les gabonais aujourd'hui lésés, spoliés, sacrifiés ne peuvent rien espérer d'eux en toute sincérité. De toutes les façons, nous ne sommes plus naïfs et nous ne faisons plus de rêves éveillés...
Malheureusement tout le peuple gabonais ne peut pas s'expatrier pour aller chercher une vie décente ailleurs! Regrets!!!!!!

57.Posté par mouang le 17/02/2013 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme ça il emmènera sa belle famille, une autre légion étrangère.

Co-développement de merde !!!

BBM s'est grillé tout seul.

Laisser nous tranquille, nous voulons un Gabon libre et démocratique où la légion étrangère respecte d'abord les gabonais et gabonaises du nord au sud et de l'est à l'ouest !

56.Posté par Ntsame le 17/02/2013 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM est pour le co-développement international ! C'est sa 3e voie !

55.Posté par Joe le 17/02/2013 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut construire de nouveaux équilibres entre le nord et le sud : c'est le discours de BBM depuis 2009. Nous avons besoin d'un globalisation plus juste : l'universalisme est une obligation !

54.Posté par Maviogha le 17/02/2013 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les "Biens Mal Acquis" (BMA) ne consistent pas seulement en des maisons ou en des appartements voire en des véhicules. Il faut faire attention : les "comptes en banque" de Moubutu n'ont jamais été rendu au Congo par exemple. Rien ne nous assure qu'ils rendront les "Biens" quand ils auront tout récupéré.

53.Posté par Ngone le 17/02/2013 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@La Révolte : j'avoue, votre raisonnement tient la route, mais tout de meme, hein ? Etre obligé de s'exiler ou perdurer en exile pour bénéficier d'un minimum volé chez soi, eh bien c'est difficile à admettre sans laisser s'éffriter notre patriotisme "des enfants des indépendances". Mais le raisonnement tient.

52.Posté par Larévolte le 17/02/2013 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ 45.Posté par Moulele le 16/02/2013 12:04 ,

Basééééééééééééééé mon frère, j'approuve ce que vous dites. Moi aussi, je souhaiterais que les occidentaux, à défaut de pouvoir restituer ces biens aux peuples africains spoliés afin d'éviter de courir le risque de voir ces biens à nouveau détournés pour des destinations encore plus sûres, les confisquent et se les approprient. De toutes les façons, ces biens mal-acquis doivent bien servir à quelque chose. C'est pour cela qu'il vaut mieux que ces biens volés soient exploités par les occidentaux qui sauront en faire bon usage, en plus de ceux qu'eux-mêmes nous volent déjà. Avec les occidentaux, ces biens serviront pour la bonne cause parce que eux au moins se soucient quand même de leurs peuples, même s'il faut reconnaître que des inégalités existent aussi dans les pays dits développés, là où même sont planqués les biens que les soi-disant chefs d'état africains volent à leurs peuples. D'ailleurs, certains ressortissants africains qui immigrent chez les blancs en occident parce que fuyant la misère causée par les rapaces présidents africains pourront par cette occasion profiter des réalisations faites par les retombées de ces biens mal-acquis (routes, hôpitaux, écoles et universités construits avec les richesses africaines). Sans oublier que, le fait pour les pays occidentaux de confisquer et de s'approprier ces biens découragera à l'avenir ces charognards dictateurs africains qui seront donc obligés d'arrêter de spolier leurs compatriotes parce qu'ils ne sauront plus où aller planquer leurs butins. Le fait même pour ces dictateurs africains cruels et inhumains de perdre la jouissance des biens mal acquis qu'ils croyaient être à l'abri ne peut que les dissuader de continuer à piller les richesses dont ils ne pourront plus en profiter. Ils seront donc obligés d'investir sur place en Afrique, et ce sera un début de solution aux malheurs des peuples africains.

51.Posté par mauvais mougangui le 16/02/2013 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est juste une affaire de cohérence et non le contraire sachant que ce BBM a trop fait du bruit sur le sujet des BMA et d'autre affaire (affaire Redjambé, son cinéma à Rio, son voyage à Addis Abeba...), confère ses multiples interventions sous forme écris et vidéos.

Donc tout ça était des clins d’œil voilés à ABO en utilisant les pauvres gabonais avides de liberté et d'espoir ou désir d'avenir.

Ne dit-on pas souvent que les écris restent et les paroles s'envole ?
BBM a souvent revendiqué une certaine cohérence.

Et où est la cohérence dans tout ça ?

Soudain il a pris conscience....

Pffff !!!!

Pauvre Gabon

50.Posté par Nyogua le 16/02/2013 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les mêmes gens qui ont insulté Pierre MAMBOUNDOU ont décidé que Ben MOUBAMBA est leur prochaine victime ? Mais Moubamba n'est pas Mba Obame ou Myboto : il n'a pas participé au pillage du Gabon. Laissez - le relever le débat national au Gabon et on verra ensuite.

49.Posté par Priscilla le 16/02/2013 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ tout ceux qui defendent danseur de ventre de BBM
que croyez vous que cela fasse au commun des gabonais que ces MA des Bongo passe aux mains de la France ou demeurent les proprietes des Bongo ?
Si les Bongo perdent ce proces, les gabonais auront au moins la joie de voir leur bourreaux humilies a la fasse du monde. Apres 50 ans de maltraitance inflige au peuple par cette ignoble famille, je dirais que ce serait la MIEULLEURE DES NOUVELLES que le peuple aurait jamais eu a celebrer depuis l'accession du PDG au pouvoir.
LA FRANCE travaille pour ces interets, et c'est comme cela tout pays et tout dirigeants qui se respecte devrait agir, par patriotisme et amour pour son peuple avt tout. Mais chez nous, les dirigeants travaillent a detruire leur pays, a voler et vendre les richesses natioanles aux etrangers.
Si deja nos dirigeants meprisent ouvertement leur peuple, pourquoi voulez vous que ce soient les autres pays, la France en particulier (ancienne puissance esclavagiste et colonisatrice) qui devraient jouer a la mere Theresa pour les gabonais ? non mais serieux, coryez vous vraiment qu'il existe un seule pays dans ce monde qui aide d'autres pays uniquement par philantropie ?!

Certainement, la France n'est pas l'amie du Gabon.
Mais encore plus certain, les Bongo et le PDG sont les enemis et les bourreaux des gabonais.

1 2 3 4 5 » ... 6
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...