News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les choses du pays : L’effarante justice de Patience Dabany et ses Bérets rouges

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 6 Septembre 2013 à 06:49 | Lu 2039 fois

Recrutés à travers l’Afrique dans le but de travailler pour les entreprises Mbadou, il y a plus de trente ans, sept familles se retrouvent aujourd’hui dans la rue, leurs affaires à même le bitume. Le crime : avoir occupé par décision de justice des appartements de leur ancien employeur ayant fait faillite en attente du payement de leurs arriérés de salaire. Délogés manu militari dans l’après-midi du jeudi 5 septembre 2013, par les bérets rouges sous l’impulsion et en présence de la plaignante, Mme Marie Joséphine Kama Dabany (alias Patience Dabany), c’est près d’une cinquantaine d’individus qui, médusés par une telle intervention, crient à l’« injustice ».



Gabon : Les choses du pays : L’effarante justice de Patience Dabany et ses Bérets rouges
En bref. Les entreprises Edouard Mbadou ayant fait faillite en 1990, la société, par deux décisions de justice datées du 25 février 1993 et du 22 avril 1993, était sommée de payer aux 94 anciens employés leurs droits dont le montant total était évalué à 251 570 737 francs CFA. Faute de quoi, stipulait alors le «Commandement à Payer» établi par Me Edo Ernest Gervais (Huissier de Justice), la veuve Mbadou née Andjouono serait « contrainte par toutes voies de droits, notamment, par la saisie de [ses] avoirs, biens, meubles et immeubles ». Ce qui, finalement, avait été arrangé entre les anciens employés et la veuve.

Or, vingt ans après, les immeubles sis au quartier Derrière la prison, occupés par les sept familles, s’étaient révélés appartenir désormais à Mme Marie Joséphine Kama Dabany, sans que les plaignants aient été informés de la succession, à en croire Matimona Lubaki, porte-parole des anciens employés.


Pour l’ancien chef d’atelier des entreprises Mbadou, « les nouveaux propriétaires des locaux ne jouent pas franc-jeu. Quand en 2006 M. Mbadou décède sans nous avoir payé nos droits, on ne savait pas à qui s’adresser pour sa succession. Ce n’est qu’en 2010 que nous avons pris connaissance des mandataires qui deviennent les véritables successeurs de notre ancien patron, et le nom de Mme Kama Dabany avait alors été évoqué sans réelle assurance. Mais nous lui avons tout de même fait part des décisions de justice de 1993, ce à quoi elle n’a pas donné de réponse. Deux semaines après elle vient nous menacer et fermer les maisons. Nous sommes désormais sans abri. Où allons-nous dormir ? Où irons-nous ? »

Joint par Gabonreview, Me Noel M’Voubou (Huissier de Justice), représentant les familles, a quant à lui indiqué : « Il y a comme un deux poids deux mesures. Lorsqu’on assure la succession d’une affaire, on est aussi bien responsable de l’actif que du passif. Mme Kama Dabany ne veut pas se soumettre aux jugements qui datent de 20 ans et qui exigent d’elle qu’elle paie les arriérés de salaires échus aux anciens employés de la société dont elle aurait hérité, mais les met à la porte manu militari. Ceci, en ne tenant pas compte du délai contenu dans la signification d’ordonnance que j’ai reçu il y a seulement deux semaines. Nous sommes dans un pays de droits me semble-t-il. »

Effet, le 19 août 2013 dernier, les occupants des deux immeubles avaient reçu une « Signification d’ordonnance de référé et commandement de quitter les lieux », à la requête de Mme Kama Dabany, qui leur accordait un délai de trois mois pour libérer les appartements à leur propriétaire. Mais seize jours seulement après, les familles ont été délogées sans heurts, par les bérets rouges, en présence de Mme Kama Dabany qui a tenu à effectuer le déplacement.

« Le document qui nous a été transmis signifiait pourtant noir sur blanc qu’on avait trois mois pour nous préparer à partir d’ici. Maintenant que ferons-nous ? Devons-nous dormir à la belle étoile quand on sait que les entreprises Mbadou nous doivent toujours notre argent ? La loi est faite pour tout le monde. Bien que nous ne soyons pas des Gabonais, nous méritons nous aussi d’être protégés par la loi. Nous ne sommes pas venus au Gabon en aventure. C’est M. Edouard Mbadou qui nous a fait venir et nous réclamons nos droits. Nous ne sommes pas des squatters. Les appartements nous revenaient de droit par décisions de justice », s’est insurgé Matimona Lubaki.

Cette affaire qui, une fois de plus vient ternir l’image de la justice au Gabon, et notamment la réputation de certains individus qui se croient au-dessus des lois, interroge sur le véritable usage que des Gabonais, sous prétexte d’une sacrosainte liaison avec le pouvoir, font des forces de sécurité et de défense dont la mission devrait être cantonnée à la seule protection de la chose publique. « Faire intervenir des bérets rouges pour faire appliquer une décision de justice, qui plus est, une histoire de particuliers, c’est grave !

On se croirait devant une intervention de militaires en vue de déloger des terroristes », a lancé un badaud ahuri, avant d’être repris par un des chefs de famille désœuvrée : « Nous sommes dans un cas de violation flagrante des lois et règlements. Nous ne sommes pas des assassins. On veut juste être traités comme des gens honnêtes que nous sommes. » Gageons que la justice tire son épingle du jeu dans cette affaire et qu’on y voir un peu plus clair.

Source : Gabonreview

Vendredi 6 Septembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2039 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par Observateur le 09/09/2013 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On oublie peut-etre que le commendant des berets rouge n'est autre que le cousin d'Ali c'est -à -dire le neveu de : Patience Nkama josephine Bongo Dabany : A.K.A La Mama
il suffit d'un cout de fil et le tour est joué avec nos pédés, mendiants, illétrés, maboules berets rouge en particulier et militaires et autres en général la dictature a encore des beaux jours devant nous.
Au fait ON VA ENCORE FAIRE COMMENT?

14.Posté par MOMBOUNGOME le 08/09/2013 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
13 ans après vs aussi !
La mama , toi aussi respecte d'abord les 3 mois! mamooooooooooo

13.Posté par JAKAFANE le 07/09/2013 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
APPEL AU BOYCOTT DE SA MUSIQUE, SES CONCERTS, SES CD. CA POURRAIT ETRE LA REPONSE JUSTE A L'INSOLENCE DE CETTE DAME AUX GABONAIS SANS VOIX QUE NOUS SOMMES.

12.Posté par carpediem le 07/09/2013 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment!!! C est une honte avec tout le patrimoine imobiler q elle possede et tout largent que sa famille a voler au gabon, elle ose mettre ces malheureux a la rue sans meme respecter la procedure judiciaire, quand je pense q on l appelle la mama , en fait c est just la maman des riches et des pdgistes. Aujourdhui elle est au dessus de la loi gabonaise mais un jour, la justice de Dieu la ratrapera.

11.Posté par BATOUALA MIKOTHO JOSLAINE le 06/09/2013 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ET ON OSE L’APPELÉ LA MAMA, LA LOCOMOTIVE DE QUI ET DE QUOI? DU VOL DE LA PROSTITUTION OUI ET DES CRIMES RITUELS

10.Posté par meboun le 06/09/2013 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est triste, pourquoi tant de méchanceté ? quand elle a joué la veuve éplorée lors du décès de son ex, il me semble que ce dernier n'avait aucun terrain, aucune villa, aucun château avec lui dans le cercueil. Il était seul et chacun va seul rendre compte à Dieu ; elle rendra bien des comptes un jour pour tout le mal qu'elle a fait au Gabon.... elle ne peut même pas mettre une touche de peinture sur l'unique bâtiment de 2 niveaux de la maternité qui porte son nom!!!!! dommage pour leGabon une telle reine-mère!!!!!!!!!!!!!!

9.Posté par milangmissi le 06/09/2013 17:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la faute de MBA OBAME et MARC ONA ESSANGUI

8.Posté par Kouna Grégoire le 06/09/2013 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cette fois qu'ali poursuivre sa mère ,justice pour tous à moi il a dérobé mes 6 milliards qu'il aille prendre l'argent cachée par sa mère aux USA .
Ali je te préviens que si ma femme meurt à cause de l'hold up organiser avant que tu ne partes au Maroc afin de t’innocenter mais retiens que je t'aurai .

7.Posté par Pale Lôge le 06/09/2013 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La justice gabonaise est mise au défi. Elle voit sa décision bafouée par la mère d'Ali BONGO.
Si elle est juste et impartiale, la justice gabonaise doit rétablir les familles expulsées dans leurs droits. Il n'est aucun pays ou le commandement d'un corps supplée l'institution qui incarne le pouvoir judiciaire.
Serait-on à entendre, «on va faire comment»! NON. Si cette décision a été rendu telle, un examen minutieux du dossier avait plaidé en faveur de travailleurs exploités dont la situation fut mise au jour avec l’avènement des événements de 1990.
Il n'est donc d'aucun droit que Joséphine KAMA se prévale propriétaire sans se soumettre. On la connaît. Elle qui a mis à sac la BGL et renvoyé des nombreux responsables des familles au chômage et qui continue à pilier le GABON se disant propriétaire des domaines dans Libreville sans savoir comment les a-t-elle acquis, étant inactive durant son mariage avec BONGO et n.ayant rien hérité des ses parents.

6.Posté par JAKAFANE le 06/09/2013 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le jour J, la peur changera de camp. Souvenez-vous qu'en Roumanie, le 21 décembre 1989 le dictateur Nicolae Ceaușescu est renversé par le peuple durant un de ses grands meeting. Il sera exécuté en compagnie de sa femme le 25 décembre de la même année. Comme quoi sur ce bas monde, tout à un début et une fin.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...