News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Les choses du pays : Flora Oye Ella, battue pour avoir été injoignable le soir du Saint Sylvestre.

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 5 Janvier 2013 à 06:10 | Lu 1754 fois

La scène s’est déroulée au PK12, dans la banlieue de Libreville. Une jeune fille de 18 ans, Flora Oye Ella a été sauvagement battue par son amant, Jasmin Nguema Nkizogo. Le motif de cet accès de violence ? La victime aurait été injoignable pendant toute la soirée du 31 Décembre.



Gabon - Les choses du pays : Flora Oye Ella, battue pour avoir été injoignable le soir du Saint Sylvestre.
Selon des sources proches des amants, Jasmin Nguema Nkizogo, militaire en service au Bataillon de Reconnaissance et de Combat (BRC), aurait sauvagement battu sa concubine. La cause ? Elle aurait été injoignable dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

Fou de rage et s’imaginant toute sorte de scénarios, l’amant jaloux aurait fait venir sa compagne sur son lieu de travail, le lendemain, mardi 1er janvier.

Personne n’explique ce qui s’est réellement passé, mais le journal l’Union indique, que l’amant, en service ce jour-là, se serait servi de son ceinturon pour battre sa compagne. Cette dernière s’en est tirée avec de graves blessures à la tête, au dos et au tympan.

Transportée d’urgence à l’Hôpital d’Instruction des Armées de Melen, puis dans une clinique de la place, elle suit en ce moment des soins intensifs.

La tante de la victime déclare que sa nièce « a été grièvement touchée à la tête. Le choc était violent ».

Jasmin Nguema Nkizogo aurait agi par pure jalousie. Il a d’abord été placé en garde à vue à l’unité spéciale de gendarmerie, avant d’être remis à la disposition de ses chefs hiérarchiques.

La famille quant à elle, a porté plainte contre l’agresseur pour qu’il réponde de ses actes devant la loi.

Affaire à suivre…


Publié le 05-01-2013 Source : Gaboneco

Samedi 5 Janvier 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1754 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

17.Posté par Kouralepet le 06/01/2013 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ MEZZAH
Je suis un belope pur sucre qui respecte les femmes, J'ai un mère et cinq soeurs. Je t'invite à suivre les conseils de Nestor (voir poste 4 ) ; inscrit toi à l'école des "Hommes Bastonneurs" ainsi tu apprendras à vivre et à respecter la mère de tes enfants,

16.Posté par Mezzah le 06/01/2013 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Chère La Révolte, j'espère que cette démonstration clouera définitivement le bec de cette ridicule Kouralepet.

15.Posté par Larévolte le 06/01/2013 02:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Kouralepet,

Lorsque nous sommes informés qu'un évênement aussi fâcheux que celui que relate cet aricle est arrivé chez nous, est inutile de commencer à stigmatiser les ressortissants de certaines ethnies Gabon. Si on aime le Gabon, nous devons nous indigner lorsqu'un évênement fâcheux arrive dans notre pays. En effet, pour vous éviter à l'avenir de jeter systématiquement l'opprobre sur vos frères fangs, je vous conseille d'aller revisiter la rubrique des faits divers sur ce site et vous vous rendrez compte que les fangs n'occupent pas la première place des meurtres et crimes commis au Gabon. Pour vous qui haïssez les fangs, vous serez déçu de découvrir que pour l'année 2012 seulement, les crimes les plus odieux ont été commis par les non fangs. En voici quelques titres et extraits:

1- Gabon : Accusée de sorcellerie, elle meurt sous les coups de son propre fils

François Maléké Boussougou, la cinquantaine révolue, sans emploi, a été placé sous mandat de dépôt vendredi dernier, après avoir tué sa mère. Le mobile du crime ? Le présumé assassin accuse sa victime, Albertine Moupacka, 88 ans, d’être à l’origine de ses malheurs depuis de nombreuses années....


2- 02/07/2012
Gabon : Abattu froidement au cours d’une partie de chasse.

Bouzo’’, de son vrai nom Jean- Paul Mabounda Koumba, Gabonais sans emploi, la trentaine et résidant au quartier Bavanga dans le deuxième arrondissement deMouila, chef lieu de province de la Ngounié, a été abattu froidement mardi dernier, au environ de 8 heures du matin par son compagnon, Jean De Dieu Mbina, au cours d’une partie de chasse.

3- Gabon / Fait Divers : Après avoir commis son crime rituel il se rend à la police
Malgré la lutte par le gouvernement contre les crimes rituels, le 23 avril dernier, un crime rituel s’est produit dans la capitale économique gabonaise aux environs de 14heures 30 minutes, quand dame Célestine Choukou, technicienne de surface au Conseil départemental de Bendjé, est passé de vie à trépas.


Comme d’habitude, elle est partie de son domicile très tot le matin pour vaquer à ses occupations professionnelles. Après son travail, voulant rejoindre son domicile, elle ses fait embarquer par son collègue, un certain Jean Remy Omand, employé aussi à l’Institution.

Peu avant son départ, elle a reçu le coup de fil de sa collègue Mme Virginie Agamboué qui, pour sa famille, est la dernière personne à qui a parlé avant son décès. Comme les heures passent, elle ne rentre pas à son domicile. Il est 16 heures 30 minutes passé.

Son époux et ses six enfants sont inquiets et ce qu’aux environs de 19heurs 30 minutes qu’une sœur, travaillant à l’hôpital régional de Port-Gentil, appelle la famille pour leur annoncer que Mme Célestine est trouvée morte, déposée pas des inconnues à bord d’un taxi et d’un Pick Up du conseil départemental de Bendjé à l’hôpital de Ntchengué.

Ce fut la stupeur. De quoi est morte Maman Célestine, elle qui ne souffrait pas d’hypertension et âgée seulement de 36 ans ? S’interroge l’entourage. Arrivée à l’hôpital, la famille constate qu’elle présente des saignements au nez et des hématomes au niveau du coup et à la nuque, des brulures au dos et au bassin. La famille pense à une mort violente.

Le lendemain, la famille se dirige vers le lieu de son travaille pour savoir ce qui s’est passé. Le responsable des lieux leur fait comprendre qu’elle a travaillé la veille et s’est fait accompagner par son collègue et que ce dernier s’est livré aux forces de l’ordre.
Pour avoir le cœur net, la famille a exigé une autopsie et des examens médicaux pour savoir davantage. Aux dire des médecins de la famille, qui a assisté et regardé les résultats des examens, il n’y pas aucun doute, mère Célestine a été froidement assassinée par ses bourreaux, car il manque chez elle certaines organes.
« Nous pouvons croire que c’est encore un crime rituel de plus dans notre pays », estiment les populations de Port-Gentil.
La famille espère que le présumé assassin doit subir toute la rigueur de la loi, car elle se dit que ce dernier n’est pas a son premier cout et n’est jamais inquiété. « Ce type doit etre protégé par des hommes et femmes puissants qui ont des ramifications dans la haute sphère de l’Etat et que, une fois de plus, il sera libéré si ce n’est déjà fait comme par le passé », estime-t-elle.

Osons croire qu’avec la nouvelle donne et les instructions de plus haute institution de notre pays , sieur Omanda répondra de ses actes devantGabon : Il a tué sa mère pour hériter de ses biens


A en croire notre consœur « L’Union », l’on en sait un peu plus sur les circonstances de la mort de Jeannette Kogou, 55 ans, dont le corps brûlé a été retrouvé, le dimanche 18 mars dernier, derrière son domicile à Bizango-Rail, dans la banlieue sud de Libreville.
Une adolescente, voisine immédiate de la défunte, a déclaré avoir entendu des cris confus provenant de la chambre de la quinquagénaire, le samedi 17 mars dernier à 10 heures.

Tout porte à croire que l’assassinat a été perpétré en milieu de matinée. Un autre témoin a affirmé avoir vu la compagne d’Alain Makaya, le fils de la défunte et présumé assassin, faire le guet devant le domicile familial, pendant que des cris fusaient de la maison.

Quelques minutes plus tôt, a indiqué un autre témoin, la jeune femme enceinte était descendue acheter une bouteille d’huile chez l’épicier. La même bouteille a été retrouvée dans la chambre de la défunte au lendemain de la découverte macabre. Les enquêteurs pensent que la jeune femme était de mèche avec son compagnon dans la mort de sa belle-mère avec qui elle n’était pas, indique-t-on, en odeur de sainteté.

Une thèse soutenue par de nombreux voisins et membres de la famille de la victime, qui ont parlé d’une récente brouille entre la défunte et son fils.

Toute la journée de samedi, le corps de Jeannette Kogou serait resté dans sa chambre à coucher. C’est tard dans la nuit qu’Alain l’aurait transporté derrière la maison familiale.

Outre Alain, Jeannette gardait son autre fils. Mais au moment des faits, ce dernier était absent de la maison. Pour ne pas éveiller des soupçons, le meurtrier se serait emparé du téléphone de sa mère et aurait envoyé un message à son frère, pour faire croire à ce dernier que leur mère était absente et qu’elle allait bientôt rentrer.

Un membre de la famille contacté a expliqué le mobile de l’acte criminel d’Alain Makaya : l’héritage des biens de sa mère.


Vendredi 23 Mars 2012
Gabonlibre.com
Lu 1023 fois02/05/2012


4- Gabon / Faits-divers : A 72 ans il viol mystiquement la petite-fille de sa voisine…
Santé chancelante, perte de l’hymne sans rapport sexuel, écoulement intermittent de sperme par voies vaginale, buccale et nasale, leucorrhée abondante inguérissable, présence récurrente d’une boule...
Brunelle A. T., 18 ans, élève au lycée Technique de Fougamou, chef lieu du département de Tsamba-Magotsi, était tout sauf saine. Après avoir longtemps vivoté pathologie, la jeune fille a découvert qu’elle avait été envoutée par Paul Nzondo, 72 ans et sa grand-mère, Pauline Itoumoué, 69 ans, tous domiciliés à Oyenano, regroupement de villages à 15 Km de Fougamou, le chef-lieu du département de Tsamba-Magotsi. Les deux présumés sorciers ont été arrêtés et incarcérés, la semaine dernière, à la maison d’arrêt de Mouila, le chef-lieu de la province de la Ngounié.


Selon une source judicaire, les pratiques maléfiques des deux présumés sorciers auraient été mises à nu par la lycéenne lors d’une récente séance, à la suite de son initiation à un rite traditionnel de la région appelé ‘’Mabanzi’’. A l’occasion, a indiqué le source, la jeune fille avait vomi des substances nocives qui lui auraient été administrées mystiquement par ses bourreaux qui, in fine, sont passés aux aveux.


A en croire la même source, Paul Nzondo et Pauline Itoumoué faisaient partie d’une association de malfaiteurs, qui procédaient, à tour de rôle, à des sacrifices humains. En fait, une sorte de « tontine »régissait la vie de ces sorciers. « Paul Nzondo avait déjà sa part. L’lorsque le tour est revenu à Pauline Itoumoué, elle avait choisi sa petite fille Brunelle. C’est ainsi que cette dernière était tombée malade », a expliqué un enquêteur.


Après la révélation de Brunelle lors de son initiation au Mabanzi, les deux présumés sorciers avaient pris l’engagement de remédier à la situation. Mais au lieu d’administrer des soins à la jeune fille , a déploré source , Paul Nzondo se serait plutôt mis à abuser d’elle mystiquement, au point que son état de santé est allé de mai en pis.


Pendant l’interrogatoire, le présumé sorcier a d’ailleurs reconnu avoir été le mari de nuit de la lycéenne. « Je reconnais avoir fait l’amour mystiquement à la petite Brunelle », a-t-il déclaré, sans ambages. « Si j’avais dit ça, c’est parce que c’est mon propre sang. J’ai fait des médicaments, mais ça ne marche pas », a déclaré, pour sa part, Pauline Itimoué, la grand-mère.


Agissant sur la base d’une plainte déposée d’une plainte déposée par la mère de la victime, Marie-France B., la brigade de gendarmerie de Fougamou a procédé à l’arrestation des deux présumés malfaiteurs. Au terme de leur garde à vue, ils ont été présentés, la semaine dernière, devant le parquet de Mouila.


Inculpés de pratique de sorcellerie et de charlatanisme, Paul Nzondo et Pauline Itimoué ont été incarcérés à la jeune Brunelle, elle n’est toujours pas au bout de ses peines puisqu’elle cherche le salut auprès des radiothérapeutes de la région.


Source : génération nouvelle



5- Mercredi 2 Mai 2012
Gabonlibre.com
Lu 2537 foisMakaya, 32 ans, présumé tueur de sa mère avec une barre de fer


Un Gabonais de 32 ans serait l’assassin de sa mère dans la nuit du 17 au 18 mars dernier à Bizango-rail, un quartier périphérique de Libreville.
Terrifiante histoire que celle d’un trentenaire gabonais qu’un faisceau de présomptions indique être l’assassin, à coups de barre de fer, de sa propre mère. Avant d’en arriver là, le présumé matricide, chômeur au demeurant, se complaisait dans l’oisiveté, poussant ainsi sa mère, selon le quotidien L’union qui relate les faits, à lui demander, tout récemment, de quitter la maison dans laquelle ils vivaient. Vraisemblablement, sieur Alain Makaya a mal accueilli cette injonction, ainsi que corroboré par un témoin qui a indiqué que «Jeannette était venue se confier à moi deux jours plutôt. Elle m’avait dit que si elle venait à être assassinée, son fils ne serait pas étranger à sa mort.»

S’appuyant sur des éléments de l’enquête menée par la police judiciaire (PJ), le quotidien gabonais révèle que le « jeune homme se serait servi d’une barre de fer pour commettre son forfait». Il aurait certainement surpris sa mère dans son sommeil avant de le prolonger définitivement. Il aurait ensuite tenté de dissimuler les traces de son acte en trainant le corps de sa maman hors de la maison familiale, et derrière une maison inachevée. Après quoi, il a versé de l’eau bouillante sur la dépouille mortelle en vue de brouiller les pistes et pouvoir se disculper.

Poussant le vice, sieur Makaya est allé lui-même à la gendarmerie de Melen et à la Police judiciaire informer de l’assassinat de sa mère par des bandits. Son attitude finira par le trahir. Il s’est tout d’abord interposé à la perquisition des enquêteurs dans la chambre de sa défunte mère. Après quoi, il a subtilisé les draps maculés de sang et les a remplacé par des draps propres. Enfin, il a fini par barricader ladite chambre à coucher. Et, cerise sur le gâteau, il n’était pas cohérent dans ses déclarations.

Le quotidien L’union indique également la divergence des versions entre la femme du présumé coupable et lui-même. La femme indique qu’«il a plusieurs fois fait des tours dehors la nuit (…) il a dit qu’il avait un écoulement de ventre et qu’il allait au WC, situé derrière la maison». Durant cette même nuit, les voisins assurent avoir entendu des aboiements insistant de chiens.

Une chose reste certaine : même si A. Makaya se défend, il est actuellement le suspect numéro un dans le meurtre de sa mère. Il subit actuellement des interrogatoires poussés visant à dénouer le nœud de l’histoire.


gabonreview




Jeudi 22 Mars 2012
Gabonlibre.com
Lu 821 fois

14.Posté par annie-lea meye le 06/01/2013 01:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et puis sincerement,les fangs sont si ouverts et chaleureux,toujours prêts à se lier d'amitié avec les autres ethnies pendant ces derniers sont pleins de préjugés.on finit par se préférer

13.Posté par annie-lea meye le 06/01/2013 01:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
insouciance,complexe,ignorance quand tu nous tiens!les musulmans du nord mali qui mutilent et lapident les femmes sont tous des fangs?les gens qui font dormir les femmes à meme le sol et sur un meme coté pendant +d'1mois pendant le veuvage,ce sont des fangs?nzigou massala qui avai abattu sa belle mere,femme et autre etait panhouin?les exemples pareils sont légion.donc post1,reste calme.il ya des bons et des mauvais partout.tu pollues le debat.

12.Posté par Giap Effayong le 05/01/2013 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Post 7 Kouralepet
Cher compatriote,pourquoi cet acharnement contre les fangs?
A ce que je sache, ce ne sont pas les fangs qui vous ont plongé dans la misère,mais plutôt l'incurie de votre frère Omar Bongo qui a
dirigé le Gabon pendant plus de quatre décennies sans partage.Ce n'est pas non plus la faute des fangs si vous n'êtes en réalité que des sous-hommes sans envergure,d'où votre complexe
d'infériorité perpétuel.Retenez ceci: L'ethnie fang n'est pas une ethnie insignifiante comme la vôtre,les fangs sont des gens valables à tous points de vue contrairement à vous qui n'êtes qu'un pauvre minable. UN FANG et FIER de L'être.

11.Posté par Agnos le 05/01/2013 21:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@1 t'' es nul. Les femmes les plus maltraites sont Punu. Les veuves et enfants sont souvent dépouilles après le décès du mari. La femme doit dormir par terre et 1 cote pdt 3 mois. C est encore les Fang .ebol élan

10.Posté par Agnos le 05/01/2013 21:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@1 t' es nul. Les femmes les plus maltraites sont Punu. Les veuves et enfants sont souvent dépouilles après le décès du mari. La femme doit dormir par terre et 1 cote pdt 3 mois. C est encore les Fang .ebol élan

9.Posté par Moi... le 05/01/2013 20:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On parle d''un fait notamment la violense sur les femmes et voila ca tourne en debat ethniques.@1 tu es vraiment irreflechi de penser que certaines ethiques au Gabon sont a l''origine la maltraitance des femmes, cest fait mondial jste en passant!

8.Posté par Moi... le 05/01/2013 20:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On parle d'un fait notamment la violense sur les femmes et voila ca tourne en debat ethniques.@1 tu es vraiment irreflechi de penser que certaines ethiques au Gabon sont a l'origine la maltraitance des femmes, cest fait mondial jste en passant!

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...