News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Les banques chinoises s'engagent à financer les chantiers du stade d'Oyem et de 117KM de route

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 5 Décembre 2015 à 13:53 | Lu 2207 fois



Samedi 5 décembre 2015- L’Industrial Commercial Bank of China (ICBC) et Exim Bank se sont engagées vendredi sur le financement d’infrastructures parmi lesquels les stades de Port-Gentil et d’Oyem d'une part, et d’autres part la route Mbega-Farasol à Port-Gentil apprend KOACI d'un communiqué de la présidence gabonaise.

Les accords de prêt ont été signés entre les banques et la République gabonaise en marge du sommet Chine-Afrique Rechercher sommet Chine-Afrique qui se tient à Johannesburg en Afrique du Sud et en présence d'Ali Bongo nous précise t'on.

Nous apprenons que deux conventions de prêt ont été signées pour la partie Gabonaise par Monsieur Régis Immongault, Ministre du Développement Durable, de l’Economie, de la Promotion des investissements et de la prospective, et pour la partie chinoise par le Directeur général de l’Industrial Commercial Bank of China, première banque au monde. Le Ministre gabonais de l’Economie a en outre négocié un partenariat avec Exim Bank permettant d’accélérer la construction du tronçon Mbega-Farasol, linéaire de 117 kilomètres.

Ces accords de prêt rentrent dans le cadre du financement du Schéma Directeur National des Infrastructures (SDNI), axe structurant de la politique de l’émergence du Chef de l’Etat. Politique qui vise notamment à doter le Gabon d’infrastructures de qualité répondant aux normes internationales et pouvant contribuer à dynamiser l’économie régionale.

Le Gabon, déjà co-organisateur de la CAN avec la Guinée équatoriale en 2012, abritera l’édition 2017 de ce grand rendez-vous du football africain. Les accords de financement signés avec la partie chinoise permettront de mener à bien les projets de construction des deux sites sportifs prévus pour accueillir les premiers matchs tests de la compétition. Le futur stade d’Oyem, dont les travaux ont été confiés à la Shangai Construction, aura une capacité de 20500 places contre 20000 pour le stade de Port-Gentil, dont les travaux en cours sont entrepris par la China State.

Sylvain Moussavou, Libreville

Samedi 5 Décembre 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2207 fois




1.Posté par L OEIL le 05/12/2015 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NB CE SONT LES GRANDS PARENTS DE PING CA COMMENCE BIEN

2.Posté par Rtg1 le 06/12/2015 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA BANQUE DE FRANCE ET L’ESCLAVAGE

La banque de France et l’esclavage ? Deux histoires qui se mêlent intimement à l’origine.

C’est le moins que l’on puisse dire.

À ses débuts, en 1800, la banque de France est administrée par 15 régents et surveillée par 3 censeurs. Deux censeurs sur 3, et 7 des 15 régents étaient impliqués dans des activités liées à la traite et à l’esclavage.

Quand on sait que l’un des principaux actionnaires de cette banque fut Napoléon Bonaparte, qui vivait des revenus des plantations esclavagistes de son épouse, Josephine Tascher de la Pagerie, veuve Beauharnais, et qui oeuvra, appuyé, voire téléguidé par la banque de France et ses puissants réseaux, à rétablir le code noir en 1802, on peut considérer que la banque de France, fut, à l’origine, un rouage essentiel du lobby esclavagiste français.

Elle s’en cachait si peu qu’elle avait établi son siège à l’hôtel de Massiac, place des Victoires, qui était le quartier général des planteurs esclavagistes. Elle y resta de 1800 jusqu’à son installation à l’hôtel de Toulouse, tout près de là, en 1811.

Voici la liste des régents et censeurs notoires esclavagistes qui fondèrent et administrèrent la banque de France à ses débuts et aidèrent Napoléon à rétablir l’esclavage et la traite.

Alexandre Barrillon (1762-1817)
Régent de la banque de France (14e fauteuil) de 1800 à 1803. Originaire de Bayonne, a fait fortune en Haïti, propriétaire d’esclaves au quartier de Plaisance et à Limbé. Tua autant d’esclaves qu’il put lorsqu’ils se révoltèrent en 1791.
Barrillon avait épousé en 1787 Françoise-Marguerite Chassy-Poulet. Barrillon resta lié pendant la Révolution au commerce négrier, associé des frères Chegaray de La Rochelle, ayant des parts sur les bateaux L’Alexandre de Marseille, Le Terrail et Le Pondichéry de Bordeaux.

Louis-Barthélémy Bastide (1768-1821)
Régent de la banque de France (4e fauteuil) 1800-1806

Armateur négrier au Havre, au Sénégal et en Martinique

Jules-Paul-Benjamin Delessert (1773-1847)
Régent de la banque de France (1802-1847)

Delessert était propriétaires de raffineries de sucre de canne, l’une à la Villette et la plus célèbre se trouvant à Passy et fonctionna activement de 1801 à la mort de Delessert (1847). Delessert avait acquis en 1795-1796 deux fermes de 130 et 170 acres et des esclaves dans l’état de New York, (esclavagiste jusqu’en 1817).
Un boulevard du 16e arrondissement porte le nom de Delessert.

Joseph Hugues de Lagarde 1748-1801
Régent de la banque de France (1800-1801)

Possédant une fortune colossale (on a parlé de 18 millions de francs-or), fils unique du plus riche armateur négrier de Marseille, Hugues de Lagarde était négociant esclavagiste et armateur négrier à Marseille.

Bernard Journu (1745-1815)
Censeur (2e siège) de la banque de France (1800-1806)

Journu fut l’un des plus grands armateurs négriers de Bordeaux. Il épousa en 1775 Geneviève Monique Auber, propriétaire d’une plantation esclavagiste à Port-à-Piment (Haïti) et fit de fructueuses affaires à Saint-Domingue.
Journu trafiquait à Bordeaux avec au moins 6 navires négriers signalés connus particulièrement actifs :
L’Auguste 450 tx
La Garonne 600 tx
Le Port de Paix 500 tx
L’Heureux 600 tx
L’Asie 750 tx


Jacques Laffitte (1767-1844)
Régent de la banque de France (1809-1831)
Gouverneur de la banque de France (1814-1820)

Ayant commencé sa carrière chez un négociant négrier de Bayonne, il épousa Marie-Françoise Laeut, fille d’un négociant et capitaine négrier du Havre, ce qui lui permit d’avoir des intérêts à la Guadeloupe.

Jean-Barthélémy Le Couteulx de Canteleu (1746-1818)
Régent de la banque de France (2e fauteuil) de 1800 à 1804

Le Couteulx était l’héritier d’une ancienne et très prospère banque parisienne fortement impliquée dans le commerce négrier.

Guillaume Mallet (1747-1826)
Régent de la banque de France (3e fauteuil) de 1800 à 1827

Il épousa en 1786 Anne-Julie Houel, qui appartenait, par sa mère, née Feray, à une famille d’armateurs négriers du Havre.
Avec plus de 700 actions, Mallet était le plus gros actionnaire de la compagnie des Indes.


Claude-Étienne Martin (1748-1827)
Censeur de la banque de France (3e siège) de 1810 à 1825

Martin appartenait à une influente famille d’armateurs négriers de Marseille réfugiés en Suisse. Lui-même arma au moins deux vaisseaux négriers : La légère Bâloise et Le Paon. Il avait épousé en 1773 Christine Fesquet, appartenant également à une famille d’armateurs négriers marseillais.

Augustin-Charles-Alexandre Ollivier (1772-1831)
Régent de la banque de France (13e fauteuil) de 1800 à 1827
Epousa en 1795 Louise-Denise Eustache, la fille d’un important armateur négrier du Havre, propriétaire esclavagiste à Saint-Domingue (Haïti).
Madame Ollivier perçut, aux termes des accords de 1825, une indemnité de 5739 francs-or, payée par les Haïtiens, en compensation des esclaves dont elle avait été « spoliée ».


Claude Périer (1742-1801)
Régent de la banque de France (5e fauteuil) 1800-1801
À partir de 1787 exploite en commandite la société de négoce esclavagiste Chazel et cie de Marseille. Participe à la fondation de la 2e compagnie des Indes.

Guillaume Sabatier (1730-1808)
Censeur de la banque de France (1er siège) de 1800 à 1803
Riche banquier de Montpellier, figure importante de la traite et l’esclavage durant le XVIIIe siècle, fondateur en 1785, directeur et actionnaire de la 2e compagnie des Indes qui installe ses bureaux à l’hôtel de Massiac.



Avec une certaine logique, Claude Ribbe et l’association des Amis du général-Dumas qu’il préside ont demandé, avec le soutien de nombreuses associations, que l’hôtel Gaillard, immeuble de la place du général-Catroux (Paris 17e) appartenant à la banque de France et désaffecté depuis 2006, devienne un lieu de mémoire et d’histoire des Afro-descendants et de l’esclavage.

Ce projet, qui a reçu l’approbation de la ville de Paris et du Premier ministre, Manuel Valls, dépend aujourd’hui de la décision de François Villeroy de Galhau, qui doit prendre ses fonctions de gouverneur de la banque de France en novembre 2015.

Pour aller plus loin :
Romuald Szramkiewicz Les régents et censeurs de la banque de France nommés sous le Consulat et l’Empire, Genève, Droz, 1974

3.Posté par Rtg1 le 06/12/2015 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
31 Octobre 2015

Billes de Franc CFA brûler devant la banque de France malgré une forte présence policière.

4.Posté par Le citoyen libre le 15/01/2016 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle conférence ALI n'a pas assisté?
Toutes ces conférences n'ont rien apporté au Gabon sinon que des dépenses inutiles.

5.Posté par NEM le 19/01/2016 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous lisons bien le sujet: "Les banques chinoises s'engagent à financer les chantiers du stade d'Oyem et de 117 Kms de route".
Donc les dirigeants du Gabon assis sur cette table quemande des aides d'investissements lourds à la Chine, propose l'exploitation des richesses minières aussi payantes et se remplis les poches d'argent. Ces cas d'escroqueries contre le peuple gabonais sont graves. Certains Chefs d'Etats européens n'aiment pas ces genres de corruptions et savent très bien que c'est le propre des dirigeants gabonais.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...