News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les Etudiants appele au parlement face à l'amateurisme de la DGBS

Le site de la Liberté - ETUDIANTS GABONAIS DE FRANCE le Lundi 27 Septembre 2010 à 01:58 | Lu 1990 fois

LA RESISTANCE S'ORGANISE



Gabon : Les Etudiants appele au parlement  face à l'amateurisme de la DGBS

LA RESISTANCE S'ORGANISE

Quand l'amateurisme et l'incompétence poussent à la faute

Le 13 septembre 2010, le Directeur Général des Bourses et Stages a adressé au Directeur du CNOUS en France la correspondance qui suit :

" Monsieur le Directeur,
Les étudiants gabonais boursiers en France, pour lesquels le CNOUS assure la gestion ont toujours vu leurs frais de scolarité pris en charge dans leur intégralité après leur admission au concours d'entrée au sein des grandes écoles de commerce et d'ingénieur françaises.

Cette pratique qui résulte d'un accord entre la Direction Générale des Bourses et Stages et le Centre National des Oeuvres Universitaires et Scolaires ne repose sur aucun support juridique.

Devant cette situation, je vous demande d'appliquer strictement à compter de l'année académique 2010/2011 l'Arrêté n° 000105/MEFBP/DGBS du 25 mats 1996 qui plafonne la prise en charge des frais de scolarité des étudiants scolarisés en France à la somme de 2.000.000 F CFA soit 3050 Euros par année académique.

Il serait par conséquent souhaitable que cette information soit portée à la connaissance des étudiants afin qu'ils fassent prendre en charge, le cas échéant par leurs parents, les frais de scolarité excédant les plafonds autorisés par la réglementation envigueur.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Directeur, l'assurance de ma considération distinguée."

En prenant l'initiative de cette note, le Directeur général des Bourses et Stages mesure-t-il réellement la portée de cette décision qui engage l'Etat ?

Sur la forme, il se trompe en affirmant qu'un accord ne repose sur aucun support juridique. Le premier support juridique est justement l'accord entre la DGBS et le CNOUS. Mieux, Monsieur le Directeur Général, en inscrivant les crédits budgétaires servant au paiement de l'intégralité des frais de scolarité dans les projets de loi de finances successifs adopté en conseil des Ministres puis votés par le parlement, l'Etat Gabonais a entériné cet accord entre la DGBS et le CNOUS et il n'est plus possible de parler d'absence de support juridique.

Les étudiants boursiers avant 2010 qui seraient pénalisés par cette décision gagneraient à saisir le juge administratif, car il s'agit Monsieur le Directeur général d'un abus de pouvoir.

Quelques Reactions Interessante :

" L'honneur"
Je suis entièrement d'accord le système en place prouve vraiment qu'il n'est pas capable de gérer notre pays.Si la jeunesse intellectuelle est traitée de cette manière il est tout à fait normal de voir notre pays reculé à grande vitesse.Le président de la commission(MASSARD) ne fait rien d'autre que de faire la star dans les média et cela donne une mauvaise.

"bourse sauvagement coupée même aux méritants"
Plusieurs étudiants méritants ont vu leur bourse sauvagement coupée ! Même ceux qui sont arrivés l'année dernière pour lesquels la bourse doit être reconduite quelque soit les résultats !!!
Je pense que leur faute est d'avoir fait des études que Bongo n'a pas pu faire !

« Ouf!
Je commençais à penser que les étudiants et leurs parents étaient seuls dans ce combat contre l'amateurisme des dirigeants "énervants" des bourses et stages. C'est bien que le parlement s'en mêle! La victoire aux présidentielles a été volée mais la voix du peuple à travers l'action des MPs ne restera pas sans écho. Il be reste plus qu'au peuple de soutenir cette action et de participer de ce fait à l'essor du pays. »

« Pffff!!!
On se demande vraiment si les gens ont pris la peine d'analyser la situation avant de taper bêtement sur leur clavier...il n'y a pas que des fils à papa,ou des fêtards qui ne vont pas en cours à l'étranger il y a aussi des étudiants qui se donnent à fond dans leurs études et ceux là également sont lésés alors arretez un peu.

Personnellement l'initiative de la dgbs est louable mais je suis désolée on ne peut prendre de cours des milliers d'étudiants et familles c'est vraiment faire preuve d'amateurisme et de ridicule...Paris ne s'est pas construit en un jour que la dgbs prenne le temps nécessaire pour faire son ménage sans pour autant menacer l'année académique des étudiants. Pourquoi avoir attendu la rentrée quand on sait que cette période rime avec inscription,bail à renouveler,titre de séjour à renouveler,...? »

« Le jeu dangereux du gouvernement.

C,est vraiment faire preuve de légèrté que de penser que la suppression massive des bourses aux étudiants sonnera le retour aux pays de ces derniers. A l,évidence l,Etat gabonais, garante de la pérénité ou de la suppression des bourses d,études, doit s,attendre à la montée d,un sentiment de désintérêt profond au sein de la commuauté estudiantine gabonaise à l,étranger pour tout ce qui se rapporte au Gabon.

La bourse ne constitue aucunement l,unique moyen substantiel pour les étudiants gabonais à l,étranger. La supprimer ne signifierait donc pas systematiquement la fin de toute perspective. Il y en, par exemple ici en Occident, ceux qui, parallement à leurs études exercent des petites activités remunérées. Cette catégorie d,étudiants forme un contingent non négligeable et assez répendu en Europe et croyez moi, nombreux d,entre eux envisagent désormais très clairement d,autres alternatives de vie que celle d,un retour improblable au Gabon.

Le fonctionnement d,un Etat est régit par des lois dont l,exécutif doit en être le garant. Lorsque le gouvernement adopte des arrêtés illégaux et iresponsables visant les étudiants, il doit comprendre qu,aux yeux de ces derniers, il n,est plus un partenaire crédible;il se s,auto-disqualifie de facto. En conséquence, les étudiants gabonais de la diaspora sont aujourd,hui bien plus animés par un désir légitime de reconstruire leur vie à l,étranger plutot que de rentrer au Gabon servir un Etat dont le gouvernement foule chaque jour du pied les lois et les institutions. »

"Enfin les etudians boursiers gabonais par ma voix appellent le parlement à mener une enquête dans ce qui se caracterise par l'amateurisme des dirigeants de la DGBS. Il convient de dire que leur initiative n'est moin appreciable mais il appartient au peuple de savoir qu'on ne peut pas rendre une note qui engage des milliers de familles donc le gabon tout entier en aout dates ou les etudiants pour la plupart doivent reprendre les cours.

Et pour ceux qui pensent que les bourses sont attribué seulement au enfants de Pacha je desolé de vous dire que vos freres tres proche méritant en font parties renseignez vous et que d'autres venant des programme ADUIT recrutant chaque année dans les coin les plus reculés du gabon 200 à 300 etudiants pour la france en font partie meme ceux venu l'an dernier quand on sait que leurs bourse sont valables 3ans. Faire de telles remarque c'est porté des insultes à vos frères qui en ce moment se retrouve sans rien pour payer leur loyer ou leurs inscriptions et meme à mangé il fait chaud à libreville mais ici en rentre en hiver et je peux vous assurer que c'est si gai que ça.

Penser vous un instant que s'ils etaient enfants de pacha comme vous dites il se plaindrait pour 427 euros ce qui represente le quart du SMIG en france ? Mais enfin je sais qu'au gabon ya bien des jeunes et une élite mais user un peu de reflexion par moment que d'aller porter des tee shirts aux couleurs des campagnes c'est regretable. La france n'est pas le cas du gabon mais je vous assure la chose public ici meme chez le petit enfant est prise au serieux quand allons nous changer Africains !

"
Etudiant Gabonais en France


Lundi 27 Septembre 2010
ETUDIANTS GABONAIS DE FRANCE
Vu (s) 1990 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par Dortasso le 29/09/2010 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous les Etats doivent s'acquitter de l'obligation qui leur incombent de favoriser le respect universel et effectif de tous les droits de l'homme et libertés fondamentales. Appliqué au cas particulier du Gabon, chacun peut constater que notre Loi fondamentale dans son préambule procède à un mimétisme juridique relatif aux droits de l'homme et aux libertés publiques et fondamentales en incorporant et en affirmant solennellement son attachement à la DDHC de 1789, à la DUDH de 1948, à la CADHP de 1981 et à la CNL de 1990. Nul ne peut douter que sur le plan des instruments de protection des droits de l'homme, le Gabon n'en constitue pas un désert.

L'esquisse de rappel de ce cadre juridique a pour mission de représenter les visas qui vont nous servir dans notre démonstration suite à l'actualité relative à la suppression des allocations d'entretien des étudiants boursiers, substantiellement ceux de l'Occident (France, Allemagne, Canada et Etats-Unis).

En effet, la suppression des bourses ne doit pas être lue isolément car la DGBS en tant qu'administration qui dispose d'un budget est une institution qui applique une politique souvent structurelle, mais aujourd'hui devenue conjoncturelle.
Je me permets donc à cet effet, de replacer les choses dans leur contexte afin que nous puissions mieux comprendre les conséquences que nous voyons aujourd'hui.

Rappelons d'abord qu'en juillet dernier, a été votée la LOLFEB (Loi organique relative aux lois de finances et à l'exécution du budget). En effet, au travers de cette nouvelle architecture budgétaire, le Gabon s'est engagé à rationaliser ses dépenses publiques. Ainsi, il a sollicité l'aide du FMI, qui conditionne par conséquent son appui à une application stricte de la LOLFEB. Rien de surprenant car nous savons que les bailleurs de fonds ont toujours conditionné l'octroi de leurs aides en contrepartie d'un processus d'amaigrissement du montant des crédits alloués à chaque département ou administration. Parmi, ces postes, les politiques sociales, notamment la santé, l'éducation et la formation constituent leur champ de prédilection. C'est notamment la remise en cause de ce que nous nommons Etat-providence ou Etat-mammouth qui est le contraire de l'Etat-libéral ou Etat-modeste.

Le FMI, dans le mème cadre a publié un rapport intitulé: Mettre en oeuvre la LOLFEB, dans lequel il estime que beaucoup d'obstacles freinent son application qui doit débuter le 1er janvier 2011, sans mesures transitoires.

Dans ce contexte, nous ne pouvons laisser passer l'opportunité de ne pas conjecturer que l'objectif de rationalisation des dépenses publiques serait celui qui expliquerait la suppression des bourses aujourd'hui constatée. Surtout, en retrouvant la mémoire pour nous remémorer qu'en juillet dernier déjà, une annonce de non versement des bourses avait été faite tout en ayant été avortée dans les jours qui ont suivi.

Comme vous venez de le constater, nous établissons ici, un lien de cause à effet entre la LOLFEB, son entrée en vigueur rapide prévue pour le 1er janvier 2011 et la sollicitation du FMI pour tenter d'expliquer que parmi tous les postes budgétaires de la République, l'objectif de gestion rationnelle et efficace des deniers publics a trouvé comme terrain premier, celui de l'administration des bourses et stages.

Le lien avec le FMI quant à la réduction des budgets alloués pour la formation des gabonais nous conduit, pour une meilleure compréhension du lecteur que vous êtes et qui commentera cette note avec autant de décence possible et de clarté nécessaire, à citer le cas du Sénégal. Pourquoi? je voudrais dire tout simplement, mais les choses sont un peu plus complexes, toutefois, nous allons l'esquisser. En effet, le Sénégal alloue aujourd'hui près de 40% de son budget à la formation des sénégalais. Ca n'a pas été simple car d'après le Président Wade, il a fallu bataillé longtemps avec les bailleurs de fonds, BM et FMI pour qu'ils comprennent que ce montant était nécessaire. En effet, ces bailleurs de fonds ont de tout temps et longtemps considérer que les crédits alloués à ce poste budgétaire constituaient la section de fonctionnement du budget, or il n'en était rien car, ces crédits sont bien des crédits d'investissement et par conséquent, comme tout investissement constituant l'épine dorsale de tout développement, l'Etat sénégalais attend un retour sur investissement et fait tout pour que ce retour soit effectif en suivant sérieusement ses étudiants.

Et nous croyons, peut-ètre avons nous tort que notre gouvernement a succombé à la facilité d'admettre que les crédits alloués pour l'entretien de ses étudiants sont du fonctionnement, donc à perte. Dans la mesure ou il faut absolument bénéficier de l'appui du FMI et mettre en application la LOLFEB en janvier 2011, on peut formuler des 'hypothèses de cet ordre.

Notre première analyse prend fin ici. La prochaine traitera du Droit au travail contenu dans l'article 7 du préambule de la Constitution. Il s'agira pour nous de procéder à une mise au point relationnelle entre ce droit, l'engagement décennal, l'Etat et le boursier.

Bien Respectueusement

AGDACAP

13.Posté par MEKENG le 28/09/2010 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ainsi va l'émergence dans le Gabongoland.L'éducation n'a jamais été une priorité pour les bongo d'autant plus que OBO disait qu'il pouvait faire d'un chien un docteur, un ingénieur etc........Alors pourquoi s'échiner à aller à l'école.
Rallonge budgétaire sur des recettes pétroliéres imprévues: 19 milliards pour l'armée en temps de paix et 74% de bourses supprimées.
Aprés le coup d'état électoral, l'amateurisme et l'incompétence étaient de mise. La personne qu'il faut à la place qu'il faut, c'est trop leur demander.
PS : mon gabao Mme MBI N'NA est peut-être incompétente, mais elle n'est pas esthéticienne.Elle est la première gabonaise ingénieure TV-Radio diplômée d'une grande école française de paris

12.Posté par gri du gabon le 28/09/2010 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je me edeande si vous e^tes vrais dans toutes vos déclarations ,chèrs étudiants gabonais de l'étranger!Lors des élections du 30 aout 2010 j'ai été heureux de voir que vous n'aviez pas ( en majorité ) voté pour ces menteurs et assassins qui sont au pouvoir. Mais j'ai été très déçu de l'acceuil que vous fîres à leur chef de fil en France.Ainsi vous avez légitimé son pouvoir illégitime.Et ce qui arrive aujourd'hui est la conséquence.Ils disent qu'ils veulent voir clair , qu'ils veulent aussi que nos meilleurs étudaints puissent apprendre aussi au pays, etc... Foutaise oui! Et leurs enfants? S'ils pensent qu'on peut donner des bourses aux gens qui peuvent bien étudier ici, qu'ils montrent l'exemple en envotant leurs gooses( gabonais comme nous) à l'UOB ou à Masuku!Ils suppriment des bourses en médécine , en ingénieurie de nouvelle technologie de l'information pour donner des bourses en boulangerie patisserie, coordonnerie forcée aux enfants des autres.Et les leurs? Pourquoi ne peuvent-ils pas faire ces métiers?Refusons-ça les frères!N'acceptons pas cette propension du pouvoir à nous ramener qu'aux besoins du ventre et nous à ceux de l'esprit.Et ne comptez pas du tout sur le Parlement se sera une illusion.

11.Posté par ratzinger2010 le 27/09/2010 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça c'est l'immergence totale à voir les niveaux des personnes qui occupent les hautes fonctions du pays et on parle de l'emmergence c'est vraiment malhereux.

10.Posté par mon gabao le 27/09/2010 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Erratum...Mme Alphonsine Mbié N'na: esthéticienne

Mme Françoise Assengone Obame: Guichetière

9.Posté par mon gabao! le 27/09/2010 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que pensiez-vous qu'Ali puisse faire de concret?
Lui même, quel niveau d'études?
Et son premier ministre!

Ministre de la santé, Alphonsine MBIE N’NA (secteur sensible) d'un pays, est une estéthicienne, en français facile: c'est une coiffeuse.

Ministre de l'éducation nationale Séraphin Moundounga (secteur snsible), un instituteur, en français facile: c'est un maître oh!!!

Ministre délégué au budget Françoise ASSENGONE OBAME ; gichetière à l'époque de Air Gabon

Le chef du protocole ou directeur de protocole, Serges Abessole; niveau d'études: CAP à CAPO

Moundounga encore, 'a l'air bosseur au vu de ce qu'il fait sur le terrain.

Que fait Mme le ministre de la santé?

De quelle compétence parlent-ils avec les ministres en épaves?
Arrêtez de rendre la vie dure aux jeunes gabonais.

Que Ali et la tortue régularisent la situation de l'avenir de demain.

8.Posté par étudiant le 27/09/2010 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faites un tour sur le site de la DGBS, tapez au hasard, un nom autre que celui de l'éthnie punu. Comptez le nombre de suppression; ensuite, vous cliquez par exemple koumba, moussavou.... et vous vous rendrez compte!

7.Posté par étudiant le 27/09/2010 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
GABON D'ABORD

Massard est Punu. Ce n'est pas un hasard de retrouver sur le site de la DGBS, certains thèsards du sud qui sont à leur 6 ème année de thèse, et dont la bourse a été reconduite. Or, un doctorant ne peut bénéficier de la bourse que jusqu'à au plus, sa 4eme année de Thèse. Pire encore, j'ai reconnu les noms de certains étudiants qui sont en deuxième année depuis plus de 5 ans, et tous sont PUNU.; qui ont vu leurs bourses reconduites.
Que Moundouga Séraphin et Massard Makaga Etienne sachent que les étudiants gabonais les voient venir.


6.Posté par étudiant le 27/09/2010 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@aunomduperedufilsetdusaintesprit,

Non Mr, les étudiants gabonais à l'étranger n'écourteront pas leurs études, peu importe les circonstances.

Les nouvelles autoriés n'ont pour seul but que d'attirer la jeunesse gabonaise dans leurs sectes occultes (rose croix, francmaçonnerie...).
Mais que ces amateurs sachent que Dieu est au dessus de tout!

5.Posté par GABON D'ABORD! le 27/09/2010 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce monsieur Massard,de quelle ethnie est - il au Gabon? Ces étrangers qui tiennent le Gabon en otage depuis des décennies. Un jour leur jugement arrivera. Aucun étudiant gabonais ne rentrera nul part; Ils pensent quoi, en nous coupant les bourses on sera malheureux en occident, Non. Car l'occident n'est pas le Gabon de merde.L'erreur qu'ils ont commis c'est de nous laisser franchir les frontières du pays. Et c'est là ou leur malheur a commencé. L'étudiant français cumule étude et jobs étudiants et j'en appelle à la communauté estudiantine Gabonaise de l'occident apprendre à devenir totalement indépendant de ce pays de merde. C'est nous le Gabon de demain. Omar bongo à malmené nos parents et son soit disant fils Alain le roi du bongoland veut aussi nous malmener, là je dis non et non...
Ancien étudiant boursier Gabonais (promo 2005), après la suppression de cette bourse, je suis devenu conscients et indépendant, aujourd'hui je prépare mon master professionnel en ingénierie mécanique.

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...