News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Les Chroniques de l’Agitateur : Africa N°1, ça bouillonne!

Le site de la Liberté - source : gabonéco le Mardi 23 Juin 2015 à 13:39 | Lu 1027 fois

Le spectre d'un mouvement d'humeur plane à Africa N°1, la radio panafricaine. Cette grogne en perspective est le fruit d'un profond malaise auquel se mêlent frustration et roublardise de la part de certains agents soutenus par une direction générale moribonde et dont l'incompétence est l'une des caractéristiques principale. Une direction générale engluée dans des contradictions coupables.



En butte à des dirigeants à l'autorité évanescente et dont le manque de relief n'est un secret pour personne, d'autres agents qui veulent voir les choses autrement, ayant accumulé des frustrations, désabusés mais ne pouvant supporter indéfiniment les façons de faire en passe de devenir la norme au lieu d'être l'exception, ont décidé de prendre les choses en main.

Ils projettent une assemblée générale de leur syndicat ce jeudi pour statuer sur la conduite à tenir. Car tout fout le camp en dépit des efforts consentis par les pouvoirs publics pour maintenir cette radio encore en vie. A l'analyse, certains responsables partisans du pourrissement, semblent avoir été parachutés là pour accompagner cette radio dans sa tombe. Comment ne pas voir dans leurs façons de faire une volonté de tout foutre en l'air à en juger par les graves dysfonctionnements dont ils se rendent coupables au quotidien.

Aucune administration au monde, sauf à Africa N°1, ne peut continuer à verser un salaire pendant des années à des agents fantomatiques et qui ne pointent pas, ce qui, par voie de conséquence, entraine la démobilisation générale chez ceux qui sont encore animés d'un brin de conscience professionnelle. Les absences injustifiées sont un autre corolaire de l'impunité dont jouissent des agents indélicats qui, bizarrement, ont la protection de la hiérarchie. En l'absence d'un véritable chef d'orchestre, la chienlit s'est installée: chacun fait ce qu'il veut, au grand dam de ceux-là qui s'échinent à donner à cette radio un peu de couleurs.

Surtout que nombreux ne donnaient plus longue vie à la panafricaine Africa N°1, vu que l'extrême onction lui avait déjà été donnée par ceux-là même qui ont intérêt à ce que cette radio rende son dernier souffle et dont la philosophie pouvait se résumer à ceci : "après moi le déluge", ceux-là qui ont été amenés à administrer sa vie de longues années durant et se sont enrichis.

Au moment où l'on s'attendait à sa mise en bière, voilà que, comme par un miracle inattendu voire par instinct de survie, le destin semble avoir changé le cours des choses ou plutôt une vie en dent de scie qui plombait toute perspective. Surtout qu’en état de cessation de paiement, cette radio était réduite à vivre sous respiration assistée, cela grâce aux financements du pouvoir actuel incarné par Ali Bongo Ondimba qui n'entendait pas laisser mourir, dans l'indifférence totale, l'un des fleurons des réalisations d'Omar Bongo Ondimba, son prédécesseur. C'est pourquoi, au lendemain de son élection à la tête du pays en 2009, il s'était engagé à redonner à cette structure grabataire une chance de survie à un moment où nombreux étaient dubitatifs vu l'état du patient.

L'état de ce patient s'étant amplifié avec la désintégration de l'Etat libyen qui détenait la majorité des parts (52% des parts du capital), ses chances de survie étaient désormais minces. Comme si les dieux étaient avec cette radio qui a fait la fierté du continent, elle semble renaître de ses cendres : le dernier Conseil d'administration et l'Assemblée des actionnaires ont vu le désengagement des actionnaires libyens qui, réalisme oblige au vu de la situation dans leur pays devenu une sorte de zone de non droit, ont préféré abandonner l'aventure. L'Etat gabonais qui a supporté les charges de cette entreprise durant de longues années de son agonie, contrôlerait ainsi 51% des parts du capital. En attendant de tout mettre en œuvre dans ce qui est de l'épuration du passif, le schéma qui se dessine c'est celui de passer à un statut de société anonyme à celui d'entreprise publique.

Le Gabon reprend donc les choses en main en attendant que la justice valide les conclusions des deux réunions des Actionnaires et des Administrateurs vu que l'entreprise est sous redressement judiciaire.

Si l'Etat gabonais a repris la majorité des parts, reste plus qu'à trouver un autre partenaire stratégique en lieu et place des Libyens. Il faut désormais que soit lancé un audit afin d'être situé sur les causes de la déchéance de cette radio dont la santé financière était pourtant des plus enviable. Il faut que le contribuable soit éclairé sur la manière dont les différentes subventions ont été gérées ainsi que sur les directions sinueuses prises.

Les choses, malgré les forces d'inertie, semblent redémarrer pour un nouveau départ, au grand bonheur des agents qui croient encore en cette radio et espèrent mieux et qui, pour l'heure, veulent voir changer leur quotidien qui est loin d'être rose. Cette radio a donc besoin d'être restructurée, curée de fond en comble; l'on doit nettoyer ses écuries trop lourdes pour une structure qui entend faire du chiffre et cela dans un environnement international compétitif. Ici dans le plan de restructuration, il sera question de maîtriser ses charges en la débarrassant de l'inutile voire du trop plein, car cette structure, outre la gestion opaque de ses dirigeants, ses effectifs pléthoriques ont aussi contribué à plomber sa santé.

Aux antennes de Mouyabi dans le Haut-Ogooué, le sud-est du Gabon, par exemple, c'est carrément le social qui bat son plein : des agents payés pour une sinécure, car les antennes ondes courtes, une technologie analogique devenue obsolète à l'heure du numérique, n'attirent plus d'opérateurs qui, tous, ont migré vers des offres plus adaptées à la demande. Que dire alors du desk central qui ne fait pas moins dans du social: de nombreux agents se tournent les pouces au quotidien faute de recyclage.

Nombreux sont ceux qui sont très inquiets à l'idée d'un nouveau commandement: se sachant mouillés jusqu'au cou et pour échapper à la bourrasque qui est imparable, ils pensent déjà à échafauder des plans de départs volontaires. C'est le cas de la petite divinité qui gère les finances au deuxième étage.

La maison qui a des défis à relever après de longues années d'agonie attend, dit-on, des nouveaux administrateurs qui vont gérer cette maison qui a longtemps souffert des turpitudes managériales de ses anciens dirigeants qui, tous, ont brillé par des détournements massifs par sociétés écrans interposées et des faux en écritures comptables. "J'espère qu'ils ne vous enverrons pas les mêmes brasseurs d'air rompus à la gestion hasardeuse de la chose publique.", ironisait un ancien journaliste de cette radio aujourd'hui à la retraite.

Mardi 23 Juin 2015
source : gabonéco
Vu (s) 1027 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...