News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : «Légion étrangère» en lice : Paul-Marie Gondjout sonne la charge

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 21 Octobre 2013 à 07:55 | Lu 1511 fois

Paul-Marie Gondjout, membre du parti dissous, l’Union nationale, agissant en tant qu’acteur politique du pays et surtout comme citoyen, a dénoncé, le 19 octobre, la présence d’«étrangers» sur les listes du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) pour les élections locales et municipales à venir.



Gabon : «Légion étrangère» en lice : Paul-Marie Gondjout sonne la charge
Paul-Marie Gondjout, éminent sociétaire de l’Union nationale (UN), parti d’opposition dissous, est monté au créneau pour dénoncer, le samedi 19 octobre dernier, des actes non conformes à la Constitution gabonaise, portant plus précisément sur la présence dans les listes du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), de Gabonais dont l’engagement politique serait sujet à caution et contraire au mouvement et au sens de l’histoire du pays. D’entrée de jeu, l’opposant a tenu à fixer les choses : «c’est en sa qualité d’acteur politique mais surtout de citoyen que j’ai voulu donner mon avis sur la décision du parti démocratique gabonais de faire figurer sur ses listes de candidatures des étrangers, en tous cas à des personnes connues pour l’être». Il est plus précisément ici question de Gabonais d’origine étrangère, placés sous les feux de la rampe à partir de 2009 et que la presse locale – et de plus en plus les populations – nomment la «Légion étrangère».

Le contexte et le climat

Il était pour lui question de se prononcer sur un fait très controversé depuis que le PDG a rendu public ses listes pour les prochaines élections locales et communales. Jamais vu auparavant, en effet, des personnalités publiques connues pour être des expatriés figurent dans ces listes de candidature. «C’est là une question délicate et importante qui concerne l’éligibilité des étrangers aux élections politiques dans notre pays et cela va nécessairement créer le trouble dans l’opinion publique nationale car il en va des fondements de notre République principalement la question de la souveraineté nationale et celle du sentiment d’appartenance à notre patrie. Chacun de nous doit se saisir de cette question car nous sommes tous concernés, c’est pourquoi je vais donner ici ma position», a expliqué le candidat à la mairie de la municipalité de Lambaréné.

Après un rappel historique sur l’hospitalité du Gabon et donc sa capacité «d’accueillir des populations venues d’ailleurs pour s’y installer et s’intégrer à la vie des peuples du Gabon», Paul-Marie Gondjout a rappelé : «Si les pères fondateurs de la République Gabonaise se sont battus pour obtenir notre indépendance de la France, c’était pour que nous, Gabonais, puissions ensemble prendre en main notre destin et imprimer un modèle de développement et de construction nationale que nous aurions défini ensemble. Nous n’avons jamais obtenu notre indépendance pour que d’autres à notre place viennent gérer notre pays. Imaginez qu’après que vous auriez fondé une famille avec femme et enfants, et construit votre maison, que quelqu’un venu d’ailleurs, vienne devant vous gérer votre maison, votre femme et vos enfants. Quelle suprême humiliation !»

«Au nom de quoi le Gabon serait-il devenu une maison sans fenêtres, ni portes et même sans toit pour tout recevoir même contre sa volonté», s’est-il interrogé avant de relever que «ce que le PDG et son président viennent de faire à l’occasion de la présentation de leurs listes de candidatures pour les prochaines élections locales est une nouvelle humiliation infligée au Gabon et aux Gabonais à la face du monde». Paul-Marie Gondjout dénonce donc le fait que «des candidats à priori de nationalités autres que gabonaise dans leurs listes pose problème et est contraire à la loi». «C’est un problème d’ordre public et de souveraineté que nous ne pouvons passer sous silence», a-t-il déclaré.

La Constitution du Gabon

Dans ce contexte, l’orateur, par ailleurs frère cadet de Laure Olga Gondjout, la tête de liste PDG dans le 3e arrondissement de Libreville, en vient à prendre appui sur la Constitution gabonaise. «La Constitution du Gabon stipule en son article 4 alinéa 4 que «sont éligibles, dans les conditions prévues par la Constitution et par la loi, tous les Gabonais des deux sexes, jouissant de leurs droits civiles et politiques». Poursuivant ses explications, M. Gondjout rappelle que «l’article 33 de la loi 37/98 portant code de la nationalité gabonaise stipule «toutefois, pendant un délai de dix ans à compter de la date de signature du décret de naturalisation, l’étranger naturalisé ne peut être investi d’un mandat électif»».

Se référant toujours à la Constitution gabonaise, il précise «que toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération… sous réserve des accords internationaux, toute personne possédant, en plus de la nationalité gabonaise, une autre nationalité, ne peut se prévaloir au Gabon que de la nationalité gabonaise».

Problématique et suggestion

Ces précisions faites, Paul-Marie Gondjout en arrive aux exemples de Christian Kerangall et Seydou Kane. L’un est de nationalité française, puissant homme d’affaires, patron de la plus grande compagnie commerciale granco-gabonaise, la Compagnie du Komo. A ce qui semble, il exerce les fonctions officielles de Conseiller du commerce extérieur français depuis plus d’une quinzaine d’années. L’autre est malien, prospère homme d’affaires qui auarait dernièrement dirigé la campagne au Gabon d’un candidat à l’élection présidentielle malienne. «Il a également voté ici pour cette élection en juillet et en août».

Ce qui, pour le conférencier, constituent deux cas de non respect de la législation gabonaise. «Je retiens de ces deux cas que si ni l’un ni l’autre ne respecte les conditions fixées par la loi et ne peuvent par conséquent être éligibles pour les élections dont ils sont candidats. La Cenap et la Cour constitutionnelle devront être saisies dans les plus brefs délais pour invalider ces candidatures et celles d’autres citoyens qui sont dans le même cas», a déclaré celui qui brigue la mairie de Lambaréné en indépendant.

Répondant à des journalistes, Paul-Marie Gondjout a tenu à souligner qu’il n’y a aucun relent de xénophobie dans sa sortie. «Notre combat est de faire respecter la règle. Il ne faut pas que demain, nous en soyons à parler de gabonité. Il faut simplement que chacun soit à sa place», a-t-il dit appuyé par Guillou Bitsutsu-Gielessen, Secrétaire général de l’URDD et candidat à la mairie du 6e arrondissement de Libreville. Et Gondjout d’inviter les uns et les autres à retirer leurs candidatures, tout en indiquant leur attachement à l’intégration régionale.

Gabonreview

Lundi 21 Octobre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1511 fois




1.Posté par LEANDREAU HONET le 21/10/2013 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Parfaitement d'accord avec Mr Gondjout,il faut que les textes de lois soient respectes.

2.Posté par MAXIME ONDO le 21/10/2013 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour a tous
Voila une personne qui a ete sauve de la guerre du biafra et qui atterit au GABON a l'age de 6ans adopte ,eleve avec une cuillere a la bouche(ne connait pas la notion de l'effort) et qui par le truchement d'un faux acte de naissance fut nomme president de la Republique du GABON en octobre 2009 sans effort
Une fois installe,il se met a construire un Gabon des maquettes dit emergent avec des etrangers comme lui qui n'ont aucune reference dans leurs propres pays d'origine.
Des mangeurs d'aguidi du Benin , des buveurs de tchapalo du mali.et des charlatans de tous bords a peau blanche.
Je suis surpris de ne pas voir le nom de Richard ATTIAS ET SA FEMME dans les listes PDG dans un des arrondissements de Libreville .Vraiment pitie pour le pays de Leon MBA ,GONDJOUT, Jean hilaire AUBAME etc...
Mais ce president nigerian des maquettes ne perd rien pour attendre .Car cette terre GABON A DES ENFANTS ET LES VRAIS ORIGINAIRES PAS CEUX QUE LUI ET SA BANDE SONT EN TRAIN DE FABRIQUER AVEC DES FAUX ACTES DE NAISSANCE AU 3e arrondissement de libreville/
Un proverbe bien connu dit que "quel que soit la duree de la nuit le soleil apparaitra". Et que lui et sa bande peuvent etre rassure ce soleil est tres proche d'apparition

3.Posté par Comité de Salut de l’UPG (CSU) le 21/10/2013 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALERTE GENERALE - . IL FAUT ARRETER MBOUMBA NZIENGUI le faux type qui est en train de tuer l’UPG. Le faux Secrétaire Exécutif de l’Union du Peuple Gabonais est responsable de la mort du Maire de Ndendé le Colonel JB Mabika. Il l’a fait venir à Libreville deux jours avant sa mort pour le faire tuer par le PDG. MBOUMBA NZIENGUI a été acheté pour 150 millions de francs CFA au moins avec un seul objectif : vendre l’UPG et détruire l’œuvre de Pierre Mamboundou définitivement. Après avoir saboté la préparation des élections locales alors qu’il est avéré que le PDG le tient depuis qu’il a pris l’argent des Bongo avec Fidèle Waura (démissionnaire depuis lors), voilà que Mboumba Nziengui a fait un pacte à PORT-GENTIL avec le PDG du mire pédégiste APERANO. Il a détruit méthodiquement le travail du parti UPG dans la ville pétrolière pour détruire l’UPG et toucher un énorme chèque de Boukoubi et Manfoumbi après son sale boulot. Ses enfants, sa famille et ses parents se sont emparés du parti de Mamboundou pour en faire un fond de commerce. En 2 ans, Mboumba Nziengui (un fou et un malade) aura réussi à diviser par 2 l’influence de l’UPG dans tout le pays. Il cherche à casser sur ordre d’Ali Bongo l’influence de l’UPG dans tout le pays mais surtout à Port-Gentil et Ndendé. Nous les militants de l’UPG n’allons pas le laisser faire. S’il faut lui régler son compte, les militants de l’UPG vont lui régler son compte. IL FAUT ARRETER MBOUMBA NZIENGUI le faux chef de l’UPG à la solde d’Ali Bongo et du PDG. Comité de Salut de l’UPG (CSU).

4.Posté par Pale Lôge le 21/10/2013 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette apparition du soleil est comme une forme d'acceptation de la présente situation. La problématique posée par Paul-marie devrait nous amener à une profonde réflexion. Que nous veulent tous ceux qui soutiennent le Président et sa politique d'Émergence? Émerger est donc Immerger les gabonais?
Même si un pays est dit ouvert, des lois régissent le fonctionnement de son État et les institutions chargées de leur application veillent assez que celles-ci ne soient pas bafouées. Si par aventure, comme c'est le cas, l'on vient à fouler les principes et les moteurs régulateurs de l'État, des sanctions doivent être prises, par les instances régulatrices. Ici, la cour constitutionnelle et la Cenap. Dans le cas contraire, nous pouvons affirmer que cette violation de la loi est prédictive de de la scénographie des résultats des futures élections. C'est-à-dire que les termes apparents du consensus sur la biométrie ont été torpillés.
Alors pour marquer l'opposition à cette énième volonté de dilution du peuple gabonais au profit de la non nationaux, à qui nous offrons notre hospitalité et non une ingérence dans la gestion politique de l'État, tout gabonais patriote, militant du PDG, doit s,abstenir de voter toute liste où ces néo-gabonais sont candidats. Ce n'est pas un aversion contre eux. Comme Jean-Marie l'a structure dans son argumentaire, le respect de la loi fondamentale d'un pays est gage de stabilité. Et si la violation de celle-ci venait du Chef de l'État, nous serions enclin d'affirmer que nous sommes dans une république où les dirigeants scient la branche sur laquelle ils sont assis.

5.Posté par la putte sylvia bongo le 21/10/2013 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une putte marocaine nommée syvia bongo ondimba nous joue à lady diana avec son visage de sorcière botoxée aux lèvres fendues par chirurgie esthétiques ... sale pétasse de tuée tuée au con pourri. ton mari ne sait pas te faire ? http://infosgabon.com/?p=28353 ... le con de sa mère et le bangala de son chien de père vajentin "Libreville, Lundi 21 Octobre 2013 (Infos Gabon) – « Le système actuel est devenu opaque, inopérant. Les aides distribuées ne produisent aucun impact réel ni sur le quotidien des bénéficiaires, ni sur leur avenir ».

Ainsi s’est exprimé Sylvia Bongo Ondimba, la première Dame du Gabon, le 17 octobre dernier à l’ouverture des travaux sur la reforme de la politique d’aide sociale en République gabonaise, en présence des membres du gouvernement, Ministre de l’intérieur, de la sécurité publique, de l’immigration et de la décentralisation..."

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...