News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le terrible Monsieur Moundounga

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 22 Avril 2013 à 05:39 | Lu 1905 fois

Invité pour la deuxième fois en moins de six mois à l’émission «La Grande Interview» de Mathieu Koumba, le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur de Raymond Ndong Sima a confirmé qu’il était bien imbu de sa personne et qu’il n’avait que des certitudes, critiquant au passage les journalistes et les syndicalistes qui ne sont pas de sa communauté.



Gabon : Le terrible Monsieur Moundounga
Séraphin Moundounga était visiblement venu sur le plateau pour régler des comptes avec des journaux et des syndicalistes qui critiquent son action à la tête du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur, de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports (ouf !). Seuls les journalistes du quotidien L’Union, très critiques eux aussi sur sa gestion des hommes et des crises universitaires, ont échappé à sa hargne verbale.

«Un costume trop grand pour lui»

Séraphin Moundounga a commencé par affirmer qu’il ne lisait pas certains journaux pour éviter d’être «intoxiqué inutilement». On aura donc compris que son service de presse ne lui sert que des titres qui évitent de le critiquer. Mais, en réalité, très peu de journaux disent du bien de ce ministre qui a érigé sur le fronton de son département ministériel le tribalisme, le clanisme et le népotisme comme philosophie et praxis. La parentèle (Henri Mapaga, frère, Mme Douckaga, belle-sœur, et Samuel Mbadinga, neveu) y occupe des postes de responsabilité, ainsi que de nombreux autres membres de sa communauté ethnique.

Devant des journalistes incroyablement tétanisés, Séraphin Moundounga est venu faire faire un exercice d’autopromotion et d’autosatisfaction au moment où la maison brûle. Mais, les réformes à tout va qu’il engage sont contestées par une grande partie de la communauté scolaire du Gabon. L’installation d’élèves au stade de l’Amitié d’Agondjé n’a été comprise par personne. De plus, il a tout le mal du monde à régler des crises lorsqu’elles surviennent dans des structures qui relèvent de son autorité, obligeant le Premier ministre à monter au front pour essayer d’éteindre ces incendies.

Ce qui donne l’impression que Séraphin Moundounga a du mal à se faire à ce ministère aux attributions trop élargies pour lui. Et c’est l’ensemble de ces actions et manquements qui est critiquée par un grand nombre de titres de la presse et par un grand nombre de parents d’élèves. Où donc voit-il que tel ou tel journal n’aime pas les cadres d’une partie du pays ? Comme dirait L’Union, on a fait porter à ce ministre «un costume trop grand pour lui». Il manque, en réalité, à ce ministère, un homme rompu aux tâches administratives, parce que, au fond, Séraphin Moundounga ne fait pas exprès, visiblement il manque d’expérience pour diriger un tel département ministériel. C’est ce manque d’expérience -même quarante deux mois après son arrivée à l’Education nationale- qui l’amène à faire feu de tout bois.

Venir dire à la télévision que le journal «Echos du Nord n’aime pas les cadres du Sud» est une faute que n’ont malheureusement pas relevé Matthieu Koumba et Yves Mitoumba, animateurs de «La Grande Interview». Sont-ils d’ailleurs en mesure de le faire ? Ne pouvant accorder une interview à des journaux comme Echos du Nord qui ne l’encense pas, Séraphin Moundounga vient à l’émission «La Grande Interview» parce qu’il se sait en famille. A l’exception de Charles Obame Ondo, qui trouve-t-il dans cette émission ? Matthieu Koumba, Romuald Koumba et Yves Mitoumba. Pas de question irrévérencieuse, alors que l’irrévérence est l’un des traits de caractère d’un bon intervieweur. Pas de question qui puisse gêner l’invité.

Or, «bon journalisme et un peu d’irrévérence font bon genre», dit Edwy Plenel. Nous n’avons jamais parlé de nos confrères sur Gabonreview, mais là, l’émission que cette équipe a servie à l’opinion face à Séraphin Moundounga, le jeudi 18 avril dernier, était pitoyable. Matthieu Koumba devrait se garder de proposer un tel patchwork au public. Comme l’a dit un enseignant du département des Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Omar Bongo, «la nouvelle génération de journalistes de l’audiovisuel devait être meilleure que ses devancières, mais elle ne l’est pas».

Séraphin Moundounga ne s’est pas attaqué qu’à la presse, il a aussi attaqué le secrétaire général du Syndicat de l’Education nationale (SENA). Venir dire à la télévision que le syndicaliste Fridolin Mvé Messa ne sait pas lire un texte (celui sur la première partie du baccalauréat) relève d’un manque de courtoisie incompréhensible à ce niveau de responsabilité. On comprend pourquoi, s’adressant aux étudiants sur le campus universitaire il y a dix jours, le chef de l’Etat a déclaré : «je vais vous débarrasser de ceux qui vous empêchent d’avancer».

Des réponses et aucune contradiction

La presse n’a pas dit que Séraphin Moundounga n’avait pas de doctorat ou qu’il n’avait pas soutenu de thèse à Grenoble. Elle a dit que ce n’est pas lui qui avait assuré la rédaction de cette thèse. Yves Mitoumba, qui n’a pas le sens de la répartie, s’est tu devant les explications du ministre sur sa soutenance «devant de nombreux Gabonais». Il a affirmé qu’en 1990, alors qu’il venait d’être élu député (suppléant du ministre Patrice-Roger Nziengui), il s’était inscrit en Licence de droit des affaires par correspondance à l’Université Paris I. Matthieu Koumba ne lui a pas rétorqué qu’il est étonnant qu’un instituteur qui n’a ni Baccalauréat, ni DEUG, ait pu s’instruire en 3e année de droit des affaires.

A l’Ecole des Instituteurs, on n’apprend pas le droit, et on peut se demander comment il a pu obtenir une équivalence pour s’inscrire en Licence. Cet ensemble de questions auraient été posées par des journalistes plus enclins à apporter l’information au public que ceux qui officient à «La Grande Interview» qui ne sont là que pour «passer les plats». Que les Boulanga, Obam Nnang, Alain-Richard Nzamba Nzinga reviennent sur le plateau ! Où sont les Ngoyo Moussavou et Obame Emane d’aujourd’hui ?

Gabonreview

Lundi 22 Avril 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1905 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 23/04/2013 23:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Abalabachotyrannie,

Mieux : un de mes proches fut l'un de ses enseignants au CEN des Filles ! Et pour tout vous dire, ce n'était pas une lumière, Séraphin Moundounga ! Ce n'était toujours pas une lumière. Mais ça tout le monde en a la preuve. La question est pourquoi avoir nommé et encore maintenir à une fonction si lourde, un individu doté de si petites qualités intellectuelles ?

10.Posté par Abalabachotyrannie le 23/04/2013 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Feu-PDGiste-A-Mort

La brillance d'un parcours scolaire ou universitaire se vérifie avec beaucoup
d'approximations dans la parentèle ou dans l'appartenance au même coin.L''école est évidemment le cadre de référence unique d'un tel exercice, à travers la vérification matérielle du parcours et/ou le témoignage des condisciples,voire des enseignants et responsables d'établissement.

L'avez-vous fait pour Mr Moundounga?

Ma non "moabité" et mon éloignement de longue durée du Gabon ne me permettent que de me limiter sur la dimension académique de l'homme que je ne connais pas,ni avec lequel je partage le bord politique,ni la province,ni le clan (je suis des Yefa ou Yekomo,ou Essamvouss,ou Essamendzang ),ni le quartier quand je suis au Gabon ou une quelconque société,ni vivre des subsides pdgistes.

Je me lève contre toute façon ordurière d'aborder les questions de société gabonaises ,nous éloignant de toute objectivité et de toute constructivité fondées sur l'apaisement des esprits,la réserve et naturellement la prise de distance avec la grossièreté.

9.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 23/04/2013 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
post 8 @Abalachotyrannie,

"Brillamment" est un gros mensonge en ce qui concerne le parcours difficile de Séraphin Moundounga dont l'âge officiel d'ailleurs, contredit son acte de naissance original. Pour être natif de Moabi comme cet instituteur-adjoint tel qu'il sortit admis du CEN des Filles, et pour tout connaître de sa parentèle directe, je parle évidemment d'un Séraphin Moundounga qui n'avait aucun moyen de faire long feu dans les études. Le sauveur de sa carrière perdue dans l'anonymat des instituteurs passables sans autres choix que celui de "faire maître" pour manger, se nomme Patrice Nziengui sacrifié par son suppléant Séraphin Moundounga, sinon jamais le Gabon n'aurait eu le malheur d'entendre parler du seul homme politique au Gabon qui a le don d'anticiper sur les diplômes que celui-ci souhaite obtenir. Voilà qui est brillant !!! En plus de défendre des diplômes "EDUCATEL" et de soutenir des mémoires et des thèses à mains multiples, Séraphin Moundounga est un devin ! Ou plutôt un sorcier ?

8.Posté par Abalabachotyrannie le 23/04/2013 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mathieu

Le diplôme de sortie du collège d'enseignement normal (CEN) équivaut au bac cher ami.
Mr Moundounga a en effet effectué -brillamment- sa scolarité d'élève maître au CEN dit ''des Filles'',à coté du Lycée Mandela.
C'est peut être la craie qu'il n'a pas tenu pendant longtemps pour la politique.Quant au reste(thèse de droit public) vous êtes peut être bien placé pour nous en dire mieux.

7.Posté par Mathieu le 23/04/2013 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donc Monsieur Moundounga fait une licence de droit des affaires (droit privé) et soutient une thèse en droit public qui ressemble d'ailleurs davantage à une thèse de science politique? Je ne connais pas d'autres exemples de personnes ayant opté pour un parcours droit privé, font des thèses en droit public ou ayant un parcours droit public font des thèses en droit privé. Mais évidemment c'est le genre de choses que ni Moundounga qui n'a même pas le Bac, ni Mitoumba, ni Mathieu Koumba le H-vin ne peuvent pas savoir.

6.Posté par Il ya bien un leader au Gabon pour devenir le prochain président - le DR KOMBILA le 22/04/2013 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ya bien un leader au Gabon pour devenir le prochain président - le DR KOMBILA

5.Posté par Akuna Matata le 22/04/2013 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Heureusement qu'il a su utiliser l'un des 9 neurones qu'il a pour aller oblitérer le gros ganglion qu'il avait à l'oreille droite ; probable contre-manifestation mystique de ses nombreux crimes rituels.
Je me réjouis en tout cas qu'une récente liste l'ai mentionné parmi les "criminels du pouvoir gabonais à éliminer physiquement", dans la perspective de chasser ali bongo et ses acolytes du pouvoir.
Gageons qu'on le retrouve gisant dans un caniveau dans peu, tel qu'il l'a commandité à ses brigands pour de nombreux enfants gabonais.

4.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 22/04/2013 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Gabon n'a connu qu'un seul ministre de l'Education Nationale : Mme Paulette Missambo. Tout le reste, sans exception, n'y a fait qu'un petit tour et puis s'en va !

Quant à Séraphin Moundounga, assassin de Patrice Nziengui et du général Athanase Nzamba, menteur comme un arracheur de dents, et grand pourvoyeur des "pièces détachées" au Palais et à son parapluie Guy Nzouba-Ndama, son sort est définitivement scellé depuis qu'il a osé s'en prendre au mari de notre grosse présidente Ali Bongo. Et Séraphin Moundounga n'a jamais été élu député en 90, puisqu'il n'était que le suppléant de sa victime rituelle dont ce sorcier détient le crâne, c'est-à-dire feu Patrice Nziengui. Le problème de ce co-docteur Moundounga n'est pas son inexpérience (il a été questeur des années !!!), mais ses énooooooooooooooooooooorrrrrrrrrrrrrrrrrrmes lacunes intellectuelles !

3.Posté par Pala le 22/04/2013 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Moundounga peut avoir obtenu son équivalence à cause de son expérience professionnelle. C'est tout à fait possible.
La gestion de Moundounga ne diffère pas de celle des autres ministres gabonais, même de ceux devenus opposants aujourd'hui. Quand notre cher Mba Obame était à ce ministère, il y avait des bureaux où on ne parlait que le fang... tellement qu'il en avait nommés. C'est un point que personne ne veut entendre mais pourtant vrai ! Vous citez trois personnes de son entourage, mais trois personnes sur combien à ce ministère ?
Ils sont tous pareils ! Le modèle est insuflé par le haut. Aucun ministre ne peut résoudre une crise vu que le messie c'est toujours le président. Connaissez-vous un ministre qui a les coudées franches ? Non ! Sinon celui-ci sera plus populaire que le président !
Ne regardons pas le doigt comme dit Mba Obame mais regardons le soleil. En regardant le doigt on tombe dans le piège de celui qui cherche une légitimité qu'il n'aura, du reste, jamais.

2.Posté par MBENG EKOGATH le 22/04/2013 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A propos du passage:

"Licence de droit des affaires par correspondance à l’Université Paris I. Matthieu Koumba ne lui a pas rétorqué qu’il est étonnant qu’un instituteur qui n’a ni Baccalauréat, ni DEUG, ait pu s’instruire en 3e année de droit des affaires. "

S'inscrire en licence peut signifier le faire pour la 1ère ,la 2ème année ou en 3ème année.On parle ainsi dans les facultés de droit: 1ère année,2ème,3ème année de licence.

Le grand danger du monsieur est de ne pas supporter la modestie de sa condition intellectuelle de base;de la refouler,la nier même..Pourtant celle-ci est non incompatible avec l'exercice des fonctions ministérielles;un instituteur est intellectuel,monsieur le ministre!!!

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...