News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le gouvernement se mord la queue

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Samedi 8 Août 2009 à 06:36 | Lu 344 fois

Le gouvernement gabonais a rappelé le 6 août dernier à l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle du 30 août la stricte interdiction d'avoir recours aux moyens matériels et financiers de l'Etat pour mener leurs campagnes. Si c'est vrai que cette décision est louable, elle laisse dubitative quant à son application sur le terrain. Qui va l'appliquer et sur la base de quel texte? Si elle l'est, elle sera plus préjudiciable au candidat du PDG qu'aux candidats de l'opposition.



Gabon : Le gouvernement se mord la queue
A une semaine de l'ouverture de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 30 août, le Conseil des ministres a appelé tous les candidats en lice à ne pas faire usage des biens et moyens de l'Etat pour battre campagne.

Le gouvernement a rappelé «à tous les candidats à ce scrutin ainsi qu'à tous les membres de leurs équipes de campagnes respectives, l'interdiction formelle qui leur est faite d'utiliser les biens publics (véhicules, embarcations, ordinateurs, photocopieuses, téléphones, etc.) au cours de cette campagne».

«Tout contrevenant à cette règle sera sévèrement sanctionné, conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur», poursuit le communiqué final du Conseil des ministres du 6 août dernier.

Si c'est vrai que cette décision est louable, elle laisse dubitative quant à son application sur le terrain.

Sur les 23 candidats, ceux que cette mesure va vraiment pénaliser c'est sans doute les candidats anciens ministres, et surtout le candidat du parti au pouvoir.

On sait que les équipes de campagne des différents anciens ministres-candidats sont constitués par d'anciens collaborateurs qui sont encore fonctionnaires, et à ce titre, peuvent utiliser leurs véhicules de fonction, leurs ordinateurs, leurs téléphones, leurs secrétaires, etc. pour des besoins de campagne.

Dans ces conditions, si la mesure doit être vraiment concrète, il faudrait suspendre ou retirer leurs privilèges à tous ceux qui sont impliqués, de près ou de loin, dans la campagne. Une telle opération pourrait se faire rapidement pour les candidats anciens ministres, dans la mesure où on peut par exemple rapidement identifier les voitures de fonction, comme tous les privilèges de ceux qui battent campagne pour eux, tant leur nombre est retreint.

La même démarche peut être menée auprès de certains candidats de l'opposition qui occupent des postes de Président de conseil d'administration (PCA) de certaines entreprises parapubliques.

Mais comment le gouvernement va-t-il contrôler l'utilisation des biens de l'Etat par le candidat du parti au pouvoir, dans la mesure où une activité ministérielle du candidat menée avec les moyens de l'Etat, est valorisée comme étant un actif dans le programme politique du candidat ?

Certes, le ministre de la Communication a rappelé dans la soirée du 6 août dernier que le candidat du parti au pouvoir ne fait pas la campagne. Cette tâche est dévolue aux différents directeurs de campagne, qui vont sillonner cantons et villages de la République pour promouvoir le programme du candidat du PDG.

Or, ces directeurs et coordonnateurs de campagne sont soient membres du gouvernement, soient hauts cadres et cadres de l'administration publique. Sans même réfléchir, il va de soi que l'ensemble des membres du gouvernement qui sont mobilisés autour de leur candidat, battront campagne.

Mais avec quelles voitures ? Quels moyens ? Vont-ils cesser d'utiliser leurs lignes téléphoniques ? Vont-ils se priver également des médias d'Etat (RTG1, RTG2) ? Vont-ils se priver de leurs secrétaires, chauffeurs et véhicules de l'Etat pour la campagne ? Où se trouve la limite entre les biens propres de ces ministres et les biens de l'Etat, qu'ils sont sensés ne pas toucher dans le cadre de cette campagne ?

Pour l'instant en tout cas, les différents candidats, du pouvoir comme de l'opposition, jouissent des privilèges de leurs fonctions au sein de l'Etat pour promouvoir leur candidature. Cependant, s'il y a un candidat qui doit craindre l'application stricte et simple de cette mesure, c'est sans doute le candidat du parti au pouvoir.

Publié le 08-08-2009 Source : Gaboneco.com Auteur : Gaboneco

Samedi 8 Août 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 344 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...