News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le commerce informel est une activité qui dérange les pouvoirs publics

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 22 Octobre 2009 à 10:36 | Lu 2538 fois

LIBREVILLE, 22 octobre (Infosplusgabon) - Le commerce informel a pris un véritable envol au Gabon depuis ces derniers années et constitue une activité lucrative qui brasse plus de 10 milliards de F CFA par an, selon une estimation du ministère des Finances et de l’Economie, et qui non seulement échappe au contrôle de l’Etat mais dérange les pouvoirs publics.



Gabon : Le commerce informel est une activité qui dérange les pouvoirs publics
"Le secteur informel jadis presque inexistant est réellement apparu avec l’inflation galopante qui a débuté en 1986.Au cours de la période 1993-1995 les prix avaient augmenté de 32,4 à 35,6% et dans une proportion moindre entre 1995 et 1996",explique Michel Nzamba, contrôleur des impôts.

"La crise qui frappe le Gabon s’était amplifiée après la dévaluation du F CFA survenue en 1994. Aujourd’hui, à cause de la chute du prix du baril de pétrole et de l’épuisement des gisements pétroliers, la crise met en péril une large part du tissu économique dont la conséquence est la baisse des recettes de l’Etat", commente M. Philippe Mondjo, agent au ministère du Commerce.

Le commerce informel qui constituait essentiellement le domaine d’intervention des Ouest-Africains et des voisins Camerounais, a attiré depuis peu les gabonais. Devenus très nombreux, les commerçants des rues concurrencent dangereusement les magasins légalement installés.

Les produits coûtent chers au Gabon car ils sont le plus souvent importés. Le Gabon qui est peuplé d’à peine 1,5 million d’habitants n’est pas encore arrivé à assumer son autosuffisance alimentaire.

Les charges salariales sont très élevées pour les entreprises. Le secteur moderne a cru trouver la solution par des compressions de personnel ou par des réductions de salaires pour éviter l’asphyxie des taxes de l’Etat.

Pour freiner l’augmentation des prix, le gouvernement avait revu à la baisse une liste des produits de première nécessité car la vie chère ne permet plus aux populations les plus démunies de vivre décemment au quotidien.

Le secteur informel qui est non structuré, a servi à quelques opérateurs qui n’ont pu obtenir des crédits auprès des banques, de monter des affaires à structure et à gestion moderne.

Aujourd’hui, ces entrepreneurs qui sont partis de l’informel et qui ont réussi, régularisent leurs activités pour justifier la provenance de leurs capitaux même s’ils ont du mal à s’adapter aux règles fiscales du pays.

"Pendant ce temps, les autorités du pays essayent également de réorganiser le paysage entrepreneurial en renforçant leur rôle d’incitateur de création d’entreprises, en éliminant les distorsions sur le marché et en faisant émerger le dynamisme du système productif", explique un agent de banque.

"Le commerce informel représente un manque à gagner fiscal important pour l’Etat et malgré la chasse aux commerçants de la rue par la police municipale, l’activité informelle s’est bien installée et fait partie du quotidien", déclare un contrôleur de la mairie de Libreville chargé d’éloigner les vendeurs ambulants des édifices publics.

Aujourd’hui, on peut presque tout acheter dans la rue, sur les parkings, à la sortie des supermarchés, des légumes aux vêtements divers en passant par des postes de radio, le téléphone portable ou la cravate et depuis peu des meubles en rosier.

Ce nouveau phénomène bénéficie aux populations les plus démunies qui trouvent dans la rue des articles de bonne qualité à des prix abordables et concurrentiels.

"Initialement limités dans les rues, les ventes ont gagné les bureaux où les fonctionnaires achètent certains de leurs articles à crédit", révèle Sylviane Mba, une secrétaire abonnée à un vendeur de tissus.

La population, comme certains agents de l’Etat, trouvent leur compte dans le secteur informel en dépit des interpellations des vendeurs à la sauvette par la police municipale.

" La situation est devenue difficile aujourd’hui au point que nous sommes contraints de réduire notre consommation alimentaire ce n’est pas facile de joindre les deux bouts même avec deux salaires", explique une mère de famille rencontrée devant un étalage à la sortie de son lieu de travail.

Les syndicats et le gouvernement poursuivent leurs discussions pour l’amélioration des conditions de vie des populations et dans le but de relever le point d’indice des salaires ainsi que le salaire minimum.

Avec la vie chère et la flambé des prix, certains Gabonais découragés d’attendre indéfiniment un emploi à la fonction publique, premier employeur du pays, se sont découvert des vocations d’investissement et tout est devenu prétexte à faire du commerce.

Avec la fluctuation du cours du dollar, dans un pays dont l’économie est tributaire de la vente des matières premières et de l’importation des produits de première nécessité, le pouvoir d’achat des populations n’a cessé de se dégrader et les commerçants on continués à spéculer sur ces produits allant jusqu’a créer des pénuries artificielles de sucre, de riz ou d’huile d’arachide.

Le secteur informel représente environ 50% de la valeur des importations gabonaises. Les acheteurs revendeurs, organisés en circuits, déclarent généralement des chiffres fantaisistes pour échapper à la fiscalité", a confirmé un agent du ministère du commerce et de l’industrie. Le gros secteur informel englobe les importations des produits en provenance principalement d’Asie, des Etats-Unis et dont certains arrivent sur le marché gabonais à travers des circuits non traditionnels.

"L’argent issu des ventes du secteur informel est généralement rapatrié à l’étranger par les Ouest Africains pour financer d’autres projets ou encore pour aider leurs familles. Une sorte de fuite des capitaux qui ne bénéficient pas au pays hôte", témoigne Samuel Nguema, agent de change dans une Banque de la place.

A l’inverse de ce qui se passe dans d’autres pays africains, les marchands ambulants qui exercent au Gabon sont rarement des enfants mais des adultes. Des similitudes existent toutefois : les fillettes et les femmes vendent généralement des produits consommable devant les chantiers ou à proximité des établissements scolaires où elles s’installent dès 7 heures du matin.

" Le commerce informel et les prestations de services sont assurés par des particuliers très actifs ou par des sociétés non autorisées à les fournir. Ces activités économiques ont toujours existé au Gabon à faible échelle mais n’avaient pas troublé l’équilibre des circuits de commercialisation ou de distribution comme c’est le cas aujourd’hui", rapporte un contrôleur des prix.

" Soucieux d’encourager la création des petites entreprises, l’Etat avait pu obtenir un prêt de 40 milliards de FCFA auprès de la Banque Africaine de développement (BAD), dont une mission avait séjourné à Libreville, pour évaluer de nouveaux mécanismes de crédits dont les conditions d’octroi avaient été jugées draconiennes par les promoteurs gabonais", se plaignait M. Jean-Pierre Midouma, membre de la Confédération nationale du patronat gabonais.

Partis du secteur informel, plusieurs hommes et femmes ont dû compter sur des structures ethniques ou sur des systèmes de "tontines" pour réunir des capitaux, a t- il souligné.

L’explosion du commerce informel a contraint certains établissements de fermer à cause d’une concurrence déloyale liée notamment à l’importation des produits alimentaires très peu produits sur place.

"Pour le consommateur moins aisé, le commerce informel est arrivé à point nommé car en attendant que les promesses du gouvernement d’augmenter les salaires ou les allocations familiales, se concrétisent, la vie au quotidien est moins pénible", estime un instituteur d’école.

FIN/IPG/KHM/2009

© Copyright Infosplusgabon

Jeudi 22 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2538 fois




1.Posté par lili le 22/10/2009 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut une économie administrée

2.Posté par claire le 23/10/2009 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le secteur informel ou non structurée est le résultat de l'échec des politiques de développement en Afrique! l'OIT, le BIT et les organismes internationaux sont résolues à l'appuyer pour que ce secteur entre progressivement dans la légalité!
le Gabon doit faire de même...................

3.Posté par RAX le 25/10/2009 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT TAXE LES LIBANAIS ET OUEST AF QUI SORTE DES CAPITAUX DU PAYS IL FAUT LES TAXER GRAVE !!!!!!!!! MOI JE SUIS EN FRANCE ET ICI TU PEUX PAS SORTIR DES CAPITAUX TOUT AZIMUT COMME C'EST LE CAS AU GABON .SI LES ETRANGER VEULENT TRAVAILLER AU GABON ALORS IL DOIVENT INVESTIR AU GABON SINON IL RENTRE CHEZ EUX VOILA ET NE ME DITE PAS QUE C'EST DU RACISME PARCE QUE AU MAROC PAR EXEMPLE POUR SORTIR DE L'ARGENT DU PAYS IL FAUT UNE AUTORISATION SPECIAL

4.Posté par Ali7 le 28/10/2009 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le PDG n'a qu'à mettre en place un vrai Etat. Or ils sont eux-mêmes dans l'informel, le vol, la fraude, le viol des enfants. Tout cela c'est aussi de l'informel. Les hommes qu'ils tuent pour arracher les zizi et les revendre. cet argent va où ? est-il déclaré ?

Si il ya l'informel c'est qu'il ya un problème dans ce pays. Il ya informel et informel aussi. C'est naturel qu'il y ait des poches et des niches fiscales. Mais il y a un seuil de tolérance. Ce qui n'est pas le cas au Gabon.

5.Posté par Le citoyen le 30/10/2009 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces libanais qui ont la nationalité gabonaise juste pour avoir les facilités que les vrais gaobonais n'ont pas, on les voit virer l'argent obtenu au Gabon grace à la mafia pour reconstruire le pays.
Pendant la campagne un representant d'ALI a meme osé dire que le gouvernement d'ALI va resoudre le probleme du chomage des gabonais en demandant les gabonais d'aller travailler avec les libanais.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...