News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le chantage électoral des militaires retraités

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Vendredi 24 Juillet 2009 à 10:24 | Lu 311 fois

Fédérés au sein du Syndicat national des agents retraités des forces de défense (SNARFD), les militaires retraités ont de nouveau assiégé le ministère des Finances le 22 juillet dernier pour réclamer la régularisation dans les plus brefs délais de leurs dossiers. Le porte-parole du syndicat a annoncé que les militaires gabonais ne voteraient pas tant que la commission qui doit régulariser leurs situations ne serait pas mise en place.



Gabon : Le chantage électoral des militaires retraités
Blaise Louembé n’a pas fini d’entendre parler des militaires retraités. Malgré les mises au point soutenues par le secrétaire général de la présidence de la République, le ministre des Finances a une nouvelle fois été assiégé le 22 juillet dernier par les agents du Syndicat national des agents retraités des force de défense (SNARFD).

Les manifestants réclament la mise en place dans les plus brefs délais de la commission quadripartite qui doit traiter les dossiers relatifs à leur situation et au versement de leurs primes.

Lors de la rencontre du 10 juillet dernier avec le ministre des Finances, «il était question après deux jours de travail de la mise en place d'une commission quadripartite avec notamment le ministère des Affaires sociales, du Travail et de la Fonction publique», a expliqué le porte-parole du SNARFD, Jean Hilaire Mbina Pambo.

Mais plus de dix jours plus tard, c’est toujours le statu quo dans la mise en place de cette commission qui doit trouver le sésame au problème qui est l’objet des protestations du SNARFD depuis 2005.

Au terme des échanges du 10 juillet dernier, les militaires retraités avaient convenu de la levée provisoire de leur mouvement de grève pour une durée de 52 jours en attendant l'élection du prochain président de la République.

Mais face à la léthargie du ministère pour la mise en place de la commission, le SNARFD a expliqué qu’ils avaient repris leur mouvement «pour rencontrer le ministre de manière à ce que nous arrêtions effectivement la date de la mise en place de la commission et du début des travaux de cette commission de manière à ce que la politique ne vienne pas influencer le social».

«Quand on parle des élections présidentielles, j'ose espérer que l'administration n'est pas gelée. Les politiques s'en vont mais les techniciens restent et le SNARFD est prêt à se livrer à la commission de manière à travailler d'une manière unanime avec tous les techniciens concernés», a poursuivi monsieur Mbina Pambo.

«Nous intimons à nos troupes à ne participer à aucune élection quelle soit présidentielle ou locale. C'est pour cela que pour presser le ministre des Finances, nous sommes ici ce matin parce qu'il y a bien une différence entre les élections et l'action sociale que nous revendiquons. Tous ces militaires réunis attendent la mise en place et le démarrage des travaux de cette commission», a conclu Jean Hilaire Mbina Pambo.


Les forces de l’ordre avaient déjà dissipé ce genre de tentatives au début du mois alors que les 1000 anciens agents des forces de défense et de sécurité ne sont toujours pas entrés en possession de leurs droits qu'ils réclament depuis 2005.

En 2006, ces militaires retraités avaient tenté de paralyser la Direction générale de la solde pour empêcher les fonctionnaires de percevoir leur salaire.

En janvier 2008, un collectif des militaires retraités du Gabon avait annoncé des mouvements de protestation si les autorités de tutelle n’apportaient pas d’éclaircissements sur le blocage administratif entretenu par un des conseillers du Trésorier payeur général du Gabon, pour la vérification des fichiers des pensionnaires de l’armée qui doivent percevoir leurs pensions de retraite.

Le 24 juillet dernier, ils avaient encore observé un sit-in devant le palais présidentiel de Libreville. Aucune réaction officielle n’avait alors été enregistrée, alors même qu’un conseil de ministres se tenait simultanément audit sit-in. L'administration ne reconnaît pas ce droit.
Publié le 24-07-2009 Source : Gaboneco.com Auteur : Gaboneco

Vendredi 24 Juillet 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 311 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...