News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : «Le bûcher des vanités» de Pendy Bouyiki

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 15 Avril 2013 à 09:29 | Lu 1575 fois

Sautant sur l’opportunité de la main tendue d’Ali Bongo, l’ancien ministre d’Etat, Jean Rémy Pendy Bouyiki, vient de lancer un appel à réintégrer le PDG. Depuis trois ans, l’homme s’est fait remarquer par diverses exactions prouvant qu’il traverse le désert, qu’il mérite le surnom de Bandit Bouyiki et que, là, il fait la manche au parti au pouvoir. Petite série des aventures d’un ancien ponte.



Gabon : «Le bûcher des vanités» de Pendy Bouyiki
Après trois ans passés hors de l’arène politique, Jean Rémy Pendy Bouyiki, ancien ministre, ex-hiérarque du Parti démocratique gabonais (PDG), conseiller et haut représentant du président Omar Bongo jusqu’au décès de celui-ci, a réuni la presse, le 12 avril dans un somptueux hôtel de Libreville, en vue d’annoncer solennellement son vœux de réintégrer le PDG.

On rappellera que dans son allocution de clôture du dernier congrès ordinaire du PDG, le président Ali Bongo a laissé entendre : «Je voudrais dire et répéter que le PDG reste une maison ouverte pour que chacun vienne y trouver ou retrouver sa place». Surfant donc sur cette opportunité, Jean Rémy Pendy Bouyiki a déclaré : «En ce qui me concerne, j’ai naturellement décidé de saisir votre main tendue et de reprendre la carte du parti que j’ai servi depuis l’Union des jeunes du parti démocratique gabonais (UJPDG) de quartier en 1972 alors que j’étais jeune lycéen qui porte le nom de votre illustre prédécesseur. La suite de mon militantisme ne vous est pas inconnue car j’ai eu l’honneur de cheminer dans ce domaine à vos côtés».

Sans doute conscient de ce que certains de ses anciens camarades du PDG pourraient entreprendre des machinations pour entraver sa réhabilitation, Pendy Bouyiki a prévenu le chef de l’Etat, toujours par l’entremise des médias : «Distingué président, ayez conscience que votre main tendue est souvent imprenable par ceux qui choisissent de la prendre car des forces d’inertie entre vous et ceux à qui vous tendez la main sont si puissantes, si vigilantes, qu’elles finissent souvent à être victorieuses, au détriment de votre volonté affichée d’intéresser tous les Gabonais et toutes les Gabonaises à votre action». L’ancien baron du PDG indique avoir été ignoré lors de la transition ayant suivi le décès d’Omar Bongo, particulièrement par le Comité permanent du PDG au moment du choix du candidat pour l’élection présidentielle anticipée de 2009. De même, il a soutenu, pince-sans-rire, avoir battu campagne, à ses frais, pour le successeur d’Omar Bongo Ondimba.

Pendy Bouyiki ou bandit Bouyiki ?

On se souvient pourtant que, le 13 août 2009, à Noé Palace dans le Nord de Libreville, Pendy Bouyiki avait publiquement annoncé la création du Parti démocratique pour l’action et les libertés (Padeal), déclarant alors qu’il ne se reconnaissait plus dans le PDG dont le comportement des leaders avait changé. L’homme qui, du temps de sa magnificence, allait jusqu’à affréter des avions pour aller chercher une glacière de gibier dans l’arrière-pays, n’a cependant pas eu les moyens financiers de présenter un seul candidat au compte du Padeal ou de se présenter aux législatives de décembre 2011.


© D.R.

Preuve de cette disette financière, en août 2010, Jean Rémy Pendy-Bouyiki, avait été l’acteur d’une course poursuite avec des agents de la Police judiciaire et l’objet d’une convocation au Tribunal de Libreville. L’ancien ministre devait 6 millions de francs CFA à deux personnes (3 millions pour chacune) auxquels il avait remis des chèques sans provision. Ayant fait l’objet d’une plainte, il avait royalement ignoré toutes les convocations qui lui avaient été adressées, poussant ainsi le commandant de police chargé de l’affaire à procéder à une planque, puis à une course poursuite au terme de laquelle l’ancien ministre était allé se réfugier dans les bureaux de Jean-Claude Baloche, le patron de Socoba. Surpris, celui-ci avait demandé à l’ex-ministre d’obtempérer. En vue de clore la procédure enclenchée, il fut conduit, deux semaines plus tard, au tribunal.

Il ne manquera cependant pas de se retrouver, quelques mois plus tard, dans un litige financier l’opposant à Seydou Kane, un homme d’affaires proche du président Ali Bongo, auquel il avait vendu sa villa du quartier résidentiel Batterie 4 à Libreville pour 150 millions de francs CFA. Malgré l’acte de vente dûment notarié par Me Anguilet, il aura néanmoins continué à en toucher les loyers plus d’une année après. Fort de son statut d’ancien ponte, Pendy Bouyiki, qui n’avait cessé de menacer les locataires et même Seydou du fait que celui-ci est d’origine étrangère, a même tenté de revendre ladite maison à d’autres personnes. L’affaire a été portée au tribunal où l’ancien ministre d’État compte déjà des procédures pendantes, notamment un litige financier qui l’oppose à la «Pharmacie Le Président» dirigée par M. Akerey Rassaguiza, pour des médicaments non payés et 40 millions de francs empruntés au pharmacien durant les dernières années d’Omar Bongo. La presse satirique locale qui l’avait surnommé «Bandit Bouyiki» n’avait visiblement pas tort.

On devrait naturellement penser que l’appel à réintégrer le PDG, lancé par l’ancien ministre d’Etat, est un cri de désespoir, une sorte d’appel au secours, l’homme étant, de notoriété publique, sans le sou. Le président Ali Bongo avec lequel il était dans le courant informel des «Rénovateurs», au sein du PDG, dans les années 90, devrait pouvoir le réhabiliter. Mais, à quel poste dans le parti, le dernier congrès ayant terminé la redistribution des rôles. Comment la baronnie PDG qui n’a jamais quitté un seul instant le parti va-t-elle recevoir cet enfant prodigue ? On dit que lorsqu’un baobab tombe dans la forêt, il entraîné avec lui beaucoup d’autres petits arbres. Voici donc les dégâts collatéraux de la disparition d’Omar Bongo.

Gabonreview

Lundi 15 Avril 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1575 fois




1.Posté par Rocco Messina le 15/04/2013 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En clair,nous sommes ici devant est ici devant un cas de retour forcené au PDG sur fond de DISETTE Pécuniaire insupportable.

Je reconnais au fond de la photo une crap..... de journaleux.

2.Posté par momo le 15/04/2013 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je peux confirmer que l'ex ministre traverse une situation financière très difficile, et il a trop de dossiers au tribunal de libreville. Il a sollicité des audiences auprès du distingué camarade sans résultat. Il veut se relancer pour les élections locales pour le poste de sénateur, ah tonton pendi ta fin est proche.

3.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 15/04/2013 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ce cri de la faim ne marche pas, il lui restera le sacrifice d'un de ses multiples gosses ou le cul, et il en un bien gros tremblant dont se régalera à sec et au chaud le gros Béninois de notre gros petit chef !

4.Posté par Larévolte le 15/04/2013 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un passage de l'article nous informe que, je cite:
"L’homme qui, du temps de sa magnificence, allait jusqu’à affréter des avions pour aller chercher une glacière de gibier dans l’arrière-pays, n’a cependant pas eu les moyens financiers de présenter un seul candidat au compte du Padeal ou de se présenter aux législatives de décembre 2011"

En fait, je ne trouve pas ça surprenant. Bien au contraire, il faut reconnaître que ça va de soi. Ces glacières étaient trop précieuses pour lui, d'autant plus que les glacières de ces pédégistes contiennent souvent des organes humains prélévés sur des gosses de moins de 15 ans. Il faut être naïf de croire qu'au pays de cannibales en cols blancs, on affréterait un avion pour aller recupérer du gibier normal comme le sanglier ou la gazelle ou le pangolin ou le porc-épic etc...

5.Posté par Tueur de Franc-ma-cons le 15/04/2013 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"un bien gros tremblant dont se régalera à sec et au chaud le gros Béninois de notre gros petit chef"

@Feu-PDGiste-A-Mort, tu es trop méchant ! Mais pourquoi tu es méchant comme ça toi aussi, oh !!

Hi hi hi !
"le gros Béninois de notre gros petit chef" ! C'est hilarant ! Tellement hilarant que j'en viens jusqu'à plaindre le "pauvre" Jean-Remy PB !
Car il paraît que le cotonois de la présidence en a une, alors là bien "MURE". Mure pire qu'un igname camerounais ! Et il se raconte même que c'est la raison pour laquelle il est le préféré de... gagui !

Donc ruiné et endetté comme il est, tonton Jean-Remy n'a d'autre choix que d'aller faire le "quatre-vingt-dix-neuf", c'est-à-dire le 99 (en opposition au 69), pour renouer avec les versements hebdomadaires permanents sur ses nombreux comptes !

Ah yaya Omar, on ne te regrettera jamais assez, pour tes largesses légendaires.
Moi ya Remi, suis obligé d'aller à Mbolo, pré-acheter des couches calines, pour payer le courant.... Ah Mbouk mam' !

6.Posté par Priscilla le 16/04/2013 01:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ La Revolte
vous avez tape dans le mille. Surtout qu'a l'epoque il suffisait d'aller dans n'importe quel marche de la capital pour s'acheter de la viande de brousse, nul n'etait besoin de d'affreter des helicopteres pour s'en procurer.
Pendi bouyiki transportait certainement dans ses glacieres des organes des personnes qu'il faisait assassiner dans les villages. Comme en plus les crimes se passant dans les villages sont peu relayer dans les journaux (surtout au temps de bongo pere), il avait ainsi une double couverture. Et quand on le voit ramper, a la facon de PLO ou de Bendome, devant odjukwu pour reintegrer l'ecurie des luciferiens du Gabon, on se dit que seul un adepte des crimes rituels peu faire preuve d'une telle animalite.

7.Posté par compatriote le 16/04/2013 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
même si il retreindre le pdg rien ne prouve qu'il aura un poste juteux de toute façon son temps est révolu; il n'a qu'a réduire son train de vie c'est tout.

8.Posté par Mvémba le 16/04/2013 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vive le retour de Moutsokini

9.Posté par NKOH le 17/04/2013 04:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pdg UN pARTI DES BRIGANDS/.un repaire de voyous

10.Posté par Charismatiq le 18/04/2013 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
b[Le prince de Mbigou en mode crise financiere..Bientot tu comprendras ceux que le Gabonais moyen ressent lorsque le prix du litre d'huile augmente chaque annee

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...