News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le Président élu André Mba Obame présente ses voeux à la nation "Le Départ d'Ali Bongo serait proche !"

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 1 Janvier 2012 à 23:30 | Lu 4923 fois



Gabonaises, Gabonais, mes chers Compatriotes et chers Amis

Au moment où nous allons débuter une nouvelle année, je voudrais confirmer à tous et chacun d’entre vous mon espérance et mon attachement à notre avenir commun.

Un pays, ce sont des Femmes et des Hommes qui ont une destinée commune. Un Pays, une Nation, un Etat, ce sont des Femmes et des Hommes habités de la même volonté d’unir leurs ambitions pour se construire un avenir commun en tant que peuple. Et la Nation Gabonaise, ce sont les Gabonaises et les Gabonais.

Le 30 aout 2009, à la faveur de l’élection présidentielle, vous m’avez clairement et librement désigné pour diriger notre pays.
C’est donc en toute responsabilité que j’ai fait le serment, le 25 janvier 2011, de faire respecter ce choix. Car, c’est à travers le vote, votre vote, le vote du peuple que sont désignés ceux qui doivent diriger le pays. Et comme cela que ça se passe dans tout pays démocratique.

Certes, à la faveur du coup d’état électoral, le pouvoir illégitime use sans réserve des méthodes bien connues de toutes les dictatures : l’arbitraire, l’intimidation, les menaces, les violations des droits, la dissolution de partis politiques, la corruption, les complots imaginaires et j’en passe. Mais en face à tout cela, il y a vous, le peuple Gabonais, qui avez décidé de ne pas vous plier à ce dictat. Parce que c’est le peuple qui est souverain, et qui donne le pouvoir et le retire quand il estime que c’est le bon choix.
Le 17 décembre dernier, en restant chez vous, comme le mouvement "Ca suffit comme ça", mes compagnons politiques et moi vous l’avions demandé, vous avez rappelé à ce pouvoir imposteur un principe simple : il n’existe aucun ordre établi, pour répressif qu’il soit, qui puisse résister au soulèvement de la vie.

Le 17 décembre dernier vient ainsi rappeler au pouvoir établi son imposture et son rejet par la très grande majorité de notre peuple. Soyez en félicités et sachez que la communauté internationale a reçu votre message 5/5. Désormais votre aspiration profonde au changement est connue de tous. Et il revient maintenant à chacun, les Gabonais, les Amis du Gabon, de prendre leur responsabilité pour que votre souhait, votre volonté insatiable de changement soit respectée.

Je sais que depuis deux ans la gestion calamiteuse des affaires du pays a eu raison de votre espérance. Les illusions savamment orchestrées, plusieurs reportages dans les journaux, déclarations intempestives, ne trompent plus personnes. Le présent est sombre et l'avenir très incertain.

Mes chers compatriotes,

A l’aube de cette nouvelle année, je formule pour chacune et chacun de vous les vœux de réalisation de la nouvelle espérance : espérance d’accès aux soins gratuits pour les malades, espérance d’un logement décent surtout pour ceux qui ont vu dernièrement leur maison détruite de manière arbitraire et autoritaire, espérance d’un salaire je dirai même d’un emploi pour permettre de vivre décemment, globalement espérance d’un Gabon pour tous et un Gabon pour chacun.

Je peux vous l’affirmer : « La libération de notre pays, de notre cher Gabon est proche ». Très bientôt, nous retrouverons la démocratie, et une démocratie plus renforcée, plus approfondie. Très bientôt, nous retrouverons nos libertés fondamentales. Liberté d’association, de créer des partis et les faire fonctionner librement. Liberté d’association encore au niveau syndical, faire fonctionner les syndicats librement et avec l’encouragement du gouvernement parce que le dialogue social a toujours été un gage de stabilité et de paix dans un pays.

Liberté d’information parce que aujourd’hui, nous tous subissons la confiscation des médias d’Etat par un seul clan, par un seul groupe et le sabotage et la suspension des médias privés pour empêcher que la vérité n’éclate ; mais vous savez que la vérité finit toujours par jaillir. Donc si ceux qui pensent qu’ils peuvent arrêter la liberté en sabotant les médias se trompent : parce que la liberté c’est comme le vent, on ne peut pas l’arrêter avec la main.

C’est peine perdue. Et c’est pour cela que malgré tout ce qui est fait pour étouffer leurs libertés, les Gabonaises et Gabonais ont compris et se disent « Trop c’est trop ! Ça suffit comme ça ! Et cette réaction qui nous fait dire et espérer que la fin est bientôt proche. C’est pourquoi je vous invite donc à rester debout et déterminé comme vous le montrez déjà depuis un certain temps, car qu’un peuple uni, un peuple debout n’a jamais été vaincu.

Et c’est dans cet espoir, mes chers compatriotes, mes chers amis, que je vous souhaite une bonne et heureuse année 2012. Qu’elle vous apporte santé, bonheur et prospérité. Que le Très Haut veille sur notre pays et sur chacun d’entre nous.
Bonne et heureuse année,

Et que Dieu bénisse le Gabon




Dimanche 1 Janvier 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 4923 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou le 08/01/2012 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Appel à la consolidation de l’unité nationale au Gabon


L’histoire nous enseigne que l’exil renforce la résistance et permet d’aller de l’avant.
Les peuples libres n’oublieront jamais l’appel du Général Charles de Gaulle, en date du 18 juin 1940.
J’ai pris l’engagement de ne pas attaquer mon pays, mais d’œuvrer à la défense de la vérité et de l’unité nationale.
Dans cet esprit et face au danger, à cause des divisions ethniques, j’ai l’honneur de lancer un appel à la consolidation de l’unité nationale, pour le développement intégral du Gabon.
Je propose à la nation une Alliance politique Nord-Sud, qui annonce « une aurore », pour « notre essor vers la félicité ».
La « Charte de l’Alliance politique Nord-Sud », que j’ai élaborée, montre la voie.
Cette initiative, du militant africain des droits humains et fondateur de l’Internationale démocrate, que je suis, s’inscrit dans le cadre de la campagne permanente contre le mensonge et pour la vérité (« Non au mensonge et Oui à la vérité pour les nations », avec un accent particulier sur le Gabon), ouverte à Yaoundé, au Cameroun, le 30 janvier 2011.
Elle est soutenue dans la lettre ouverte aux députés français, en date du 07 février 2011, pour un appui à l’Internationale démocrate : la démocratie doit triompher de la force.
Cette alliance, qui m’a été inspirée sur la route de l’exil, n’est pas une association, mais un élan patriotique.
J’exhorte les Gabonaises et les Gabonais à s’approprier cette initiative et à la promouvoir, pour le bien du peuple.
Je sais compter sur l’appui de tous. Et nul doute que les leaders politiques, dans l’opposition et dans la majorité, accorderont un intérêt à cette alliance politique.
Je sollicite qu’il plaise à Monsieur André Mba Obame, leader politique, de bien vouloir accepter d’assurer la coordination de la promotion de l’Alliance politique Nord-Sud.
Enfin, je voudrais rendre hommage au peuple gabonais souverain.
Vive la République.
Vive le Gabon.

Fait à Yaoundé, le 17 août 2011

Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King
Tél (237) 70 14 37 55 - E-mail :internationale_democrate@yahoo.fr

Copies à : la presse nationale et internationale

--------------------------------------------------------------------------------

L’Alliance politique Nord-Sud est-elle une fiction ?

Le 17 août 2011, j’ai cru devoir lancer un appel à la consolidation de l’unité nationale au Gabon, pays de nos ancêtres.
J’ai appris que Monsieur Ali Bongo, héritier du pouvoir en place, au Gabon, depuis plus de 42 ans, a évoqué, entre autres, la même question, l’unité nationale, dans son discours à la nation.
Il est bon que les Gabonaises et les Gabonais, dans le respect de la différence, recherchent l’unité.
Je reste convaincu que la Charte de l’Alliance politique Nord-Sud, que j’ai élaborée, et qui n’est pas un simple discours politique, montre la voie aux générations présentes et futures.
Nul doute que Monsieur André Mba Obame, leader politique gabonais, acceptera, le moment venu, comme je le souhaite, de signer cette charte et d’assurer la coordination de la promotion de l’Alliance politique Nord-Sud.
L’Alliance politique Nord-Sud est-elle une fiction ? Pourquoi ne parle-t-on pas de « l’Alliance politique Ouest-Centre-Est » ?
Il est vrai que le Nord et le Sud du Gabon comme l’Ouest, le Centre et l’Est du Gabon sont des réalités géographiques.
Il est vrai aussi que l’Alliance politique Nord-Sud n’est pas dépourvue de sens parce qu’elle est synonyme d’élan patriotique, pour une alternance au pouvoir, entre le Nord et le Sud, gage d’unité nationale.
Par contre, une « Alliance politique Ouest-Centre-Est », au Gabon, n’est qu’une fiction. Jusqu’à preuve du contraire.
N’est-il pas vrai que l’Ouest et l’Est du Gabon sont dans le Nord (le Nord-Ouest et le Nord-Est) et dans le Sud (le Sud-Ouest et le Sud-Est) ?
Et que reste-t-il ? Le Centre ? Que signifie le Centre au Gabon ?
Il est établi que le Centre est un « carrefour » ou un lieu de rencontre du Nord et du Sud : le Centre, au Gabon, conforte l’Alliance politique Nord-Sud.
Enfin, le temps est venu de rassembler les filles et fils du Gabon, pour bâtir un Gabon uni et solidaire : l’Alliance politique Nord-Sud est une pierre à l’édifice.


Fait à Yaoundé, le 29 août 2011

Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King
Tél : (237) 70 14 37 55 / E-mail : internationale_democrate@yahoo.fr

--------------------------------------------------
Charte de
L’Alliance politique Nord-Sud
PREAMBULE


Dans le cadre de la campagne permanente contre le mensonge et pour la vérité (« Non au mensonge et OUI à la vérité pour les nations », avec un accent particulier sur le Gabon), ouverte à Yaoundé, au Cameroun, le 30 janvier 2011, par l’initiateur de cette campagne, Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King ; et après la publication de la lettre ouverte aux députés français, en date du 07 février 2011, dans laquelle Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou soutient, entre autres, la promotion de « L’Alliance politique Nord-Sud » ou de « L’Alliance politique Est-Ouest ou Centre » dans les nations, en Afrique et dans le monde, fragilisées par les divisions ethniques ou religieuses ; et dans le souci d’œuvrer à la consolidation de l’unité nationale, par le biais de l’alternance au pouvoir, entre le Nord et le Sud du Gabon, et la lutte contre ces divisions, il est suscité un élan patriotique dénommé « Alliance politique Nord-Sud ».

CHAPITRE 1 : DU BUT

Article 1 : L’Alliance politique Nord-Sud a pour but de consolider l’unité nationale, par le biais de l’alternance au pouvoir, entre le Nord et le Sud, et la lutte contre les divisions ethniques ou religieuses.

Article 2 : Au-delà des entités et des stratégies politiques, le but qu’il importe d’atteindre est la consolidation de l’unité nationale. Et l’alternance au pouvoir est un gage d’unité nationale.

CHAPITRE 2 : DES MOYENS

Article 3 : Pour la consolidation de l’unité nationale, l’Alliance politique Nord-Sud, qui est un élan patriotique, s’appuie sur les Gabonaises et les Gabonais, désormais investis, individuellement, du pouvoir d’aider à :
- la réalisation de l’alternance au pouvoir, tous les 5 ans, entre le Nord et le Sud du Gabon ;
- l’anéantissement des divisions ethniques (ou religieuses) entretenues par le discours politique, « Tout sauf les Fangs » ou « Les Punus ne sont bons qu’à la Vice-présidence de la République... »...

Article 4 : Il est dans l’intérêt du peuple que les leaders des partis ou groupements politiques, dans l’opposition ou la majorité, donnent l’exemple, dans la lutte pacifique pour la création des conditions de l’alternance au pouvoir, avec la possibilité, pour un candidat à une élection présidentielle, de prendre l’engagement (dans un écrit signé en public) de choisir le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, parmi les cadres issus de la partie du pays (le Nord ou le Sud) dont ce candidat n’est pas originaire.

Article 5 : Il peut être réalisé des vêtements, par un leader politique, pour distribution, avec ou sans frais, et des affiches et banderoles (…), avant, pendant et après une campagne électorale, avec l’inscription « Alliance politique Nord-Sud », son effigie et les signes distinctifs de son parti politique.

CHAPITRE 3 : DE LA PARTICIPATION

Article 6 : La participation des Gabonaises et des Gabonais à l’action, pour l’Alliance politique Nord-Sud, est volontaire.
Il est question simplement de partager un idéal, d’œuvrer à la consolidation de l’unité nationale.


Article 7 : La vérité s’impose d’elle-même. Les individus qui sont contre la vérité s’excluent d’eux-mêmes.

Article 8 : Les Gabonaises et les Gabonais sont individuellement interpellés pour la promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud ».

CHAPITRE 4 : DE LA COORDINATION

Article 9 : L’action entreprise, pour l’Alliance politique Nord-Sud, est coordonnée par un leader politique.

Article 10 : Le leader politique, désireux de coordonner l’action, pour l’Alliance politique Nord-Sud, ne convoque pas de réunion, mais informe simplement le public des orientations de nature à promouvoir cet élan patriotique.




CHAPITRE 5 : DE L’ENGAGEMENT DU CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE
DEVANT DIEU ET DEVANT L’HISTOIRE

Article 11 : Tout candidat (originaire du Nord ou du Sud) à l’élection présidentielle, qui le désire, appose sa signature, après les lieu et date de signature et avant ses prénom (s) et nom (s), sur un papier, à joindre à la présente charte, et ce, devant un public, avec la mention suivante (si la révision constitutionnelle souhaitée n’est pas encore opérée) : « A la tête du pays, je m’emploierai à faire modifier la Constitution dans le sens voulu par la charte de l’Alliance politique Nord-Sud et, dans tous les cas, au bout de mon mandat, de 5 ans, je quitterai le pouvoir ».

Article 12 : Après cette signature et cette mention, le candidat à l’élection présidentielle pose la main droite sur un Livre révélé (la Thora, l’Evangile ou le Coran), selon sa religion et, cette main levée, il dit : « Je souscris à la charte de l’Alliance politique Nord-Sud et je jure, devant Dieu et devant l’histoire, de respecter mes engagements ».


CHAPITRE 6 : DE LA MODIFICATION DE LA CONSTITUTION, POUR LAQUELLE L’ENGAGEMENT
DU CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE EST PRIS

Article 13 : La modification de la Constitution, dans le sens voulu par la présente charte, est opérée dans les termes suivants : « Le mandat du Président de la République est de 5 ans. Tous les 5 ans se tiennent des élections présidentielles, à deux tours, pour une alternance au pouvoir.

Le nouveau Président de la République n’est issu ni de la même partie du pays (le Nord ou le Sud) ni de la même communauté ethnique ou ethnolinguistique que son prédécesseur.

Il choisit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, parmi les cadres, qui ne sont pas originaires ou issus de la même partie du pays (le Nord ou le Sud) ou de la même communauté ethnique ou ethnolinguistique que lui.

Il est tenu de respecter ses engagements, y compris ceux relatifs au choix du Premier Ministre, Chef du Gouvernement ; au recrutement du même nombre de jeunes gabonais, par province, dans les Forces de défense et de sécurité, avec le souci de renforcer la sécurité collective ; au développement équilibré de toutes les provinces et au respect des droits humains et donc de la vie humaine.

En cas de décès ou d’empêchement définitif du Président de la République, le mandat de 5 ans, dont il est investi, court jusqu’à la fin, sous l’autorité (et avec les pouvoirs de Chef de l’Etat) d’un cadre, membre du Parlement, élu par ses pairs, à la majorité relative ; un cadre originaire de la même partie du pays que le Président décédé ou empêché, et issu de son parti politique.

La révision éventuelle des présentes dispositions ne peut intervenir avant la fin des divisions ethniques (ou religieuses) entretenues par le discours politique, et qui doivent être combattues jusqu’au bout ».

CHAPITRE 7 : DU NORD ET DU SUD

Article 14 : On parle du Nord et du Sud comme on parlerait de l’Est et de l’Ouest ou du Centre : c’est un fait de la géographie et de l’histoire.

Lorsqu’on parle du Nord et du Sud du Gabon, on parle des deux parties principales du territoire national, au-dessus et au-dessous de la partie centrale ou du centre du pays : l’alternance au pouvoir, tous les 5 ans, entre le Nord et le Sud, est de nature à anéantir les divisions ethniques et la capacité d’un pouvoir établi (dans une République) à conserver le pouvoir, par la force, à instituer une « succession monarchique » ou à constituer des groupes de personnes (des civils et des militaires) acquis à sa cause contre les autres citoyens qui ne seraient bons, pas pour choisir librement leurs dirigeants, mais pour applaudir et subir la volonté du pouvoir.

CHAPITRE 8 : DU MANDAT DE 5 ANS DE L’ELU DU PEUPLE, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Article 15 : Comme les deux mains de l’être humain, chacune avec 5 doigts, le Nord et le Sud sont ensemble pour bâtir le Gabon : 5 ans pour le Nord et 5 ans pour le Sud.

Une main ne peut pas se considérer comme la première et l’autre la deuxième ou la dernière. L’une peut, de temps à autre, apporter plus de forces que l’autre (c’est cela aussi le partage du pouvoir), mais l’édifice commun à bâtir est le résultat du travail des deux mains : une main se joint toujours à l’autre pour construire.

CHAPITRE 9 : DISPOSITIONS FINALES

Article 16 : L’Alliance politique Nord-Sud n’est pas une association, mais un élan patriotique. Elle n’est donc pas soumise, pour son existence, à une quelconque procédure de légalisation.

A cet égard, la participation à l’action démocratique, pour la consolidation de l’unité nationale, dans le cadre de l’Alliance politique Nord-Sud, est et reste l’expression d’un engagement individuel.
Article 17 : Le vote utile devrait faire réfléchir les acteurs politiques, originaires du Nord et du Sud. La démocratie permet la compétition pour prendre le pouvoir, mais n’oblige pas tous les acteurs politiques à participer à cette compétition : le vote utile permet au peuple de décider de son destin, par le choix d’un et un seul candidat à une élection présidentielle.

Le développement du pays est l’objectif à atteindre par tous. Et le pouvoir est institué pour la construction de la nation, par toutes ses filles et tous ses fils, dans le respect du droit à la différence. Nul ne peut donc prétendre, dans l’opposition ou dans la majorité, être né pour diriger la nation ; et donc être contre l’alternance au pouvoir et donc contre l’Alliance politique Nord-Sud, qui annonce « une aurore », pour « notre essor vers la félicité ».

Article 18 : Toute campagne contre l’Alliance politique Nord-Sud est un crime, un de plus, contre :
- l’Afrique, continent meurtri par les conflits territoriaux, après sa balkanisation ; les ingérences étrangères dans ses affaires ; les divisions ethniques ou religieuses, les conflits fratricides ;
- et le monde, le village planétaire, et donc contre les peuples, la liberté et la justice, la paix sociale.

Article 19 : Les Gabonaises et les Gabonais, au service de l’Alliance politique Nord-Sud, dans le pays de nos ancêtres, le Gabon, ne parlent pas au nom des communautés ethniques ou religieuses, mais pour le peuple souverain.

Article 20 : La présente charte entre en vigueur le jour de sa signature, à Libreville, par le coordinateur de la promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud ».


Signée à Libreville, le…………………… …..2011



André Mba Obame
Leader politique gabonais, coordinateur de la
promotion de « l’Alliance politique Nord-Sud »



-----------------
La présente charte a été élaborée par Monsieur Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou, juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King.




28.Posté par TCHOUGOUDJA LE FILS le 03/01/2012 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
GAGUI OJUKWU le Gorille (c'est Obiang Nguéma de la Guinée Equatoriale qui a choisi cette mascotte pour se foutre de la gueule du gorille biafrais, mais les pédé-gistes n'ont pas compris) partira, qu'il le veuille ou non!

Le Gabon aux gabonais, le Biafra aux biafrais! Que mon président s'appelle AMO ou OGOULINGUENDE je n'en ai cure en réalité. Je veux que de vrais patriotes et compatriotes dirigent ce pays. Des étrangers il yen aura toujours mais ils n'ont pas vocation à faire de la politique ou à se promener dans un avion présidentiel avec des prostituées, de la fausse monnaie et de la drogue, comme se fut le cas du béninois Acrombessi, celui-là même qui a entraîné le vaudou au sommet de l'Etat pour MABOULISER les pédégistes. Dieu merci ça ne marche qu'avec les pédé-gistes et affiliés...

27.Posté par lesaintpère le 03/01/2012 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ ESPOIR,
C'est quand les Américains disent " Que Dieu bénisse les états unis" qu'il n' y a pas blasphème; mais quand ton propre frère Africain l'utilise, on crie au blasphème....
De même, c'est quand Jocktane parle de transfère de malette d'argent vers l'élysée qu'on parle d'atteinte à la république.....

Pauvre Afrique.... Ta mort ne vient pas de loin...C'est tes propres enfants qui te crucifieront .....

26.Posté par King le 03/01/2012 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
urgent

la dictature au pouvoir à Libreville (GABON) vient de suspendre, une fois de plus, la télévision privée TV+ et le journal ÉCHOS DU NORD pour avoir diffusé l'Adresse à la Nation de l'opposant André Mba Obame du 31 décembre.

25.Posté par ESPOIR le 03/01/2012 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MLUTHERKING
la fin est proche, depuis combien d'années vous dites sa,la fin proche. ARRETONS de distraire le peuple, et de creer des troubles quant on na pas un plan concret pour se debarasser d'ali. AMO est un fin politicien, peut etre meme le meilleur au gabon, mais je crois que soit il est avec ali ou il est incapable de prendre le pouvoir.
DALAI LAMA a dit " le grand amour,les grandes realisations ne viennent jamais sans des grands risques"
c'est pas en etant en france ou a l'etranger qu il pourra aider les gabonais, pour moi c'est un jeux, c'est de la foutaise. et je ne ferrai pas confiance a une telle personne. je crois que le changement esperé ne viendras jamais par ces homme, et arreton de melanger DIEU avec la politique c'est blasphématoire



24.Posté par TARTUFF le 03/01/2012 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"la vérité c'est comme le vent, on ne peut pas l'arrêter..."

Bien dit! Il faut que le biafrais GAGUI OJUKWU BONGO et son staff de ouestaf le comprennent.

Vive AMO, Vive la REPUBLIQUE (et non la MONARCHIE) Gabonaise!

Pas de CAN.

23.Posté par Ongouori le 03/01/2012 05:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr le President merci.

LE GABON AUX GABONAIS,PAS AUX BENINOIS PAS AUX NIGERIANS!

LE PDG TOMBE EN JANVIER 2012!
AMO DEBOUT!

22.Posté par okinawa le 03/01/2012 03:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ MLUTHERKING

meme pas en rêve !!! Étudiez ou ayez quelques notions de micro-expressions et vous comprendrez que votre champion dit le contraire de ce que son corps et ses gestes revelent comme vérité !

21.Posté par MLUTHERKING le 02/01/2012 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@espoir et tous les autres détrompez vous d'ennemis, AMO sera président du Gabon et comme ça nous aurons une vraie république et non une république basée sur l'incompétence, la démagogie, les intimidations, les assassinats, l'usurpation dont alilebiafra fait montre depuis qu'il a tué et assassiné les Gabonais pour accéder au pouvoir illégitime et illégal qu'il exerce actuellement. tout ce désordre va bientôt finir. prenez l'exemple de Khadafi et tous les autres dictateurs, la fin est proche.

20.Posté par Volcanic le 02/01/2012 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien qu il ne soit pas assis ala place de l autre au palais, meme au ciel, on sait qu AMO est le presdent du GABON que vous le vouliez ou non @vrai faux gabonais et biggi.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...