News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le Parti social démocrate se tire une balle dans le pied (Par Th. ASSOUMOU MOMBEY)

Le site de la Liberté - Source : AGP le Samedi 12 Juin 2010 à 10:01 | Lu 1473 fois



Gabon : Le Parti social démocrate se tire une balle dans le pied (Par Th. ASSOUMOU MOMBEY)
Le leader du Parti social démocrate (PSD), Pierre Claver Maganga Moussavou s’est ‘’tiré une balle dans le pied’’ en voulant justifier son attitude dans un point de presse, lors du scrutin législatif partiel de dimanche dernier à Ntoum où son parti avait un candidat en lice.

Le président du PSD, Pierre Claver Maganga Moussavou, qui voit l’étau se resserrer progressivement autour de lui, après l’acte délictuel qu’il a posé à Ntoum dimanche dernier au centre de vote de l’école publique de cette localité, essaie désespérément de justifier son geste en évoquant un soit disant ‘’laxisme des gendarmes’’.

Pour se donner bonne conscience, l’homme politique affirme, en effet et à qui veut l’entendre, que les forces de l’ordre auraient dû intervenir pour ‘’mettre fin au vote par de jeunes individus détenteurs de vrais faux récépissés de cartes d’identité’’ au lieu de rester ‘’impassibles mais prompts à entendre sur procès verbal un député qui n’a eu que l’intention de conduire une jeune personne détentrice d’une fausse identité à la brigade de gendarmerie pour y être entendue’’.

Cette version des faits servie à volonté par le président du parti social démocrate, suscite de notre part des questionnements. L’intéressé peut-il prouver que la jeune dame incriminée et qu’il a voulu conduire à la brigade de gendarmerie était bien détentrice d’une fausse carte d’identité ? A supposer que cela fût le cas, pourquoi n’avait-il pas sollicité directement le concours des gendarmes présents sur les lieux? En quelle qualité peut-il se permettre d’embarquer manu militari et au vu et au su de tout le monde un paisible citoyen sous prétexte qu’il veut le conduire auprès des gendarmes ?

Dans tous les cas, les interrogations ne manquent de tarauder les esprits des uns et des autres qui restent dubitatifs sur les mobiles avancés par le député de Mouila, pour justifier son comportement. D’autant qu’ils sont nombreux à se perdre en, conjectures pour essayer de comprendre les motivations réelles de cet homme politique.

Lequel n’était nullement candidat à cette élection législative partielle, même si on peut lui concéder sa volonté de défendre, quoi qu’il arrive, les intérêts de son parti politique qui avait un candidat à ce scrutin et dont tout el monde en convient, n’avait aucune chance de l’emporter. En réalité, l’ancien membre du gouvernement est aux abois. Sachant que l’étau commence à se resserrer autour de son cou, tente, désespérément, de retourner la situation ainsi par lui-même créée en sa faveur.

Pour y parvenir, l’ancien ministre qui fait feu de tout bois, pointe un doigt accusateur en direction de ses adversaires, principalement le candidat du PDG, Julien Nkoghé Békalé, sans pour autant apporter la preuve irréfutable de ses allégations.

Il s’agit entre autres actes, soutient-il, l’achat de cartes d’électeurs, la délivrance de vrais faux récépissés, la désignation par le préfet des compatriotes devant diriger les bureaux de vote, la disparition des noms de certaines personnes sur les listes électorales, le bourrages des urnes. Toutes choses, si l’on en croit le député de Mouila, qui l’ont amené à sortir de ses gongs au point de sillonner l’ensemble des bureaux de vote pour tenter de perturber le déroulement du scrutin.

Tout y est passé, de son intrusion dans les bureaux de vote aux menaces proférées à l’endroit des membres des bureaux de vote, le leader du PSD est même allé jusqu’à vouloir enlever une électrice devant les gendarmes au motif qu’il la soupçonnait d’être détentrice d’un vrai faux récépissé de carte d’identité. Il faut dire qu’avant et pendant le vote, l’ancien ministre a posé des actes délictueux qui ont conduit les gendarmes de la brigade de Ntoum à l’interpeller dimanche après-midi puis à l’entendre sur procès-verbal.

En fait, tout le monde s’accorde à reconnaître que le président du PSD a agi de la sorte parce que bénéficiant de l’immunitaire parlementaire du député qu’il est. Cette situation lui est montée à la tête au point de se croire tout permis, y compris qu’il est au-dessus de la loi.

Il a envisagé, le moment venu, saisir la Cour constitutionnelle pour réclamer l’annulation du scrutin des législatives partielles du 6 juin dernier au premier siège du département du Komo Mondah. En effet, le président Maganga Moussavou qui vient de mettre le doigt dans un engrenage, était engagé dans la bataille pour l’élection du député du 1er siège de Ntoum par le biais de son candidat Crépin Tchibinda.

Qui, il faut bien le dire, a mené une campagne plus que discrète en ce sens qu’en dehors des meetings d’ouverture et de clôture, le psdéiste a mené une campagne de proximité qui n’a pas couvert les deux cantons et la commune du siège convoité.

Dans la nuit de samedi à dimanche, aux environs de 1 heure du matin, le patron du PSD a fait irruption au siège de la commission départementale électorale de Ntoum située dans les locaux du centre social de cette même localité, pour annoncer, sur un ton ferme, méprisant et arrogant, que si la commission concernée ne prenait pas en compte ses réclamations, il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la tenue du scrutin ce dimanche 6 juin. Ces déclarations n’ont nullement empêché les commissaires de poursuivre sereinement leur travail, notamment assurant le conditionnement des urnes et de tout autre matériel électoral nécessaire au bon déroulement des opérations électorales.

Dimanche matin, l’élu du peuple de Mouila a mis ses menaces de la veille à exécution. Aux environs de 6 heures du matin, le député Maganga Moussavou est venu barrer le portail du centre social de Ntoum à l’aide de son véhicule de marque Hummer immatriculé dans a province natale, pour empêcher le départ des différents présidents des 53 bureaux de vote que compte le siège en compétition. Pendant plusieurs heures, le président de la commission électorale locale, Sébastien Ondouo appuyé dans sa tentative par le superviseur national, Bouka a essayé autant que faire se peut, de ramener le président du PSD à de meilleurs sentiments.

Ainsi, il lui a été, par exemple, notamment proposé de se rendre au centre de vote d’Okolassi en vue de compter physiquement le nombre de bureaux de vote existants. Malgré cette démarche qui l’a conduit sur les lieux indiqués, Maganga Moussavou est resté arc-bouté sur ses ‘’convictions’’ de fraudes orchestrées, selon lui, par le parti au pouvoir avec la complicité de la commission électorale locale. En tout cas, rien ne saurait justifier le comportement blâmable du président du PSD, qui savait que son candidat faisait figure de ‘’petit poucet’’ dans une élection qui, en définitive, mettait aux prises deux ‘’éléphants politiques de la localité’’ à savoir le député sortant, Casimir Oyé Mba et le nouveau ministre des Mines, Julien Nkoghé Békalé.

Ne pas avoir à l’esprit cette grille de lecture n’est, ni plus ni moins, que faire preuve de ‘’cécité politique’’ de la part d’un adepte de la danse du crabe, tantôt devant, tantôt derrière et qui a cru bon de se comporter comme en territoire conquis.


Samedi 12 Juin 2010
Source : AGP
Vu (s) 1473 fois




1.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 12/06/2010 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est le far west!
J'imagine combien Mangaga Moussavou était dépassé par la fraude. Donc il n'a pas signé la charte du rassemblement républicain comme Mba abess?

2.Posté par Larévolte le 12/06/2010 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour une fois que j'apprécie le comportement de M. Maganga Moussavou. Cette histoire de fraude institutionnalisée du PDG peut rendre quelqu'un fou. Il a eu raison de se comporter comme cela. Si M. Maganga Moussavou s'est comporté en terrain conquis et s'être crû au-dessus des lois comme dit l'auteur de l'article, on dirait quoi pour Ali et son étatPDGGABON? Eux, ils sont carrément au-dessus de la constitution gabonaise qu'ils violent comme bon leur semble.

3.Posté par St.Michael le 12/06/2010 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Manganga Moussavou,

Nous vous l’avons dit que le pire dans la vie ce n’est pas faire un mauvais choix mais c’est de choisir le mauvais choix en toute âme et conscience.

Au lendemain du coup d’état électoral, Sir Manganga Moussavou (comme un certain Mba Abessolo) choisit le mauvais choix de valider et consolider la dictature en refusant d'integrer le FR qui regroupe tous les candidats rejettant le hold up electoral. Ce Manganga Moussavou declare meme que le FR n’a qu’à porter les preuves que le biafrais a fait un coup d’état alors que le sang verser sur ses frères et sœurs de POG est encore divisible sur les champs d’abattoir.

Ce Manganga Moussavou s’est même comporté comme certains Schizophrènes (JURGENT, PeaceTroubleMaker, Caillou, Desirezang, Ndoungou, Boukoubi, Jean PI(n)G….et d’autres VC-PDG) en faisant croire au monde qu’il n’y a eu que trois morts le 04/09/09 et les victimes se seraient elles mêmes tirées dessus pour piller les magasins….DAMN.

Après la formation du gouvernement usurpateur, ce Manganga Moussavou avec ses deux frères Divoungui et Paul Mba Abessolo declarent de manière concertée et synchronisée qu’ils supportent l’emergence biafraise et sont prêts à servir le pays (sic) dans le gouvernement usurpateur.

Manga et Divoungui suivent la même trajectoire d’auto destruction que l’ex-prêtre converti en traitre de dernier rang qui meurt du péché du ventre = Mettre les intérêts du ventre au dessus des intérêts de la Nation.

Let’s say it as plaineley as we can and once for all :

Manganga Moussavou, you may be clever, but you are not intelligent to my view:
•Cleverness pursues its own little aims. Cleverness is motivated by self interests and it is extremely short-sighted and produces short-lived outcome which eventually are self-defeating leading to own destruction.

•Intelligent sees the big picture, the large whole in which all things are connected.

•Cleverness divides and Intelligence includes and unifies people from diverse background.

We NDT (ACR+UN+PGP+MORENA+Ogouliguende+....+Anti-PDG) are aiming for Intelligence and not for cleverness…This is why we stand for UNITY in One People, in One Nation and in One Ideology = Complete, Adamant and Lifetime Freedom for All Gabonese.

Amen.

4.Posté par Diaz le 13/06/2010 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si l’article est signé de l’Agence Gabonaise de Presse (AGP), il est plus que certains que les allégations sur le comportement de Maganga Moussavou sont peu crédibles. Il n’a personne qui ignore que l’AGP n’est qu’un autre porte-voix du PDG comme le sont la RTG1&2, Gabon Matin, Gabonews et autres organes de propagande. Pour preuve, l’auteur refuse de reconnaître que les accusations de fraude que porte Maganga Moussavou sont avérées.

Ces mêmes faits dont s’offusque Maganga Moussavou ont également été évoqués par les Présidents Myboto (UN) et Mayila (ACR) dans leurs interventions respectives. Même si je reconnais que M. Maganga Moussavou a souvent un tempérament fougueux et parfois brutal, je ne vois pas en quoi il n’avait pas raison de barrer la route à la fraude.

Une chose est sure, si M. Maganga Moussavou avait réussi à bloquer la fraude, cela aurait grandement servi au candidat Oye Mba de l’UN. Le PDG par le biais de leur serviteur AGP ne peut que lui en vouloir pour cela. Pour moi, cet article entre tous simplement dans le cadre des pressions exercé sur M. Maganga Moussavou pour qui intègre (officiellement) la majorité républicaine de l’immergence.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...