News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le PDG n'a pas le monopole de l'unité nationale

Le site de la Liberté - Serge Edou le Samedi 20 Mars 2010 à 21:32 | Lu 901 fois

Durant le long règne de son fondateur, Omar Bongo, le PDG a revendiqué le monopole de l'unité nationale et de la paix. L'élection anticipée du 30 août dernier a fait voler en éclat ce qui semblait être désormais la marque de fabrique de ce géant parti aux pieds d'argile.



Gabon : Le PDG n'a pas le monopole de l'unité nationale

Serge Edou, diplômé en sociologie du développement, Université de Toulouse 2

A chaque élection présidentielle, ou encore à l'occasion de son adresse aux gabonais, Omar Bongo a toujours revendiqué le monopole de la paix et de l'unité nationale. De mémoire, aucun parti de l'opposition ne s'est engagé à faire la guerre, encore moins dans une partition du territoire nationale. L'on se souvient d'ailleurs qu'au cours d'un meeting à Port gentil, sur des banderoles, on pouvait lire : "est-ce qu'on mange la paix?" comme pour exprimer le rejet d'un slogan qui a fini par devenir indigeste.

Disons d'emblée que l'unité nationale n'a jamais été l'axe idéologique d'Omar bongo et son parti, le PDG. En réalité, Omar Bongo a réussi à théoriser la conservation du pouvoir, reprenant à son propre compte les théories développées dans "Le prince" de Machiavel. Il faut d'ailleurs souligner que si Omar Bongo n'a pas lu ce livre, on le lui alors habilement expliqué, tant il a sans doute été l'un des fidèles héritiers de Machaivel.

Omar Bongo a compris très tôt qu'il devait diviser pour mieux régner, pour régner sans partage. A cet effet, il a inventé ce qu'il a baptisé la "géopolitique". Les gabonais doivent comprendre que cette théorie est à l'origine du mal gabonais car il va remettre en cause les fondements d'une nation au sens où l'entend Ernest Renan, c'est-à-dire, groupe d'individius ayant une histoire commune et une communauté de destin.

Or, la géopolitique va affirmer peu à peu dans notre pays le repli identitaire, c'est-à-dire le clanisme, l'ethnisme, le clientélisme dans le seul but d'amener les gabonais à servir et à adorer une seule famille : la famille Bongo. Ainsi, la construction d'une nation gabonaise voulue par Léon Mba et fondée sur le principe "du gabon d'abord" est abandonnée au profit du principe de "mon ethnie d'abord, ma province d'abord ou encore ma famille d'abord".

Pour ce faire, Omar Bongo et le PDG ont fait des ministres des relais locaux du pouvoir politique au détriment de l'intérèt républicain. A titre d'exemple, les ministres présentés et fétés dans leur village d'origine, la désignation par province et par ethnie des responsables politiques ou encore la provincialisation et l'ethnicisation des plus hautes fonctions de l'administration et des sociétés d'Etat comme la dévolution du poste de premier ministre à un fang de l'estuaire, la dévolution du poste de TPG à un Nzébi ou un Téké, les administrations ou établissement à forte autonomie financière à des ressortissants du haut ogoué ou ogoué lolo.

Ce partage du gateau a fini par affirmer un repli identitaire qui est resté en latence, qui est resté refoulé pour parler comme Freud dans notre inconscient collectif. Une vraie bombe à retardement qui fait qu'un gabonais, aussi diplômé et compétent soit-il, ne pouvait espérer devenir premier ministre s'il n'est fang de l'estuaire, ministre des finances, TPG, DG de l'Oprag, des douanes s'il n'est ressortissant du haut ogoué ou de l'ogoué lolo,...

La mort de l'architecte de cette "géopolitique" a montré la fragilité, voire l'inexistance de cette unité nationale lors de l'élection anticipée du 30 août dernier. Les suffrages de tous les candidats l'ont été en fonction de leur appartenance à une ethnie, à une province. Ainsi, Ali Bongo a eu la majorité uniquement dans les provinces du haut ogoué et de l'ogoué lolo, Mamboundou dans les provinces à forte concentration du groupe éthnique punu. de même AMO, André Mba Obame l'a emporté dans les province à forte concentration de la communauté fang. De ce qui précède, l'unité nationale n'a jamais existé sous Bongo Omar.

On peut qualifier cette unité de consensus qui avait pour but d'organiser le pillage du gabon et d'inviter des représentants de toutes les éthnies à table afin que ces derniers servent d'alibi à Omar Bongo et au PDG.

Omar Bongo n'est plus. Mais son parti et ses affidés qui revendiquent son héritage, notamment la paix et l'unité nationale, continuent de "balkaniser" notre pays. L'idée d'Ali Bongo et du PDG d'organiser le concours de la police nationale par quotas provincial, idée du reste dénoncée par l'Union Nationale, est dans la continuité de la géopolitique et donc du repli identiatire. Un concours national doit etre fondé uniquement sur le mérite et non sur l'appartenance à une province, à une éthnie.

Plus qu'en France, c'est dans notre pays que doit réellement se poser la question de l'identité nationale. Car après une élection présidentielle qui a vu pour seule émergence le repli identitaire, que signifie être gabonais aujourd'hui?

Samedi 20 Mars 2010
Serge Edou
Vu (s) 901 fois




1.Posté par lafleur makaya le 21/03/2010 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonne analyse sociologique et sans parti pris. Ca démontre à suffisance que les jeunes gabonais sont sans commune mesure au peigne fin de la réalité politique du pays. Il est temps que ceux qui se réclament du pouvoir ou du pouvoir fassent le point et corriger ce qui peut l'être.
En un mot au lieu de m'étendre au risque de faire ou dire des contre vérités, que les autorités actuelles prennent à bras le corps ce qui se dit par nos jeunes talentueux analystes de la situation socio-politique du gabon.

2.Posté par bana bana gabon le 22/03/2010 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tres bonne analyse. Que le pouvoir comprenne comme on le dit si haut sur ce site que le peuple gabonais n'est plus dupe. Que ces vieux rococo qui pensent que le Gabon est leur propriété savent que leurs jours comptés.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...