News & Infos Utiles...


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le PDG à la croisée des chemins

l'info réelle 7J/7 - webmaster ONA le Lundi 13 Juillet 2009 à 21:44 | Lu 359 fois



Gabon : Le PDG à la croisée des chemins
Plus que 53 jours avant le scrutin de l'élection présidentiel et le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) demeure la grande inconnue sur l'échiquier politique. Suite à la disparition de son président fondateur et «candidat naturel», le PDG se trouve confronté pour la première fois de son histoire à la désignation d'un candidat capable de réunir les suffrages, une étape cruciale pour le parti au pouvoir depuis 41 ans et victorieux de tous les scrutins depuis la fin du parti unique. Privé de son élément catalyseur, les premières fissures apparaissent sur le bloc PDG, qui devra savoir canaliser les ambitions personnelles de ses cadres pour relever le défi de la continuité.

Alors que le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) s'apprête à présenter le 18 juillet prochain le «candidat du consensus», il n'est pas certain que ce dernier soit le seul à entrer dans la course à l'élection présidentielle.

Si une des militante de la première heure du parti, Victoire Lasséni-Duboze, ancienne présidente de l'Union des femmes du PDG (UFPDG), a présenté le 7 juillet dernier sa candidature en indépendante, d'autres suivront certainement.

D'ailleurs, le chef de l'Etat, Rose Rogombé, n'avait pas exclu ce cas de figure, quand elle déclarait le 3 juillet dernier «qu'il y aura sûrement plusieurs candidatures», issues des rangs du parti.

Les annonces du Bureau politique sur la loyauté et l'unité des candidats à la candidature du PDG auront sûrement du mal à contenir les candidatures des poids lourds du parti qui seront laissés sur la touche à l'issue du Congrès du 18 juillet prochain.

D'entre l'actuel ministre d'Etat aux Mines et au Pétrole, Casimir Oyé Mba, le Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, et le ministre de la Défense nationale, Ali Bongo Ondimba, les trois pressentis à l'investiture du parti, un seul recevra les lauriers du PDG, et on voit mal les deux autres se ranger derrière cette décision.

La sélection de l'un des dix candidats à la candidature signifie logiquement que ce dernier devra quitter ses fonctions ministérielles pour se consacrer entièrement à la campagne électorale.

Et pour tout candidat indépendant membre du gouvernement, il faudra également démissionner. Si une telle démission est logique, le parti devra en principe exclure de ses rangs tout candidat indépendant parce qu'il n'aura pas respecté la décision du parti.

La discipline est l'un des nouveaux chevaux de bataille du PDG. A l'issue des dernières élections locales, certains cadres du parti avaient écopé de sanctions disciplinaires pour avoir soutenu des candidats autres que ceux désignés par le parti.

On se rappellera notamment de Richard Auguste Onouviet, l'actuel ministre de la Décentralisation et de la Politique de la Ville, ou Rigobert Ikambouayat Ndéka, le secrétaire général adjoint du parti, qui avaient été respectivement suspendus pour 6 mois et 3 mois de leurs fonctions au sein du parti.

Il s'agissait alors des élections locales, mais cette fois-ci, c'est l'avenir même du parti qui est en jeu. Par conséquent les sanctions seront sans doute exemplaires et à l'aune des enjeux. Dans cet ordre d'idée, si les candidats indépendants sont exclus du parti, ils perdent surement leur mandat électif au Parlement et dans les collectivités locales.

Une telle exclusion entraînerait d'une certaine manière « l'exclusion mentale » de tout ceux qui avaient contribuer à l'élection de ces cadres du parti, c'est à dire l'exclusion du fief électoral du candidat. L'unité et la force électorale du PDG s'en trouveraient alors affaiblies.

Le PDG va-t-il opter pour la logique de la l'exclusion ? S'il ne le fait pas, toutes les sanctions prises récemment contres certains cadres pour faire régner la discipline au sein du parti ne seront-elles pas perçues par certains militants comme injustes ou fantaisistes. S'il le fait, n'ouvrira-t-il pas les vannes de l'implosion ?

Quelle posture pour Faustin Boukoubi ? Et pour le comité permanent ? Le PDG est vraiment à la croisée des chemins. Son avenir immédiat dépend de sa capacité à gérer ses contradictions les plus immédiates.

Lundi 13 Juillet 2009
webmaster ONA
Vu (s) 359 fois



Dans la même rubrique :
< >

Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Voyages | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...



Incroyable !