News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le Front lance un mouvement de «défiance» contre le pouvoir

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 28 Janvier 2015 à 06:38 | Lu 1980 fois

Réunis à la faveur d’un meeting organisé au siège de l’Union Nationale (UN) à Libreville, les membres du Front de l’opposition pour l’alternance ont lancé, le 27 janvier dernier, un nouveau cycle de protestation contre la majorité au pouvoir.



Annonçant pour le 29 janvier prochain une marche vers l’Assemblée nationale, le Sénat et la Primature, les membres du Front de l’opposition pour l’alternance ont informé leurs militants et sympathisants d’un nombre d’actions politiques à venir, dont la visée est une et unique : faire partir Ali Bongo du pouvoir au plus vite.

S’ils ont, contre toute attente, tenu leur premier meeting à Libreville sans heurts, ils sont aussi apparus plus déterminés que d’habitude, les récents évènements au centre desquels se sont trouvés certains des leurs, leur ayant prouvé qu’ils vivent dans «un Etat voyou qui refuse de protéger ses citoyens», ainsi que l’a affirmé Pierre Amoughe Mba. L’ancien ministre de la Culture est revenu sur l’actualité relative à l’agression dont Jean Ping et lui-même ont été victimes le 12 janvier dernier à leurs domiciles respectifs.

Si, à l’exemple des interventions de Paul-Marie Gondjout, Jean de Dieu Moukagni-Iwangou et Pélagie Itsana, ils sont restés fidèles à leur sujet de prédilection : l’éligibilité du président de la République, appelant les jeunes, les femmes et les étudiants à prendre leurs responsabilités devant «le parjure» commis par Ali Bongo, le meeting s’est également penché sur le projet de loi récemment annoncé par le président de l’Assemblée nationale, portant répression des actes de xénophobie, de racisme, de tribalisme et d’intolérance religieuse.

Une sauce que Zacharie Myboto a dit connaître parfaitement pour l’avoir goûtée en 2003, alors qu’il était député du Parti démocratique gabonais. «Guy Nzouba-Ndama qui est l’auteur de ce projet de loi liberticide et dangereux pour notre pays n’est pas à son premier coup d’essai. Il en avait déjà émis le vœux en 2003, au moment de la révision constitutionnelle».

Pour le président du Front de l’opposition pour l’alternance qui dit avoir contribué à l’échec de cette loi à l’époque, «il s’agit d’un texte pensé au profit d’individus bien déterminés, qui se trouvent au sein du cabinet du président de la République», pour ce qui est de la partie sur la xénophobie, l’évocation du délit de tribalisme lui, ne viendrait que pour conforter la loi sur l’élection présidentielle à un tour. «Ce n’est ni plus ni moins qu’un projet de loi aux relents politiques» contre lequel Zacharie Myboto et ses compagnons feront «front». Pour lui, le pays n’a jamais connu de troubles qui nécessitent l’adoption d’une telle loi qu’il juge lourde de conséquences.

Le Front de l’opposition pour l’alternance a appelé ses militants et sympathisants à de nouvelles manifestations de défiance contre le pouvoir en évitant de regarder, d’écouter et de lire les médias publics et proches du pouvoir qui, prétendent-ils, «ne relayent pas la vérité et abrutissent les Gabonais». Une curieuse demande qui a cependant précédé l’annonce d’un cycle soutenu de meetings et de causeries pour les semaines voire les jours qui viennent.

Gabonreview

Mercredi 28 Janvier 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1980 fois




1.Posté par Pala le 28/01/2015 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher FRONT,

Concentrez l’énergie à l’assemblée nationale qui doit convoquer la haute cour de justice. Toutes les manifestations à l’ASSEMBLEE NATIONALES et exigez la destitution pour non respect de la constitution et faux acte de naissance dans le dossier de candidature. C’est votre droit !

L’opinion internationale sera focalisée sur les manifestations demandant la destitution. C’est ça qui va mettre la pression sur qui vous savez.

Les médias seront là pour relayer le message au monde entier. Ne perdez plus de temps, les gens risquent de s’essoufler. Les gens ne demandent que ça.

Même si la personne veut s’aggriper comme un morpion on va lui demander de partir. C’est pas plus compliqué.

N’y allez pas 30 minutes et aller dormir pendant un mois mais restez campés là pendant longtemps et c’est ça qui va impressionner le monde entier.

Faites une stratégie pour vous relayer les uns les autres. Apporter de l’eau, des fruits avec vous et mêm evos médicaments dans vos poches, pour ceux qui en prennent. En moins d’une semaine ce type va s’en aller.

Pitié, Pitié, Pitié!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par Tchiéééééé le 28/01/2015 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui est vraiment Maixent Accrombessi?
(article pris sur la page du Cris d'espoir du peuple gabonais)

Voici la vie et l’histoire de ce personnage trouble
Accrombessi comprend très vite que celui qui gère "les caisses" contrôle l'administration, celui qui gère les "services" contrôle les Gabonais. En très peu de temps, il met l'administration à genoux et les généraux de l'armée aux gardes à vous. Les Gabonais sont tétanisés.
Le dernier livre de Pierre Péan nous apprend que le directeur de cabinet d'Ali Bongo et figure de proue de la légion étrangère ( entendez par-là l'équipe d'étrangers fraîchement naturalisés qui encadre le président Ali Bongo: Éric Chesnel conseiller à la présidence; Charles Bobbit, son conseiller américain pour le funk; Park Sangchul, plus connu sous le surnom de «Monsieur Park», qui dirige sa sécurité personnelle ; sans oublier les deux plus importants : Liban Soleman, chef de cabinet gabono-somalien, et Maixent Accrombessi, tout-puissant directeur de cabinet, d'origine béninoise...), est le véritable homme fort du pays.
En dehors, de son passage comme conseiller d'Ali Bongo au ministère de La Défense nationale, de ses fonctions actuelles, on ne sait presque rien sur sa vie. On dit qu'il a occupé dans le passé des travaux informels dont celui de démarcheur en immobilier.
Il est dit, qu'il croise André Mba Aubame (AMO) dans ses escapades libertines, il est le frère ou le cousin (?) de la meilleure amie de la "femme" béninoise de ce dernier. Nous sommes bien en Afrique, l'Afrique de la famille élargie, les amis des amis de nos amis sont nos amis.
"Ambianceur", jovial, toujours disponible même pour aller acheter des cigarettes chez le " Malien" d'en face Maixent devient très vite utile à AMO... Ã partir de là, dans une amitié intéressée, il commence ses débuts comme conseiller en "maraboutage" d'AMO, rabatteur de "nanas", porteur de valises, opportuniste en tout genre...
Ce qui est sûr, il arrive au Gabon avec les mallettes d’AMO qui le présente à son ami Ali. Au même titre que le griot vie aux dépens de celui qui l'écoute, il trouve chez Ali Bongo une oreille facile et un fort potentiel d'opportunités, Ali Bongo n'est-il pas le fils d'un Président.
Les mêmes prestations qu’il proposait à AMO, il les vend à Ali son nouveau "boss". Malin comme un Sioux, Maixent Accrombessi remarque très vite que ce nouveau "boss" à un gros penchant pour la superstition et les choses occultes, une aubaine... Une vraie aubaine, pour ce fils de Ouidah, ville du Bénin, Mecque du vaudou.
La suite vous la connaissez, avec un brin d'humour disons-le: en une décennie Maixent Accrombessi gravi tous les hauts échelons "de l'administration gabonaise": De démarcheur immobilier à chauffeur; De chauffeur à convoyeur de gri-gri; De convoyeur de gri-gri à maître vaudou; De maître vaudou à chef de cabinet; De chef de cabinet à directeur de cabinet; De directeur de cabinet à patron de l'État Gabonais.
Lorsqu'en 2009 Ali Bongo accède à la magistrature suprême, face à une assistance ébahie, il s'extasie " Ã nous les milliards. Je le tiens, il est là dans ma main».
Incroyable! Mais bon! Nous sommes au Gabon.....
Assis comme directeur de cabinet du président de la République Maixent Accrombessi s'empresse de s'accaparer tous les pouvoirs. Il comprend très vite que celui qui gère "les caisses" contrôle l'administration, celui qui gère les "services" contrôle les Gabonais. En très peu de temps, il met l'administration à genoux et les généraux de l'armée aux gardes à vous. Les Gabonais sont tétanisés.
Les rôles sont distribués : le président Ali Bongo touriste devant l'éternel jouit de ses voyages, Maixent mène le pays à la baguette.
"Maixent Accrombessi, gère les services secrets, les nominations dans la haute administration, les caisses de l'État, les agences rattachées à la présidence et le gouvernement."
Sa puissance, émane surtout de la mise sous sa tutelle des finances publiques de l'État, bien évidemment, l'argent nerfs de la guerre mère des batailles, est le point fort de la dictature des Bongo. Maixent Accrombessi s'en accapare au grand dam des ayants droits du régime et autre rapaces.
" (...) excédé par les manipulations auxquelles se livraient ceux qu'on appelle à Libreville la « Garde émergente» ou la « Légion étrangère » lors du vote de la loi de finances rectificative, Guy Nzouba Ndama, président de l'Assemblée nationale, sen est plaint lors d'un tête-à-tête avec Ali Bongof!. Il lui a révélé l'ampleur des ponctions sur les fonds publics auxquelles se livraient les « jeunes émergents », détaillant les lignes budgétaires fictives destinées, in fine, à remplir leurs poches, insistant sur les « détournements massifs » qui n'échappent pas à la connaissance du peuple. Il lui a signalé les manigances d'Yves-Fernand Manfoumbi, directeur du Budget, pour mettre à la disposition de son ami le « pôpô Maixent Accrombessi" des moyens exorbitants.
Ce système de prédation des finances publiques, décrit par Guy Nzouba Ndama, est on ne peut plus sophistiqué. Les visiteurs du bureau du « dircab II », au cinquième étage du palais du Bord de mer, peuvent appréhender concrètement comment se déroule ce pillage. Accrombessi dispose en effet d'un terminal informatique qui lui permet de gérer personnellement toutes les recettes et dépenses de l'État gabonais, notamment l'ensemble du budget d'investissement et les subventions publiques. Les ministères ne jouissent d'aucune liberté de manœuvre.
Dans ce système, la pompe à fric la plus avide est greffée sur une ligne budgétaire de la présidence intitulée (' Projets transversaux II, gérée exclusivement par Accrombessi. Les détournements se font notamment par le biais d'investissements fictifs. La toute-puissance du "dircab" est telle qu'il peut convoquer le TPG (le trésorier du Gabon) afin qu'il lui amène séance tenante des milliards de francs CFA en liquide, qu'il pourra ensuite faire filer vers l'étranger. La traque internationale du blanchiment est devenue si intense que les pilotes du système politico-mafieux gabonais utiliseraient également la banque centrale comme " lessiveuse".
Ainsi, le tout-puissant Maixent Accrombessi a installé dans son bureau à la présidence de la République un terminal informatique (avec toutes les habilitations) qui est directement relié à la trésorière générale du Gabon. Dans le tréfonds de son bureau, à son aise et peu importe l'heure, il transfert, se fait livrer des CFA, il ajuste en toute solitude, les plus et les moins du budget de la nation d'un pays pétrolier...
Le Gouvernement et le parlement assistent impuissant à cette entreprise de pillage systématique des finances publiques. L'opposition démocratique, la société civile, malgré les dénonciations, les condamnations de ces détournements sans précédent des caisses de l'État sont dans l'impuissance d'y mettre fin. Quant au peuple Gabonais, assommé par sa misère et préoccupé par la quête quotidienne de sa maigre pitance il s'en remet à Dieu à travers les églises dites du "réveil".
Le système de prédation, est bien huilé, Maixent Accrombessi s'appuie de très peu d'intermédiaires dont : "Yves-Fernand Manfoumbi directeur du budget; Sosthene Ossoungoû Ndibangoye trésorier payeur général; de Seydou Kane pour les sorties du territoire d'argent liquide. Aussi, quand les sorties d'argent sont de l'ordre de l'irrationnel, le système Accrombessi fait appel aux avions de Vincent Miclet, un français qui a fait fortune en Angola."
Le système de prédation des finances publiques de l'état Gabonais est tellement sophistiqué d'opacité, qu'on ose parier sans se tromper que sa mise en place à fait appel à des experts du grand banditisme et de la criminalité financière internationale.
En effet, le livre de Pierre Péan nous apprends que " Les paravents utilisés par Accrombessi rendent difficile, voire impossible, une estimation de sa fortune. Une bonne partie a été acheminée en liquide au Bénin, à l'ile Maurice, entre autres paradis fiscaux. Mais il aime la pierre, qui laisse des traces, en dépit des écrans dressés pour se dissimuler. Il avait ainsi acheté pour sa femme une somptueuse résidence en Virginie pour quelque 70 millions de dollars, qu'il a revendue pour un très luxueux appartement à Georgetown. Il s'y rend tous les mois à bord d'un Global Express appartenant à Vincent Miclet, si ce n'est à lui. A Paris, il possède des appartements rue Marbeau, boulevard Lannes et rue Lalo, une maison en Bretagne, des parkings, il a des comptes à Singapour, au Crédit lyonnais et à la HSBC de Hong Kong, des sociétés au Bénin et à Monaco...
Mais Maixent Accrombessi est pénétré d'un tel sentiment d'impunité qu'il ne se sert pas toujours de « petites mains » pour ses opérations, notamment pour le transport de caisses de billets de banque. Ainsi, le 13 novembre 2011, Ali Bongo étant en voyage officiel à Abu Dhabi, Accrombessi a utilisé un avion officiel pour se rendre à Cotonou. Intrigué par de si fréquents voyages, l'homme de la police des frontières en service ce jour-là a pris sur lui de fouiller l'avion sans en référer à ses supérieurs. Là, surprise : l'appareil ressemblait à la caverne d'Ali Baba! Le « dircab » était escorté de trois «jeunes filles » complètement shootées. Les policiers trouvèrent à bord de la drogue et quelques 5 milliards de Fcfa …"
Les estimations selon le Journal, ÉCHOS DU NORD, n° 222, du lundi 03 Mars 2014 :
"En quatre années de pouvoir, Ali Bongo Ondimba et les siens, selon un haut cadre du Trésor public sous couvert d’anonymat, ont eu entre les mains près de 15 000 milliards de FCFA. A cela s’ajoutent des excédents budgétaires de plusieurs milliards dont près de 850 pour la seule année 2013 ; des ressources d’emprunt sur les marchés internationaux de 1 250 milliards de FCFA et 40 milliards sur le marché domestique au mois de janvier 2014 ; un redressement fiscal de 400 milliards infligé à Addax Petroleum, sans parvenir à réduire la pauvreté."

3.Posté par ekomié le 28/01/2015 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La charte des nations unies reconnait le droit du sol aux peuples autochtones du Gabon.

Au nom de JESUS, la légion étrangère sera pourchassée dans ma terre natale du Gabon avant 2016. In Chala....!

4.Posté par Ah nyambiééééééé.......! soyons tous debout demain.....! le 28/01/2015 23:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Tchiéééééé



15000 milliards de francs cfa de budget du gabon en 5 ans de mandature auquels s'ajoutent des excédents budgétaires pétroliers de 850 milliards + 400 milliards d'addax pétroleum + 800 millions d'euros de redressement de Total gabon + 1250 milliards de cfa d'emprunts obligataires.2013 ++++

Fermez vos yeux et vos oreilles : c'est du pipo ?

Iil n'y a rien de vrai dans ses fonds que de la fuméééé noire au VAUDOU sucrééééé ....! Akiéééééééé....!

5.Posté par le popo le 28/01/2015 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pipo ou popo ? ou wopo en myéné galoi?

un budget , c'est pas une recette encaissée! soyez tranquille!

6.Posté par gogou le 28/01/2015 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@le popo

les budgets sont des recettes dès lors qu'ils sont annoncés excédentaires.
De même pour ta gouverne, sache qu'un emprunt d'état, fusse t-il obligataire, est une recette budgétaire et non pas un don destiné à la légion étrangère via la BEAC....!

ki vivra en 2016 verra le feu....!

Tomorrow tous à l'assemblée nationale réclamer notre part du butin...!

7.Posté par Doumbénéni le 29/01/2015 01:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le FRONT fatigue les gens. Ping est fini. Et ses amis aussi. Ali a gagné.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...