News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Le Front du refus se prononce sur le contentieux électoral

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Vendredi 18 Septembre 2009 à 01:25 | Lu 1144 fois

A l’occasion d’un point presse donné le jeudi 17 septembre, les candidats à l’élection présidentielle du 30 août dernier réunis au sein du "Front du refus du coup de force électoral", ont interpellé l’opinion nationale et internationale sur le contentieux électoral et le climat politique actuel, marqué, entre autres, par des «atteintes aux libertés publiques», le «bâillonnement de l’opposition», l’existence anticonstitutionnelle d’un «Président de la République bis». Ci-après, le texte intégral de la déclaration prononcée par Jean Eyéghé Ndong, porte-parole du "Front du refus du coup de force électoral".



Gabon : Le Front du refus se prononce sur le contentieux électoral
Déclaration du 17 Septembre 2009

Les candidats à l'élection présidentielle du 30 août 2009 et les chefs des partis politiques de l'opposition réunis ce jour portent à la connaissance de l'opinion publique nationale et internationale ce qui suit:

I - En matière des libertés publiques, nous interpellons Madame le Président de la République sur les privations de liberté, les arrestations arbitraires dans les domiciles ou sur la voie publique de paisibles citoyens subissant souvent à cette occasion des humiliations et autres vexations. Nous dénonçons aussi les nombreuses bavures des forces de défense et de sécurité à Port-Gentil, à Libreville et sur la route nationale en tirant à balles réelles avec des armes de guerre. Un officier de police judiciaire, en a subi l'amère expérience en se faisant arroser copieusement par une patrouille de la Gendarmerie.

Les faits sur les atteintes aux libertés publiques sont d'autant plus nombreux et inquiétants, qu'ils touchent même plusieurs officiers des forces de défense dont un haut responsable du Conseil National de Sécurité mis récemment aux arrêts pour des raisons non élucidées. Dans ces exemples de dérive dictatoriale intolérable et inacceptable, la liberté de l'information n'est pas épargnée, et on assiste au verrouillage et à la manipulation de l'information relative aux activités légales et républicaines de l'Opposition.

Nous tenons une fois de plus à mettre en garde le pouvoir sur les nombreuses tentatives de bâillonnement de l'Opposition dont des plans d'élimination physique de certaines personnalités seraient envisagés. Nous demandons à Madame le Président de la République de prendre ses responsabilités et toutes ses responsabilités conformément à l'article 8 de la Constitution.

C'est ici l'occasion de nous étonner de ce que monsieur Ali Bongo Ondimba n'étant investi d'aucuns pouvoirs de Chef de l'Etat et ne pouvant donc utiliser les attributs de la République se comporte comme un Président de la République bis. A cet égard, nous relevons pour le regretter, l'accueil digne d'un chef d'Etat en exercice qui lui a été réservé dans certains pays frères de la République Gabonaise, en ignorant la présence du Président Rose Francine Rogombe à la tête du Gabon dont elle est pour l'heure le seul Chef d'Etat.

Un tel amalgame confine au mépris des institutions de la République et du peuple gabonais. Cet amalgame est d'autant plus scandaleux que déjà une note verbale du ministère des Affaires Etrangères portant le numéro 00000592 du 14 septembre 2009 annonce l'investiture d'Ali Bongo Ondimba la semaine prochaine, alors que le contentieux prévu par la constitution n'est pas encore entamé.

II - Mesdames messieurs, chers compatriotes, nous avons introduit ce jour des recours en contestation de l'élection de Monsieur Ali Bongo Ondimba conformément aux prescriptions légales. Ces recours reposent sur le fait que 67% des procès-verbaux des bureaux de vote examinés par nos experts comportent de très graves irrégularités et des cas de fraudes manifestes. Nous attendons donc à cette occasion que, au nom du peuple gabonais, la Cour Constitutionnelle dise le droit et la vérité sur le résultat de cette élection présidentielle. Elle y joue son crédit et celui des membres qui la composent.

III - Nous remercions les populations qui ont suivi le mot d'ordre de «villes mortes» que nous avons lancé en mémoire des compatriotes tués à Port-Gentil par les forces de défense et de sécurité. A cet égard nous vous informons du déclenchement de notre mission d'information, pour Port-Gentil, annoncée précédemment sur ces exactions. La mission est conduite par le professeur Pierre André Kombila accompagné du professeur John Nambo, de l'honorable Daniel Kombé Lékambo et de l'ancien maire Jean Blaise Moussavou Maganga.

IV - Enfin nous tenons à marquer notre profonde indignation à la suite des graves déclarations du journaliste Francis Sala Ngoua Beaud, sur l'ensemble des médias publics et privés. Nous condamnons fermement ces déclarations ainsi que la dangereuse manipulation qui vise à compromettre l'excellence des relations du Gabon avec ses voisins.

Pour clore notre propos, nous convions la presse nationale et internationale à l'importante conférence de presse que nous animerons jeudi 24 septembre 2009 à 11 heures ici même au quartier général de l'UGDD.

Auteur : gaboneco

Vendredi 18 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 1144 fois




1.Posté par espoir le 18/09/2009 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
marre des recours .vous avez des sous payé vous les service d'al kaida .nous le peuple nous vous avons fait honneur a votre tour de nous faire honneur .pas besoin d'une armée ou de recours juste un membr d'al kaida le jour de l'investitur nous comptons sur vous et arretez de nous divertir avec vos plaintes vous vous croyé dans un pays de droit hé ben non la nous somes dans la jungle donc agissez ALI nous prends pour du betail alors koi

2.Posté par MOBILISATION le 18/09/2009 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La justice gabonaise notamment la cour constitutionnelle a le dos au mur.

Il faut dire le droit rien que le droit.


Pour répondre à espoir : Il faut procéder au recours pour montre au monde que la procédure a été respectée.

Les autres actions par la mobilisation de tous doivent suivre pour ne pas.

En mai 1968, la France a fait asseoir sa liberté par la détermination de son peuple.

Les gabonais doivent par tous les moyens se battre pour ne pas laisser la dictature s'installer.

Il est dommage de voir que sur différents sites, des gabonais (encore faut-il vérifier leur identité) se mettent à faire des commentaires stériles.

Toutes nos familles au gabon sont dans la misère ; ceux-là qui applaudissent les actes négatifs posés par Ali depuis son auto-proclamation doivent fait appel à leur conscience ; ce sont les mêmes qui demain vont aller demander 500 FCFA ou 100 FCFA pour pouvoir prendre un taxi ou payer un pain.

Ceux qui aiment le gabon c'est maintenant le moment d'être courageux !!!

3.Posté par cqeza le 18/09/2009 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sages paroles cher Mobilisation. Il est uniquement question de courage. Je reste persuadée que tous nous voulons le changement. Les affaires se gatent dès qu'il est question de participer à des actions constructives. je crois que trop de frères et soeurs ont épousé la résignation qui est une bien piètre compagne, amorphe, traitre et moribonde. Ceux qui souhaitent la révolution c'est l'autre extreme, ceux étouffés par le ras-le-bol et qui s'impatientent de la sérenité parfois incompréhensible de nos leaders. Nous les plus calmes, nous devons conjuguer avec toutes ces énergies pour en extraire le capital utile. Reconnaissons la légitimité de leurs craintes quand on sait que la cour constitutionnelle auprès de laquelle la coalition pose son recours est aussi celle qui a validé sottement des résultats farfelus; une cour dirigée par la petite copine de feu OBO et donc qui pense à ses gosses Bongo Ondimba dont le frère veut être président. Tout cela inquiète nos consitoyens à juste titre. La faim s'impatiente du retard de l'ouverture du banquet.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...