News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - La réalité du pays : Violences policières : à quand la fin de l’impunité ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 6 Mai 2013 à 08:24 | Lu 938 fois

Les cas de dénonciations, sans suite pour la plupart, de violences policières, ne finissent plus de remplir les tiroirs des commissariats de police, et les colonnes des journaux locaux. Impliqués dans de tristes affaires de vols, d’agressions, de brutalité, de trafics en tous genres et mêmes de meurtres, les hommes en uniformes continuent malgré tout de s’illustrer négativement, car protégés par leurs supérieurs hiérarchiques. Le dernier cas en date, un jeune étudiant en Droit, Hassan Nzamba Mendy, a été pris arbitrairement à partie par un gendarme et ses collègues, samedi 4 mai dernier au quartier PK 11.



Gabon - La réalité du pays : Violences policières : à quand la fin de l’impunité ?
Que faudra-t-il que les populations fassent pour que cessent enfin les dérives dont se rendent coupables quotidiennement les forces dites « de l’ordre et de sécurité » dans les rues de la capitale ? Régnant en maîtres absolus au-dessus des lois, les garants de la sécurité des populations sont devenues depuis un certain temps, leurs bourreaux.

Les derniers faits en date se sont déroulés samedi 4 mai dernier aux environs de 19 heures au quartier PK 11 de Libreville.

Un taxi-bus roulant dans le sens PK8-PK12 entame une manœuvre de stationnement pour laisser descendre des clients au PK 11.
Engagé dans sa manœuvre, le véhicule de transport en commun sera surpris et gêné par une moto de la gendarmerie nationale venant à toute allure derrière lui.
Violant le code de la route, cette dernière va effectuer un dépassement à toute vitesse sur la droite, manquant de faire perdre le contrôle du véhicule, au chauffeur du taxi-bus, qui réussira tout de même à se garer de toute urgence.

Contre toute attente, après sa manœuvre dangereuse, l’homme en uniforme, une jeune recrue, Mickael Amoundji Louri, stationnera quelques mètres plus loin. Revenant à pied vers le taxi-bus, il rouera de coups, le chauffeur, sans autre forme de procès.

Ce dernier, surpris, subira l’agression du gendarme sans comprendre, sous l’œil indigné des passagers du véhicule, qui s’insurgeront contre cet accès de violence gratuite.

L’un d’entre eux, Hassan Nzamba Mendy, étudiant en Droit à l’Université Omar Bongo, tentera de raisonner l’agent de gendarmerie en lui demandant d’arrêter de s’en prendre au chauffeur.

N’appréciant pas son intervention, l’agent Amoundji Louri, va alors porter son agressivité sur le jeune étudiant.
« Tu veux prendre sa place ? », lui demande-t-il.
Plus une affirmation qu’une question, il va faire le tour du véhicule pour agresser à son tour le jeune homme qui était en train de descendre.

« Je lui ai demandé pourquoi il frappait le chauffeur alors qu’il ne lui avait rien fait. N’ayant pas apprécié ma question, il a tenté de me frapper à deux reprises. Mais j’ai réussi à esquiver les coups à chaque fois. Profitant d’un moment d’inattention au cours duquel je confiais mon sac à ma petite amie qui se tenait à côté de moi, il m’a violemment poussé par terre », témoigne Nzamba Mendy au sortir du Centre Hospitalier de Libreville, avec le bras gauche en écharpe.

« Ensuite, le gendarme est monté sur moi pour me rouer de coups. Je me suis défendu en lui rendant ses coups. Les badauds qui assistaient à la scène nous ont séparés », continue-t-il.

Mais ne comptant pas s’arrêter-là, l’homme en uniforme va s’armer d’une pierre qu’il assènera sur le bras du jeune homme, avant de l’empoigner et lui déchirer la chemise, en criant « je vais finir avec toi ! ».

« Quand il s’est retrouvé à quelques centimètres de moi, j’ai senti qu’il empestait l’alcool », renchéri Nzamba Mendy.

Craignant le pire, ce dernier échappera une deuxième fois à son agresseur, allant se réfugier dans un bar, où ce dernier va le poursuivre, armé cette fois-ci, d’une latte de bois.

Aidé par ces collègues qu’il avait entre-temps appelé en renfort, l’agent Mickael Amoundji Louri, complètement en furie, va rattraper le jeune étudiant à hauteur de l’hôpital de Mélen où il le plaquera au sol avant de le brutaliser, puis de le menotter et de l’emmener, non pas à la brigade du PK9, mais au poste de surveillance du camp de gendarmerie se trouvant à quelques mètres de la brigade (chose somme toute illégale, les interrogatoires devant se dérouler à la brigade).

Interrogé là-bas par le commandant du poste, le jeune homme subira la loi des gendarmes, à la fois juges et parties, sans se voir dresser un procès verbal à la fin de sa déposition.
Il s’est également vu refuser le droit de porter plainte pour agression, le commandant le défiant même de se rendre directement au tribunal.

S’étant rendu au CHL après son « interrogatoire », Nzamba Mendy s’en est sorti, heureusement pour lui, avec des contusions au bras gauche et quelques hématomes, mais est toujours en attente des résultats des examens complémentaires qu’il a passés.

Suite à toutes ces violations de ses droits, l’étudiant en Master de Droit à l’UOB, compte déposer une plainte au Tribunal de Libreville, pour agression, coups et blessures volontaires, ainsi que d'autres voies de faits dont se serait rendu coupable l'homme en uniforme.

Pendant ce temps, l’agent Mickael Amoundji Louri, ainsi que beaucoup d’autres comme lui, jouissant de la solidarité de leurs collègues et de la protection de leurs chefs, continuent d’agresser impunément les populations qu’elles sont censées protéger.

Au-delà des discours et autres promesses de changement, de sanctions et de formations de ces agents qui sont aujourd’hui la honte des forces de police et de sécurité gabonaises, de vraies actions pour en venir à bout de ces déviances incessantes, sont plus que jamais urgentes. Ce, pour éviter qu’un jour, les populations elles-mêmes ne décident de se faire justice…




Publié le 06-05-2013 Source : Gaboneco.com

Lundi 6 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 938 fois




1.Posté par coudou le 06/05/2013 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si tu as bien retenu son visage,
tu lui feras la peau le jour où il sera en civil ou tu lui empoisonne dans un bar.

coudou

2.Posté par Lola le 06/05/2013 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ces types n'étaient pas devenus des mandiants, le problème ne se poserait pas. Mais avec leurs besoins alimentaires, on comprend pourquoi l'achernement sur ceux qui ne donnent pas un petit billet. En réalité, nos hommes en uniformes ont réalisé qu'avec ce boulot, on peut multiplier des tontines de ba 10 mil, 20, voir 30 et 50 mil francs. ce qu'ils ne peuvent faire que grace à l'escroquerie et à l mandicité. "oh mon grand, ma grande soeur, votre petit frère ou votre petite soeur a trop parler" vous meme voyez ce que vous pouvez donner pour qu'il ou elle avale la salive". C'est la petite chanson qu'ils ont tous à la bouche. Alors soit on leur rappelle qu'un homme en arme de fait pas des affaires, mais sert plutot l'Etat, on les envoie faire le "bayame" au marché. Labas l'argent tombe parfois cadeau dans la main.

3.Posté par LE GABOMA le 06/05/2013 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
COMME ILS NE RESISTENT PAS A L'ATTRAIT DE L'ALCOOL CES HOMMES EN UNIFORMES RECRUTES EN REALITE POUR SERVIR DE CHAIR A CANON AU CAS OU MBA OBAME PRENDRAIT DES ARMES CONTRE LE POUVOIR EMERGENTD'OU LEUR RECRUTEMENT BACLE ; UNE BONNE BOUTEILLE DE VIN DE PALME LOCAL CONTENANT EGALEMENT DU CYANURE FERAIT L'AFFAIRE PETIT .

4.Posté par Pâle Lôgè le 06/05/2013 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je pense que ces agents poussent les populations à la révolte. Je m'explique. Frustrés de plus arnaquer les ba 500, 1000, 2000 5000 voire 10000 et qu'ils multipliaient à volonté puis, de subir les injustices et les humeurs de leurs chefs, collaborateurs du régime en place, ils s'en prennent à nous, pauvres inoffensifs, pour se défouler. Alors luttons autrement. Lors de cette bagarre, les autres clients se seraient mêlés. Le gendarmes aurait compris le danger. Mais hélas! Ils se sont dits« Ah qui lui a demandé de parler». Là est un signe de lâcheté dont nous faisons preuve parfois sinon souvent!

5.Posté par tarchidime le 06/05/2013 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous vous laissez un peu trop faire. cette situation est vécue par bon nombre de compatriotes sans que ceux-ci ne puissent ou n'osent réagir, mais pourquoi? Simplement parce que l'uniforme fait peur. Il ne doit faire peur que s'il n'est porté que par celui-là qui s'en montre digne. Quant aux autres, honnêtement, il faut user à leur endroit de la violence et y répondre coup pour coup. A trois reprises j'ai ainsi pu remettre chacun à sa place ces vauriens, et de fort belles manières.

6.Posté par Monefang le 07/05/2013 03:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Communiqué: Appel à la jeunesse Gabonaise

La nouvelle génération Gabonaise devrait constitué un poids lourd dans la vie politique Gabonaise du futur .Surtout pour les élections présidentielles à venir.
Sur le choix de celle ou de celui qui devra conduire le pays les dix prochaines années. Nous devrons choisir un seul et unique candidat pour la jeunesse. " Le candidat de la jeunesse"

Ainsi nous choisissons ensemble notre candidat dont les conditions requises seront:
-être de nationalité Gabonaise de père et de mère
-être âgé(e) de 25 ans à 38 ans
-détenir au moins un BEPC
-Avoir résidé au Gabon pendant au moins dix ans consécutif
-Enfin le candidat doit avoir été au moins une fois dans sa vie membre d'une association humanitaire, de quartier,lycéenne, étudiante ou autre.

De ce fait ,nous estimons qu'il est grand temps de prendre nos responsabilités et devoirs afin de s’impliquer à la gestion des affaires publics de notre pays et de notre devenir.
Pour cela, dès l'année 2014, nous commencerons à lancer les activités pour faire ce choix à l'intérieur comme à l'extérieur du Gabon via une campagne de sélection.

Alors nous représentons plus de la moitié de la population Gabonaise, donc un tel projet est bien faisable. Afin de mettre barrière aux prédateurs et arrivistes qui veulent se servir du Gabon pour leurs intérêts personnels et non collectifs.

Mouvement Nationaliste Gabonais
Emploi-Croissance-Prospérité

7.Posté par @SNIPER le 08/05/2013 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trop parler pour dire TOUJOURS les mêmes choses et les mêmes conneries, devient à la fin ENERVANT.
C'est VRAI, vous devenez vraiment énervant à la fin ; vous tous, qui racontez toujours les mêmes bêtises sur ce blog, et à chaque post.

Combien de fois FAUT-IL VOUS LE DIRE !

LA SEULE MANIERE DE LIBERER NOTRE PAYS DES MAINS DES ETRANGERS QUI LE MAINTIENENT EN OTAGE, C'EST DE TIRER UNE BALLE DE CALIBRE 12 DANS LA TETE D'ALI BONGO, LE PREMIER D'ENTRE EUX.

C'est la SEULE ET UNIQUE VOIE DE SORTIE.

TOUT VOTRE BAVARDAGE N'EST QUE VERBIAGE INUTILE ET SANS FIN.

OUI,
SANS L'ATTEINTE DE CET OBJECTIF PRINCIPA ET PRIMORDIAL, TOUTES vos prouesses grammaticales de docteur es science, phD, agrégé et je ne sais quoi d'autre, ne sont que caca dans un wc de brousse.

Le GABON nous reclamme son DROIT de sol. REAGISSONS !

NOUS, on y travaille, en tout cas.
Et dans bientôt, vous aurez de nos nouvelles.

Ali Bongo
Marie Mborantsuo
Maixent Accrombessi
Liban Souleyman
Guy Nzouba Ndama
Léon Nzouba
Séraphin Moudounga
Et Jean-François Ndoungou
....

Voilà les PREMIERES TETES que nous allons faire tomber dans bientôt.

8.Posté par gabonaise née le 08/05/2013 02:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne suis pas surprise par cet article.

Triste, désolant. D'une tristesse épouvantable. Il y'a trois semaines environ, mon grand frère a été tabassé par un béret rouge nommé Lekosso Maxime.

Quelqu'un m'a demandée aujourd'hui si j'étais capable d'entrer aservice de l'armée si mon pays est en guerre. Ma réponse a été bien simple: "Je ne me sens pas originaire de ce pays. Il ne mérite pas que je meurre pour lui!"

Le Gabon est un pays .... d'une injustice sans nom. Mais, la justice de Dieu est implacable. Le Gabon, un pays tout pourri!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...