News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La «misère» des PMI-PME, les marchés de l'Etat aux sociétés étrangères...C'est l'émergence

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 11 Février 2010 à 11:25 | Lu 1690 fois

Les PME-PMI gabonaises souffrent depuis toujours d’un profond malaise qui les empêche de s’épanouir et de gagner en compétitivité. Absence des institutions financières appropriées, inaccessibilité au marché public, la longueur de délai de règlement des factures par l’Etat…, sont autant des difficultés auxquelles sont confrontées ces entreprises. Le Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, a suggéré aux banques locales de voler à leur secours, notamment celles du secteur du BTP. En l’absence d’une vraie politique de financement des entreprises, cette solution n’aura qu’un effet limité...L'emergence !



Gabon : La «misère» des PMI-PME, les marchés de l'Etat aux  sociétés étrangères...C'est l'émergence
Paul Biyoghé Mba, a récemment réuni les représentants des chefs d’entreprises du secteur de bâtiment et des travaux publics (BTP) et ceux des banques présentes sur le marché gabonais. L’objectif de cette réunion tripartite étant d’évaluer l’ampleur des difficultés qui entravent le fonctionnement des entreprises de ce secteur et voir comment les banques locales pouvaient les financer.

Les difficultés auxquelles font face les PME-PMI du BTP tiennent en gros à trois difficultés majeures que sont la rareté de financements, l’inaccessibilité aux marchés publics et le retard de paiement de leurs facteurs par l’Etat....Reservé aux étrangers.

Les chefs d’entreprises du BTP ont signifié au Premier ministre que la rareté de financement est due à la quasi absence des institutions financières car, en dehors de la Banque gabonaise de développement (BGD), le Gabon ne dispose pas d’institutions financières fiables pour prendre en charge le développement et l’expansion des PME-PMI. Les institutions telles que le Fonds d’aide et de garantie (FAGA), le Fonds de développement et d’expansion des PME-PMI (FODEX) et Promo Gabon, crées dans le but de promouvoir les entreprises ne sont pas à la hauteur de cette tâche.

Ils ont également dénoncé les difficultés qu’elles rencontrent pour accéder au marché de l’Etat, accusant ce dernier de préférer travailler avec les grosses entreprises «étrangères», repoussant ainsi à la marge les entreprises locales. Or, ce marché qui représente des centaines de milliards de francs CFA chaque année, est un formidable levier pour le développement de celles-ci et partant, pour l’élargissement du tissu entrepreneurial gabonais.

Enfin, les retards de paiements de factures des entreprises par l’Etat est l’une des causes principales de la forte mortalité des PME gabonaises notamment celles de ce secteur aux coûts exorbitants. Le délai officiel du règlement d’une facture est de 120 jours, mais il arrive souvent que ce délai soit multiplié par deux soit 240 jours, quand ces factures ne finissent pas dans la gibecière de la dette intérieure. Une situation intenable pour celles des entreprises qui n’ont pas un fonds de roulement conséquents.

Conscient de ces difficultés, Biyoghé Mba qui a longtemps été ministre des PME-PMI, puis ministre du Commerce et Développement Industriel, a associé les banques de la place à cette rencontre pour voir dans quelle mesure celles-ci pouvaient participer aux financements des investissements des ces entreprises appelées à donner les premiers coups de pioche des infrastructures du «Gabon émergent».!!!!

Si les banques ont accepté d’accompagner les entreprises, elles ont néanmoins demandé au gouvernement de régulariser le paiement des factures des entreprises pour leur permettre de faire face à leurs obligations vis-à-vis des banques.

Toutefois, il est certain que ce n’est pas de ces banques que viendra le salut des PMI-PMI gabonaises. Il faut des vraies institutions financières chargées essentiellement de financer les entreprises à chacune des phases de leur croissance. Si l’Etat tient vraiment à développer les PME-PME gabonaises, il pourrait par exemple leur réserver un quota du marché public afin de leur assurer, pendant une période donnée, une solvabilité qui leur permettra de mieux se développer et gagner en compétitivité.

L'émergence pour les sociétés étrangères, qui vivra, verra.

Source : Gaboneco et LVDPG


Jeudi 11 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1690 fois




1.Posté par yacelio le 12/02/2010 07:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
EKIEEEE !!! a ne naa !!!!! aucun commentaire sur cet article depuis là ? voici des citoyens qui ne s'intéressent qu'à la politique !!!! pas à l'économie et dire qu'il veulent développer ce GABON !!!!!!



2.Posté par yacelio le 12/02/2010 07:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je profite pour annoncer une mesure de mon programme de citoyen présidentiable !!!!

mesure en faveur de l'emergence et de la la maîtrise du commerce par les nationaux une fois je serai élu : interdiction sera faite aux expatries de faire du commerce de distribution dans les départements ,ils ne le feront que dans les communes

proposition concrête et non injures comme c'est de mise sur le site !!!

3.Posté par Biboulou le 12/02/2010 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'y a pas besoin de commenter des bêtises. Qui peut croire un seul instant qu'un étranger pourrait favoriser les Gabonais? Son beau-père Valentin a tous les marchés de l'assurance; son beau-frès Balloche atous les marchés du BTP. Le peut qui reste est donné pour partie aux Béninois avec qui Obi Jeffrey danse le vaudou sous l'influence d'Akrombessi; l'autre aux Maliens dont des ressortissants sont ses marabouts; et le reste est confiée à ses parents Ibo et biaffrais de la Gre routière. Quelle preuve supplémentaire veulent les Gabonais pour se convaincre qu'ils ont un étranger à la tête de l'Etat?

4.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 12/02/2010 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je rempile Biboulou. Le pire c'est qu'on ne verra jamais les routes: les français qui détiennent les BTP n'ont jamais livré des routes fiables

5.Posté par St. Michael le 13/02/2010 04:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chères Vraies Elites du Gabon,

N’ayons pas peur des éclaires qui ne sont pas suivies du tonnerre.
N’ayons pas peur de ceux qui ne peuvent tuer que le corps sans pouvoir tuer l’esprit.
Les Kalebas, les Beninois, les bollores et sarkozy passeront, mais la Nation Gabonaise et le peuple Gabonais ne passeront guère.

Quand une structure est mal conçue on la démolit et on recommence une autre plus stable.
Oui, on peut aussi être amené à détruire une fusée après lancement si ce lancement est raté et expose la population à un danger.

C’est de ce désordre que sortira l’Ordre du Gabon d’Abord pour tous les gabonais.

Certes, vous me direz que St.Michael est très optimiste…où est son sens de la réalité…pourtant regardons autour de nous :
1-Le Rwanda qui vient de toucher le fond est au point de dépasser le Gabon sur le plan de développement malgré nos 2,000 Milliards CFA de budget annuel.
2-L’Ethiopie dont on connait que par la misère est plus développée que le Gabon qui est immensément riche.
3-Encore plus proche et plus récent, la Guinée Equatoriale qui était 3 fois en arrière (2000) sur le Gabon se trouve aujourd’hui 10 fois en avance sur le Gabon en moins de 10 ans. Elle est même prête à accueillir la CAN et pas le Gabon.

We do not belong to the doom and gloomy world. We True Gabonese as (1) will rebuild our country and leave a prosperous and blessed heritage to our children and grand children. Amen.

6.Posté par Ali7 le 13/02/2010 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut d'abord avoir une politique économique et industrielle pour le pays. Ce qui n'est pas le cas. En quoi la construction des infrastructures modernes au gabon aura des retombées positives au pays si la manne qui a financé toutes ces infrastructures s'envolent après à l'étranger. Ce n'est rien d'autre que de l'évasion fiscale.

Au usa, la première puissance économique du monde, il existe une loi qui réserve aux petites et très petites entreprises environ 40 % des marchés publics pour la simple raaison qu'elles sont plus nombreuses et emploient également beaucoup de personnels directement ou indirectement sans oublier leur impact social.

Il faut également imposer par la loi des sous-traitances entre ces grosses entreprises et les entreprises locales dans chaque marché public. Vous me diriez que c'est impossible. je vous répondrais que c'est très possible dans notre pays si il y a la volonté politique. En France, si Bouygues a un marché, il fera appel à des petites entreprises locales pour sous-traiter, soit l'électricité, le carrelage, la peinture, l'adduction d'eau etc. Et c'est très bon pour l'économie et pour toutes les parties.

S'agissant de délais de paiement qui vont de 120 jours à 260 jours, tout est relatif aussi. il faut aussi que les entreprises et les entrepreneurs jouent également leur jeu. Il faut que les entreprises qui ont des marchés soient réellement enregistrés avec un bilan d'activité pour que la banque les suivent. or ce qui se passe, ce sont des marchés truqués et détournés par le cousin qui a eu vent de quelque chose. Certes il y manque au Gabon des organismes financiers qui soutiennent les entreprises mais il faut aussi structurer en profondeur le tissu économique du pays. Il faut des vraies chambres de commerce ( information, formation des entrepreneurs, enregistrement pour créer des sociétés). L'apip n'imforme pas sur les possibilités d'aides aux entreprises, les aides à la création d'entreprises, les experts comptables qui pourront négocier avec les banquiers. il n' ya rien de tout cela. Ils prennent tout simplement leur argent.

Pourquoi il n' y a pas de chambres de commerce sur l'ensemble du territoire national pour encourager et développer le tissu économique ?


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...