News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La gestion calamiteuse du pétrole !

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Vendredi 25 Juin 2010 à 22:14 | Lu 1518 fois



Gabon : La gestion calamiteuse du pétrole  !
Le lancement de la vente de blocs du domaine pétrolier du Gabon, initialement annoncé pour le 5 mai, a été fixé au 27 octobre 2010, vient d’annoncer le pouvoir gabonais. En approuvant la nouvelle date de lancement du projet du 10ème appel d’offre des blocs libres du domaine pétrolier gabonais en mer profonde et très profonde, le Conseil des ministres n’aura pas fait oublier que le pétrole gabonais est « la chose du système Bongo ». L’appel d’offres concerne « 42 blocs pétroliers en mer profonde d’une superficie de 110.000 m2″.

Le système BONGO, qui repose sur le management de la misère des Gabonais, répond par le silence à toutes les demandes de débat sur la gestion du pétrole. Manque t-il de marges de manœuvres ? Est-il dépassé par son arrogance ? Nul ne sait vraiment, les deux sans doute !

AUCUNE CONTRIBUTION AU DÉVELOPPEMENT

Le pétrole aurait pu contribuer au développement de deux manières : lutte contre la pauvreté et apport substantiel de ressources financières. Mais, l’expérience de la gestion des ressources pétrolières de tous les bongoïstes de ces trois dernières décennies n’est pas concluante. La répartition inéquitable des revenus pétroliers, la gabegie des autorités politiques et la dette écrasante (gagée le plus souvent sur le pétrole) a rendu impossible une optimisation des ressources financières de l’Etat gabonais. Le pétrole a surtout engendré l’affaiblissement de cet Etat et l’enrichissement d’une poignée d’oligarques bongoïstes. Elle a, en outre, engendré, un système sécurocrate, avec toutes les dérives qui vont avec.


Normalement, les revenus pétroliers comprennent les recettes de la vente de la partie de la production de pétrole qui revient de droit à l’Etat, les royalties et le paiement de bonus de signature lors de l’attribution des permis exploitation. Comme dans tout Contrat de Partage de Production (CPP), les bénéfices pétroliers sont partagés entre l’Etat et les compagnies selon les clauses du contrat.

Le taux des royalties (dont le pourcentage est peu clair au Gabon si on ne s’appelle pas Bongo) s’applique sur le volume brut de production (avant toute déduction) ; les royalties sont perçues dès le démarrage de la production. Le calcul du « profit oil » se détermine en déduisant de la production brute les coûts (le « cost oil ») et les royalties. Les revenus pétroliers qui devaient fournir une masse de ressources suffisante pour le développement d’un pays d’à peine un (1) million d’habitants, ont surtout contribué à la faiblesse des institutions étatiques et accentué la dépendance du Gabon envers la ressource. Compte tenu de la masse des ressources générées par le pétrole, chaque Gabonaise et chaque Gabonais pourraient prétendre régulièrement à un dividende mensuel d’environ 100 000 francs cfa (150 euros).

Le système Bongo ne veut définir aucune stratégie de distribution de revenus, ni aucune politique fiscale pour faire face à la pauvreté des citoyens (qui doivent se contenter de la compassion des Bongo et du parti-Etat, le PDG) et aux fluctuations des prix du pétrole. L’absence d’un Fond d’épargne manifeste l’incurie du système Bongo et son incompétence. Les besoins nécessaires au développement ont plus que souffert de l’absence d’un fond de stabilisation, destiné à faire face à l’évolution du prix des revenus pétroliers en fonction des fluctuations du prix du pétrole. Et que dire d’un vrai « compte bancaire centralisé » au Gabon qui aurait pu recueillir les revenus non anticipés qui alimentent un fonds de stabilisation fiscale pour le temps où le prix du pétrole commencerait à chuter ? Rien !

CE QU’IL FAUT FAIRE

Si l’émergence à la gabonaise n’était pas une plaisanterie animée par des plaisantins, avant le lancement de la vente de blocs du domaine pétrolier du Gabon, il aurait fallu :
- Activer le fameux compte bancaire centralisé et surtout rendre publics tous les comptes bancaires ouverts dans les paradis fiscaux avec l’argent de l’Etat gabonais ;
- Définir l’administration chargée de gérer et contrôler toutes les activités liés au pétrole ;
- Limiter les incertitudes des recettes par des instruments de couverture de risques moyennant un paiement contre redevance ; ces instruments devant fournir une garantie contre les fluctuations des prix ;
- Appliquer des politiques d’ouverture des marchés et procéder à une mini-déréglementation et en améliorant l’efficacité de raffinage ;
- Examiner les conditions d’évolution de la raffinerie actuelle de pétrole et s’attaquer aux problèmes que posent les infrastructures en ruine.

Toutes ces réformes peuvent s’articuler autour de l’appel à la concurrence, à la privatisation et à la libéralisation de la redistribution intérieure qui ne soit pas que du seul ressort des non-Gabonais (c’est déjà le cas mais il convient simplement de l’élargir à d’autres sociétés qui impliquent davantage de Gabonais). Or, l’enrichissement des Gabonais n’est pas au programme du système Bongo qui ne disposerait plus de souffre-douleurs sur lesquels exercer une coercition d’un autre âge.

La transparence de la gestion du pétrole gabonais est une nécessité pour éviter les désastres politiques et économiques futurs. Elle est à la fois réalisable et vitale. La gestion réussie de la richesse pétrolière est l’un des défis majeurs auquel font face le Gabon et les entreprises pétrolières.

Bruno Ben MOUBAMBA
Vice-Président de l’Union Nationale
bruno@moubamba.com


Vendredi 25 Juin 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 1518 fois




1.Posté par LE TROGLODYTE le 26/06/2010 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


MAINTENANT NOUS DEVRONS NOUS BATTRE POUR FAIRE ÉCHEC A CETTE OPÉRATION DE VENTE OU DE SESSION DE NOTRE PÉTROLE. JE SAIS QUE LE TERRITOIRE GABONAIS EN OFFSHORE OU EN OFFSHORE APPARTIENT BIEN AUX DIFFÉRENTES COMMUNAUTÉS DU GABON PROFOND. DE COCOBEACH A NDINDI EN PASSANT PAR BATANGA, PORT GENTIL, EMBOUE, GAMBA ET MAYUMBA, LES SECRETS DE MER SONT DÉTENUS PAR NOS VIEUX SAGES QUI CROULENT IMPUISSANT DEVANT LES RICHESSES QUI LEUR SONT EXTORQUÉES! POUR CELA J' INVITE:

- tous les patriarches de nos villages d' agir sur nos eaux territoriales afin de faire échouer toute tentative d' exploitation ou de production de ce mazout!

- j' en appelle a la vigilance et a la sensibilisation de nos parents qui habitent ces zones de la nécessite d' agir car depuis toujours le pétrole leur est subtilise, voir même vole sans le moindre changement de leur quotidien! doivent -ils continuer a a fermer les yeux devant ce que je qualifie de génocide économique? nos parents doivent savoir que le pétrole de leur terre appartient a la famille bongo exclusivement qui enrichit les beninois et autres français, leur informer que le négoce de notre pétrole est assure a l' internationale par le beninois DOUSSOU, comme si le GABON ne dispose pas de fils et des filles jusqu'ici' ici capables d' assurer ce travail!


j' en appelle aux chefs de terre de Cocobeach, de port gentil, de gamba, de mayumba et de ndindi, de lembarene qu' ils s' appauvrissent au détriment de la franceafrique, de la famille bongo, et des beninois! que leur pétrole est ainsi vole et vendu, voire même brade! et qu' ils ne jouiront jamais de ces richesses, ni maintenant ni dans l' avenir!


faisons ce travail de sensibilisation de nos sages pour que les actes soient poses! que les pipelines ne puissent forer que de la boue et de l' eau, que les installations s' écroulent, que la visibilité de leurs appareils soient bien nulle au moment de la pose des instruments d' exploitation.


oui chers compatriote cest possible encore chez nous au Gabon, cest possible dans mon village et je sais de quoi je parle!
menons cette campagne contre la paupérisation instituée des communautés locales qui sont exclues de toute participation aux actions de développement qui touchent leurs villes et villages!






2.Posté par As de trèfles le 26/06/2010 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL faux passer aux actes au delta du niger ils agissent en camicase

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...