News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La gendarmerie, une énième fois sollicitée sur le front estudiantin.

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 18 Mars 2014 à 16:20 | Lu 923 fois

La matinée du lundi 17 mars a été troublée sur le campus de l’Université Omar Bongo par une nouvelle grève des étudiants, dispersés dans leur élan par des unités de gendarmerie, qui ont usé à volonté de gaz lacrymogène pour doucher la furie estudiantine dont les revendications ont tournaient autour du départ du campus de l’opérateur téléphonie mobile, Airtel, accusé de gestion frauduleuse des deniers public liés aux inscriptions d’étudiants, la fin de la suspension des activités d’associations sur le campus, la nullité des exclusions jugés arbitraires d’étudiants leaders, et la récurrence des problèmes de retards de paiement de la bourse.



Levée matinale des franchises universitaires

‘’ Nous avons été surpris à notre réveil de constater la présence inhabituelle de gendarmes sur le campus, patrouillant dès les premières heures de la journée ’’ s’exclamait au micro de mazleck info un étudiant. Les collectifs d’étudiants s’indignent contre ce qu’ils assimilent à une militarisation du campus.

Un décor qui a visiblement été loin d’être dissuasif, puisque les étudiants ont tenu la pari de l’organisation de leur assemblée générale, en dépit de la prise d’assaut du lieu du rendez vous- sous l’arbre à palabres- par les gendarmes. Le fin de ces échanges à tourné au vinaigre, après que les gendarmes aient chargé des bombes lacrymogène et assourdissantes contre les étudiant, en vue de disperser tout regroupement de protestation.

L’opposition entre les deux camps

Les gendarmes ont encerclé les lieux, en prenant sous leur contrôle les principales issues, avec à la clé, la sortie filtrée des étudiants et des personnels souhaitant vider les lieux. Pour montrer ‘’patte blanche’’, c’est quasiment les mains levées qu’il fallait avancer pour espérer être dispensé de tout soupçons.

‘’Les dures’’ ont eu choisi d’opposer résistance à la présence policière, entre jets de projectiles contre gaz lacrymogène et chasse poursuite sur le voie publique, les gendarmes traquant ceux montés sur la voie jouxtant le campus, pour y ériger des barricades.

Les mobiles du débrayage

Les étudiants ont justifié cette nouvelle montée de l’adrénaline par des opérations jugées en trompe l’œil du paiement de la bourse, qui se caractérisaient par l’affichage de noms de bénéficiaires, sans que ces derniers n’aient accès en amont aux cartes du trésor public, leur permettant de passer à la caisse. Sur un tout autre volet, les étudiants dénoncent de nombreux laissés pour compte parmi leurs camarades, à l’image des trois mille dossiers qui s’éterniseraient en cours de traitement du côté de l’agence nationale des bourses du Gabon, ANBG.

Le mode de paiement des inscriptions est un autre facteur qui fâche. Les étudiants disent dénoncer une intrusion de l’opérateur téléphonique mobile, Airtel, dans ce processus, en agissant en lieu et place du comptable public.’’ Nos frais d’inscription relèvent des deniers publics, et il n’est pas question que ces fonds soient laissés aux mains d’un privé qui agisse en lieu et place du comptable public.

On ne peut pas cautionner l’illégale’’ a laissé entendre le président de la ligue estudiantine des droits de l’Homme, Anatole N’nang Mézui. La ligue estudiantine des droits de l’Homme, qui a saisi jusqu’ici sans succès, le conseil d’Etat, le Premier Ministre et la commission parlementaire en charge des finances.

La nullité des mesures d’exclusions qui frappent près d’une quarantaine de leaders estudiantins, vraisemblablement pour leur engagement sur le front de la contestation, figure au nombre des préoccupations des étudiants, qui crient à une chasse systématique aux sorcières.

Copyright@www.mazleck.info
Mars 2014

Mardi 18 Mars 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 923 fois




1.Posté par Le HNR. La marque de référence! le 18/03/2014 23:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les forces de l' semblent être une solution pour revendication au Gabon. Cela explique clairement le reforcement des troupes lors du recrutement l'an passé. Mais qui est plus Gabonais que qui? Qui doit revendiquer quoi? Gabon de merde oui !!!

2.Posté par Le HNR. La marque de référence! le 18/03/2014 23:32 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les forces de l' ordre (pour ne pas dire "desordre") semblent être une solution pour toute revendication au Gabon. Cela explique clairement le reforcement des troupes lors du recrutement de l'an passé. Mais qui est plus Gabonais que qui? Qui doit revendiquer quoi? Gabon de merde oui !!!

3.Posté par le pauvre du gabon le 19/03/2014 20:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment cette situation demontre combien de fois la dictature est elevee dans le pays qu''on appele "le gabon". c''est tout cela qui provoque la tension estudientine! vive le gabon et son drapeau tricolores qu''on ne respecte plus a cause des dirigeants nuls qui sont a la tete du pays! c''est normale que ces etudients puissent rentrer en greve pour de tel choses si deja que le PR touche un budget de 2milliars/mois comment dire que le gabon manque d''argent? comment poura-t-on reduir la pauvrete dans le gabon si deja le PR lui-meme et sa loge gouvernementale ne sont pas un model d''exemple pour la nation gabonaise? on emerge ou on immerge? c''est quoi ca!?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...