News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: La fille d'Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 23 Novembre 2011 à 21:11 | Lu 2439 fois



Gabon: La fille d'Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane
Pascaline Bongo, ancien directeur de cabinet et fille d'Omar Bongo, a démenti «formellement» ce mercredi la contribution du défunt président gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy dont l'accuse un de ses anciens conseillers. «Je tiens à démentir formellement (les) propos sans fondement ni connexion avec la réalité» de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l'opposition, qui «affirme que (...) Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne du candidat Sarkozy en 2007», a indiqué Pascaline Bongo dans un communiqué.

La fille d'Omar Bongo a exprimé sa «profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi grossières que mensongères», et ajouté que «M. Jocktane n'apporte et ne peut apporter la moindre preuve à l'appui de ses allégations». L'accusation émanant de Mike Jocktane figure dans un entretien réalisé en septembre par les journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, auteurs du livre Le scandale des biens mal acquis (Editions La Découverte), à paraître jeudi.

M. Jocktane y confirme les révélations de l'avocat franco-libanais et conseiller de l'ombre de présidents français pour l'Afrique, Robert Bourgi, qui a affirmé en septembre avoir remis «20 millions de dollars» à l'ex-président Jacques Chirac (1995-2007) et à son Premier ministre Dominique de Villepin. Mais il va plus loin que l'avocat selon lequel «ni Omar Bongo ni aucun autre chef d'Etat africain» n'ont remis d'argent à Nicolas Sarkozy par son «intermédiaire». L'enquête lancée après les accusations de Robert Bourgi vient d'être classée sans suite faute d'éléments pour prouver des faits par ailleurs prescrits. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse pour le moment à tout commentaire.

Mercredi 23 Novembre 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2439 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par NDAPIARE le 27/11/2011 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le tollé médiatique provoqué par les révélations de Mike Jocktane dans le livre des journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnung, livre sorti cette semaine sous le titre Le scandale des biens mal acquis, m’amène aujourd’hui à prendre la parole sur ce sujet, notamment sur la question relative à la crédibilité du pasteur Mike Jocktane.
Quand il s’agit de juger de la crédibilité ou non de Mike Jocktane, je crois être l’une des rares personnes au monde à pouvoir en certifier, preuves à l’appui.
Comme je l’ai souvent écrit sur le site du mouvement en exil “Bongo Doit Partir” (BDP), dont je suis le président, j’ai été approché officiellement au moins par six fois par des émissaires d’Omar Bongo tentant de me rallier au régime. J’ai rejeté toutes les six sollicitations. Mike Jocktane eut le privilège de négocier la sixième tentative de rencontre entre le dictateur Omar Bongo et moi-même en 2007.
Autrement dit, ma rencontre avec Mike Jocktane en 2007 s’inscrit dans une dynamique par laquelle, depuis 1999, Omar Bongo n’eut de cesse d’essayer de me rencontrer, en vue non seulement d’acheter ma conscience, mais également de me rallier à son régime. C’est d’ailleurs à cause des multiples échecs causés par mon refus de ces rencontres que le régime finança plusieurs scissions au sein du BDP, à commencer par celle de Siméon Ekoga en 2003, que le régime alla présenter à la télévision au Gabon comme le nouveau président du BDP, avant de proclamer la “dissolution” du BDP et son remplacement par le RDPG; puis les frères Bessacque qui créèrent le BDP-Démocrate en 2004 quand la rencontre voulue par Omar Bongo à Washington échoua (voir à ce propos les partie 1 et partie 2 de notre rétrospective sur l’historique du BDP, et cet article résumant l’histoire des trahisons et scissions financées par Omar Bongo). Plusieurs autres clones virent par la suite le jour (“Bongo Doit Présider”, “Bongo Doit Persister”, “Bongo Doit Rester”, etc.), clones dont l’objet était de diluer l’impact politique potentiel du mouvement “Bongo Doit Partir”, dont la création date de décembre 1998. Plusieurs milliards de francs CFA furent dépensés par Omar Bongo dans son d´´sir soit d’obtenir mon ralliement soit de détruire et moi et le mouvement “Bongo Doit Partir”. D’ailleurs, Ali Bongo a lui aussi, dès août 2009, financé son propre clone du BDP en achetant la conscience des représentants du BDP au Gabon, qui se transformèrent en “Bloc Démocratique Populaire” après avoir eux aussi proclamé la fameuse “dissolution” du mouvement “Bongo Doit Partir” et “élu” un nouveau président.
Quoique, quelques temps avant la mort de son épouse Edith Bongo, il y eut une septième tentative plutôt informelle d’Omar Bongo voulant que j’aille le rencontrer en Libye pour des pourparlers relatifs à son désir de me voir rallier son régime, sa dernière tentative officielle (la sixième) date de 2007, époque où, justement, il chargea Mike Jocktane de venir négocier une rencontre entre Omar Bongo et moi lors de la tenue de l’Assemblée Générale de l’ONU de cette même année.
Comme le démontre la vidéo de cette rencontre entre Mike Jocktane et moi-même, j’avais en effet non seulement rencontré Mike Jocktane le 27 septembre 2007 à Montclair dans le New Jersey aux Etats-Unis, mais aussi refusé d’aller à New York rencontrer Omar Bongo (New York se trouve à seulement une vingtaine de kilomètres de la ville de Montclair au New Jersey).
J’avais posé comme condition incontournable que la rencontre avec Mike Jocktane ne serait possible que si Mike Jocktane acceptait qu’elle soit filmée, aux fins justement d’éviter que le régime ne puisse exploiter cette rencontre pour faire courir des bruits sur un éventuel achat de ma conscience. Je voulais ainsi garder un moyen de défendre ma réputation au cas où Mike Jocktane ou le régime faisait courir des bruits sur moi qui résulteraient de ce meeting entre Jocktane et moi-même. Et j’avais promis à Mike Jocktane que la vidéo ne serait rendue publique que si, lui, s’amusait à faire un rapport public tronqué de ce qui s’était passé au New Jersey. Malheureusement, Monsieur Jocktane n’ayant pas tenu parole, la vidéo fut rendue publique le 25 août 2088, près d’un an après mon rejet de la rencontre voulue par Omar Bongo en septembre 2007.
Mais Mike Jocktane n’était pas le seul homme du régime impliqué dans cette négociation. Il y avait certes Mike Jocktane lui-même qui servait alors de Conseiller personnel du président de la République, mais aussi Omar Bongo Ondimba (ancien dictateur décédé en juin 2009), André Mba Obame (dernier Ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo passé dans l’opposition en 2009 suite au décès du dictateur), Ali Bongo Ondimba (fils du dictateur et ancien Minsitre de la défense devenu lui-même président dictateur suite aux élections tronquées d’août 2009). Mais c’est bel et bien à Mike Jocktane qu’Omar Bongo donna la périlleuse mission de me rallier au régime.
Quoique, comme le montre la vidéo, Mike Jocktane échoua dans sa tentative de me rallier au régime des Bongo, il est important de comprendre qu’en tant que l’un des hommes de confiance d’Omar Bongo, et sur la base de ma rencontre avec le personnage, sa crédibilité ne peut être remise en cause.
Quoique Mike Jocktane ne m’ait offert aucune valise d’argent lors de ma rencontre avec lui (Il savait que cela m’insulterait), il ne faisait aucun doute que si j’avais accepté de rencontrer Omar Bongo, non seulement Mike Jocktane lui-même se serait retrouvé enrichi au centuple pour avoir réussi le coup d’amener Daniel Mengara à Omar Bongo comme un trophée, surtout là où tant d’autres avaient échoué, mais beaucoup d’autres hommes du régime comme Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame en auraient tiré d’immenses dividendes politiques et financières. Il va aussi sans dire que moi-même, en tant que trophée qu’Omar Bongo jusque dans ses derniers jours rêvait de cueillir, en aurait forcément, si j’avais été corruptible, tiré les bénéfices suivants:
1) Une mallette d’argent qui n’aurait pas manqué d’atteindre au moins un milliard de francs CFA, tant Omar Bongo souhaitait la disparition du site “Bongo Doit Partir” (http://www.bdpgabon.org).
2) Un poste de ministre pour ponctuer l’accord.
Il se trouve que, étant professeur d’études francophones à Montclair State University dans le New Jersey aux Etats-Unis, et me trouvant pleinement satisfait de mon emploi, ni les postes de ministre ni les mallettes d’argent d’Omar Bongo ne m’intéressaient, ce qui expliquait mon arrogance vis-à-vis du régime et mon rejet des six propositions de rencontre émanant d’Omar Bongo. Je savais que ces pourparlers n’avaient pour objectif rien qui aille dans le sens d’améliorer les conditions politiques et économiques des Gabonais. Or, je n’aurais accepté de rencontrer Omar Bongo que si la discussion visait vraiment à cette amélioration et non à me corrompre.
Ce qui est sûr, néanmoins, est que ma rencontre de 2007 avec Mike Jocktane est édifiante à plusieurs niveaux:
1) elle démontre qu’il était en effet un des hommes de confiance d’Omar Bongo puisque, dans sa maladroite tentative de montrer que ce n’est pas Omar Bongo qui avait sollicité la rencontre de 2007, il affirmait néanmoins être celui qui avait convaincu Omar Bongo de me rencontrer lors de son séjour à New York en Septembre 2007. Si Mike Jocktane jouissait d’une telle influence auprès d’Omar Bongo, c’est que, quelque part, il était un homme essentiel pour la survie du régime des Bongo.
2) elle démontre qu’il savait pas mal de choses sur la psychologie d’Omar Bongo puisque non seulement il défendit son dictateur avec bec et ongles, mais il confirma pour moi ce que je savais déjà, c’est-à-dire que c’est Omar Bongo en personne qui bloquait la délivrance de mon passeport et qui en faisait un objet de chantage. Comme le dit Mike Jocktane dans la vidéo, Omar Bongo et lui-même pensaient que si j’acceptais la rencontre, on pourrait alors discuter du problème de mon passeport. C’est d’ailleurs l’une des choses qui me firent sortir de mes gongs lors de la rencontre car je me trouvais indigné de voir Omar Bongo se livrer à un chantage aussi bas, c’est-à-dire utiliser la délivrance de mon passeport comme un outil de chantage pour m’obliger à une rencontre avec lui.
3) elle démontre qu’il était l’un des garçons de course d’Omar Bongo. Après avoir, exactement comme le montre la vidéo ci-dessus, envoyé paître Mike Jocktane, il m’avait été rapporté que Mike Jocktane avait été salement rabroué par Omar Bongo, qui n’avait pas digéré cet énième échec de me rallier à son régime. Cependant, Mike Jocktane continua, il me revenait, à jouer un rôle d’appoint dans les démarches d’Omar Bongo vis-à-vis des opposants gabonais. Mike Jocktane confirme ainsi lors de notre rencontre de septembre 2007 que c’est lui qui avait négocié le ralliement de Pierre Mamboundou à Omar Bongo, un rôle, donc, de porteur de valises qui fit de lui un personnage central dans l’achat des consciences des opposants gabonais. C’est probablement parce que Mike Jocktane avait réussi à rallier ou du moins à pacifier Pierre Mamboundou vis-à-vis d’Omar Bongo qu’Omar Bongo lui confia par la suite la mission de me rallier, moi, Daniel Mengara. Seulement, parce que je ne mangeais pas du pain des Bongo, je fus obligé d’envoyer paître Mike Jokctane.
Le passage de Mike Jocktane dans l’opposition en 2009 suite au décès d’Omar Bongo doit-il, donc, automatiquement lui enlever toute crédibilité lorsqu’il affirme qu’Omar Bongo aurait ou avait financé non seulement la campagne de Nicolas Sarkozy, mais également fait preuve de pas mal de largesses vis-à-vis de la classe politique dans son ensemble?
Je pense que non. Comme il le dit lui-même, ces transactions furent, dans les milieux bongoïstes, des secrets de polichinelles. La vidéo de ma rencontre avec Mike Jocktane devrait pouvoir montrer à suffisance que s’il ne servit pas lui-même d’intermédiaire porteur de mallettes entre la classe politique française et Omar Bongo (et cela reste à prouver, vu que Mike Jocktane possède lui-même pas mal de petites “affaires” à Paris), ce rôle d’intermédiaire porteur de mallettes, il le joua pleinement dans sa tentative de rallier deux opposants au régime des Bongo, c’est-à-dire au moins Pierre Mamboundou d’une part (succès, selon lui, dès avril 2006 selon Jeune Afrique puisque Mamboundou se rallia plus ou moins à Bongo suite aux négociations entamées après les élections présidentielles de décembre 2005) et Daniel Mengara de l’autre (échec). On a ainsi du mal à imaginer un tel confident d’Omar Bongo ignorer l’autre pan des réseaux de corruption mis en place par Omar Bongo, un dictateur qui avait une habileté sans pareil dans le maniement des Francs CFA comme outils de consolidation de son régime. A l’intérieur du pays, il enfonçait copieusement des liasses de CFA et des “cadeaux” dans la gorge de ses opposants les plus virulents pour les faire taire ou les apprivoiser; et à l’extérieur du pays, il noyait copieusement la classe politique française sous des déluges de CFAs, y compris son “péti” Sarkozy. Sarkozy ne manqua d’ailleurs pas de lui montrer sa reconnaissance en faisant d’Omar Bongo l’un des trois premiers chefs d’état africains à rendre visite au “péti” à Paris. Un honneur copieusement apprécié par le mollah gabonais, qui avait craint un dérapage du “péti” qui avait trop fortement promis la “rupture”.
Pour avoir, donc, rencontré Mike Jocktane en 2007, et après avoir moi-même jaugé puis analysé ses affirmations lors de cette rencontre vidéographie entre lui et moi, je trouve ses révélations tout à fait crédibles.
Et si son passage dans l’opposition depuis 2009 peut servir d’indication sur l’évolution de sa moralité politique, force est de reconnaître que cette transformation luit positivement sur cet homme longtemps égaré sous le bongoïsme. Je lui trouve au moins l’excuse d’avoir évolué trop jeune dans ce milieu pourri qui l’a pourri pour un temps, avant que la mort de Bongo ne lui donne l’opportunité d’une rédemption qui en fait aujourd’hui un champion des causes du peuple. C’est cela, en fin de compte, le voie de Dieu. Le Dieu miséricordieux qui pardonne leurs péchés à ceux qui ont la force mentale de les reconnaître. Sur ce plan, on ne peut que lui tirer chapeau, au compatriote Mike Jocktane et surtout, saluer son humilité: il reconnaît aujourd’hui que sur cette vidéo certificatrice de nos positions idéologiquement opposées en 2007, c’est bien moi qui avait raison quand je l’appelais à cette conversion morale au bénéfice du peuple gabonais.
Dieu est donc grand puisque notre jeune compatriote a bien écouté mes conseils. C’est tout ce qui compte, à la fin.
Fait le 26 novembre 2011 à Montclair, New Jersey, USA
Dr. Daniel Mengara
Professeur d’études francophones à Montclair State University (New Jersey, USA)
Président, mouvement “Bongo Doit Partir”
Bongo Doit Partir
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Tél. : (+1) 973-447-9763
Fax : (+1) 973-669-9708

15.Posté par Mulumbu dimbu. le 25/11/2011 05:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si vous faites attention aux propos de Bourgui, vous comprendrez qu'il ne dit pas que Bongo n'a pas remis de l'argent à Sarkozy. Il dit clairement qu'il n'était pas l'intermédiaire de cette tractation (transaction, que dis-je!). C'est donc idiot de croire que cette declaration serait un démenti. Ce que l'idiot pourrait comprendre c'est que aucun chef d'État africain n'a financé la campagne de Sarkozy; qu'a donc dit le fils Kadaffi! Ce n'est pas parce que Mike Jocktane dit que des caméras cachées filmaient ces opérations financières qu'il devrait avoir les films, c'est stupide de penser ainsi. Et d'ailleurs aucun esprit ne peut croire que dans un tel milieu où la sécurité est importante il n'y ait pas de caméras qui épient les va-et-vient des hôtes. Pour discréditer un message, il faut ébranler la crédibilité du messager. C'est la technique de ceux qui ont quelque chose à cacher. Comment peut-on demander des preuves à un oeil? C'est un peu la faiblesse de la justice qui voudrait une preuve à tout. Mais elle est bonne ainsi. Ce n'est pas parce que cela ne sera pas prouver que les événements n'ont pas eu lieu. Si on veut aller plus loin, ce serait à la présidence de montrer les enrégistrements (dates et heures que Jokctane) de cette période, montrant qu'aucune transaction ne s'est déroulée. Il serait trop facile de dire qu'il n'y aucun enrégistrement (je travaille en sécurité). Il est possible de connaître la vérité, les hommes laissent toujours des traces mais pas toujours accessibles aux profanes. On verra bien qui cachera la vérité... Arrêtez de prendre les gens pour des idiots, on sait lire.

14.Posté par petit MAMBOUNDOU le 24/11/2011 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pascaline,

Merci de confirmer les propos de Jocktane. Les gens ne t'ont pas comprise. Tu viens de montrer au Gabonais que la président français, Sarkozy le raciste qui a hâtivement soutenu le biafrais, ton frère ennemi, a reçu de l'argent gabonais pour sa campagne de 2007. Merci pour ton intervention. Que les Gabonais te comprennent dans ce sens. Tu ne viens pas distraire. Tu ne fais que confirmer les dires du pasteur. Nous attendons que les évêques gabonais tels que Timothé de Franceville, qui allait dormir à la présidence, Basile Mve qui recevait les hummers de la présidence disent quelques choses au peuple. Le régime commence à tomber, Ali ne contrôle rien.
Merci Pascaline, mais demande pardon au peuple pour tout le mal de votre famille fait au au Gabon

13.Posté par AUDIT le 24/11/2011 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE SYSTEME EST EN DECLIN DEPUIS WASHINGTON JUSQU'A BERLIN EN PASSANT PAR PARIS ET LONDRES.

RIEN NE SERA LAISSER AU HAZARD TOUT LE SYSTEME BONGO RENDRA DES COMPTES.

CETTE FAMILLE A RATER UNE OCCASION DE SE RECONCILIER AVEC LE PEUPLE GABONAIS.QUEL DOMMAGE!!!!

12.Posté par Okoume le 24/11/2011 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lu pour vous sur Gaboneco.com... Message Publié le 23-11-2011 à 12:29 par Pascaline

b[« Secret de polichinelle ]b
Vous êtes Mike Jocktane, aujourd'hui vous sortez de votre bois pour enfin dire ce qui est connu de tous les gabonais que Bongo père distribait l'argent du Gabon a qui pouvait reconnaître son pouvoir; c'était son suel moyen pour s'agripper au pouvoir car il n'a jamais été élu par le peuple gabonais. Mais pourquoi ne l'avez-vous pas dit plus tôt?
De plus, vous manquez de courage et n'allez pas au bout de vos affirmations et ne montrer aucune image dont vous êtes détenteur. De ce que sait le gabonais lambda, c'est qu'Omar Bongo avait remis à Sarkozy la somme de 65.000.000 d'euros (65 millions)lors de sa dernière élection. Si, c'est faut, ou si c'est peu, alors donnez-nous des preuves et des images probantes, sinon enterrez-vous dans votre église et ne nous faites plus de ce bruit car, vous étiez de ceux qui affirmaient aussi que "Dieu vous parlait et vous conseillait de soutenir Omar Bongo comme le seul et unique président du Gabon tout en anticipant ses victoires imaginaires".

Pensez-vous que c'est encore le cas aujourd'hui? »

11.Posté par Okoume le 24/11/2011 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ IBOUDINDZA

bongo a laissé le GABON, même s'il est allé se cacher aux îles caïmans, il ne pourra plus jamais rentrer au GABON
ah donc il n'est pas mort?

10.Posté par IBOUDINDZA le 24/11/2011 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chère pascaline

Depuis des decennies, ton ex feu père albert bernard a lapidé les biens de mon pays et toi avec, tu crois que nous ne savons pas que tu es une grosse dépensière??? Quand il fallait réaliser des projets dans notre pays, toi tu prenais l'argent et tu allais danser, manger, faire des virées dans des îles que toi et ton père connaissiez et tu oses venir essayer de mettre la parole de l’Évêque MIKE JOCTANE en doute? C'est à toi de nous dire ou est passe l'argent de Wonga-Wongué?? Cette moquerie suffit comme ça. Le travail de ton ex feu père était : 1) Tuer les gabonais chez eux
2) Installer les biaffrais et les congolais au gabon
tu le sais aussi bien que tous les gabonais que ton père a délivré plus de rois cent passeports aux congolais, à la dernière élection je faisais partie des personnes qui ont surpris 3 congolais votant à l'école OPT d'Akébé, ces congolais ont reconnu formellement avoir eu ces passeports par albert bongo.

Pascaline CA SUFFIT!!!!!!!!! ASSEZ !!!!!!!!!!!!!!!!NE VOUS MOQUEZ PAS DES GABONAIS...........TU VOIS MALGRE LE MAL QUE ton ex père et toi avez fait aux gabonais, bongo a laissé le GABON, même s'il est allé se cacher aux îles caïmans, il ne pourra plus jamais rentrer au GABON......Sache que ce sera pareil pour toi;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;
ASSEZ.....ASSEZ........ASSEZ........ASSEZ......ASSEZ..........ASSEZ.....

9.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiff le 24/11/2011 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Son démenti, pour les initiés au rite djobi et franc-maçons pratiquants, vaut confirmation des propos de Joktane.

Franchement, à qui peut-on faire croire que Bongo Albert Omar n'a pas financé la campagne de Sarkozy, après avoir financé celle de Le Pen? A qui peut-on faire croire que Sarkozy, qui vire un ministre sur injonction d'Albert Omar Bongo, n'a pas reçu de lui des mallettes et d'autres cadeaux corrupteurs? La faute du ministre étant qu'il ait osé voulu signé l'acte de décès de la françafrique dont Albert Omar était le parrain.

Dans ce pays où tout est à l'envers, je n'ai jamais osé imaginé que Pascaline pouvait avoir le courage de parler en public. Elle est en effet l'antithèse de la dignité et la confirmation que cette famille a dû recevoir en héritage des gênes venus d'une autre planète. Pauvre Gabon. Heureusement qu'Albert Omar lui-même, avant de casser la pipe, a publiquement averti à deux reprises au moins son monde de la colère imminente de Dieu pour réprimer sévèrement les membres de la pègre qu'il a créée. Mais, étant donné que leur dieu c'est les sous, le sexe, les sectes et le sang, ils n'y croient pas.

8.Posté par Donguila le 24/11/2011 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@mapandza

les goûts et les couleurs...on voit un visage bourré de maquillage avec une moumoute sur une tête enflée. Le reste du corps doit être catastrophique!

Ceci étant, je te concède que dans le CLAN BONGO il y a dix fois plus moche. Voilà pourquoi leur tactique consiste à faire des mélanges avec des gens à la PEAU CLAIRE comme la vilaine métisse d' arabo-franco-gabonaise de "1ère dame" actuelle, j'ai cité madame OJDJUKWU OBI Jeffrey Sylvia BONGO ONDIMBA. C'est le seul moyen pour eux de tenter, je dis bien tenter car même là encore ça ne marche pas, d' "édulcorer" leur LAIDEUR ORIGINELLE.

PAS DE BIOMETRIE, PAS DE TRANSPARENCE, PAS D'ELECTIONS.

7.Posté par monemeveng le 24/11/2011 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et où est-elle depuis que Bourgi a fait sa déclaration pour la démentir également? En fait qu'est-ce qu'elle a reconnu comme forfait avec son père? Elle ne vaut pas la peine. La vie qu'elle mène est la parfaite illustration du niveau de vérité qu'elle a. Elle devrait plutôt se cacher et continuer à savourer ce qu'elle a mis de côté durant le long séjour au palais.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...