News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La diaspora gabonaise bat le pavé à Paris

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Mardi 15 Septembre 2009 à 13:56 | Lu 915 fois

La diaspora gabonaise en France et les associations de lutte contre la Françafrique ont manifesté le 12 septembre dernier à Paris pour dénoncer le déroulement de l'élection présidentielle du 30 août dernier au Gabon, ayant conduit à la proclamation le 4 septembre dernier de la victoire d'Ali Bongo, le fils aîné du défunt président. Deux marches organisées respectivement par les Anges gardiens de l'Afrique et la diaspora gabonaise en France, ont battu le pavé pour dénoncer l'ingérence de la France dans la désignation du 3e président élu du Gabon.



Gabon : La diaspora gabonaise bat le pavé à Paris
Alors que l'opposition continue de contester les résultats officiels, la diaspora gabonaise en France a battu le pavé le 12 septembre dernier à Paris pour dénoncer l'ingérence des réseaux occultes de la Françafrique dans l'élection d'Ali Bongo à la tête du pays.

Sur le parvis des Droits de l'Homme, dans la capitale française, les Gabonais dénonçent le «coup d'Etat électoral» qui aurait mené Ali Bongo au pouvoir. «Lpeuple gabonais dans sa majorité s'est vu imposer un président qu'il n'a pas du tout choisi dans les urnes», affirme à cet effet la coordinatrice de la plateforme de veille et d'actions pour les élections libres et transparentes, Yolande Bazegue.

Les dispositions du gouvernement visant à caserner les leaders de l'opposition sur le territoire national ont également été fortement décriées par les manifestants.

«Il est inacceptable que les candidats à la présidentielle n'aient pas le droit d'aller et venir. Il est inacceptable que ces candidats soient menacés, soient terrorisés», reprend à son tour madame Mengue M'eyaa, présidente du Mouvement civique du Gabon, qui soutenait Pierre Mamboundou à l'élection du 30 août.


Au même moment, devant l'Elysée, l'association les Anges Gardiens de l’Afrique dénonçait l'ingérence de la France dans l'élection présidentielle gabonaise.

«Quelle belle preuve que la France-Afrique a encore de beaux jours avec l’élection du nouveau président du Gabon. Un conseiller occulte reconnu annonçant dans les médias son soutien personnel au fils après l’avoir fait recevoir par le président !», dénonçait le communiqué de l'association, en référence à l'implication décriée de Robert Bourgi dans la désignation d'Ali Bongo pour succéder à son défunt père.

«Le Gabon n'est qu'une illustration parmi d'autres et nous ne voulons pas que ça continue. Cela fait plus de 40 ans que ce genre de système persiste. Aujourd'hui on dit Non», a lancé René Clément, un membre de l'association.

Alors que de nombreux espoirs de changement reposaient sur cette élection, «très vite des réseaux mafieux ont stoppé cet élan qui avait été salué par la diaspora» dénonce le communiqué.

A l'origine des accusations de la Françafrique, les déclarations de Robert Bourgi, l'avocat franco-libanais proche de l'Elysée, auraient relancé la polémique après que celui-ci, qui se présente comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l'Afrique, avait déclaré qu’Ali Bongo était «le meilleur défenseur des intérêts français».

Alors que l'Elysée clamait haut que la France n'avait pas de candidat, cette déclaration est venue attiser les braises et enflammer l'opposition gabonaise qui crie au complot. «Bourgi connaît bien l'Afrique et ses dirigeants. A ce titre, il est utile dans la compréhension que nous avons de ce continent», a dû commenté le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, précisant que «cela ne fait de lui, ni notre agent, ni notre porte-parole».

Le site Médiapart dévoilait également il y a quelques jours l'implication de la France dans la campagne présidentielle du candidat du parti au pouvoir au Gabon, Ali Bongo, via la mise au point et l'entretien de son site de campagne, Ali9.com, qui aurait été géré par Novacom, filiale de CLS, filiale du Centre national d'études spatiales (CNES), sous l'autorité de l'Etat français.
Publié le 15-09-2009 Source : gaboneco Auteur : gaboneco
5 commentaires

Mardi 15 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 915 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...