News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La dépouille de Mba Obame victime des erreurs de Bongo Ondimba II et ses émergents

Le site de la Liberté - Marcel Djabioh le Dimanche 3 Mai 2015 à 08:02 | Lu 2541 fois



Ce qui s'est passé sous les yeux des gabonais et des représentations diplomatiques accréditées au Gabon a été un spectacle des plus nauséabonde. De mémoire de gabonais, jamais pareille chose ne s'est vu dans aucun village, aucun département, aucune province du Gabon. C'est à croire que la politique et le goût d'user du pouvoir, ont transformé certains gabonais en véritables animaux sauvages. Où sont passées nos valeurs culturelles qui vouent aux morts, un minimum de respect ? Qu'a gagne le pouvoir à vouloir absolument démontrer sa puissance dans une affaire qui l'a conduit à des agissements le discréditant ?

Ont été responsables de cette situation, Bongo Ondimba II, Basile Mvé et la cellule de communication de la présidence de la République.

Tout a commencé avec l’acharnement de Bongo Ondimba à vouloir coûte que coûte, participer d'une manière ou d'une autre, aux obsèques de quelqu'un pour qui il n'exprimait visiblement aucune compassion, alors qu'il était malade. Personne ne pourrait lui en vouloir pour ce désire, car cela aurait pu être une manière pour lui, de se faire pardonner de l'indifférence, de la haine et de la méchanceté dont il aura fait montre vis à vis d'un compagnons avec lequel on a passé vingt cinq ans de complicité et qui continuait de l'appeler « Mon frère ». C'est même normal.

Mais la chose devient anormale quand face au refus de certains membres de la famille de Mba Obame, de répondre à ses sollicitations, Bongo Ondimba II fait du forcing et se sert de l'archevêque Basile Mvé, pour toucher les maillons les faibles de cette famille, qu'il reçoit en audience publique à son bureau de la Présidence de la République, alors qu'il ne s'agissait ni plus ni moins, que d'une affaire strictement privée qu'il aurait pu traiter à sa résidence, en toute discrétion.

Chez les Bantou, les questions se rapportant à un deuil se traite à partir du couché du soleil, et c'est la personne (Président ou pape) qui souhaite assister la famille endeuillée qui se déplace et non l'inverse. Les membres de la famille d'André Mba Obame qu'il avait reçu, n'habitant pas tous la même maison ou le même quartier, Bongo Ondimba II aurait donc pu demander que cette rencontre ait lieu au domicile de l'un d'eux, en dehors de la maison funèbre, plutôt qu'au bureau. Qu'à cela ne tienne, passons, car lorsqu'on n'est ignorant des us et coutumes d'un peuple sur lequel on règne, il est impossible de s'y conformer, préférant imposer sa volonté.

C'est lorsque l'entourage de Bongo Ondimba se lance dans des actes, des déclarations inappropriées et une communication inadaptée vu le contexte, qu'ils ouvrent la voie à toutes sortes d'interprétations. Entre les accusations et les avertissements adressées à l'opposition quant à une utilisation du décès d'Amo à des fins politiques ; les enlèvements et les séquestrations arbitraires, la publication par la cellule de communication de la présidence, du témoignage incohérent d'un délinquant prétendant avoir participé à la préparation d'un plan à lui dicté ; des informations sur la présence d'armes à nos frontières, « lourdement » reçues par le ministère de la défense ; le lancement d'une opération baptisé « Ngéné » qui n'a jusqu'ici produit aucun résultat ; la découverte d'une cargaison d'armes sur la petite île de « Nendjé » et enlevée les mains nues, sans précautions et en catimini, sans que la Procureure de la République et des officiers de police judiciaire ne se soient rendus sur cette île pour un constat, avant d'ordonner son déplacement et d'annoncer l'ouverture d'un enquête ; l'ouverture des caisse et maniement desdites armes par la garde de Bongo Ondimba, nullement concernée par les affaires judiciaires, peu de gabonais s'expliquent les raisons profondes d'une telle agitation de la part du pouvoir dès l'annonce du décès d'AMO.

Portant, c'est dans un décor aussi tumultueux, que Bongo Ondimba II, fait une récupération politique du décès d'André Mba Obame, pour tenter de se faire bonne presse. A cet effet, monsieur et sa cellule de communication trouvent ingénieux d'enregistrer et de publier des images de sa rencontre avec la délégation de la famille du défunt, conduite par l’archevêque Basile Mvé, que certains émergent prétendent avoir tenu une réunion avec toute la famille et aurait reçu mandat pour conduire cette délégation (kiakiakiakia !). Les journaux proches du pouvoir en feront leurs choux gras, pour des besoins de propagande politiques (voir la page politique de l'Union du 28 avril 2015). Tout ceci n'aura pour conséquences que la division d'une famille qui vient de perdre un grand pilier, à en juger par la montée au créneau des enfants du défunt sur TV+, le désaveu du reste de la famille et l'indignation de plusieurs gabonais.

De tout ce tralala, naîtra un climat malsain suscitant une méfiance qui occasionnera des allés et venus de la dépouille d'André Mba Obame entre l'aéroport de Libreville et le siège de l'Union Nationale, étant entendu que selon les us gabonais, lorsque corps est sorti de la maison mortuaire, il ne doit plus y revenir, au risque de créer une série de malheur dans la famille. A cela, c'est ajoutée tout le dispositif militaire déployé au fret de l'aéroport de Libreville et ses environs, allant de la police à la garde Républicaine, en passant par les bérets rouges, lourdement armés.

Finalement, la dépouille ayant pu quitter Libreville pour Oyem, le 1er mai 2015, qu'en ont tiré Bongo Ondimba II et ses émergents ? « Vanité de vanté, tout est vanité ». Et, « De la poussière nous avons été tiré, à la poussière, tous nous retournerons ». Tenter d'humilier un homme même mort ne peut grandir les auteurs d'un tel manque d'humanisme, juste par peur d'une insurrection imaginaire.


Dimanche 3 Mai 2015
Marcel Djabioh
Vu (s) 2541 fois




1.Posté par equatoriale le 03/05/2015 09:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous n''avons pas seulement touché le fond, nous creusons depuis plusieurs mois.

2.Posté par Doumbénéni le 03/05/2015 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
10 remarques contre le Pape des renovateurs du système Bongo PDG

Ces derniers jours on a eu l’étalage de la solidarité même dans la bêtise obam-gamienne de certains Gabonais. C’est comme si un esprit satanique s’était emparé des endeuillés et que ceux – ci s’étaient mis à marcher comme des gens hypnotisés derrière une dépouille représentant la fin des illusions de ceux qui s’étaient faits avoir en 2009.
Voici le résumé de ces illusions dérisoires :
1. AMO avait demandé pardon au Peuple en 2009. Ce pardon pouvait-il être sincère alors que Mba Obame se réclamait toujours héritier d’Omar Bongo le vrai fossoyeur du Gabon ?
2. AMO a demandé pardon pour ce qui n’a pas été fait ou pour ce qui a été fait ? On aurait aimé qu’il soit plus précis sur son rôle dans les crimes du pays et les dénonce clairement.
3. AMO laisse beaucoup d’argent derrière lui et les problèmes d’héritage vont être aussi importants que dans la famille Bongo Ondimba. Et qu’en sera-t-il des milliers de milliard d’Omar Bongo dont il a eu la charge et dont les enfants Bongo Ondimba réclament une partie ?
4. AMO n’a pas développé Medouneu qui vit dans les ténèbres alors qu’il a été très riche toute sa vie.
5. AMO apparait au cours de ses funérailles comme l’artisan du désordre au Gabon : Fridolin Mvé Messa du syndicat SENA a tombé le masque et montré comment l’ancien ministre de l’éducation nationale manipulait les syndicalistes, les propos hallucinatoires de Marcel Libama et ceux de Marc Ona ont fini de prouver aux observateurs que tout le désordre qu’il y a dans le pays a été provoqué par AMO. Sa mort a fait tomber les masques. Vers qui vont se tourner ceux qui étaient nourris vraisemblablement par AMO alors que Medouneu est plongé dans le noir malgré la très riche villa du Secrétaire Exécutif de l’UN ? Vers l’argent de Ping ? Celui de Divoungui ? Celui de Myboto ? Le futur des gens d’AMO est sombre car on ne devient pas leader du jour eu lendemain.
6. Tous les actes posés par AMO ont été hallucinatoires et apparemment pris sous l’effet de l’iboga : en 2009, il aurait pu devenir 1er Ministre du vieux Mamboundou ; et en 2011, il aurait pu devenir 1er Ministre d’Ali mais il a préféré boycotter les législatives de décembre 2011.
7. La plus grande erreur d’AMO a été de croire qu’Ali est un imbécile qui ne l’aurait pas vu venir. On ne signe pas un pacte de 25 ans de vraie fausse amitié avec un Ali Bongo, on ne profite pas du système et on ne partage pas l’intimité d’Omar Bongo pour devenir un opposant de dernière minute tout en pensant que tout cela n’aura aucune conséquence.
8. On ne peut pas reprocher aux incultes qui ont fait dans la folie amoïste ces derniers jours car le peuple est stupide en général. C’est toujours une élite qui construit une révolution et non le peuple. On peut reprocher aux chefs du Front et de l’UN leur absence de vision car sans la maitrise des autorités de l’Etat, on aurait vécu des drames importants et des centaines de morts ces derniers jours. Et c’est seulement parce que Ali n’est pas légitime que nous n’allons pas féliciter la retenue des forces de sécurité.
9. AMO a été un prestidigitateur politique qui a bien mystifié les gens mais à la fin il n’a rien réussi.
10. AMO et Ali c’est du tabac même pipe et les personnes les plus avisées du pays le savent. Ce sont deux têtes siamoises d’un même corps : le bongoïsme rénové des années 90. Il est temps de fermer le chapitre des rénovateurs du système bongo pdg dont AMO a été une des grands concepteurs sinon le plus grand. En espérant que la terre de Medouneu lui sera légère ?

3.Posté par Obiang Ndang le 03/05/2015 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A tous les Gabonais qui pensent que le role d'un ministre ou d'un home politique est de "developper" son village ou sa province, je voudrais lever cette assertion qui n'a que trop duree et n'existe que dans certains pays comme le notre. La charge du developpement du pays tout entier du ressort unique du gouvernement par l'execution honnete et integre du budget de l'Etat tel qu'il est vote par le Parlement. Or, a ma connaissance, notre pays n'a pas adopte un systeme de gestion decentralisee qui permettrait une realisation plus efficace des projets de developpement inscrit dans le budget d'Etat. A contrario, nous avions ete temoins d'une politique ou l'on fait croire a la population que le salaire d'un membre du parlement ou du gouvernement, quelque colossal qu'il soit (ce que je denonce aussi!) sert au developpement de son village ou de sa province, lancant ainsi une "chasse au sorciere" a l'encontre dudit fils du coin lors de la solicitation pour sa reelection. Les gabonais assistent souvent (je ne le mets pas au passe car c'est toujours d'actualite!) a la distribution de dons de medicaments, de groupes electrogenes et autres pompes publiques alors que ceux-ci, entre beaucoup, beaucoup d'autres, sont bien inscrits dans le budget de l'Etat. Une question cependant: comment peut-on faire don a quelqu'un de quelque chose qui a ete achetee par l'argent du peuple? Le budget est bien constitue de l'argent du contribuable, n'est-ce pas?
Je ne voudrais pas etre plus long que je ne l'aurais souhaite, mais mon point est qu'un nouvel etat d'esprit et une nouvelle prise de conscience sont imperatifs. Dans des pays occidentaux, le minister ne construit pas les pompes publiques, le depute ne fait pas de don pour assurer son election ou son maintient au gouvernement.
A Doumbeneni, je voudrais juste dire que nous sommes une population libre (ou le sommes-nous?) de suivre nos us et coutumes en matiere de funerailles. Dans nos villages, les cimetieres ne sont pas divises en ceux des bons citoyens et ceux des mauvais citoyens. Nous appliquons nos traditions selon les regles etablies depuis Nzame ye Mebeghe. C'est a ce dernier seul qu'incombe le droit de juger de la justesse de nos actes et de nos actions. Il n'y a pas un mort au monde a qui l'on ne souhaite pas que la terre ne lui soit legere. AMO, comme vous et moi, a pose des actes, il a demande pardon. Du cote du peuple, il a ete accepte. A-t-il ete accepte par Dieu, tel n'est pas notre affaire car cela, mon frere, c'est du domaine exclusive et tres complique du Supreme.

4.Posté par Obiang Ndang le 03/05/2015 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
correction: du domaine exclusif et tres complique du Supreme.

5.Posté par Antsie le 03/05/2015 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@M. Doumbénéni,
Personnellement, je vous conteste les points 4 et 5. Toutefois, je respecte votre point de vue sur ces points là.
En effet, concernant le point 4,qui se retrouve un peu dans le point 5, je pense qu'il n'était pas de la responsabilité de MBA OBAME de développer Medouneu car il n'en avait pas la responsabilité administrative encore moins économique. On peut penser qu'il aurait pu y implanter des activités économiques à titre individuel. Certes, mais quel effet cela aurait eu sur le développement de Medouneu, quand on connait les carences en infrastructures de base(routes, santé,eau potable, électricité...).
Il a été un grand acteur de ce système, mais quelle est sa part réelle dans ce saccage de notre pays?
Quand on voit les niveaux de pillages aujourd'hui atteint par les héritiers enfants de Omar Bongo, cette fois sans MBA OBAME comme complice, on est vraiment en droit de s'interroger sur sa part réelle de responsabilité.
Sur le point 5, je vous dirais que c'est difficile de prédire le futur comme vous le faites. L'avenir en politique peut changer très rapidement. Regardez les cas H. MOUBARAK ou B. COMPAORE. Les perdants peuvent se muer en vainqueur de manière surprenante! Rien n'est jamais figé.
Qui aurait pu imaginer les obsèques de MBA OBAME en présence d'une telle foule, au-delà du bémol nécessaire à ajouter sur les propos des uns et des autres.
Là où MBA OBAME a probablement reussi à fédérer le maximum de personnes c'est peut être d'avoir su rappeler aux dirigeants actuels que "bons" ou "mauvais" le destin du GABON devrait s'écrire avec des mains et têtes gabonaises.
Ce choix n'est pas celui d'Ali BONGO qui a totalement externalisé la gestion du pays( Accrombessi; Eric Chesnel, Radwan Charafeddine, Mactar Silla,Lee White,Liban souleymane etc...)
Jean PING rappelait très justement ce point lorsqu'il dénonçait le pillage monstrueux des finances publiques par des apatrides.
Vu que le camp actuellement au pouvoir n'a plus rien à proposer aux gabonais: l' émergence en 2025 est une vaste escroquerie connue de tous, je pense que plus que jamais, la foule qui s'est levée pour les obsèques de MBA OBAME se lèvera pour mettre fin à cette vaste escroquerie du pouvoir Ali BONGO et mettre en place un pouvoir DEMOCRATIQUE.
Comme quoi je me risque aussi à prédire l'avenir, mais ça c'est l'espérance qui vit en chaque gabonais sérieusement amoureux de ses terres et de sa culture.

6.Posté par Obiang Ndang le 04/05/2015 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Antsie CQFD.

7.Posté par EXHUMEZ LE DRAPEAU DE LA REPUBLIQUE le 07/05/2015 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE DRAPEAU DE LA REPUBLIQUE DOIT ETRE EXHUME DE LA TOMBE DU CITOYEN AMO LE PLUS VITE
OU LE CHANGER PAR D'AUTRES COULEURS
C'EST URGENT/////OH

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...